Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





11 septembre: 20 ans aprés
Maître Onirien
Inscrit:
17/04/2013 18:11
De Monts du Jura -
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Comité Editorial
Responsables Edition
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 41835
Hors Ligne
Alors qu'on oublie le plus souvent ce qu'on a fait tel ou tel jour, celui ci est resté gravé et je me souviens exactement comment j'ai appris l'évènement.
J'étais à la fête de l'Humanité à la Courneuve près de Paris. Une personne nous dit "écoutez vos transistors, il y a des avions qui tombent sur les tours de Manhattan à New-york." On s'étonne, il a du voir un film ! Puis la sonorisation de la fête nous informe. C'est la consternation ! on a l'oreille collée au poste de radio. La fête d'habitude si bruyante n'est plus qu'une rumeur assourdie. Des gens atterrés, inquiets, prétendent que la 3ème guerre mondiale a commencé. Ce qui est assez vrai puisque c'est le début de la guerre terroriste.
Pas de télé sous ma tente dans le campement de la fête. La première image de la tragédie je la découvre seulement dans la presse du lendemain. Ce n'est qu'en revenant chez moi deux jours aprés que je verrai les images télévisées.
C'est comme ça que j'ai vécu cette journée du 11 septembre 2001.

Il me reste aussi comme souvenir persistant l'image prémonitoire du film "la grande menace" que j'avais vu quelques temps auparavant dans lequel un terroriste dirige un avion sur les tours de New-York.
Quand la tragique réalité rejoint la fiction.

Et vous, quel souvenir en avez-vous ?

Contribution du : 11/09/2021 10:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : 11 septembre: 20 ans aprés
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 44812
Hors Ligne
11 septembre 2001, je rentre du boulot et plutôt que d'écouter une énième fois la cassette d'Abba, j'appuie sur Europe 1 et crois à un canular sortant de l'autoradio...
arrivé chez moi, je trouve mon épouse papotant avec une maman dont elle garde ( nounou ) l'enfant ;
" Vous êtes au courant ?
- de quoi ?
- venez voir à la télé !
- médusés tous trois, croyons voir un film catastrophe ! "
20 ans déjà, et je revois tout si net !
Ce matin, réveillé trop tôt, je suis allé visionner de nouvelles vidéos de cet événement surréel, glaçant comme à la première heure...

Contribution du : 11/09/2021 10:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : 11 septembre: 20 ans aprés
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
26/05/2020 16:47
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 2346
Hors Ligne
11 septembre 2001.
On est mardi. Environ 14H30. Je porte un costard gris souris, une chemise blanche, et je sens que mon nœud de cravate s’est un peu relâché. Je sors du restaurant étoilé Michelin où je viens de fêter avec deux associés les généreux dividendes que nous avons décidé de nous distribuer après la clôture de notre bilan au 31 Août. L’année 2000 a été marquée par l’hécatombe boursière, l’ambiance économique générale est assez morose et nous sommes fiers de nous enivrer de quelques heures analeptiques. Je donne ces précisions assez cyniques par contraste avec une autre réalité, plus tragique celle-là, car il n’est pas de scénario cinématographique qui nous laisse aussi pantois que la vraie vie. Au cinéma, le sensationnel n’est que la promesse d’un scénariste, attendue par son public. Dans ma vie personnelle je n’ai jamais connu ce rappel à la vanité de l’existence.

Je démarre ma voiture. C’est habituellement l’heure des histoires extraordinaires sur toutes les antennes radio, la traque d’un tueur en série, l’assaut contre un gang qui détient des otages, la vie tourmentée d’une star de la chanson… Toutes tragédies quotidiennes dont nos vies ont besoin comme la catharsis du théâtre grec. Et là, j’entends comme à travers un filtre, une histoire d’avion encastré dans une tour. Je ne sais pas comment le journaliste raconte ça ni si je suis vraiment attentif pendant que j’essaie de me rappeler les étiquettes des vins servis et le ronronnement plus sourd de la chartreuse digestive, mais je mets bien deux minutes à comprendre que l’histoire se déroule au présent, à New-York, et que les trémolos dans la voix ne sont pas destinés aux mamies tricoteuses.

Je ne peux pas joindre ma femme. Ai-je seulement un téléphone portable ? Une chaleur me monte à la tête, mêlée d’alcool, de mille questions et d’une sorte d’angoisse irraisonnée où je m’inquiète de ma famille.
J’arrive chez moi une demi-heure après. Ma femme est là, elle est surprise de ma présence, me demande si tout va bien, si le repas était à la hauteur de notre bande d’affairistes (elle est fonctionnaire). Elle me sent un peu grisé, me croit atteint par la limite d’âge lorsque j’allume la télé à cette heure-là et que je lui demande où sont les photos que j'ai prises l'an dernier au 40e étage du World Trade Center.

Bellini

Contribution du : 11/09/2021 15:31
_________________
Si tu n’as pas besoin de gratter ce que tu lis, c’est que ce n’est pas de la poésie.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : 11 septembre: 20 ans aprés
Expert Onirien
Inscrit:
12/04/2007 17:27
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Évaluateurs
Post(s): 5877
Hors Ligne
J'ai vu tout ca à la télé parce ce que l'un de nos réseaux télé nous écœure avec ca parce ce que c'est une patate chaude pour eux.

Et dans le journal il y a quelques image de cette tour effondrée.

Contribution du : 11/09/2021 15:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : 11 septembre: 20 ans aprés
Expert Onirien
Inscrit:
11/10/2019 10:55
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 4137
Hors Ligne
Terreur sur la ville

A l’époque des faits je croisais au large des Grenadines avec la ferme intention de m’arrêter à « Moustique », l’île très privée– de la star incontestée du Rock, le brillantissime Mike Jagger et de la princesse Margareth –sœur d’Elisabeth- fervente adepte du gin et … de la chair fraîche. Mais je n’juge pas… je n’juge pas bien entendu. Malheureusement impossible d’y jeter l’ancre… Et je m’empresse de revenir à la triste réalité beaucoup moins joyeuse que nos deux fêtards : je n’ai appris cette tragédie que quelques jours plus tard à mon arrivée dans les îles françaises.

Contribution du : 11/09/2021 17:49
_________________
"...Car la vie est un bien perdu quand on n'a pas vécu comme on l'aurait voulu."Mihai Eminescu
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : 11 septembre: 20 ans aprés
Maître Onirien
Inscrit:
28/12/2008 17:33
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 17921
Hors Ligne
Quant à moi, j’étais dans un TGV entre Paris et Bordeaux. C’était l’époque des téléphones potables qui sonnaient sans arrêt dans les trains. Les gens, comme une vague lente, avaient l’air de plus en plus inquiets, pour finir avec des rumeurs (je croyais) sur une 3e guerre mondiale, la chute brutale du CAC 40, etc., mais je ne comprenais pas trop. Mon voisin m’a renseigné sur la tragédie des attentats… Le siècle commençait bien mal.

Contribution du : 11/09/2021 18:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : 11 septembre: 20 ans aprés
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 29173
Hors Ligne
Je suis en congé maternité, la petite est déjà réveillée lorsque le téléphone sonne. Mon chéri me demande d’allumer la télévision, c’est incroyable, terrible, deux mots et il raccroche. Je regarde. Je tourne la petite dos à l’écran. Je coupe les images après un moment de sidération, je ne veux surtout pas lui communiquer davantage ce que je ressens.

Contribution du : 11/09/2021 19:28
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : 11 septembre: 20 ans aprés
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
16/07/2019 14:25
Groupe :
Auteurs
Groupe de Lecture
Primé concours
Comité Editorial
Responsables Edition
Évaluateurs
Membres Oniris
Post(s): 2903
Hors Ligne
Le 11 septembre 2001, j’ai passé ma journée en stage professionnel assez loin de chez moi, et, en fin de journée, je récupère ma voiture dans un parking, lorsque je mets le contact, la radio se met en marche. J’entends que l’on parle d’avions dans des tours, de personnes qui se jettent dans le vide, sur le coup, j’ai cru que c’était une fiction. Il m’a fallu quelques minutes pour comprendre que c’était une réalité, effroyable.

Contribution du : 11/09/2021 19:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : 11 septembre: 20 ans aprés
Expert Onirien
Inscrit:
27/04/2018 09:19
De FRANCE
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 8848
Hors Ligne
J'étais fraîchement divorcé, en train de faire le ménage dans mon nouvel appartement,mon ex femme me téléphone,un avion viens de s'écraser sur une des tours du World trade center .
Je pense à un petit avion de tourisme, à mon avis il c'est écrasé comme une mouche contre les grands murs blanc du monolithe de la finance.
Allume ton poste de télé me dit elle,voyant mon incrédulité.
Le reste se passe de commentaires, j'étais totalement abasourdi, comme la plus part d'entre nous.
Mon dieu, déjà vingt ans ! Les talibans sont à Kaboul, le climat part en couille, un virus court le monde , ou trouvons nous donc encore la force d'écrire ?

Contribution du : 11/09/2021 21:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : 11 septembre: 20 ans aprés
Expert Onirien
Inscrit:
09/03/2016 00:33
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 3863
Hors Ligne
Le 11 septembre 2001 ? Ouh là là ! C'est loin... Si j'ai bonne mémoire, après ma journée de classe je suis allé au BHV acheter une perceuse pour monter mes étagères. Le soir, j'ai dû manger une cuisse de poulet cuit la veille avec des pommes dauphines surgelées. J'ai commencé à regarder « Les Bronzés font du ski » mais comme je l'avais déjà vu trois fois, je suis allé me coucher avec « Le monde comme volonté et comme représentation » de Schopenhauer. Ou alors, c'était « Le point mousse sans peine » de Denise Fabre. Je ne me souviens plus bien.

Contribution du : 12/09/2021 13:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2022