Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





à propos de "le petit chat aux éperons rouge"
Organiris Animodérateur
Inscrit:
22/05/2007 22:42
De mon hamac
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 6769
Hors Ligne
Bonjour, je souhaite déjà remercier toutes celles et ceux qui ont daigné me lire et laisser au passage un avis et parfois une évaluation, de nombreux éléments me permettront de me remettre en question et le reste, les compliments, ben... ça me sert aussi parce que c'est bien de savoir qu'on ne fait pas que des conneries ^^

Je cite ici les commentaires qui soulèvent une question ou qui suggèrent quelque chose, ce n'est pas que j'attache moins d'importance aux autres, au contraire, mais la seule réponse que je peux y apporter est : Merci bien, ça m'encourage à continuer.


Pistodrake :

Citation :
J'ai trouvé cette histoire bien cool, presque un coup de cœur que ce conte du petit chaperon rouge revisité. Peut-être que le truc de la bobinette et chevillette aurait gagné un peu a être également revisité aussi car fait un tout petit peu cliché même pour un clin d'œil j'ai trouvé. La morale est peut-être un peu superflue pour une nouvelle, mais rappelle un peu le conte et je ne sais pas trop qu'en penser, ça aurait été plus naturel peut-être de la raccourcir en deux ou trois phrases sous forme de dernières pensées de "Cat". Ah, vi en relisant le début je trouve que cette description de l'homme idéal ne colle pas tout a fait avec le reste, surtout si la vieille dame se sait objective, passage qui parle de perfection dans cette histoire toute en nuance. Critique longue mais ce ne sont que des menus détails l'histoire m'a plu.


Pour la bobinette et la moralité, il m’a semblé nécessaire d’insérer au moins ces deux éléments forts qui rappellent sans contestations possible « le petit chaperon rouge », c’est vrai que ça fait un peu cliché, mais c’est un cliché et cette phrase m’a si souvent intrigué lorsque j’étais petit que j’avais envie de l’insérer, pas gracieux mais bon, c’est un caprice, je l’assume.
Pour la description de l’Homme idéal, il est en tout cas l’idéal de Miss Cat et on sait à quel point les amoureux sont objectifs.


Pierre :

Citation :
J'ai l'impression d'avoir rajeuni d'un demi-siècle. Rock around the Clock, Elvis, James Dean, les bananes, les chevrolet. L'amérique sympa de Happy Days, avant qu'elle n'envoie sa jeunesse se faire massacrer au Viet Nam. Et en toile de fond le temps qui passe, inéluctablement. J'espère que le fait d'avoir catalogué sa nouvelle en horreur-épouvante ne privera pas l'auteur de l'audience qu'il mérite. Merci Cyberalx


C’est un préjugé tenace que celui de penser qu’un genre peut nuire à une histoire, j’espère comme toi que ça n’a pas été le cas, pour ma part, je trouve dans ce genre de petits bijoux de littérature et suis secrètement ravi que certains les boudent, passant une vie à coté sans en soupçonner la richesse.

Coquillette :

Citation :
A part une ou deux phrases un peu trop longues.


Oui, je suis d’accord, certaines phrases auraient mérité d’être plus travaillées, tomberions nous sur les mêmes ?
Si tu as deux minutes, je veux bien que tu me cite celles que tu pense trop longues, j’aime réécrire mes textes même si je ne les republie pas sur Oniris.


Victhis0 :

Citation :
toujours cette belle misanthropie de l'auteur...Servie cette fois via une nouvelle visite faite au chaperon rouge. Une jolie visite, bien tendue, hyper fluide, un régal d'horreur et de cynisme. Je regrette la chevillette, qui aurait méritée elle aussi un nouveau look, je m'étonne du "milleS animaux", honteux, et je me serais passé de la morale, inutile car c'était justement tout l'intérêt du texte : qu'on le poursuive soi-même par une morale. Pas qu'on nous la récite. Mais c'est vachement bien, hein, tout ça n'est que chipot.


La morale et la bobinette, bon, il faut croire que je ne fais pas mouche à tous les coups avec mes caprices ^^, pour le MilleS, je voudrais pouvoir blâmer les correcteurs, mais je pense qu’il s’agit d’une de mes fautes d’inattention.

Widget :

Citation :
Ok, faut pas commenter les « commentaires », mais vraiment là, pour certains d'entre eux, je me mords les lèvres…. Bref…Bonne nouvelle on a retrouvé notre Cyb. En grande partie du moins. L’énergie est de retour et c’est tant mieux ! Bravo pour ça, je me suis pas ennuyé ! Le récit est vif, rythme alerte et soutenu, fluide, et ce petit fond nostalgique – une belle idée ! - assez bien retranscrit (un côté « Happy Days » qu’un Fonzie Fonzarelli n’aurait pas renié !). Une bonne idée que les chansons (attention de ne pas abuser du stratagème) pour une meilleure immersion. Les personnages sont correctement campés (à part le loup survolé qui méritait une étude psychologique plus poussé, dommage car c’est le personnage le plus intéressant de l’histoire)d, les dialogues un poil surjoués et inutilement grossiers par moments (j’aurai préféré un vocabulaire moins modernisé, bref plus d’époque dans un souci d’authenticité). Le style est plus bancal par moment mais rien qui soit vraiment préjudiciable à la lecture. Il y a des ellipses qui m’ont gênés (les gamines qui vont chez mère-grand avant de se faire zigouiller) et les imbrications entre les évènements ne sont pas toujours bien emmenés. Enfin pour finir et là je suis 100% en ligne avec VIC, pourquoi nous avoir collé un épilogue moralisateur ?????? Ca ne s’imposait pas du tout ! J'aurai préféré que tu nous laisse cogiter et tirer nous mêmes les conclusions. Malgré ces quelques réserves, j’ai passé un bon moment et surtout, surtout l’auteur a retrouvé l’envie qui me semblait (je dis semblais seulement) s’être atténué ces derniers mois. Cyb a prit son panard et ça se sent (enfin ça se lit). Et son plaisir devient le notre.


Le loup survolé… Ben, j’ai misé sur le fait qu’on sait que c’est le loup, les loups font toujours la même chose : ils font le loup, pas besoin de dire pourquoi, pas toujours, du moins pas ici, parce qu’il n’est qu’un personnage secondaire à mon sens.
Le soucis avec une histoire qui traine trop longtemps dans nos tiroirs, c’est qu’on a tendance à se souvenir de tout ce qu’on a rajouté et ôté dans le texte et qu’au bout du compte on peux s’imaginer que certaines choses se disent toutes seules, je n’arrive absolument pas à trouver ce qui cloche dans les ellipses, mais je sais que quelque chose cloche, c’est intéressant pour moi, ça veut dire qu’il va falloir que je m’invente une nouvelle façon de travailler avec les textes « dormants » afin d’éviter des ellipses compréhensibles seulement par l’auteur, entre autres incongruités…
La morale, la bobinette… Ok^^


Val :

Citation :
Je trouve que cyb a une "empathie" à la psychologie féminine assez troublante et... réussie ! J'aime particulièrement les deux héros principaux Cathy-Cat et son voyou/gentil de copain... On sent que tu a vraiment pris le temps de les construire ces personnages, ils ont du relief et de la profondeur je trouve. Bon moi j'ai une petite réserve sur ce Mister flow (wolf) les loups-garoups qui mettent leur sales pattes partout et essaie de bouffer tout le monde au passage cela ne me passionne pas vraiment... mais chacun ses limites hein ? Sinon, je trouve que l'idée de la morale est intéressante, car quitte à détourner un conte autant le détourner jusqu'au bout. J'allais te mettre un bien plus, mais finalement je change d'avis, je ne garde que ce que j'aime, j'oublie les défauts ^^


C’est pas moi qui ait inventé le loup, j’admets, mais comme le dit widget un peu plus haut, c’est un personnage qui pourrait être le personnage le plus intéressant (bien que je ne l’ai pas souhaité pour cette histoire)

Menvussa :

Citation :
"Tout à coup une violente douleur vient lui embrasser le visage, la proie vient de le frapper de toutes ses forces à l’arrière du crâne." Faudra m'expliquer comment elle fait pour le frapper avec une telle force à l'arrière du crâne alors qu'elle est devant lui appuyée contre un arbre... à moins que ce ne soit l'autre, égorgée qui dans un dernier sursaut... pas crédible. Un bon récit, mais la fin peut-être un peu télescopée me laisse sur ma faim (c'est le cas de le dire). Qu'est devenu le beau blond ? On ne sait même pas s'il a fait sa vie avec Cathy, bien que le ton donne l'impression que non... Pourquoi ? Et tout ça c'est dommage car l'auteur sait créer une sacrée ambiance.


Elle est adossée à un arbre, il arrive par derrière, c’est induit dans ma réflexion, peut être pas dans le texte, il me faudrait plus d’avis là-dessus parce que ça ne m’à pas choqué.
Le beau blond, Ian, mais c’est l’homme de Cathy, il me semblait que c’était clair, elle l’a perdu, peu importe de quoi, on perd les gens qu’on aime, libre à toi de me dire comment.
La fin est un peu abrupt, c’est vrai, j’avoue que je n’en suis pas satisfait.


Nongag :

Citation :
Une jolie surprise que ce "remake" moderne du petit chaperon rouge. Histoire habile avec une construction efficace. J'ai bien une ou deux réserves ici et là. Surtout la section avec Amber et sa copine qui entre chez une vieille dame avec une batte de base-ball!! Pas très crédible... Et le tire la bobinette... Totalement inutile puisqu'on on comprend très bien l'allusion au célèbre conte. J'ai particulièrement aimé la description du jeune couple, pleine de vie, de chansons et de leur naïveté juvénile. La chute et la morale sont bien aussi, mais pas autant que le reste du récit. Au total une lecture divertissante.


La bobi… la bobinette… Ok, j’ai compris, je ne mettrais plus de bobinette, vous n’aimez pas ça ^^
Par contre, en quoi deux pom-pom girls écervelées voulant massacrer une grand-mère à coups de batte de base-ball ne seraient pas crédibles ?
Tu veux dire que ce sont les miennes qui ne le sont pas ou que la situation est impossible ?


Jeansairien :

Citation :
J'ai pas dû bien saisir toute l'art de cette nouvelle. J'ai trouvé ça légèrement poussif de la part de l'auteur pour parvenir à faire tous ses rapprochements avec le Chaperon. La fin est assez confuse (la scène de bataille rangée chez Mère-Grand) et j'ai été bien dubitatif devant la paire de Santiag, ressurgie sur l'étal d'un antiquaire 60 ans après les faits, avec ses petites tâches de sang. Enfin donc il y avait peut-être un peu du chat botté dans tout ça... j'aime bien certains trucs comme la mèche de cheveux, ce balai entre le présent et le futur et les dialogues sont plutôt bien vus.


Ok pour la fin qui est un peu raide, c’est à réécrire (encore), la paire de santiag, tu peux simplement imaginer (mais je sors de mon rôle d’auteur en te le soufflant) que c’est juste une paire de bottes, c’est elle qui voit du sang, c’est elle qui fait le rapprochement avec le passé.

Le chat botté ? Oh, c’est un genre de vanne, ça ?
Je pige pas en tout cas... Botte, chat botté... nan, faut m'expliquer.


Faolan :

Citation :
Tout a été dit... Un bon récit mais...
- <i>répond machinalement, sans regarder son père à l’esprit distordu par la tristesse d’avoir perdu la femme de sa vie pour toujours.
</i> Une longue phrase où le "pour toujours" ne sonne pas très juste.
- <i>voir les flux et reflux du sang partout dans son corps.</i> Pas sûr que l'image choisie soit judicieuse car le le sang circule en boucle dans le corps donc, pas de reflux.
-<i>son paquet de clopes est enroulé autour de la manche de son tee-shirt blanc </i>

Je ne visualise pas, c'est possible ?
Sinon, et en vrac :
- bravo pour l'atmosphère qui se dégage du récit ainsi que la finesse de la plume ;
- je n'ai pas compris comment Flow avait pu se faire frapper derrière le crâne ;
- je rejoins certains commentaires pour la bobinette ; - petit bémol pour la morale Mais c'est ton texte et tu en as fait ce que tu voulais. Et je l'ai apprécié. Merci.


Bien vu pour la première et la seconde phrase, en effet, la première est trop longue, la deuxième est scientifiquement merdique ^^

Pour la troisième, je voulais dire : un paquet de cigarette dans la manche roulée de son tee shirt blanc (tendance pratiquée par les jeunes males de l’époque) et je me suis mis dedans…
Flow/Wolf qui se fait frapper par derrière, ok, vous êtes deux à le dire, j’imagine qu’il y a un soucis dans ma description de la scène.
La morale et la bobinette, ben, oui…


Bebertlelyonnais :

Citation :
Le style et l'ambiance me plaisent à cent pour cent. Par contre j'ai trouvé le récit un peu confus. La morale ne s'imposait pas. Mais c'est une lecture vraiment agréable. J'aime aussi les paroles de chansons dans le texte.


Je note, la confusion est un mot qui revient dans les commentaires, et je ferais plus attention à ça.
La morale ? Pffffff, je sais, mais sur le coup ça me paraissait une excellente idée vu que l’original en a une de morale, lui… Puis ça met un peu de couleurs à ma fin qui ne me plait pas tant que ça.


Aldenor :

Citation :
Le début est très bon. Personnages crédibles. Détails intéressants. Ambiance américaine bien recréée, on croirait un texte traduit ! Mais je trouve la fin précipitée et très confuse. PS : Heard ne prend pas un « s ».


C’est vrai, He/She heard… Faute d’inattention, encore.
Je jure solennellement que le texte est de moi et que ce n’est pas une traduction de texte déjà existant ! C’est un compliment ça, hein ?
La fin précipitée et confuse ?
Oui. Je vous prie de bien vouloir m’en excuser.

Merci encore d'avoir pris le temps de me lire, j'espère que la majeure partie d'entre vous a pris autant de plaisir à le faire que j'en ai pris à l'écrire

Contribution du : 16/02/2009 03:41
_________________
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de "le petit chat aux éperons rouge"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
08/01/2009 14:15
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 1730
Hors Ligne
Merci Cyberalx d'avoir pris le temps d'apporter ces précisions !


Contribution du : 16/02/2009 12:22
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : à propos de "le petit chat aux éperons rouge"
Expert Onirien
Inscrit:
15/10/2007 21:04
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Primé concours
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 8028
Hors Ligne
Ah oui c’était sensé être un compliment (que le texte ait l’air traduit) dans le sens ou l’ambiance est bien rendue…

Contribution du : 16/02/2009 12:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2022