Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





A propos de mon poème "Osmose"
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3292
Hors Ligne
Un grand merci au CE pour la publication de ce poème (Osmose), dont la brièveté et la forme m’ont fait craindre un refus. Un grand merci aux commentateurs ayant pris le temps de lire et d’exprimer leurs impressions.

Je voulais que ce poème garde une part de mystère, mais j’aurais dû mentionner Quand vient la nuit, Saturne me parle en exergue, au lieu de Quand deux solitudes se rencontrent…
Il aurait été pertinent de "caractériser" les "deux" solitudes. Tant pis !

Le choix d’un calligramme est celui d’un amusement, de l’inspiration d’un instant. L’original était parsemé d’étoiles, mais la mise en page sur le site a restreint quelque peu la richesse picturale. Tant pis ! :p)

Enfant, j’étais passionné d’astronomie, j’avais reconstitué le système solaire dans ma chambre, Saturne en papier mâché peint arborait une couronne en carton que des fils invisibles attachaient à son pôle nord. L’observer au télescope était un enchantement… La vraie, pas celle de ma chambre… Je ne suis pas barré non plus. Ah, ah, ah !!! Enfin, juste un peu !

Dans ce poème, je l’ai choisie comme narratrice, partenaire de ma solitude, me renvoyant à une époque difficile de mon enfance, où les circonstances du quotidien m’ont fait me sentir bien seul, avec cette impression de "tourner en rond/mourrons" dans ma vie, comme elle "tourne en rond" dans l’espace.

Et puis, la forme de cette planète m’évoquait un immense cœur que protégeaient des anneaux majestueux ("anneaux d’or") ; ses anneaux sont alors devenus mon berceau, mon refuge, à l’image d’un giron maternel, dans un cœur-à-cœur réconfortant. La douleur, qui trouve soutien, est exprimée de manière métaphorique, entre autres, par des références au "sang" : "SANGler", "mutile", "carmin" et "ceignent" (saignent).

D’ailleurs, pour ceux et celles qui se sont interrogés, rempeurs est, dans mon imaginaire poétique, une contraction des mots remparts et peurs (bien vu David !).

INGOA (beaucoup) :
"Une jolie présentation qui s'appuie sur les anneaux de saturne et met en valeur un texte concis avec quelques jeux de mots subtils et très audacieux pour oser mettre deux solitudes en osmoses."
Oui, vous dites l’essentiel. Heureux que cette présentation vous ait plu. Merci beaucoup.

natile (vraiment pas) :
"Beaucoup de formules très abstraites qui ont du mal à faire partager ces solitudes. La lecture reste complexe et demande beaucoup d'effort pour trouver un sens à l'intention donnée."
Je peux tout à fait comprendre cette difficulté à entrer dans ce poème, au regard de sa complexité. Une question de goût et de sensibilité, sans doute.

Si je puis me permettre… votre commentaire me paraît davantage justifier l’appréciation pas (je n’aime pas) que vraiment pas.
Pour ma part, seul un texte heurtant, insultant ou blasphématoire légitime une telle appréciation. Mais chacun ayant sa propre échelle de notation, j’espère simplement que mon calligramme ne vous aura pas offensée de quelque manière que ce soit…
Merci beaucoup pour votre passage.

bipol (passionément) :
"j'ai tout aimé l'astre et l'idée / le texte plein de découvertes vos mots m'ont fait voyager"
Juste merci beaucoup bipol pour ces mots. Heureux que ce texte ait su vous faire voyager.

Corto (beaucoup +) :
"Attirance, fascination, interrogation, percée jusqu'à l'intention de l'auteur, sont les états d'esprit qui m'ont habité tour à tour à la lecture de ce poème. (…) Outre la mise en page très réussie, ce poème est plein d'images captées au plus intime de l'être, et n'hésite pas à faire oeuvre d'audace en créant des mots favorisant expression et profondeur."
En effet, le choix de ce calligramme est aussi le choix d’une certaine originalité, l’envie de briser les repères habituels et de jouer avec ça… Vous avez senti avec raison la profondeur de l’expression ("images captées au plus intime de ce poème"), ce poème trouvant sa respiration au cœur de mon vécu personnel.
Merci beaucoup pour votre commentaire.

Hananke :
" La calligraphie est un art difficile en poésie et cette présentation est magnifique mais… Comme je n'ai rien compris au texte de l'auteur, je m'abstiendrai, bien sûr, de toutes appréciations."
Merci beaucoup d’avoir salué la présentation. Pour le reste, je comprends !

hersen (passionément +) :
" …je suis transportée dans un ciel poétique, et je suis touchée au plus haut point. Tes mots sont magnifiques, ils épousent à merveille l'écrin qu'est le calligramme. je te dis bravo pour ce travail de forme-fond (…) Une poésie qui (…) a une évidence."
L’osmose du titre, hersen, tu l’as ressens entre la forme et le fond… En cela, j’aime particulièrement le mot "évidence" que tu emploies ici ; car cette évidence, je l’éprouve parfois dans l’écriture, cette sensation de me laisser guider par mon intuition, que chaque mot se pose au bon endroit. Étonnement, je ne voudrais rien changer à ce calligramme, je l’aime comme il est, totalement, avec ses qualités et ses défauts.
Je te remercie grandement pour ton commentaire élogieux.

Lulu (beaucoup +) :
"J'ai ressenti ce "tu" dans "me sangler à tes silences", comme une personne, une muse, qui aurait inspiré cette "Osmose". La métaphore est alors magnifique. Mais j'ai aussi pensé à cette citation de Pascal "Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie"..."
Oui, cette osmose naît d’un imaginaire, dans l’imaginaire, mais elle est un réconfort certain. Cette belle citation de Pascal ne renvoie pas qu’à la solitude de cette planète, perdue dans l’univers, elle parle aussi de mon expérience confrontante à "mon" vide intérieur, face à l’immensité de ma solitude. Alors, dans le "silence éternel de ces espaces infinis", deux solitudes se rencontrent.

" J'ai adoré cette lecture, à la fois douce et enchanteresse… On est vite transporté dans l'univers des astres et de l'immensité avec cette représentation réussie tant sur le plan graphique que dans le choix des mots."
Merci tout plein pour ces mots et pour votre lecture attentive. Heureux que ce poème vous ait touchée.

papipoete :
"Quand l'érudition en pare l'allure, il faut être armé pour en apprécier le sel ; ici, je décramponne et ne puis savourer les mots, les allusions, l'illusion… (…) je vois déjà moult lecteurs " lettrés " venir vous complimenter !"
J’apprécie votre remarque, et je peux comprendre qu’une certaine "érudition" (comme vous dites) puisse vous laisser sur le rebord de la route… Toutefois, rien n’empêche d’apprécier (ou pas) un poème dont on ne saisit pas toutes les subtilités : on peut en aimer (ou pas) les images, la musicalité, la forme etc. Bon, je n’en suis pas un bon exemple, tant j’aime disséquer, tant j’aime comprendre… ;)

"Je peux cependant saluer le talent de calligraphe, auquel je ne saurais me frotter ! bravo !"
Merci beaucoup pour votre passage !

poldutor (beaucoup)
"Même si le sens de vos vers m'échappe parfois, j'ai aimé les trouvailles de vocabulaire (…) Très poétique, et que dire de la représentation graphique de ce poème (…). Bravo pour la poésie qui se dégage de votre travail, et merci de nous faire rêver."
Vous avez apprécié la poésie "qui se dégage" de ce calligramme, et c’est l’essentiel.

On oublie souvent que Saturne n’est pas la seule planète de notre système solaire qui soit pourvue d’anneaux, mais ceux des autres géantes ne peuvent rivaliser avec leur ampleur et leur beauté. L’observer au télescope a quelque chose de magique, surtout lorsque l’on est enfant ; mais les passionnés d’astronomie ne sont que des grands enfants. Les poètes aussi d’ailleurs… Merci beaucoup à vous !

ours (bien +) :
"Vue sous cet angle, Saturne pourrait donner effectivement l'impression de deux éléments séparés unis par cette ceinture satellitaire qui s'étale de part et d'autre comme pour les embrasser."
Dans mon intention de départ, comme je le détaille à Vincente, l’objectif était de créer une osmose entre ces "deux éléments séparés"…

"J'ai cependant eu besoin de plusieurs lectures pour entrer dans votre poésie, ceci dit, je découvre vraiment la poésie avec Oniris, et ces difficultés ne sont peut être que les miennes."
Chacun, sur le site et ailleurs, a sa propre conception de la poésie, sa propre manière de la lire, de s’en imprégner, de l’interroger… Il n’y a qu’à voir la diversité des commentaires et des appréciations ; pour ce texte, par exemple, un "vraiment pas" côtoie un "passionnément" ! Ma façon de "regarder" la poésie évolue sans cesse au contact de toutes ses richesses, et la vôtre aussi, sans doute, d’autant plus que nous découvrons tous les deux la poésie depuis peu de temps.
A ce sujet, aujourd'hui, j'aime "beaucoup" certains poèmes qu'il y a quelques semaines/mois, j'aimais "bien", voire"un peu". Et inversement.
Dans tous les cas, merci beaucoup pour votre passage et votre sincérité.

Vincente (beaucoup) :
"À moins qu'il ne s'agisse d'astrologie, pourquoi pas, mais n'étant ni initié, ni sensible à ce genre d'interprétation, il me manque des informations. Ou alors, l'œuvre avouerait un élitisme cabalistique auquel je ne serais pas convié ?"
Que l’on soit clair : ce poème ne parle ni d’astrologie ni d’un "élitisme cabalistique", quel qu’il soit.

"Je n'ai pas réussi à me convaincre que le "je" n'était que celui de la planète qui parle"
Ben… si pourtant !

"L'osmose exprimée est-elle celle de la demie-sphère haute et de l'autre basse (…), je l'ai cru un instant, mais non il s'agirait plutôt de la collaboration osmotique entre la sphère et ses anneaux."
La "collaboration osmotique", dans mon intention, ne s’instaure pas entre la sphère et ses anneaux, mais entre la planète et l’homme auquel elle s’adresse (moi, en l’occurrence).

"De toute cette richesse, je regrette que les ponts narratifs menant à l'homme n'aient pas été un tout petit plus affirmé, oh en douceur, mais de façon un peu plus volontaire."
La comparaison avec l’homme devait être plus étoffée à l’origine, ayant eu l’intention de peindre Saturne comme un immense cœur "emprisonné" (et non protégé) par ses anneaux, dans l’univers, en parallèle des cent mille rempeurs condamnant mon cœur d’homme… et d’enfant.
Dans ma première version, sur la demie-sphère basse, "je" réussissais à couper d’un coup de ciseaux les anneaux emprisonnant le cœur de Saturne, la libérant de sa solitude et de sa tristesse, comme elle l’avait fait pour moi sur la demie-sphère haute, en bombardant vaillamment mes rempeurs. Osmose était un titre parfait.
Mais la difficulté de l’exercice d’un point de vue formel m’a contraint à revenir à ma première idée, plus simple.

"…je noterais ainsi : forme = passio ; qualité de langue = bcp+ ; choix du concept = bcp ; pertinence de la démonstration = bien. La moyenne donne une hésitation entre le bcp- et le bcp, l'audace de l'exercice me conduit au second."
Warning ! Ma remarque est à prendre au second degré : y a-t-il des coefficients ? Car chez moi, la moyenne des quatre oscille entre beaucoup et beaucoup + ???

David (beaucoup) :
"C'est très joli à regarder, ce cercle et ces anneaux, les deux phrases sont un peu "alexandrines", allongées, fluides, ce qui donne une aura poétique aux propos."
Votre regard ne manque pas de discernement, mais "lui", dans mon intention, n’est pas "un astre" ni même "une ile". Moi qui suis habitué aux alexandrins, faire sonner ces vers irréguliers était une gageure, sans rimes qui plus est. Mais la poésie libérée s'explore comme un champ d’invention extraordinaire.
Merci beaucoup !

STEPHANIE90 (passionément) :
"tes nuits de peines lunes laissent voyager la solitude vers une autre solitude en sanglant les silences "sous les yeux carmin des étoiles". (…) Une belle histoire d'amitié et d'osmose sous les anneaux de Saturne."
Je ne suis pas étonné que tu me cites, moi l’auteur ("tes nuits") comme ce solitaire qui voyage vers la solitude d’une planète lointaine. Car c’était bien mon intention…

"Attention, il y a une agitation incroyable et une effervescence dans ces anneaux, vagues, collision, accumulation de matières. De quoi alimenter les rêves... Sourire !"
Bien sûr ! Je ne sais d’ailleurs dans quel dessin animé de mon enfance des animaux faisaient du patin à glace sur les anneaux ! C’est ça, la poésie. Même la force gravitationnelle n’a pas d’emprise sur elle… ;)
Merci beaucoup pour ta fidélité sur mes publications !

Manuelent (un peu) :
"voilà une belle idée que cette fusion de deux disciplines…"
…que l’on appelle un calligramme. Oui, toutefois, dans l’état actuel de mes connaissances, le langage html sur Oniris limite la création. Ainsi, je n’ai pas pu reproduire l’original à 100%.

"J'ai imaginé l'excellence en rêvant d'une plume experte pouvant orner ce dessin par des rimes, histoire de créer une mélodie."
Je ne vois la relation entre "l’excellence" et la présence de "rimes" ; l’idée de faire des rimes ne m’a même pas traversé l’esprit, la musicalité des vers ayant pourtant été l’un de mes premiers soucis.

"J'aurais tant aimé un sens direct avec la planète (ou le géant). Pourtant, vos vers (et ce néologisme !) ne m'ont pas touché, je l'avoue."
Je ne suis pas sûr de comprendre votre regret ; qu’appelez-vous "sens direct avec la planète (ou le géant)" ? Désolé que ce poème n’ait pas su vous toucher. Chacun sa sensibilité… mais elle peut évoluer :p) En tout cas, merci beaucoup pour votre sincérité.

Je profite de ce post pour adresser mes remerciements sincères au CE concernant la publication de mes deux premiers poèmes (A neuf ans et demi et Pour mes dix ans) et remercier les commentateurs ayant — à l’époque — donné leur avis, remarques et conseils précieux : Gemini, Vincente, papipoete, sympa, TheDreamer, PIZZICATO, Francis, Lulu, embellie, jfmoods, Miguel, Robot, emilia, BlaseSaintLuc, Hananké et ClaireDePlume.
Nouvellement arrivé sur le site, je ne savais ni où ni comment dire merci ! Mieux vaut tard que jamais.

Pour finir, une petite pensée à PIZZICATO et senglar, que je ne vois plus parmi nous depuis un certain temps…

En espérant leur retour bientôt !

Allez, un petit bouquet de fleurs pour chacun d'entre vous !

Contribution du : 26/09 15:29:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de mon poème "Osmose"
Expert Onirien
Inscrit:
12/05/2016 20:15
De Vendée (85)
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 4765
Hors Ligne
Bonjour Davide,

J'aime beaucoup ce que tu dévoiles au sujet des prémices et de l'exégèse du poème, et cette idée fondatrice de Saturne "narratrice, partenaire de ta solitude" est vraiment excellente. Je regrette très sincèrement de n'avoir pu m'y fondre tout simplement.

J'ai relu le poème à la lumière de ton éclairage, donc oui je comprends et j'apprécie toutes tes intentions. Cependant, je considère qu'elles sont un plus, elles sont ton jardin secret que tu dévoiles ici aimablement, mais elles sont propriété de l'auteur et non propriété du poème quand il passe de "l'autre côté de sa vie", celle où il devient objet à lire. Le lecteur doit être "informé" de tout ce que l'auteur jugera bon de lui communiquer en première intention avec son texte, ton poème donc, soit : un titre, un exergue avec éventuellement citation, des notes de pied de page, voire, et c'est le cas ici, une mise en forme graphique particulière. La matière littéraire à disposition du lecteur est cet ensemble de matériaux. Lui va en faire ce qu'il en veut : lire ou pas, adopter, le fond, le style ou pas, réécrire dans les mots que son oreille entend, ou pas, ressentir et être saisi, etc…
Ne t'offusque pas, je cherche simplement à débusquer ce qui m'a fait louper un bout de ta très belle intention. Je crois que c'est essentiellement ma difficulté à identifier la deuxième "solitude" ; d'ailleurs, je remarque que dans quinze commentateurs, aucun n'est clair sur cette saisie, seule peut-être Stéphanie90 semble le sous-entendre ; chacun s'en est arrangé ou s'en est passé, c'est très bien, ça ne me pose aucun soucis, chacun savoure en fonction de ses perceptions. Par contre moi, j'ai une petite frustration qui demeure, car mon appropriation a en été un peu affectée.

Du coup ma mise en perspective entre la solitude de l'astre et de l'homme en général, dissone bien entendu. Mais ta problématique/configuration est très intéressante :
"La comparaison avec l’homme devait être plus étoffée à l’origine, ayant eu l’intention de peindre Saturne comme un immense cœur "emprisonné" (et non protégé) par ses anneaux, dans l’univers, en parallèle des cent mille rempeurs condamnant mon cœur d’homme… et d’enfant.
Dans ma première version, sur la demie-sphère basse, "je" réussissais à couper d’un coup de ciseaux les anneaux emprisonnant le cœur de Saturne, la libérant de sa solitude et de sa tristesse, comme elle l’avait fait pour moi sur la demie-sphère haute, en bombardant vaillamment mes rempeurs. Osmose était un titre parfait.
Mais la difficulté de l’exercice d’un point de vue formel m’a contraint à revenir à ma première idée, plus simple.
".
J'adore ce coup de ciseaux coupant "les anneaux emprisonnant le cœur de Saturne".

"Osmose était un titre parfait", mais oui d'accord, sauf pour un esprit dérouté alors par ce que je viens d'expliciter plus haut.

Bon pour la notation, je suis d'accord que la moyenne avec des coefficients 1 aurait donné un bcp+, mais je t'avouerais le trouver un brin gommant la frustration citée plus haut. Du coup, j'ai sauté le +. Et puis, mais alors aussi au "second degré", j'ai dû faire un mix entre ton échelle de notation et la mienne, car j'ai remarqué que chez toi, bcp+, est exceptionnel. :))

Très amicalement
Vincente

Contribution du : 26/09 18:55:42
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de mon poème "Osmose"
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
De Rhône-Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 13954
Hors Ligne
Salut,

je viens lire ce forum après avoir commenté le texte et je suis assez loin de tes intentions dans mon interprétation.

Peu importe!

Agréable tant graphiquement que poétiquement.

Contribution du : 27/09 12:03:48
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de mon poème "Osmose"
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3292
Hors Ligne
Vincente,

En effet, ma posture d'auteur me pose souvent bien des problèmes, je ne sais jamais comment "aiguiller" mes lecteurs, s'il faut orienter leur lecture en fonction de mon intention - et à quel point -, les laisser libres d'interpréter en fonction de leur propre vécu et ressenti. Pour exemple, sans mentir, j'ai changé 7 fois d'exergue pour ce poème, avec toujours cette même difficulté de jaugeage : dois-je tout dire, à peine insinuer, suggérer ? C'est non sans dépit que j'ai laissé Quand deux solitudes se rencontrent... avant l'envoi du texte à Oniris.

Tu dis : "je cherche simplement à débusquer ce qui m'a fait louper un bout de ta très belle intention. Je crois que c'est essentiellement ma difficulté à identifier la deuxième "solitude""
En effet, cela démontre combien j'ai du mal à me mettre à la place de mes lecteurs. Car l'affleurement de cette deuxième "solitude", même implicite, ne me semblait pas si difficile à déceler, à visualiser. Et pourtant...

Bon, si tu mets "Beaucoup" tout en étant "frustré", je ne vais pas me plaindre et considère m'en être plutôt bien tiré.


Merci tout plein pour tes éclairages avisés, ils sont un précieux cadeau dans mon "voyage en terre poétique".

Mes amitiés,

Davide

Contribution du : 27/09 12:06:06
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de mon poème "Osmose"
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3292
Hors Ligne
Robot (beaucoup +) :
"La figure est originale et je tiens d'abord à saluer ce travail. (...) J'ai bien apprécié l'originalité de l'image, de la forme et du fond."
Merci beaucoup pour votre lecture intéressée.

Pour répondre à vos interrogations :
- "rempeurs" : remparts + peurs
- "peines lunes" est un jeu de mots avec "pleines lunes"
- "satelliturnes" est une fusion des mots "satellites" et "Saturne"

Pouet (bien +) :
"Pour ma part, j'y ai vu un éternel recommencement amoureux, mais ce n'est peut-être pas l'intention de l'auteur."
Chacun peut y voir ce qu'il veut y voir, mon intention n'ayant pas été clairement exprimée... Mais j'aime bien cette proposition d'un "éternel recommencement amoureux", qui peut en effet trouver son sens dans les diverses expressions et jeux de mots.

"je salue le calligramme très réussi"
Merci beaucoup !!!

Contribution du : 27/09 12:17:34
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de mon poème "Osmose"
Organiris
Inscrit:
01/07/2009 13:04
De Besançon
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 17771
Hors Ligne
Bonjour Davide,

Je réagis à ce que vous dites au sujet de vos mots de présentation mis en exergue et notamment cette difficulté que vous avez rencontrée au moment de les rédiger. En fait, je réalise que face à ce poème, comme nombre d'autres, d'ailleurs, mais celui-ci particulièrement du fait de sa présentation qui a tout de suite attiré mon attention, je n'ai pas du tout pris connaissance de ces mots… Si j'avais lu "Quand deux solitudes se rencontrent…" Cela aurait orienté ma lecture, sans qu'elle ne l'en éloigne complètement de celle que j'ai effectuée, mais je me dis que je n'aurais peut-être pas du tout pensé à la question de Blaise Pascal au passage, alors qu'elle m'a effleurée l'esprit, et donc ouverte à d'infinies lectures, si je puis dire…

Dans tous les cas, comme je le disais à Pouet sur son dernier très beau poème, il y aura toujours une représentation "auteur" avec son imaginaire, sa vérité et/ou son inspiration et une représentation "lecteur" qui seront toujours, quelque part, à la fois proches et différents, même si tout est fait pour que ces regards ou représentations se rejoignent au plus près. Mais peut-être est-ce là un beau mystère de la littérature ? Ou un bel enjeu ?

Contribution du : 27/09 12:18:48
_________________
Inspiration ou poésie...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de mon poème "Osmose"
Expert Onirien
Inscrit:
12/05/2016 20:15
De Vendée (85)
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 4765
Hors Ligne
Bonjour Davide, et merci de ton retour.

Oui, c'est sûrement une des problématiques les plus délicates en poésie, l'expression est un reconditionnement "extraordinaire" d'une advenue, le choix du "trop dire" et du "pas assez" doit déclarer "le plus" avec "le moins de mots", d'où toutes ces "astuces" sémantiques et métaphoriques pour obtenir la pertinence maximale en vue de l'assentiment à l'ouvrage.

Je crois ainsi qu'au-delà de la difficulté d'évoquer avec singularité, le grand objectif doit être de ne pas négliger son rapport au lecteur, tu nommes cela "posture d'auteur", je reprendrais la formule avec toi d'un plein accord. Écrivons-nous pour nous-même, ou dans l'espérance d'un partage ? L'un et l'autre pour la plupart d'entre nous, il y a donc bien lieu de se soucier de l'un et de l'autre.

Amitiés
Vincente

Contribution du : 27/09 12:37:24
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de mon poème "Osmose"
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3292
Hors Ligne
Lulu,

Merci pour votre éclaircissement. Notre vécu personnel et notre expérience de la poésie conditionnent notre "ressenti", ce qui émerge en nous lors d'une lecture, directement, et après analyse du texte le cas échéant.
Guider le lecteur ? Peut-être. Mais nous ne pouvons pas l'obliger à ressentir ce que nous, auteurs, nous voulons qu'il ressente. Pour prendre l'exemple de mon calligramme, l'exergue aurait pu réduire - circonscrire - la liberté d'interprétation ; oui, mais dans une maigre mesure, je pense. Toutefois, à mon sens, il aurait été utile de restreindre ce "champ des possibles" pour que l'ensemble trouve une véritable cohésion... Vous parlez d'un "mystère" et d'un "enjeu" ! Ces deux mots me parlent beaucoup, vous savez...

Contribution du : 28/09 18:56:07
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos de mon poème "Osmose"
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3292
Hors Ligne
Vincente,

"...le choix du "trop dire" et du "pas assez" doit déclarer "le plus" avec "le moins de mots", d'où toutes ces "astuces" sémantiques et métaphoriques pour obtenir la pertinence maximale en vue de l'assentiment à l'ouvrage."

Tu exprimes pertinemment cette "juste mesure", cet équilibre à trouver en tant qu'auteur. Nous n'écrivons pas que pour nous-même lorsque nous décidons de soumettre un de nos textes à Oniris !
Une certaine distance d'avec son poème est requise ; il faut apprendre à le lire avec les yeux de ceux qui le découvrent, un regard "poli", neutre. Une vraie gageure, en somme.
Merci pour ces précisions.

Contribution du : 28/09 19:06:12
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019