Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


A propos du poème "L'être inhumain"
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3313
Hors Ligne
Merci à Oniris pour la publication de ce poème, à toute « l’équipe » qui travaille dans l'ombre, ainsi qu’aux commentateurs et commentatrices.

Dans ce poème, j'ai voulu m'amuser dans le cadre rigoureux du « classique », dont les limites m'aident actuellement à développer ma créativité.
Aussi, l’écriture de ce poème détonne-t-elle par rapport à mes précédentes publications, mon style de composition habituel étant davantage porté sur des choses plus délicates (si je puis m'exprimer ainsi).

Après les retours, je me rends compte effectivement d’un certain hermétisme, un texte plutôt confus, trop précieux, trop intellectuel, trop ampoulé… pour reprendre les mots que vous avez utilisés. Je suis bien d’accord !

Quel est mon regard sur ce texte ? En réalité, ce texte ne se veut pas une critique pessimiste de l’inhumanité de l’homme envers l’homme, mais davantage un hommage à ceux qui osent (et ont osé) rêver, à ceux dont le courage et l’innocence portent (et ont porté) le monde vers plus de conscience, vers plus de liberté. Se battre jusqu’au bout pour ses valeurs, choisir la mort plutôt que la soumission ou le renoncement. Un regard noir, oui, mais traversé d’un espoir sans limites…
Ainsi, la fin du poème, avec la guillotine, peut être un hommage de l’exemple de Sophie Scholl pendant la Seconde Guerre mondiale (mais il y en a tant d'autres...)
Merci Vincente d’avoir si magnifiquement exprimé mon intention et Provencao d’avoir tout aussi justement éclairé un autre versant de ce que j’ai tenté d’évoquer.
Merci senglar pour votre commentaire étayé, vous avez bien compris : pour résumer, je pourrais reprendre le vers de Frenchkiss, mais - j'espère qu'il ne m'en voudra pas ! - je recopie plutôt la citation de Liu Xiaobo (que je ne connaissais pas) :
"Je préfère payer le prix élevé du danger que vivre dans le mensonge et renier ma propre conscience"
(Magnifique ! Merci senglar).

Dans ma pensée, « l’oracle de Po » et la « jungle sénile » sont autant de périphrases pour désigner le monde actuel, rongé par une « page d’histoire » qui n’est pas des plus glorieuses. « Mon courage a brûlé », car des gens sont morts brûlés vifs pour avoir désobéi à l’ordre établi.

Le « gris » des « loups gris », Anje, ne désigne pas la couleur, mais l'espèce des loups. Merci pour la sincérité de la remarque. Du reste, les « Loups gris » est aussi une organisation turque extrémiste et potentiellement très dangereuse.
D’ailleurs, PIZZICATO, ne dit-on pas que l’homme est un loup pour l’homme ? En ce sens, nul besoin d’appeler un chat un chat, la métaphore me paraît suffisamment explicite. N’est-ce pas ? En tout cas, merci pour le commentaire.

TheDreamer, le vers « Mines d’argent, mines de plomb, mines de sel » est un trimètre, il n’y a donc pas de problèmes de césure. Merci pour l'observation.

Pour la rime Po/peau, j’avais un doute, mais j’ai tout de même présenté le poème en classique. Il a été retenu, donc… (pour répondre aux interrogations de Mokhtar, papipoete et TheDreamer).
Mais je suis bien d’accord : les rimes Po/peau, troupeau/drapeau et Achille/Eschyle ne sont pas des plus expressives et appropriées dans un poème de facture classique.

Concernant les virgules, Mokhtar, je retiens votre proposition pour le vers 1, mais concernant le vers 8, la virgule après « crime » ne gêne pas la prosodie. Il faut le lire en 6/6 syllabes, normalement (je réponds également à Anje) :
« Pour chaque crime, l’hom / me agite son drapeau »

Moi qui pourtant n’aime pas l'hermétisme et le critique systématiquement, je dois reconnaître que j'en fais...
Aïe, aïe, aïe, Davide, ça ne va pas ! Tant pis pour cette fois !
À l’avenir, je m’efforcerai de ne plus envoyer à Oniris des textes confus, ça ne me réussit pas

Merci à tous pour vos commentaires, Mokhtar, Miguel, Gabrielle, Donaldo75, Hananke, sympa, Anje, Provencao, papipoete, TheDreamer, poldutor, PIZZICATO, Vincente et senglar, qu’ils soient positifs ou négatifs, je les reçois tous comme des cadeaux précieux.


Davide

Contribution du : 01/06 19:29:57
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos du poème "L'être inhumain"
Maître Onirien
Inscrit:
14/06/2013 14:24
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 16594
Hors Ligne
Bonsoir et merci du retour

Toute poésie digne de ce nom doit avoir un brin plus ou moins
fort d'hermétisme pour forcer le lecteur à s'investir dans le texte.

Autrement, ce n'est que de la prose rimée.

Bonne soirée.

H

Contribution du : 01/06 20:04:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos du poème "L'être inhumain"
Maître Onirien
Inscrit:
01/10/2013 22:51
De Montpellier
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 14884
Hors Ligne
Citation :

Davide a écrit :
D’ailleurs, PIZZICATO, ne dit-on pas que l’homme est un loup pour l’homme ? En ce sens, nul besoin d’appeler un chat un chat, la métaphore me paraît suffisamment explicite. N’est-ce pas ? En tout cas, merci pour le commentaire.


Oui, j'avais bien compris, Davide. Je sais encore - du moins je crois- percevoir une métaphore quand elle est explicite (sic). C'est vous qui n'avez peut-être pas saisi mon allusion. Je n'aime pas beaucoup la vieille expression latine.

je pense, qui, de l'homme ou du loup est le plus dangereux ?
Alors je maintiens mon avis " appelons un chat un chat " et j'ajouterai : l'homme est dangereux pour l'homme." N'est-il pas ?

Cordialement
Pizzicato.

Contribution du : 01/06 20:42:15
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos du poème "L'être inhumain"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
27/12/2018 19:11
De au pied du col du coin
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2723
Hors Ligne
Bonsoir Davide,

je me permet de poster ici.
J'ai lu votre poésie à plusieurs reprises, et je n'ai pas réussi à y mettre un commentaire. Si, j'ai à priori compris le fond dans les grandes lignes (confirmé par votre post ici) malgré quelques incompréhensions, je n'arrivai pas à nommer ce qui me dérangeait dans l'ensemble.
J'avoue que le choix du sonnet pour ce thème m'a parût être un "mauvais" choix.
C'est peut-être juste ça, en fait. Trop réducteur de par ses contraintes prosodiques et pas assez libre à mon goût.
Mais vous n'y êtes pour rien évidement. LOL
Je suis une très mauvaise élève en classique...

Ce sera pour une prochaine fois, je n'en doute pas.

StéphaNIe

Contribution du : 01/06 22:40:21
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos du poème "L'être inhumain"
Expert Onirien
Inscrit:
15/12/2017 07:55
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Post(s): 5274
Hors Ligne
Merci Davide pour vos éclairages. Je comprends bien que le loup gris n'est pas le loup blanc (ou arctique) ni le loup rouge. Dans ma lecture, je voyais l'image du loup en général et non pas d'une race en particulier. Et s'il s'était agi du groupe des Loups gris, vous l'auriez écrit avec une majuscule. D'où ma remarque amicale.

"À l’avenir, je m’efforcerai de ne plus envoyer à Oniris des textes confus, ça ne me réussit pas". Au contraire, surtout si vous vous êtes amusé, c'est aussi motivant et formateur pour vous que pour nous. En tout cas, moi j'y trouve beaucoup. Par exemple, si je suis d'accord avec vous pour le parfait trimètre, je tâcherai d'éviter une césure entre le sujet et son verbe.

Merci Davide et bon dimanche. Chapeau de paille et chaise longue...

Contribution du : 02/06 08:03:15
_________________
L'art ne fait que des vers, le cœur seul est poète (A. Chénier).
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos du poème "L'être inhumain"
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 12416
Hors Ligne
Citation :

Davide a écrit :
Dans ce poème, j'ai voulu m'amuser dans le cadre rigoureux du « classique », dont les limites m'aident actuellement à développer ma créativité.
Aussi, l’écriture de ce poème détonne-t-elle par rapport à mes précédentes publications, mon style de composition habituel étant davantage porté sur des choses plus délicates (si je puis m'exprimer ainsi).
Après les retours, je me rends compte effectivement d’un certain hermétisme, un texte plutôt confus, trop précieux, trop intellectuel, trop ampoulé… pour reprendre les mots que vous avez utilisés. Moi qui pourtant n’aime pas l'hermétisme et le critique systématiquement, je dois reconnaître que j'en fais...
À l’avenir, je m’efforcerai de ne plus envoyer à Oniris des textes confus, ça ne me réussit pas


Bonjour Davide,

Ce qui peut sembler confus pour quelques lecteurs ne l'est pas à vos yeux d'auteur ni à ceux qui ont compris votre message, votre intention de diffuser des images dans un cadre sans débord est très honorable.
L'important est votre plaisir dans la créativité et non de faire plaisir à ceux qui vous lisent.
Je pense toujours, en tant que lectrice, qu'il me faut faire l'effort de me mettre à la hauteur d'un texte pour en apprécier l'essence et que ce n'est pas à l'auteur de baisser son niveau pour plaire à tout le monde.

Baudelaire disait :
"Parce que la forme est contraignante, l'idée jaillit plus intense. Tout va bien au sonnet : la bouffonnerie, la galanterie, la passion, la rêverie, la méditation philosophique. Il y a, là, la beauté du métal et du minéral bien travaillés. Avez-vous observé qu'un morceau de ciel aperçu par un soupirail, ou entre deux cheminées, deux rochers, ou par une arcade, donnait une idée plus profonde de l'infini que le grand panorama vu du haut d'une montagne ?..."

Ecrivez comme vous aimez écrire, ne freinez surtout pas votre créativité.
Avec mes encouragements,
Cristale

Contribution du : 02/06 09:15:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos du poème "L'être inhumain"
Expert Onirien
Inscrit:
24/02/2015 19:46
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 6569
Hors Ligne
Merci Davide pour cet appui et cet éclairage. Au plaisir de vous lire. Cordialement

Contribution du : 02/06 09:19:39
_________________
"La joie est une puissance, cultivez-la"
LE DALAÏ-LAMA
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos du poème "L'être inhumain"
Expert Onirien
Inscrit:
12/05/2016 20:15
De Vendée (85)
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 4770
Hors Ligne
Bonjour Davide,

Je suis entièrement d'accord avec Cristale et... Baudelaire :)), cependant je me dois d'apporter, de rappeler, une ouverture supplémentaire au positionnement créatif.
Il est nécessaire aussi "en libre" de choisir ses contraintes formelles, mais elles sont choisies par l'auteur et entrent dans son processus imaginatif. Quand un auteur classique choisit d'écrire dans les conventions académiques, fruit d'un affinement d'un mode d'expression, la poésie en ce qui nous concerne, il adopte la contrainte comme un marche-pied, un arsenal que d'autres plus anciens lui ont concocté puis mis à disposition. Soit !

Mais on peut, on doit, "en libre" choisir un cadre, pas forcément carré, ni rectangle, ni rond ni ovale, avec des moulures baroques (lyriques donc en littérature) ou plus sobrement profilées (comme dans un sonnet), voire plus modernes (contemporaines dans l'appellation onirienne), on peut choisir que la toile sera sans cadre, ou une simple planche. On peut dessiner sur le sol, dans le sable, on peut graver sur les arbres, calligraphier un tatouage, enfin on peut être libre... ! Comme on peut choisir la concision, le ciselage ou le déversement, etc... C'est plus ambitieux et paradoxalement plus difficile, puisqu'il ne s'agit pas d'être dans un intuitisme exclusif, il s'agit surtout, si on le décide, de partager avec ses congénères. Vous conviendrez que si l'académisme avait toujours été hégémonique, nous n'aurions pas eu le ravissement de voir s'imposer l'impressionnisme, ou Picasso, ou le jazz, etc...

Oui, je dirais avec Cristale, "Ecrivez comme vous aimez écrire, ne freinez surtout pas votre créativité.. Et puis, si l'on veut être compris de façon limpide, donnons les clés et ne bousculons pas trop les conventions de la langue. Si nous choisissons une certaine abstraction, soucions-nous de nous, le créateur (pas Dieu pour autant !), l’œil spectateur sera un juge individué et il n'appartiendra pas à l'artiste de se plaindre d'être incompris...

Vincente

Contribution du : 02/06 10:09:11
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos du poème "L'être inhumain"
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3313
Hors Ligne
Bonjour,

Tout d’abord, merci à Cristale et Queribus d’être passés me lire et d’avoir laissé un commentaire qui ne manque pas de sincérité.

Hananke, je suis bien d’accord, mais il y a une distance immense entre l’hermétisme et « laisser une part de mystère ».

PIZZICATO, je suis d’accord avec vous (mon poème en est la preuve !), mais je crois n’avoir pas bien compris votre allusion. Je ne suis pas toujours à l’aise avec l’implicite !

STEPHANIE90, merci pour votre commentaire dans ce fil de discussion. Je ne crois pas que les contraintes prosodiques soient systématiquement réductrices. Selon moi, la contrainte ne nie pas la liberté artistique, au contraire, mais il faut avoir l’inspiration pour. Et ce n’est pas vraiment le cas de mon poème…
Pour illustration, une petite citation de Christiane Singer que j’aime beaucoup et que j’avais postée sur Oniris :
« Devant une toile immense dont il ne verrait pas les bords, tout peintre, aussi génial fût-il baisserait les bras. C'est la restriction de la toile, sa limitation même qui exaltent les pinceaux. La liberté vit de la puissance des limites. Elle est ce jeu ardent, cette immense respiration à l'intérieur des limites. »
De toute façon, je vais renouer avec mes anciennes amours, des poèmes plus « moi », je dirai.

Anje : vous avez oublié le loukoum, après le loup rouge. Moins connu et moins féroce… quoique. Trèves de plaisanteries. Dans tous les cas, merci pour cette « remarque amicale », que je reçois comme telle.
Pour ce qui est de la césure entre le sujet et le verbe, je retiens la leçon, mais il est vrai que c’est une occurrence plutôt rare en poésie classique.
Merci Anje et beau dimanche (très) ensoleillé !

Cristale : vous prenez ma défense, si je puis dire, et vous en remercie chaleureusement. D’ailleurs, je ne dirai pas de mon poème qu’il est totalement hermétique, sans doute est-il quelque peu confus. En revanche, il faut reconnaître que son écriture n’est pas des plus poétiques.
Vous écrivez : « Je pense toujours, en tant que lectrice, qu'il me faut faire l'effort de me mettre à la hauteur d'un texte pour en apprécier l'essence et que ce n'est pas à l'auteur de baisser son niveau pour plaire à tout le monde. »
Je partage votre regard, mais, tout comme Vincente le précise, je le nuancerai, à moins qu’il s’agisse d’écrire pour soi, rien que pour soi...
Merci Cristale !

Vincente : je ne saurai quoi ajouter, je suis entièrement d’accord avec votre commentaire. Voir la citation de Christiane Singer en réponse à STEPHANIE90. Merci à vous !

Et merci Provencao pour votre passage sur ce fil.

Ces discussions sont toujours un immense plaisir,

Merci à vous

Davide

Contribution du : 02/06 12:58:09
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : A propos du poème "L'être inhumain"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
27/12/2018 19:11
De au pied du col du coin
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2723
Hors Ligne
Je prend enfin le temps, de venir parcourir ce fil et vos réponses.

Davide : votre poésie n'est point hermétique, non, non, non...

En tant que lectrice, je peux aussi parfois être hermétique mais j'aime beaucoup votre citation de Christiane Singer que je partage dans les grandes lignes. Même si personnellement j'aime à m'égarer plutôt dans les chemins de traverses et ne point trop brider ma plume. Mais même ces chemins de traverses ont une limite moins linéaire peut-être... Exercice parfois très difficile.

En fait, je trouve qu'il faut suivre sa voie personnelle et espérer trouver du monde sur cette voie pour partager... C'est toujours le cas sous vos écrits et c'est bien là le principal, non ?

Merci pour le partage

Contribution du : 04/06 12:37:34
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2019