Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Anatomie d'un souvenir
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
De Rhône-Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 12956
Hors Ligne
Bonjour à vous oniriens!

Un merci habituel mais jamais superflu aux correcteurs et au CE ayant permis la publication de ce pouème.

Stéphane, je vous remercie pour votre appréciation d'autant plus précieuse que vous avez été le seul à commenter mon texte en Espace Lecture. Oui LeopoldPartisan, si vous parlez du mot de présentation "confessions d'un bourreau.", cela était effectivement dispensable et il m'arrive d'ailleurs assez souvent de laisser cette case vide. leni, c'est toujours un plaisir et un honneur de recevoir des éloges d'un "vieux routier de l'écriture" tel que toi, il en va de même pour ton compère PIZZICATO que je remercie également. Vasistas et domi, vous pointez le caractère "effrayant", "dur" du poème tout en louant la forme ce qui me touche beaucoup. Vicente, dans mon idée, le "bourreau" et le "narrateur" sont une seule et unique personne, mais je comprends parfaitement que cela puisse manquer de clarté. Robot, exact, le fond est bien celui-ci, un "ancien" de la Guerre d'Algérie et l'utilisation de la tristement célèbre gégène. David, je te confirme que ce souvenir n'est pas le mien et te remercie pour la "beauté de charogne". :) papipoete, mes vers sont plutôt "contemporains" que néo-classiques je pense, et la "Ligne verte" est un film que j'ai bien apprécié. Cristale, vous n'avez rien à vous faire pardonner, bien au contraire je vous remercie pour votre passage et votre sincérité. Ce poème date d'une période, (2007/2008) où j'étais en plein dans ma période "noire", entre 15 et 25 ans j'ai écrit quasiment que des textes sombres et tente de rectifier un peu le tir aujourd'hui, ce poème marquant un peu la fin de mon obscurité, même si même si... sourdes, votre interprétation est très intéressante même si j'avoue ne pas y avoir songé lors de l'élaboration du texte. Plus banalement, l'écriture a longtemps été pour moi un refuge, un exutoire, l'existence a longtemps à l'inverse été un bourreau pour moi, pas l'écriture. myndie, au risque de paraître prétentieux ou que sais-je, je vous avoue que ce texte n'a pas été spécialement "mûri" ni travaillé, ayant la fâcheuse tendance à écrire à l'époque mes textes "à l'instinct", j'ai toutefois repris certains vers dix ans après avant de le soumettre à la publication onirienne. Hiraeth, je comprends parfaitement votre ressenti de "trop" concernant les métaphores, c'est aussi un point que je tente de travailler un peu aujourd'hui bien conscient du fait que le "trop" donc est l'ennemi du bien. Merci Zorino pour ce commentaire sur fond musical, heureux d'avoir pu te toucher. Enfin Castelmore, vous êtes effectivement dans le vrai: parmi les quelques vers que j'ai pu reprendre dans ce poème, il y a notamment le dernier qui était initialement: "C'est au pâle pardon que je dédie ces lignes."

Vraiment merci à tous d'avoir laissé une trace de votre passage, j'ai lu très attentivement tous les commentaires et chacun m'apporte quelque chose à leur manière.


Contribution du : 18/01 07:48:23
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Anatomie d'un souvenir
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
24/08/2018 12:05
De Près de ceux que j'aime
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2301
Hors Ligne
Bonjour Pouet
Compris ... sinon pardonné... qui peut réellement s’en passer ?
😊

Contribution du : 18/01 08:42:11
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Anatomie d'un souvenir
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
De Rhône-Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 12956
Hors Ligne
Oui, l'idée étant -mais vous l'aurez compris-qu' autant en qualifiant le pardon de pâle qu'en écrivant "Ce n'est pas au pardon que je dédie ces lignes", qu'il ne saurait être suffisant.
Peut-être aussi que le pardon est plus profitable à celui qui le prodigue qu'à son destinataire... Mais c'est certainement à débattre.

Contribution du : 18/01 08:51:24
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Anatomie d'un souvenir
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
24/08/2018 12:05
De Près de ceux que j'aime
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2301
Hors Ligne
« Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel. »
...
J’ai été à deux doigts de reprendrez votre signature en incipit du nouveau texte que j’ai déposé il y a deux jours ... cette pensée m’émeut profondément.

J’en ai une qui pourrait apporter sa pierre à un débat sur le pardon ... elle est d’un « philosophe «  indou Pal :

« Tout ce qui n’est pas donné est perdu »

Contribution du : 18/01 09:35:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Anatomie d'un souvenir
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
De Rhône-Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 12956
Hors Ligne
C'est en effet approprié.

Donner pour ne plus recevoir -la haine et la rancœur- rendre son cœur tout en gardant les clés.

Pouet, philosophe sous chapiteau.

Contribution du : 18/01 09:56:35
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019