Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes


 Bas   Précédent   Suivant  Le sujet est verrouillé

(1) 2 3 »


Bleu tchadri: remerciements à Bellini
Maître Onirien
Inscrit:
11/05/2009 17:20
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Primé concours
Membres Oniris
Post(s): 15081
Hors Ligne
Cher Bellini

Je vous remercie de tout cœur d’avoir commenté ce texte.
Vos remarques sont nombreuses et s’attachent à la forme et plus particulièrement à la forme classique que j’essaie de respecter.

Vous parlez d’inversions auxquelles j’aurais fait appel en guise de chausse-pieds, il s’en suit un « splendide » euphonique dont je ne connais même pas le sens.

Puis une dissertation complète sur le mot « bleu » dont la tonique serait plus puissante à la césure.
Ensuite vous relevez une autre inversion indigeste que vous qualifiez cette fois d’anastrophe dont je ne connais toujours pas le sens.

Je suis heureux que vous aimiez la métaphore du 2ème vers, même si finalement, c’est dommage, elle s’apparente à une cheville ( est-ce celle que l’on peut se fouler en se tordant le pied ?)

Aïe !Problème! Vous n’aimez pas la métaphore du 9 eme vers qui s’apparente à une synecdoque de la matière…..j’ai pas de chance, là je n’avais pas vu la possibilité d’une telle erreur si évidente pourtant.

Ouf! Vous aimez le 4 eme vers, ça m’encourage, c’est celui que j’ai le moins aimé…

Là, la suite j’ai recopié, je n’arrivais pas à tout réécrire sans faire de fautes:

Sur l’axe sémantique je relève quelques approximations dans le lexique choisi, qui affaiblissent le message, je regrette que vous focalisiez notre attention sur l’œil venimeux de l'homme analphabète, lequel, s’il est un relais incontestable du fondamentalisme, n’en est pas le principal idéologue ni responsable. Cela me parait une erreur d'aiguillage. Si tel était le cas on aurait peu d'arguments pour les combattre. Peut-on reprocher à un analphabète son obscurantisme ? Pourquoi ne pas pointer ne serait-ce que le petit doigt sur les chefs talibans, ceux qui loin d'être analphabètes prophétisent un monde soumis à la charia et entraînent derrière eux précisément tous ces analphabètes dont vous parlez et dont ils ne souhaitent surtout pas éveiller l’esprit critique, proies faciles à convaincre et à amadouer.

Enfin, enfin, enfin, pour les grains de peau………..j’aurais dû mieux en exprimer l’idée qui……e.t.c.

Vous finissez, et je vous en remercie, en me disant que ces quelques erreurs vous empêchent d’adhérer totalement au texte. Heureusement pour moi que vous l’avez donc aimé dans sa presque totalité !

Soyez sûr, cher Maître, que j’écris juste comme l’émotion me guide, loin des « toniques, anastrophes et autres synecdoques » et que si j’écris en classique, c’est pour mieux le servir, mieux le faire aimer à ceux qui le lisent, à des années lumières de la prosodie.
J’écris Monsieur avec mon cœur et je n’ai que très peu de technique.
Si vous avez envie de savoir l’idée que je me fais de la poésie, lisez la préface de « l’Anthologie de la poésie de Pompidou »
« Qu’est-ce donc que la poésie? Qu’est-ce que l’âme? On peut constater chez un homme toutes les manifestations de la vie, les analyser et les décrire; on peut — nous l’avons tous fait au collège—analyser un poème étudier composition, vocabulaire, rythme, rime, harmonie. Tout cela est à la poésie ce qu’un cœur qui bat est à l’âme. Une manifestation extérieure, non une explication, encore moins une définition. »

Toutefois, Maître Bellini, il est extrêmement dommage qu’avec votre grande science de la poésie classique et de sa prosodie, nous n’ayons encore pu lire sur Oniris le moindre exemple de vos poèmes, cela devrait être magique.

Quant aux miens, vu l’impossible parcours qu’il me reste à accomplir pour vous plaire, en totalité, le mieux serait que vous ne les lisiez pas, et si par hasard cela se produisait, ne les commentez pas je vous prie.
Voyez-vous, lorsque l’on est un nain il est difficile de côtoyer un géant.

Merci

Vous auriez pu ne pas être touché par ce texte tout en étant touché par la cause, je l’aurais parfaitement compris et je vous aurais répondu avec le même respect que je répondrai à tous.
Un post suivra pour remercier toutes celles et ceux qui ont commenté ce texte qui me tient particulièrement à cœur

Contribution du : 19/09 18:48:43

Edité par plumette le 20/9/2021 17:49:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Bleu tchadri: remerciements à Bellini
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
26/05/2020 16:47
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 1837
Hors Ligne
Je n'ai pas de temps à perdre avec vos humeurs, mon commentaire n'existe plus.
Bellini

Contribution du : 19/09 18:55:54
_________________
Mais qu'est-ce que la poésie, sinon un torchon humide sur le rebord d'un évier ? (Charles Bukowski)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Bleu tchadri: remerciements à Bellini
Maître Onirien
Inscrit:
28/04/2010 15:29
Groupe :
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Évaluateurs
Post(s): 10770
Hors Ligne
Vous n'assumez donc pas vos propos Bellini ? Faudra-t-il aussi supprimer votre post dans quelques instants, jours, semaines ?

Contribution du : 19/09 18:58:46
_________________
Dans une poignée de sable de la route, j'ai mis un rayon de soleil qui brille, un murmure du vent qui se lève, une goutte du ruisseau qui passe et un frisson de mon âme, pour pétrir les choses dont on fait les histoires.
Jean Ray - Les derniers contes...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Bleu tchadri: remerciements à Bellini
Maître Onirien
Inscrit:
28/04/2010 15:29
Groupe :
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Évaluateurs
Post(s): 10770
Hors Ligne
@ pieralun : je n'ai pas encore commenté votre texte, mais je l'ai trouvé juste magnifique et très à propos. Avec une grande sensibilité sur un thème extrêmement difficile. Bravo et merci...

Contribution du : 19/09 19:00:59
_________________
Dans une poignée de sable de la route, j'ai mis un rayon de soleil qui brille, un murmure du vent qui se lève, une goutte du ruisseau qui passe et un frisson de mon âme, pour pétrir les choses dont on fait les histoires.
Jean Ray - Les derniers contes...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Bleu tchadri: remerciements à Bellini
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 40004
Hors Ligne
Rien qu'à lire les premiers mots de ce poème, et son abominable thème, je suis écoeuré que l'on puisse en chercher la petite bête, comme parlant des femmes afghanes " pour surfer sur l'actualité ! "
Certes l'auteur n'a pas besoin de mon soutien, mais face à ce pinaillage devant ce cri du coeur, écrit avec des lettres de sang, je félicite également le commentateur pour sa très grande délicatesse, oui cela me stupéfie...on se croirait sur C 8 !
papipoète, fort peiné

Contribution du : 19/09 19:02:37
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Bleu tchadri: remerciements à Bellini
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
26/05/2020 16:47
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 1837
Hors Ligne
Framato,
Je ne sais pas qui vous êtes pour balancer des arguments à deux balles et me dire que je n’assume pas mes propos. Question rhétorique vous ne me semblez pas au niveau.
J’en ai juste marre de tous ces auteurs qui ne supportent pas la critique. Alors pour moi, les commentaires c’est terminé et les forums débats aussi. Ça fera des vacances à tout le monde.
Bellini

Contribution du : 19/09 19:14:23
_________________
Mais qu'est-ce que la poésie, sinon un torchon humide sur le rebord d'un évier ? (Charles Bukowski)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Bleu tchadri: remerciements à Bellini
Maître Onirien
Inscrit:
28/04/2010 15:29
Groupe :
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Évaluateurs
Post(s): 10770
Hors Ligne
Je n'ai balancé aucun argument. Question rhétorique, vous devriez mieux choisir vos mots. J'ai juste constaté vos actes et leur succession.

Acte 1 vous pondez un commentaire très élaboré (mais aussi fort blabla) pour dire que vous n'êtes pas entré dans ce texte parce que vous l'auriez écrit autrement (je fais un gros raccourci, je le concède)

Acte 2 l'auteur vous répond que c'est du blabla et que c'est lui l'auteur (je raccourci à nouveau)

Acte 3 vous retirez votre com, tout comme vous avez demandé que l'on retire vos posts dans un autre forum, il y a quelques jours.

J'ajoute un acte 4 : sans envoyer de texte (vu votre profil), sans faire de commentaire, sans participer aux forums, il vous reste ce qui est à votre niveau et de votre choix : la cour de récré.

Bon amusement Bellini !

Contribution du : 19/09 19:47:37
_________________
Dans une poignée de sable de la route, j'ai mis un rayon de soleil qui brille, un murmure du vent qui se lève, une goutte du ruisseau qui passe et un frisson de mon âme, pour pétrir les choses dont on fait les histoires.
Jean Ray - Les derniers contes...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Bleu tchadri: remerciements à Bellini
Maître Onirien
Inscrit:
11/05/2009 17:20
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Primé concours
Membres Oniris
Post(s): 15081
Hors Ligne
Comprenez juste que votre commentaire ne porte que sur l’extrême complexité de la prosodie, avec des termes, des comparaisons dont quasiment personne n’a entendu parler.

Vous m’auriez juste écrit ne pas être touché par mon texte, bien qu’étant très peiné par le sort de ces femme Afghanes que je vous aurais compris et remercié d’être présent.

Mais Bellini, la poésie, classique ou non, n’est pas juste une question de rimes, de chevilles, synérèses et autres diérèses ou je ne sais quel autre terme barbare.
L’émotion est tout de même plus importante et vous avez le droit de ne pas la ressentir, mais relisez votre commentaire qui assassine un texte avec des arguments illisibles.
C’est tout de même dommage et tous ceux qui sont sur ce site pourront témoigner que, jusqu’ici, je n’ai jamais jamais refusé la moindre critique.

Contribution du : 19/09 19:57:19
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Bleu tchadri: remerciements à Bellini
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
26/05/2020 16:47
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 1837
Hors Ligne
Framato,
Je vais juste vous demander de mieux contrôler vos paroles assez méprisantes de cour d’école (mon blabla et mon niveau cour de récré). Je sais aussi m’emballer assez vite s’il le faut.

Je ne suis pas ici pour chialer et cirer des pompes sous prétexte qu’un auteur a écrit un texte sur une afghane obligée dorénavant de porter le tchadri. La gravité de la tragédie est tellement flagrante que j’éprouve même une sorte de gêne à souligner cette évidence dans un commentaire. Alors les commentaires du style : « bravo Pieralun, on ne sort pas indemne de votre texte », très peu pour moi. Les ultras sensibles, incapables d’affronter un texte autrement que par les larmes de la triste réalité qu’il évoque auraient donc seuls le droit de s’exprimer ? Je n’accuse pas Pieralun d’évoquer un thème d’actualité, bien au contraire, je dis juste qu’il me semblait avoir le droit de fonder ma critique (dans le sens de commentaire) sur des arguments littéraires que je jugeais mieux adaptés ici que sur un site de cuisine. Vous m’apprenez que je fais fausse route et qu’ici on préfère la confiture aux épices. Dont acte, je vous laisse à vos chaudrons.

Pieralun,
Question émotion, vous exprimez de telles évidences que je ne vois pas vraiment l’intérêt d’insister sur ce point. Garder le tête froide n’est pas un signe d’indifférence, juste de lucidité. Le problème, c’est que je n’ai rien trouvé dans votre texte qui dépasse le rappel d’une loi scélérate et la triste condition des femmes. J’ai le droit ? Vu comment vous réagissez, je suis content de ne pas en avoir parlé.
Ah bon, vous n’avez jamais refusé la moindre critique ? C’est une plaisanterie ou bien vous avez déjà oublié le même emportement récent contre Socque ?
Vous avez créé l’orage, ne vous étonnez pas que le tonnerre suive. Je suis tout sauf un enfant de cœur, et pas besoin d’être deux pour lutte contre un clan quand tout le monde marche en enfilade.

Et cette autre remarque de votre plume, où l’on devine toute une force ironique propre à terrasser l’adversaire : « Toutefois, Maître Bellini, il est extrêmement dommage qu’avec votre grande science de la poésie classique et de sa prosodie, nous n’ayons encore pu lire sur Oniris le moindre exemple de vos poèmes, cela devrait être magique. » Brrr… ma vanité remise à sa place en tremble, en même temps que pour d’autres raisons j’en

Bonne nuit à tous
Bellini

Contribution du : 19/09 20:47:50
_________________
Mais qu'est-ce que la poésie, sinon un torchon humide sur le rebord d'un évier ? (Charles Bukowski)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Bleu tchadri: remerciements à Bellini
Maître Onirien
Inscrit:
11/05/2009 17:20
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Primé concours
Membres Oniris
Post(s): 15081
Hors Ligne
Contre Socque ????????????????
Montrez la moi !
Si j’ai tort je le reconnaîtrai

Contribution du : 19/09 20:59:24
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 »

 Le sujet est verrouillé




Oniris Copyright © 2007-2020