Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


Cœur de terre
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
De Rhône-Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 13954
Hors Ligne
Bonjour à vous, amis de l'Onirie!

Un remerciement au CE et aux correcteurs pour avoir participé à la publication de ce pouème.

Pouème qui -je m'en doutais bien- soulève pas mal d'interrogations. C'est voulu oui et non, c'est un peu mon écriture qui emmène parfois les mots un peu en dehors du raisonnement. Bon, il y a tout de même une "démarche" et un "sens" que je vais tenter d'expliciter en gros, sans forcément entrer dans tous les détails.

Certains commentateurs y ont vu un père et sa fille: c'est bien le cas.

Peut-être deux vers qui peuvent -peut-être- éclairer un peu la chose, un au début et un à la fin:

les saules aux capes tristes sont ma seconde peau

l'espoir ne suffit plus pour que brille l'osier


L'osier est fabriqué avec des pousses de saule, l'osier est aussi un symbole d'éternité. L'autre symbolique étant -peut-être la plus importante bien que n'étant pas forcément porté sur la religion- le panier dans lequel Moise fut ballotté sur le Nil. Avec le premier vers j'annonce le lien inextricable d'un père avec sa fille, avec l'autre je me fais plus pessimiste concernant la résilience d'un abandon.

Le "sujet" principal du texte est un père qui souffre de l'abandon réel ou métaphorique de sa fille. Abandon par la mère auquel il aura certainement participé implicitement, ou pas.

Le reste des métaphores est principalement axé sur son "naufrage" (beaucoup de termes maritimes) et de son enfermement (la forêt intérieure)

Voià en gros ce que je peux en dire.

Merci beaucoup à myndie, Ioledane, Cat, Vincente, leni, troupi, Manuelent, Davide, krish, Marite, hersen de m'avoir laissé vos impressions.

Contribution du : 24/09 14:02:39
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Cœur de terre
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3292
Hors Ligne
Merci pour ces explications, Pouet.

En effet, un poème qui ne manque pas de charme, mais d'une approche bien difficile. Trop complexe pour moi...


Au plaisir de vous relire,

Davide

Contribution du : 24/09 17:05:46
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Cœur de terre
P'tit nouveau
Inscrit:
16/09 10:25:48
Groupe :
Membres Oniris
Post(s): 4
Hors Ligne
C'est vrai que l'approche est difficile, mais c'est ce qui m'a plu dans votre poème... On a l'impression de manger une noix de coco : c'est dur d'atteindre la partie mangeable, mais la difficulté à percer la coquille ne rend le contenu qu'encore plus savoureux!
Mais sinon, cette thématique me touche beaucoup, je n'ai moi-même pas encore d'enfants, mais qu'est-ce que ça me fait trembler, ces histoires de parents qui ne savent plus comment parler à leurs enfants...

Contribution du : 24/09 17:17:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Cœur de terre
Apprenti Onirien
Inscrit:
13/09 23:30:29
Groupe :
Utilisateurs bannis
Évaluateurs
Membres Oniris
Post(s): 164
Hors Ligne
Après maintes lectures et vos explications, je ne parviens pas à entendre le cri d'un père. Pour moi ce sera la "complainte d'une terre", zone qui comprend bord de mer et forêt. Hors de cette zone est l' Ailleurs, l'inconnu. La nuit, seule semble apaiser cette "vieille" zone tourmentée.
Ce scénario rend ma lecture rationnelle, vos éclaircissements sont la pénombre.

Contribution du : 24/09 17:19:52
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Cœur de terre
Expert Onirien
Inscrit:
12/05/2016 20:15
De Vendée (85)
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 4765
Hors Ligne
Salut Pouet,

Je voulais te dire combien ce poème ne doit pas avoir vocation à être compréhensible à chacun. Dans une telle expression, je veux parler de son registre intimiste, qu'il soit de source personnelle, ou transposée ou imaginée, la prégnance intérieure, il n'a pas, pour moi, d'obligation de "parlance" à chacun ; le lecteur sentira ou pas des résonances dans son chargé personnel. L'intime a nécessité à être pudique, il y va de son intégrité.

D'autre part, bien que je n'ai pas décelé la symbolique d'éternité du saule, ni celle de sa correspondance avec l'osier (et pourtant à te lire, je me dis : mais oui bien sûr !), ni celle biblique du panier sur le Nil, j'ai été séduit par ce dévoilement que tu nous y apportes maintenant. Je regrette d'ailleurs, par contre, que nous nous ne permettions pas plus souvent les petites notes de bas de page qui enrichiraient une lecture rétroactive. J'aime bien découvrir moi-même une richesse cachée, mais quand ce n'est le cas, j'apprécie que sa voix me souffle sa volonté narrative.

Et puis, tu me donnes indirectement réponse à ma question sur l'absence de la mère, puisqu'elle est partie avec l'enfant. Cette petite fille-nuit, je la voyais celle qui jaillissait de la nuit du papa dépressif, mais elle serait donc aussi celle qui y demeure dans l'ombre, comme un phare à la lueur évidente et pourtant signifiant la tourmente.

Merci Pouet pour ce très beau poème, sa "réussite" vient aussi à mes yeux de la réappropriation que chacun pouvait en faire grâce à ses propres ressorts empiriques.

Contribution du : 25/09 11:34:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Cœur de terre
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
De Rhône-Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 13954
Hors Ligne
Bonsoir,

merci Davide, Fullback, Manuelent et Vincente pour vos mots.

Un texte sans doute un peu trop obscur, je ne sais. Un poème qui n'a rien de personnel, même si il y a forcément une part de soi en chaque écrit.

En tant que lecteur, j'apprécie quand un texte me laisse une part d'interprétation, une "parlance" personnelle résonnante alors...

J'aime aussi bien l'idée que mes "éclaircissements" soient pénombres, je l'avoue! :)

Merci à Recanatese et à Papipoete d'être passés me lire. (Si mes saules ont la cape "triste", c'est parce qu'ils sont "pleureurs"...)


Contribution du : 25/09 20:07:37
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Cœur de terre
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
De Rhône-Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 13954
Hors Ligne
Oh! Que dire? Merci beaucoup Lulu pour ces éloges.

Heureux d'avoir pu vous toucher ainsi.

Contribution du : 26/09 19:58:28
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Cœur de terre
Organiris
Inscrit:
01/07/2009 13:04
De Besançon
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 17771
Hors Ligne
Pouet,

Je ne savais pas pour la symbolique de l'osier… Merci de nous avoir éclairés… J'imagine si bien toutes ces strates qui courent dans l'écriture du poème au moment où vous l'avez écrit, soit tout ce que vous y avez mis, et ce qui est beau, aussi, c'est qu'au-delà de tout ce qu'on pourra en dire, il y aura toujours plus pour l'auteur qui compose à partir de quelque chose de brut pour en faire une écriture partagée, et de même, il y aura toujours plus pour le lecteur qui compose aussi avec ce qu'il ressent et ce qu'il perçoit ou a perçu.

Ainsi, vos précisions sont fort intéressantes, et n'enlèvent rien aux sentiments éprouvés lors de ma lecture. Elles l'enrichissent…

Encore bravo Pouet pour ce beau poème !

Contribution du : 26/09 20:20:27
_________________
Inspiration ou poésie...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Cœur de terre
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
27/12/2018 19:11
De au pied du col du coin
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2708
Hors Ligne
Bonjour Pouet,

j'arrive les mains dans les poches et les yeux dans le vague.
Je suis venu lire votre poésie plusieurs fois, j'y ai vu de suite par la force noire de ces images, une certaine douleur.
Mais j'avoue que je n'ai pas su interpréter vos vers à leur juste valeur, je me suis donc abstenu de commenter n'arrivant pas à noter entre les métaphores si parlantes, qui pour moi ne collait pas avec vos interlignes centrées. Je n'ai vraiment rien compris...
Ne comprenant pas le lien entre cette petite fille-nuit que j'ai lu comme le verbe nuire conjugué.

Je comprend mieux aujourd'hui après lecture de vos explications l'intention et la sensibilité vive qui m'a secoué à la lecture. Mais j'ai vraiment été touchée par la sensibilité et la mélancolie se dégageant de votre poésie.

Alors merci pour cette lecture qui m'a titillé le cœur et les méninges.

Contribution du : 26/09 20:45:58
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Cœur de terre
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
De Rhône-Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 13954
Hors Ligne
Bonjour Stéphanie,

je comprends très bien qu'on puisse s'abstenir de commenter lorsqu'on demeure dans l'incompréhension.

Personnellement, j'aime bien -en tant que lecteur- me forger ma propre interprétation, mais conçois parfaitement un avis différent.

Pour ce qui est du verbe nuire, je pensais qu'en ajoutant le trait d'union, cela dissiperait le malentendu.

Merci à vous pour vos mots.


Contribution du : 27/09 11:41:47
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2019