Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Confins du solipsisme, remerciements
Expert Onirien
Inscrit:
02/07/2015 21:36
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5334
Hors Ligne
Merci au CE et aux commentateurs de *Confins du solipsisme*. Enfin un peu de succès pour ce cher Arsinor, après maintes tentatives ! Et premier du classement nouvelles !!!

http://www.oniris.be/modules/hits/nouveautes.php

Ça alors...

Merci Charivari pour voir dans cette (logo?)rrhée de l’émotion et du souffle.

Malitorne, je suis malade en effet mais ce texte est très peu autobiographique, je me suis plutôt inspiré du témoignage de mes camarades d’infortune. Ce qui est « auto », ce sont les images que j’ai ajoutées, notamment celle de la traversée de l’Atlantique par Christophe Colomb au début de la grande « section » centrale, après les petits poèmes. Ce texte recèle une critique de la psychiatrie. — Cela fait penser à ces familles qui placent leurs vieux parents dans des EHPAD.

Alfin, merci pour ce « passionnément », si rare ! en ce qui me concerne. Si vous pouvez m’indiquer les phrases fautives, je veux bien les lire. Oui, j’ai voulu un texte poignant, j’y ai réussi à vos yeux.

hersen, vous êtes à peine plus mitigée : happée, plongeon.

Vincente, merci pour votre commentaire détaillé, qui détailla aussi les appréciations. Vous avez bien compris l’objet de la logorrhée…

Pouet, merci de vous être accroché, bien que vous fassiez mentir Sartre : « il n’y a que les moules qui adhèrent. » Merci de votre passage précieux.

Eclaircie, dans l’œil du cyclone ? Peut-être, l’image est flatteuse pour le narrateur perdu. Merci pour votre appréciation non officialisée.

Plumette : « il y a un vrai talent d'écriture pour faire plonger le lecteur dans un univers violent et vertigineux au sens où la pensée qui se déroule me fait l'effet de ne pas pouvoir s'arrêter, comme si elle était prise dans une spirale. » C’est ça, la pensée ne peut pas s’arrêter. Mais vous avez saturé, dommage.

Dugenou, oui, j’en fais trop c’est vrai. Parce que j’ai voulu une condensation de ce à quoi peuvent penser les équivalents du narrateur.

SaulBerenson, bonjour, je n’avais pas remarqué votre présence sur Oniris et m’en excuse ! Texte remarquable et sans concession, dites-vous, mais sans humour. Ce n’est pas mal ! Merci !

ferrandeix, je ne saurais pas défendre l’idée que ce texte appartient à la littérature. Cela me semblait évident.

Cristale, saisissant de réalité : oui, je pense. Merci d’être épatée et merci de vos félicitations !

Contribution du : 20/12/2020 16:56
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Confins du solipsisme, remerciements
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 17567
Hors Ligne
Salut,

C'est vrai, je constate que dans mon com, "j'accroche" et "j'adhère"...
Mais à la différence de Sartre, je convoque la bernique.

J'ai écrit le même genre de texte mais plus sous la forme d'un journal, en plus "fantasmagorique", avec des licornes, ce genre de trucs...

Oniris ou le cénacle des scribouilleurs barjots...

Contribution du : 21/12/2020 07:34
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Confins du solipsisme, remerciements
Expert Onirien
Inscrit:
19/02/2013 19:13
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 5537
Hors Ligne
Bonsoir Arsinor,
Comme j’avais émis le souhait de mieux vous connaître, je suis allée exceptionnellement du côté des nouvelles, attirée par ce titre qui m’intriguait et qui est parfaitement en adéquation avec le sujet traité…, ce « burn-out mental d’un cerveau qui ne parvient pas à trouver le repos, comme une auto-mise en abyme vertigineuse et impressionnante, où il vaut mieux pour le lecteur de ne pas y plonger en apnée dans cette immersion, au risque de s’y noyer…, un témoignage bouleversant qui décrit à la fois un don extraordinaire d’extra-lucidité et le déséquilibre généré par cette maladie décrite par le narrateur (une analyse troublante de tout ce que « le mal a dit… » et sans doute riche d’enseignement pour un spécialiste… ) et toute la détresse ressentie comme un appel au secours…
J’ai lu un article dernièrement qui expliquait que le processus créatif pourrait être favorisé par ce « don » et l’art-thérapie un moyen pour surmonter ces troubles par une méthode cathartique… ; un beau défi à relever par la capacité et la volonté de produire un objet littéraire que votre talent encourage, en vous souhaitant bon courage et bonne continuation créative…

Contribution du : 21/12/2020 19:57
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Confins du solipsisme, remerciements
Expert Onirien
Inscrit:
02/07/2015 21:36
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5334
Hors Ligne
fugace, merci d'avoir donné votre parcours vers le texte, par le titre. Vous avez raison, on peut interroger ce mot de folie (inusité par la psychiatrie de nos jours et remplacé par des termes plus précis, des diagnostics qui cependant se chevauchent). Le fou est un inadapté total...

mais justement, et je me permets une ouverture qui je crois n'a pas été faite par les commentateurs, ne croyez-vous pas que celui qui se fourvoie dans cette voie de l'inadaptation sociale, vers la folie, au pire, n'est pas responsable de son état ? Quand la crise est enclenchée, on ne peut rien faire, et la psychiatrie, à mon avis, ne fait pas grand-chose en enfermant la victime... mais ensuite, cette même victime, remise sur pieds peut 1) prendre ses médicaments, étant donné que le cerveau a été endommagé 2) repenser son environnement, son projet, remettre de l'ordre dans sa vie 3) se demander ce qu'elle veut devenir : couler, accuser les membres de sa famille, habiter chez son frère, menacer de suicide et devenir comme ces sexagénaires-bébés qui bavent, dorment toute la journée et parlent fort pour ne rien dire, qu'il faut attacher à leurs chaises pour qu'ils ne fassent pas de bêtises ; ou faire-avec cette psychose, la remettre entre les mains de médecins cherchés et choisis et comprendre que même si c'est injuste, même si on a été victime de la famille, de telle entreprise, de telles personnes, qu'on ne se vengera jamais, que la vengeance est une illusion, qu'on peut tourner le dos à qui on veut, retrouver les valeurs qualifiées d'universelles et offrir son temps de travail à une œuvre qui vaille la peine. Et finalement, que reste-t-il de ma première crise psychotique ? Des médicaments à vie, une consultation chaque mois... ainsi que la destruction d'espérances que je m'étais appropriées mais qui n'étaient pas les miennes, l'image (je rougis de l'avouer) du cadre sup dans sa Ferr... dans sa Mercedes, qui fait mouche à chaque réplique, que les multinationales courtisent. Je n'en veux nullement à mes parents qui avaient fait un enfant dans ce sens, et qui étaient nés chacun d'eux dans des familles pauvres (ah, la baignoire au milieu de la cuisine chez les parents de ma mère !)

C'est pourquoi ce texte n'est pas si autobiographique que ça, c'est plutôt de l'autofiction, nourrie notamment du témoignage in situ de camarades d'infortune.

Puis-je lire votre texte, Pouet ?... avec celui qui m'a écrit et bipol, on est les 4 dingos d'Australie.

Merci beaucoup emilia pour votre magnifique commentaire.

Contribution du : 21/12/2020 21:45
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Confins du solipsisme, remerciements
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
06/02/2020 00:12
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2339
Hors Ligne
Eh oui, emilia, les schizos c'est les gens les plus créatifs sur terre !

À ce sujet, je vous conseille un livre, dont vous n'aurez peut être que peu d'usage : "Écrire pour dire, Écrire pour se dire, ateliers d'écriture en milieu psychiatrique" de Dominique Mégrier, en collaboration avec Anne Hamot, éditions Chronique Sociale.

Histoire de partager un peu sur un milieu dont je suis également issu...

Contribution du : 21/12/2020 23:21
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Confins du solipsisme, remerciements
Expert Onirien
Inscrit:
02/07/2015 21:36
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5334
Hors Ligne
Je suis stupéfait d'occuper la quatorzième place des meilleurs auteurs !

http://www.oniris.be/modules/hits/auteurs.php



C'est sur une période récente et relativement courte je présume.

***

J'aimerais être plus présent sur Oniris, notamment en matière de commentaires... mais je lis toujours aussi difficilement les autres. Les poèmes les plus clairs emportent mon suffrage en termes de... lecture totale, mais je me décourage devant la moindre nouvelle. La présentation est très compacte, les lettres sont minuscules et Internet m'ayant corrompu, ce n'est pas si interactif...

Contribution du : 19/01 05:02:13
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Confins du solipsisme, remerciements
Expert Onirien
Inscrit:
02/07/2015 21:36
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5334
Hors Ligne
Je suis stupéfait d'occuper la quatorzième place des meilleurs auteurs !

http://www.oniris.be/modules/hits/auteurs.php



C'est sur une période récente et relativement courte je présume.

Contribution du : 19/01 05:19:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020