Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 2 3 4 (5) 6 7 8 ... 13 »


Re : Défi n°1 : Une dispute, des chutes de neige ? Une nouvelle...
Organiris
Inscrit:
01/07/2009 13:04
De Besançon
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 18768
Hors Ligne
Je te réponds en mp, Plumette. Tu pourras me la communiquer par mail et je la posterai…

Luz, Tiramisu… J'ai hésité entre "chutes de neige" et "chute de neige", mais pas de différence, vraiment, dans ce que nous avions envisagé pour notre sujet de défi… tant qu'il neige, à un moment ou à un autre, ou qu'il se passe autre chose de fort avec la neige qui puisse s'apparenter à une chute de neige.

Je vais suivre la question d'hersen. A partir d'un titre, je vais tenter aussi de broder… Nous sommes partis de si peu de critères que cela laisse la porte ouverte à beaucoup beaucoup, mais en se mettant quelques balises, ça met plus en condition, ce qui n'enlève pas nécessairement le potentiel en matière d'imagination…

J'aimerais beaucoup que des personnes qui ne se sont pas manifestées sur ce fil participent aussi au dernier moment… pour une nouvelle à lire… Sinon, tant pis, il y aura d'autres occasions.

Amusez-vous bien (pour ceux qui sont encore dans la phase d'écriture, ou de recherche d'idées)…

Contribution du : 12/12/2019 21:37
_________________
Inspiration ou poésie...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défi n°1 : Une dispute, des chutes de neige ? Une nouvelle...
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 24745
Hors Ligne
Ce soir, donc, gros patacaisson, c'est la soirée du défi.

Pas d'angoisse, la boutique ferme à 23h59, heure française, donc pas de nuit blanche ni le temps de se préparer une gueule de bois.

Pour cette soirée mémorable, nous avons le concours de Phoebus officiant en tant que DJ. Voici pour mettre de l'ambiance (il s'est trompé, il nous l'a collé sur un autre fil)

https://m.youtube.com/watch?v=oqs5gkyH930

Je rappelle :

pas de carton d'invitation, une nouvelle en 3000 et 10 000caractères suffira pour entrer, petits veinards.

Il me semble qu'on avait dit qu'on ne commentera qu'à partir du lendemain (les retours de fêtes, ça se paye ) afin qu'on ait toutes les nouvelles les unes à la suite des autres sans notre flood maladif, mais que voulez-vous, on ne va pas se refaire !

Ce serait pas mal pour une visibilité égale pour tous les participants.

je suis une infatigable pessimiste du monde, mais une optimiste forcenée de l'instant. Si Papipoète veut écrire cet aprem une nouvelle, qu'il se dise qu'on attend, on attend d'ailleurs tout le monde.
Chez nous, pas d'éval ni de plume
juste de la et de la convivialité.

je me le remets, faut pas mollir !

https://m.youtube.com/watch?v=oqs5gkyH930

à ce soir tous !

ps : c'est entre nous. ceux qui veulent venir déguisés, c'est bien aussi

Contribution du : 13/12/2019 14:33
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défi n°1 : Une dispute, des chutes de neige ? Une nouvelle...
Maître Onirien
Inscrit:
27/04/2016 18:43
De Rhône
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Post(s): 12961
Hors Ligne
Merci Hersen pour le programme de notre petite soirée!

j'espère qu'il y aura des pour tout le monde.

Contribution du : 13/12/2019 14:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défi n°1 : Une dispute, des chutes de neige ? Une nouvelle...
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 14479
Hors Ligne
Citation :

hersen a écrit :

ps : c'est entre nous. ceux qui veulent venir déguisés, c'est bien aussi


Ah ? Je peux venir déguisée sous un autre pseudo ?
"hersen" par exemple ? ou une autre victime...

Contribution du : 13/12/2019 14:56
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défi n°1 : Une dispute, des chutes de neige ? Une nouvelle...
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 33341
Hors Ligne
bonjour les nouvellistes
très sympa l'invitation, mais j'ai une " reprise " en alexandrins classiques sur le feu depuis quelques jours ! Je vais m'y remettre tout de suite !
je ne suis pas amer mais sur ONIRIS, il me manque juste cela, une nouvelle même ancienne... j'y parviendrai peut-être un jour ?
Je me re-cramponnerai à l'une d'elles dont j'étais assez content !
Mais chers collègues, je vous souhaite un agréable moment, en écriture !

Contribution du : 13/12/2019 15:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défi n°1 : Une dispute, des chutes de neige ? Une nouvelle...
Organiris
Inscrit:
01/07/2009 13:04
De Besançon
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 18768
Hors Ligne
Je n'ai pas commencé… moi qui voudrais participer !

Après une semaine si chargée…, je vais essayer. Quelques heures devant moi… mais je ne garantis rien. Mais hersen a raison, c'est juste un jeu et c'est l'esprit de ce défi. Un jeu d'écriture dans la bonne humeur et la convivialité…



Bon, je ne cache pas que je serais contente de produire aussi quelque chose, ayant lancé ce défi. Mais pause, d'abord, en ce qui me concerne, car je suis épuisée de ma semaine, comme cela peut arriver à tout un chacun… Et, tout à l'heure, je verrai bien ce que je pourrai noter sur ma page blanche…

Si d'autres sont dans la même situation que moi, ça m'aiderait. Je suis une fan de l'émulation !



Au plaisir de vous lire ! Et comme le rappelle hersen, pas de commentaires avant minuit…

PS : C'est peut-être pas mal ce temps qu'on s'est donné, ça nous laisse à chacun le temps de s'organiser. On verra, plus tard, s'il faut se donner moins de temps, car le défi, c'est quand même d'essayer d'écrire en peu de temps - aussi…

Contribution du : 13/12/2019 18:24
_________________
Inspiration ou poésie...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défi n°1 : Une dispute, des chutes de neige ? Une nouvelle...
Visiteur 
J'adore ces petits moments de calme avant la tempête...

Contribution du : 13/12/2019 19:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défi n°1 : Une dispute, des chutes de neige ? Une nouvelle...
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 24745
Hors Ligne
... de neige :))

Contribution du : 13/12/2019 19:55
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défi n°1 : Une dispute, des chutes de neige ? Une nouvelle...
Visiteur 
"Vide de sens"

Un froid despotique avait corrodé son coeur : Marie-Thérèse, amour de juin, avait vu ses sentiments flétrir en automne, jusqu'à geler en décembre. Medhi, lui, était resté le même, toujours irrespectueux, mesquin, oisif ; et cette relation incapable d'évoluer avait plombé Marie, l'avait fragilisée. En elle grondaient rancoeur, colère... peut être contre elle-même. Comment avait-elle pu se laisser prendre par le joli minois de son partenaire ? Tomber dans ses filets aussi facilement ? Chaque soir, elle se maudissait d'avoir tiré un aussi mauvais numéro.

Elle espèrait encore, en vain, que Medhi la surprenne, qu'il sache enfin l'aimer à sa juste valeur. Mais la fatalité contrecarra ses attentes irréalistes : il suffit d'un rien, une réflexion anodine, une étincelle qui la fit exploser.

- Tu peux pas laisser ton Assassin's Creed et m'aider à mettre la table ?

- Mmmh ? Je sais pas, téléphone à ton père.

Les assiettes dégringolèrent. Les cris fusèrent. Des insultes, longtemps ravalées, furent éructées, Marie vomit son dégoût. Ulcérée, elle déversa toute sa rancune sur Medhi, cette petite bite, ce fils de...

Medhi fumait un joint sur le balcon, pour se calmer. Nerveusement, il se recoiffa d'une main, lissa son sweat-shirt froissé. Remarqua la tâche sur sa manche, à hauteur du poignet. Cette sale pouffe avait osé traité sa mère ! Jettant son mégot par dessus le garde-corps, hors de lui une nouvelle fois, il rentra dans la cuisine. Marie y était encore, se tenant le visage. Le filet de sang perlait toujours d'entre ses doigts. D'une enjambée, il se précipita sur elle.

Cela ne dura qu'un instant. Presque aussitôt, Marie n'était plus qu'un tas étalé par terre, ramassée sur elle-même. La douleur pulsait dans ses côtes, dans son corps tout entier. Très vite, l'hémorragie interne eut raison de sa frêle existence, ses poumons expulsèrent un ultime souffle de vie. Sa souffrance resterait à jamais inconnue, lettre morte.

Les pompiers, avertis par les voisins, retrouvèrent Medhi alcoolisé, sanglottant dans le salon. Alertèrent la police, qui l'emmena. Puis couvrirent le corps de Marie. La télévision était toujours allumée. C'était l'heure du bulletin météo : "... douze départements sont en alerte orange neige et verglas, de fortes chutes de neige sont prévues dans la nuit de vendredi à samedi, et continueront ce week-end."

Au printemps, pendant l'été, Marie-Thérèse avait été comblée. Sa joie de vivre avait été un soleil éclatant, réchauffant son coeur, le purgeant d'une enfance malheureuse, elle, enfant non désirée. Marquée par le manque d'affection de ses géniteurs, trahie par leur divorce et la garde alternée, ce vide qu'elle avait toujours ressenti en son for intérieur l'avait poussée dans les bras d'un Medhi toxique, prédateur ayant reconnu en elle une proie facile. A l'hiver de sa vie, Marie-Thérèse n'aura été qu'un objet, une bricole mise au rebut. Cette vie, vaine, aura été vécue en pure perte. Quant à sa mort, elle fut vide de sens.

Comme annoncé, il neiga. Le matin, un linceul recouvrait la ville.

(3033 Caractères)

Contribution du : 13/12/2019 20:15
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Défi n°1 : Une dispute, des chutes de neige ? Une nouvelle...
Maître Onirien
Inscrit:
28/12/2008 17:33
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 12850
Hors Ligne
Les flocons de la discorde


Les prémisses du printemps commençaient à se faire sentir en ce début avril. Les oiseaux virevoltaient, plus nombreux chaque jour, et sifflotaient gaiement pour accompagner les premiers travaux de jardinage de Pépé François. Dès le petit déjeuner, le soleil pénétrait dans la cuisine et s’attardait le soir dans la chambre de Julio.
Ce dimanche matin, Jean-Paul était venu en vélo. Les deux amis avaient décidé de pêcher la truite au ver de terre avec leur nouvelle canne en bambou noir qu’ils avaient reçue en cadeau à Noël. Mais Lise, la maman de Karen et Julio, chamboula leur plan :

– Eh, les garçons : il faudrait que vous alliez chercher des pissenlits dans le pré de la source ; vous pourrez pêcher plus longtemps cet après-midi. Je veux préparer une bonne salade pour le déjeuner.
– Oh non… ! s’exclama Julio. Pépé dit qu’il va bientôt neiger et alors ça ne mordra pas. On a deux heures ce matin pour pêcher dans le ruisseau du pacage. Karen peut bien s’en occuper, elle sort jamais de sa chambre.
– Non, soyez gentils, allez-y. On est quand même en avril, ça m’étonnerait beaucoup qu’il neige, à part sur les hauteurs peut-être. Karen est enrhumée et elle doit terminer ses devoirs.
– De toute façon, elle est enrhumée toute l’année, ça ne va pas empirer si elle met le nez dehors. Nous, on a pris de l’avance : les devoirs c’est réglé depuis hier.
– Hop, hop, hop, fit Karen en sortant de sa chambre. Moi je suis en cinquième, et les cours, ça rigole pas. Tu feras moins le malin l’année prochaine au collège.
– D’abord, je ne fais pas le malin, et puis la sixième ne m’inquiète pas du tout, tu vois.
– Arrêtez de vous disputer, vous ne faites que perdre votre temps, s’impatienta Lise.
– En plus, ils doivent être tout gelés les pissenlits…
– Bon, ça va, les Deujes — surnom donné par Karen aux « deux J » —, vous attrapez chacun un panier en fer et au boulot. Vous n’en avez que pour une demi-heure. Ne vous inquiétez pas, les truites vont bien vous attendre ; elles vous préparent déjà de petites misères, comme d’habitude… Allez, on partage les tâches : moi je laverai la salade. Mais essayez de ne pas mettre de terre avec les pissenlits : prenez un couteau pour les couper au ras du sol.

À court d’arguments, Julio partit en maugréant avec Jean-Paul à la recherche des dents-de-lion. La campagne se réveillait à peine, tout imprégnée de la rosée de la nuit. Le ciel gris, très bas, se teintait d’ocre pâle, tandis qu’un vent très léger frémissait au contact des sapins tout au bout du pré. Julio répéta les mots de son grand-père :

– Le ciel est à la neige, ça devrait tomber avant midi. Et puis j’avais raison, ils sont glacés les pissenlits ; comment veux-tu manger un truc aussi froid ?
– T’inquiète pas, ta maman versera des lardons très chauds par-dessus, ça les dégèlera. Et puis mélangé avec les œufs durs coupés en tranches, alors là, c’est super bon.
– Ouais… Quand je pense que Pépé François s’est donné la peine, hier, en bêchant le jardin, de nous ramasser une pleine boîte de beaux vers de terre, tous à la bonne dimension pour un hameçon à truites. Peut-être pour rien...
– On pourra toujours les refiler aux poules, voulut plaisanter Jean-Paul.
– Bon, ça commence à bien faire ! J’irai tout seul à la pêche après le déjeuner, juste histoire de promener les vers, parce que de toute façon les poissons ne bougeront pas de leurs creux de rochers. T’auras qu’à rester bien au chaud à la maison.
– Si tu comprends plus la rigolade maintenant...
– Non, pas aujourd’hui !
– Prends des calmants alors !
– Et toi, pareil, t’as qu’à manger tes pissenlits glacés : ça te rafraîchira les idées.
– Et toi, bête comme tes pieds, bouffe-toi le bout des orteils, ça occupera ton esprit agité !
– Petit zizi ramolli, va te f…
– Pauvre zigou d’travers. T’as encore du lait qui t’sort du nez, mouche-toi donc !

Julio, qui effectivement reniflait sans arrêt, partit d’un grand éclat de rire.

– Allez, c’est bon, on signe la paix des braves pêcheurs, mais tu aurais pu dire quelque chose, tout à l’heure à la maison, et rester solidaire avec moi. Mais dès que Karen parle, tu fais ce qu’elle demande. J’en ai ras le bol.
– C’est ta maman qui voulait qu’on ramasse des pissenlits. Karen est simplement venue rajouter son grain de sel.
– Ah ça oui, tu peux le dire : un gros grain même. Comme d’habitude, il n’y en a que pour elle ! Tiens, ça y est, voilà la neige qui tombe ; c’est foutu.
– Mais non, arrête de t’énerver, je ne vois pas pourquoi ça ne mordrait pas à cause de quelques flocons. C’est encore une invention à toi…
– Ton oncle Henri a dit qu’aucun poisson ne bougeait par un temps pareil, je te signale ; et lui, Riri, il s’y connaît.
– Oui, mais en avril c’est peut-être différent. On aura qu’à essayer…
– Ouais, bon. Allez, on termine de remplir vite fait nos trucs en ferraille avant que la neige finisse par tout recouvrir.

Ils réussirent à achever leur mission en quelques minutes, sautant de-ci de-là comme des lapins de garenne. Ils s’élancèrent alors vers la maison de la ferme en faisaient tournoyer leurs paniers à salade :

– Ça va éjecter le reste de la terre : c’est une bonne technique, cria Jean-Paul.

La Fuego bleue de Tonton Henri était garée dans la cour, une canne à lancer bloquée entre les deux sièges avant.

– Tiens, on dirait qu’il veut aller à la pêche, c’est bizarre, s’étonna Julio.

Pépé François et Tonton Henri prenaient l’apéritif à l’extrémité de la grande table en chêne. Le sourire doublé d’un clin d’œil malicieux de Riri accueillit l’arrivée des deux enfants :

– Alors les gars, vous en avez mis du temps pour ramasser quelques malheureux pissenlits. Je mange avec vous, Lise m’a invité.
– Au moins, vous n’êtes pas rentrés bredouilles, dit le Pépé. On aura ma salade préférée pour midi ; merci, les garçons !
– Après le déjeuner, nous pourrions pêcher la truite sur les rives de la Sarmène ; ça vous dit ?
– Mais tu nous avais expliqué que ça ne mordait pas quand il neigeait, s’exclama Julio.
– Ah non, vous avez mal compris ! C’est quand la neige fond au soleil que les belles farios restent dans leurs caches : trop d’azote dans l’eau. Eh, Lise et Karen, la réaction chimique c’est bien H2O + N = 2H + NO ?
– Évidemment… Vous étudierez ça en cinquième les Deujes, dit Karen qui n’en savait rien du tout. Vous pourrez alors apprendre à pêcher, faut jamais désespérer…

Julio devint aussi blanc que les flocons clairsemés qui tombaient derrière la fenêtre de la cuisine. Mâchoire crispée, il ne dit pourtant pas un mot : hors de question de repartir en chamaillerie ; son esprit se concentrait exclusivement sur la jolie Sarmène. Il voyait déjà défiler ses eaux argentées, ralenties par les rochers, où l’attendaient les truites gourmandes sous un ciel étincelant de neige.


(6846 caractères)

Contribution du : 13/12/2019 20:23
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 2 3 4 (5) 6 7 8 ... 13 »





Oniris Copyright © 2007-2020