Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 (2) 3 4 5 ... 23 »


Re : Des mots dans le barillet
Visiteur 
A demain, Pimpette. Je t'en laisse une pour le petit déj, une courte comme t'aimes.


Un reportage politique passe sur France Télévision. Pour ajouter de la truculence à son texte, Franz Olivier Giesbert le déclame en chuchotant.
Mon fils s'interroge :
- Il a enregistré son commentaire dans un sous-bois en chassant la bécasse ou quoi ? Tu vas voir qu'il va nous imiter Hollande avec un sifflet.

Contribution du : 28/05/2015 20:56
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Expert Onirien
Inscrit:
31/01/2014 22:04
De quelque part entre ciel et terre
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 7629
Hors Ligne
myndie l'étourdie en voulant expliquer le chien que vient d'acheter sa copine :
"C'est un chien super nerveux, un Jack Daniels!"

Hips!

.
PS à qui se reconnaîtra : J'aimerais bien qu'on ne juge pas à ma place de l'opportunité de l'endroit où je poste mes interventions.

En vous remerciant

Contribution du : 28/05/2015 22:04
_________________
"Les mots peuvent être "impuissants" et pourtant ils sont tout ce que nous avons pour étayer nos ruines". Joyce Carol Oates
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Robot Oniris
Inscrit:
15/04/2009 01:28
De Cage d'Oniris
Groupe :
Onirateurs
Membres Oniris
Post(s): 128
Hors Ligne
Citation :
PS à qui se reconnaîtra : J'aimerais bien qu'on ne juge pas à ma place de l'opportunité de l'endroit où je poste mes interventions.


Encore une remarque de ce type sur le travail de la modération et ce fil sera verrouillé.

Contribution du : 28/05/2015 22:55
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Visiteur 
@ Jano :

Ne nous énervons pas, je suis convaincu qu'il s'agit encore d'un malentendu et j'espère que Myndie voudra bien m'autoriser à vous prier de l'excuser en son nom. En regardant les dates et heures de connexion, j'ai constaté qu'elle pas pu suivre l'affaire au cours de la journée (d'hier) et elle aura pensé que vous aviez déplacé uniquement son post. En évitant des actions intempestives, nous aurions sans doute fait l'économie de ce genre de désagréments, mais c'est ma très grande faute : j'aurais dû le lui expliquer par MP afin d'éviter cette méprise. En abusant quelque peu de votre cordialité, nous pourrions poursuivre dans un esprit bon enfant.



@ David :

J'ai retrouvé le gars au sec sur le rivage. En réalité, il ne parle pas le latin, mais l'espagnol. Ca ira quand même ? C'est traduit :
https://www.youtube.com/watch?v=x_mf5gGY7KA

C'est très troublant parce que c'est étrangement similaire à l'aventure qui m'est arrivée hier à peine.
Afin de manger mon sandwiche hors de la cohue, je m'étais réfugié dans une église.
Ce n'est qu'en entendant une voix à côté de moi que je me suis rendu compte que je m'étais assis dans le confessionnal.

- Je vous écoute, mon fils.
- ... Mmmmmhhh... Pardonnez-moi, mon père, je ne vous attendais pas si rapidement. Permettez-vous que je termine ma collation pour éviter d'avoir à parler la bouche pleine ?
- L'éternité vous est donnée sans calcul, mon fils.
- Quoi, déjà ? Je n'ai que quarante-six ans, vous savez. Etes-vous certain de ne pas vouloir faire un petit calcul ?
- C'était une métaphore.
- Ah, bien sûr. Eh bien, je ne vous fais pas attendre plus longuement, je ne veux pas dérober l'éternité à vos ouailles. Voilà : je dois vous confesser que j'ai ressenti une jouissance inattendue en détournant avec un lance-pierre un amiral possédant dix croiseurs, trois porte-avions et un arsenal nucléaire.
- C'est très mal, mon fils.
- Je le sais, mon père, mais c'était pourtant si bon. Dieu n'a-t-il pas lui même vaincu l'humanité décadente avec seulement de l'eau ?
- Vous blasphémez, mon fils !
- Vous croyez ?
- Evidement, que je crois ! Pas vous ?

Je suis parti sans lui répondre. Je n'aime pas faire de la peine aux gens.

Contribution du : 29/05/2015 09:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Expert Onirien
Inscrit:
21/07/2012 17:47
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Post(s): 4578
Hors Ligne
je rends visite à un copain; le trouve devant la porte de son père (80 ans), en grande discussion avec lui. Je les rejoins.
Au bout d'un moment, le père nous propose d'aller chercher à boire.
Son fils, goguenard:
- Avec toi, la clé de la cave ne rouille pas!

Contribution du : 29/05/2015 12:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Visiteur 
Magnifique Stony !
Au moins tu sais où tu habites, toi. (expression généralement employée au négatif lors de l'apéritif dans le sud de la France pour dire du mal des autres, pratique aussi fréquente que les parties de boules et les Ricard).

Contribution du : 29/05/2015 12:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Maître Onirien
Inscrit:
11/02/2012 17:42
De Le Havre
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 11122
Hors Ligne
ça roule!
Parfait!

Surtout vos envois doivent être AUTHENTIQUES...ce ne sont pas de histoires drôles...le lecteur doit sentir un humour personnel...vrai...ils pourraient être signés.
Vous pigez?

Alphonse Allais à qui on demandait son avis sur l'abolition de la peine de mort, répondait:

-Que Messieurs les assassins commencent!


Contribution du : 29/05/2015 13:01
_________________
"""Soyez réglé dans votre vie ordinaire
comme un bourgeois, afi n d’être violent et original
dans vos oeuvres. »

Gustave Flaubert
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Visiteur 
Cette nuit, je suis tombée du lit en dormant...
Doudou était allé pisser au moment où je suis tombée.
Ce matin, je lui raconte les détails de ma chute et ajoute :

- J'ai eu dû mal à me relever et j'étais sur le point de t'attendre puisque je t'avais entendu partir de la chambre.
- Méfies-toi quand même ! Un jour, je serai parti et je ne pourrais pas revenir...

Des mots dans le barillet, Edouard & Aglaé Vadet



Jano, j'ai remarqué que vous êtes le visiteur le plus régulier de ce fil et ça me fait grand plaisir. Ne trouvez-vous pas ce dernier extrait parfaitement touchant ? Je l'ai lu souvent et il me fait pourtant toujours le même effet. La dérision de l'humour appliquée à sa propre mort : quel tour de force, n'est-ce pas ? En si peu de mots ! C'est de la littérature, je crois.

Contribution du : 29/05/2015 13:47
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Maître Onirien
Inscrit:
11/02/2012 17:42
De Le Havre
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 11122
Hors Ligne
A Hossegor, le boucher est furieux
Une cliente lui reproche la grillade soit disant trop grasse qu'elle a achetée la veille!
Il éclate:
-C'est impossible!...plus maigre que ça ce porc, il était tuberculeux!

...le tout avec ce merveilleux accent du sud ouest!

Contribution du : 29/05/2015 17:42
_________________
"""Soyez réglé dans votre vie ordinaire
comme un bourgeois, afi n d’être violent et original
dans vos oeuvres. »

Gustave Flaubert
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Visiteur 
Oh oui, les accents. Tous ! C'est inépuisable.


Il y a quelques années, à Bormes-les-Mimosas, un pépé oisif, assis devant le pas de sa porte, qui en voit courir un autre dans sa rue, la baguette sous le bras et la casquette vissée sur la tête :

- Vas-y, courreu, courreu... que ta femmeu, elleu t'attangne !


A pisser de rire. Depuis, je ne me déplace jamais vers le sud sans emporter une protection adéquate.



Mon concierge, avec lequel je m'entretenais au sujet du joli tapis blanc qui venait d'être déposé pendant la nuit, parce que c'est pas fastoche de trouver autre chose à se dire, mais qui m'a tout de même confié avec beaucoup de truculence son désarroi devant le désastre :

- Wééé, moi ossi, j'aime la neiche... en Otriche !

Contribution du : 29/05/2015 18:35
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 (2) 3 4 5 ... 23 »





Oniris Copyright © 2007-2020