Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 ... 20 21 22 (23)


Re : Des mots dans le barillet
Visiteur 
Citation :

Z'avez pas de la pub à longueur d'appels téléphoniques, vous ?



J'ai ça en magasin : ICI.

Il y a quatre ans presque jour pour jour. Mon Dieu que le temps passe vite !

Contribution du : 19/07/2019 08:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 6252
Hors Ligne
Ah ! 4ans, certes, mais toujours fraîche et drôle, stony.
Je vais bientôt passer 24 heures par jour sur Oniris. plus même, car j'ai tenté de vous lire dans des interventions plus longues et philosophiques, que je n'ai pas encore terminées.

Contribution du : 19/07/2019 08:54
_________________
Ecrivez ce que vous désirez écrire, c'est tout ce qui importe, et nul ne peut prévoir si cela importe pendant des siècles ou pendant des jours.
Virginia Woolf- Une chambre à soi- Publié en 1929
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 15721
Hors Ligne
Mon fils:

- Non! Ze veux pas mettre de cachelon, Ze préfère les slits!

Moi:

- Je t'en prie, ça s'appelle un boxer.


Toute une éducation en matière de sous-vêtements à refaire...

Contribution du : 19/07/2019 13:47
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Expert Onirien
Inscrit:
27/12/2018 19:11
De au pied du col du coin
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3599
Hors Ligne
Citation :
STÉPHANIE, flippante ? Je l'ai surtout ressentie rageante, je n'ai pas de cam, comment il sait que je suis vieille ? Et je ne suis pas si vieille que ça, en fait ; ma voix éraillée seule peut donner cette impression. D'autant que ce n'est pas la première fois que j'avais des démêlés avec un téléconseiller. Quelques années en arrière, un tel échange avait sans doute mal débuté (je me surveille bien plus à l'écrit qu'à l'oral). J'ai dû être un peu cinglante sans être vraiment impolie ou grossière et le fameux téléconseiller à qui j'avais raccroché au nez m'a rappelée pour me dire tout le mal qu'il pensait de mon accueil, et là dans un langage bien plus fleuri.


Moi je trouve ça flippant quelqu'un qui sans vous voir vous donne un âge...

Euh perso au moins dix appel par jour parfois même numéro pendant six semaines d'affilés auquel je ne répond jamais. J'ai un truc super qui s'appelle le répondeur pour filtrer mes appels et bizarrement ceux-ci ne laisse jamais de message... Contrairement à mes connaissances. LOL

Ma seule vengeance est de leur faire perdre un temps fou en appel inutile. Et il vaut mieux que je ne réponde pas, je peux être ignoble lorsque l'on me dérange chez moi pour me vendre des trucs. Fort courtoise, jamais un mot plus haut que l'autre, mais d'une voix si glaçante qu'ils ne demandent pas leur reste, ils raccrochent très rapidement.

Contribution du : 19/07/2019 21:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Expert Onirien
Inscrit:
14/01/2016 20:05
De Milan
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 3919
Hors Ligne
Sympas toutes ces anecdotes !
Voici la mienne.

J'ai longtemps travaillé pour une agence de voyage, implantée à la frontière italo-suisse. J'y gérais principalement la clientèle francophone, italienne et parfois anglaise.
J'ai pas mal d'anecdotes avec cette société mais celle que je m'en vais vous conter restera dans mon Top 3.

C'était un matin du mois d'août, et alors que je répondais à quelques courriels, je reçois un appel provenant d'un numéro français (0033). Je laisse sonner 3 fois comme le veut la procédure et je réponds.

- Olivier de Bravofly bonjour, que puis-je faire pour vous ?
- Ce que vous pouvez faire pour moi ? Un gros bordel !
- Pardon !
- Je viens de recevoir le mail de confirmation de ma réservation que je viens d'effectuer sur votre site de merde et vous m'avez fait un désastre. De toute façon vous êtes réputés pour faire des conneries et croyez-moi que...
- Attendez monsieur, calmez-vous un peu ! Vous voulez bien me dire ce qu'il se passe au lieu de nous insulter ?
- Ce qu'il se passe ? Je suis actuellement en vacances à Madrid jeune homme, et je viens de réserver un billet pour Paris qui partira demain. Le problème, c'est que vous m'avez fait un billet aller.
- Écoutez, je ne comprends rien à ce que vous me dites. Vous avez votre code de réservation s'il vous plait ?
- Une seconde !! (le mec était hyper furax) …..c'est le xxxxxxxxx.
- Merci, lui dis-je tout en insérant son code dans notre programme. Monsieur Untel ?
- Oui, c'est moi.

Là aussi, comme le veut la procédure, je fais un bref récapitulatif de sa réservation de manière à m'assurer que c'est bien la sienne.

- C'est un billet pour 2 personnes (je donne les noms), vol Madrid – Paris, départ le xx/xx/xxxx à xxhxx et une arrivée prévue à xxhxx. C'est bien ça ?
- C'est bien ça oui !
- Écoutez, tout me parait en ordre. Où est le problème monsieur ?
- Le problème ? Vous vous fichez de moi ou quoi ??
- Bin...non.
- Comme je viens de vous le dire, c'est un vol retour que je dois faire, et sur mon mail de confirmation il est écrit “Vol aller”. Alors maintenant vous allez vite me faire la modification parce que mon vol part demain et il est hors de question que je le perde !

Là, je vous assure que j'ai eu du mal à garder mon sérieux.

- Monsieur, vous réalisez ce que vous êtes en train de me dire ? Avez-vous déjà entendu parler de vol “retour simple” ?

Silence au bout du combiné.

- Allo ! Monsieur ! Vous êtes-là ? Allo ! Monsieur Untel !
Tuuut ! Tuuut ! Tuuut !

J'ai ensuite raconté cet épisode hilarant à mes collègues et je vous assure que certains ne me croyaient pas tellement ça paraissait surréaliste.
Soit ce client avait abusé de sangria, soit il était un peu

Contribution du : 19/07/2019 22:54
_________________
Ce qui importe c'est d'aller vers et non d’être arrivé car jamais l'on arrive nulle part sauf dans la mort.
Antoine de Saint-Exupéry (Citadelle)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 6252
Hors Ligne
Pouet, merci, c'est tout mignon.

Zorino, j'ai bien ri !

Restons dans la vie professionnelle :
Active je travaillais à la "Sécu". Dans un grand bureau, nous étions une dizaine à vaquer à des occupations diverses et variées : procéder à l'indemnisation des arrêts maladie, aux remboursements de feuilles de soins et factures, traiter les réclamations écrites, répondre au téléphone, surveiller la pendule, etc.

Ce jour là, Paule était chargée de décrocher le combiné avant la seconde sonnerie et de traiter la demande en moins de cinq minutes ( les temps imposés ont été écourtés depuis, productivité oblige).

Donc Paule décroche et s'installe un dialogue au sujet de fournitures pour incontinents. Nous n'aurions pas remboursé le montant dû. Dépassant largement les cinq minutes réglementaires, notre collègue partit chercher la "pièce justificative " aux archives et le dialogue se poursuivit. L'assuré était persuadé d'avoir été spolié et insistait, insistait.
Tout à coup, nous avons entendu notre collègue déclarer d'une voix plus forte :
"Mais enfin, Monsieur, je ne suis pas une menteuse ! Puisque je vous dis que vos poches, je les ai, là, sous les yeux !" .

Contribution du : 20/07/2019 05:13
_________________
Ecrivez ce que vous désirez écrire, c'est tout ce qui importe, et nul ne peut prévoir si cela importe pendant des siècles ou pendant des jours.
Virginia Woolf- Une chambre à soi- Publié en 1929
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 6252
Hors Ligne
Décidément, mes rencontres participent à l'accroissement de l'intérêt que je porte à ce fil.

Hier au magasin BioC... de B.J.
Je faisais mes petites emplettes, les tomates à farcir, le riz complet de Camargue, les fruits pour la salade du même nom, le pain, etc.
Il me fallait une entrée; rayon salade verte, de belles feuilles de chêne, brunes, blondes et une dernière batavia, un peu fanée, flétrie. Oui mais je préfère la batavia.
Donc je mets la salade dans mon panier et m'en vais à la caisse.

Il était pas loin de 10 heures et les clients commençaient à affluer.
Quand ce fut mon tour de payer, je dis (oui, je suis bavarde partout)
- Elle n'est pas très jolie cette salade mais une fois bien trempée, elle retrouvera j'espère une plus jolie mine.
Derrière moi, attendaient Monsieur et Madame, lui portant les sacs et elle papillonnant en causant fort des vacances, de Nadège, des plantes à arroser, etc.
À mes mots, elle stoppe son babillage et me dit :
-C'est pas bien gentil de dire que votre salade n'est pas belle, je n'aimerai que l'on me dise que je ne suis pas jolie.
Interloquée, je lui ai répondu :
-Oh ! Moi, je n'ai pas d'état d'âme je ne suis pas salade.

Pour la petite histoire, ma batavia vraiment pas chouette, m'a été offerte par l'enseigne.

Contribution du : 21/07/2019 06:03
_________________
Ecrivez ce que vous désirez écrire, c'est tout ce qui importe, et nul ne peut prévoir si cela importe pendant des siècles ou pendant des jours.
Virginia Woolf- Une chambre à soi- Publié en 1929
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Expert Onirien
Inscrit:
14/01/2016 20:05
De Milan
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 3919
Hors Ligne
Excellentes vos anecdotes Eclaircie
Voici la mienne.

Ah les plaisirs du ménage ! Là, on nage en pleine poésie. Ce matin en passant l'aspirateur (si, si ! Je passe l'aspirateur), je me suis souvenu d'un fait survenu il y a une dizaine de jours et là, j'me suis dit :
- Mon coco, cette anecdote il te faut la raconter à tes p'tits camarades oniriens et oniriennes.

Je vis dans un très petit appart plutôt sympa et y faire le ménage, c'est presque une partie de plaisir. En 10 minutes, j'ai nettoyé le sol, fait la poussière et récuré la salle de bain de fond en comble.
Alors que j'étais devant mon écran d'ordinateur à lire les différents fils de Oniris tout en me goinfrant d'un excellent sandwich mozzarella / tranches de tomate coupées finement avec des fines herbes et tout et tout, je réalisai après avoir léché le bout de mes doigts que j'avais mis des miettes de pain aussi bien sur mon fauteuil de président de rien du tout que parterre. Étant donné que je déteste ça puisque je marche toujours pieds-nus, je suis allé dans ma cuisine qui se trouve à 2m50 (peut-être 2m60) de là et j'ai pris mon mini-aspirateur mural afin de supprimer les indices au cas où ma fiancée débarquerait à l'improviste, comme elle le fait souvent (elle trouve que j'ai quelques kilos en trop. Ah les gonzesses !). Je nettoie donc mon fauteuil, parterre, et vu que la machine était lancée, j'en ai profité pour faire le tour de l'appart. Un mouton par ci, une brebis par là...lorsque tout à coup, la batterie de mon mini-robot faiblit alors que je nettoyai le tapis. Comme d'habitude je continue jusqu'à épuisement de celle-ci et au moment où j'arrive dans la cuisine pour la recharger, je vois que sur le carrelage il y a une dernière petite miette, complètement perdue, à l'endroit même où sur le mini plan de travail, j'avais fait mon sandwich. Je me baisse légèrement pour l'aspirer mais-là, la catastrophe. La miette montait légèrement dans le tuyau de quelques centimètres mais redescendait aussitôt. Une fois, deux fois, trois fois..."Ça y est, la batterie est à plat !" que j'me dis.
Et c'est là que ça devient rigolo puisqu'au lieu de me baisser davantage pour ramasser cet infime morceau de pain, j'ai machinalement rebranché l'aspirateur en me disant sérieusement ceci :

- Je l’aspirerai une fois la batterie chargée.

Après avoir déposé le mini robot sur son socle de rechargement, je suis retourné devant mon ordinateur et c'est là que j'ai réalisé ce qu'il venait de se passer. Je me suis alors mis à rire tout seul et suis allé ramasser la miette pour la jeter par la fenêtre (pour les pigeons).
Et après ça, on dira que seuls les feignants ne font pas le ménage

Contribution du : 21/07/2019 18:30
_________________
Ce qui importe c'est d'aller vers et non d’être arrivé car jamais l'on arrive nulle part sauf dans la mort.
Antoine de Saint-Exupéry (Citadelle)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des mots dans le barillet
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 6252
Hors Ligne
Zorino, excellent !

Je trouve toujours sympa l'auto-dérision.

rayon mot-d'enfant :
la famille est à table ; papa, maman, A. 3ans 1/2 et A. 2ans.
L'aîne commence à gigoter sur sa chaise, faire des grimaces (il adore ça, tout comme il n'aime pas trop manger) et son verre ainsi que son assiette risquent alors le saut périlleux.
Papa fronce les sourcils, A. plonge les siens droit dans ceux de son père et déclare :
"Mais non, papa, crie pas, je fais juste mon intéressant."

Contribution du : 22/07/2019 06:33
_________________
Ecrivez ce que vous désirez écrire, c'est tout ce qui importe, et nul ne peut prévoir si cela importe pendant des siècles ou pendant des jours.
Virginia Woolf- Une chambre à soi- Publié en 1929
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 ... 20 21 22 (23)





Oniris Copyright © 2007-2020