Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


Des précisions (ou pas) sur ma nouvelle "La rivière"
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 16141
Hors Ligne
Bonjour,

D'abord, je tiens à remercier les personnes qui ont pris le temps de commenter ce texte.

Je vais répondre à la question la plus souvent rencontrée sur cette courte nouvelle, parce qu'elle caractérise mon style dans les histoires de moins de six mille caractères espaces inclus.

Qu'est-ce que j'ai bien voulu raconter ? C'est ce que se demande Bigornette, par exemple, ou Hersen dans une moindre mesure.

En réalité, Jaseh répond à cette question. Je le cite:
" c'est la simple évocation d'un acteur de l'histoire", "Il y a tant de questions soulevées, tant dans la situation décrite, que dans la marche du monde, le nôtre bien sûr, mais apparemment en proie au chaos d'une guerre... Votre récit m'apparaît juste comme un début, une mise en bouche de quelque chose de plus vaste. Partie émergée d'un iceberg."

Voilà, je n'ai même pas besoin d'aller plus loin. Cette nouvelle est un point de vue, celui du narrateur présent sur les lieux, d'un événement inexpliqué et peut être inexplicable. En tant qu'acteur, il est limité dans sa perception par ce qu'il voit, par le temps qu'il y passe (il n'était pas là au début et ne sait pas s'il verra la fin) et par les informations parcellaires qu'il reçoit. On ne peut même pas le comparer à un correspondant de guerre, par exemple, puisqu'il est un soldat et qu'il doit se conformer à des ordres.

Je suis désolé pour les lectrices et lecteurs qui ont besoin de plus de précisions, de savoir le pourquoi et le comment, bref de tout comprendre à la fin. Dans un texte très court, c'est quasiment impossible de tout expliquer sans enlever le ressort dramatique de l'histoire. Le drame, ça se ressent plus que ça ne s'explique.

J'espère avoir répondu à vos questions. Je reviendrai sur celles de Bigornette.

Merci,

Donald

Contribution du : 26/06/2015 08:35
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des précisions (ou pas) sur ma nouvelle "La rivière"
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 16141
Hors Ligne
Re-bonjour,

Je réponds ici aux questions de Bigornette:

Q: pourquoi sait-on tous les noms des militaires ?
R: Parce que dans une situation désincarnée, avec une foule d'anonymes, il est bon de remettre une dimension humaine, surtout quand le narrateur est aussi acteur de la situation.

Q: S'il n'y a que des femmes et des enfants, je pense que "des heures d'observation" sont un peu exagérées pour piger. Deux minutes suffisent, non ?
R: C'est la théorie. L'être humain n'est pas habitué à ce type de situation. Il n'en croit pas ses yeux en général. Il essaie de comprendre par l'observation prolongée de ce qu'il reçoit de façon sensorielle. De plus, ici ce sont des militaires. On leur dit d'observer alors ils observent même si ça doit durer des heures pour arriver à un constat au bout de seulement deux minutes.

En gros, dans cette courte nouvelle, je n'ai pas voulu enlever au narrateur ses principales caractéristiques, à savoir d'être un militaire dépêché sur un lieu où se passait un phénomène inexpliqué et certainement inexplicable à l'instant "t". Sinon, cette histoire aurait été racontée de l'extérieur, a posteriori. Ce ne fut pas mon choix.

PS Pour Hersen: Il n'y a pas de références historiques, tant mieux pour nous tous, c'est seulement de la fiction.

Contribution du : 26/06/2015 08:46
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des précisions (ou pas) sur ma nouvelle "La rivière"
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 15563
Hors Ligne
Bonjour Dodo-chan,
Voilà ce que j'attendais, un petit mot de l'auteur.
Tout se tient dans ce que vous dites. Vrai pour les textes courts. Mais
si la nouvelle avait été plus longue, je l'aurais lue jusqu'au bout, vous savez !
Je comprends cependant, par vos explications, ce que vous avez voulu rendre. Et je dois dire que c'est très fort. Mais je me demande si, à demi-mot, vous n'auriez pas pu utiliser l'incipit. De sorte qu'à la fin de la lecture, le lecteur y revienne, ait la révélation et se dise : Bon sang, c'est une sacré bonne nouvelle.
Parce que c'est une sacré bonne nouvelle.
Je vais impatiemment attendre la prochaine.
Je suis, par la même occasion, devenue incollable sur la rivière Medlock grâce à toutes les recherches que j'ai faites...
Merci à vous.

Contribution du : 26/06/2015 13:36
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des précisions (ou pas) sur ma nouvelle "La rivière"
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 16141
Hors Ligne
C'est un plaisir Hersen, de faire découvrir le nord de l'Angleterre.
A bientôt,
Donald
PS: Je ne suis pas Dodo-chan dont j'aime bien néanmoins certains textes mais qui est à l'antithèse de moi (en plus, lui il a publié un roman).

Contribution du : 26/06/2015 18:49
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des précisions (ou pas) sur ma nouvelle "La rivière"
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 15563
Hors Ligne
Mille pardons, non, je ne vous ai pas confondu, j'ai écrit trop vite. Et comme lui aussi vient de publier une nouvelle que je n'ai pas trop comprise, j'ai fait cette bête méprise.
J'espère que je suis pardonnée !!!

Contribution du : 26/06/2015 19:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des précisions (ou pas) sur ma nouvelle "La rivière"
Onirien Confirmé
Inscrit:
20/10/2013 00:51
De Est de la France
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 712
Hors Ligne
Avant tout, je vous remercie d’avoir pris le risque d’ouvrir ce sujet, ce qui affranchit vos commentateurs de la restriction mise par la Charte

… … … …

(En aparté et avant de poursuivre, je souhaite préciser que je suis un grand amateur de fantastique ; seul genre littéraire que je pourrais pratiquer avec intérêt, car contraignant l’imaginaire à bousculer les limites de ma rationalité.)


Plus haut, j’ai écrit « risque » car vous me permettez de placer mon commentaire où je le perçois : une angoisse intime qui vous bloque bien avant de la discerner véritablement vous-même, la limite de votre rationalité ; avec pour conséquence de ne pouvoir conduire votre lecteur plus loin que vous n’allez vous-même.

Il serait légitime que vous vous insurgiez ; aussi je me permets d’argumenter en vous citant :

« … / … " Votre récit m'apparaît [à Jaseh] juste comme un début, une mise en bouche de quelque chose de plus vaste. Partie émergée d'un iceberg."
Voilà, je n'ai même pas besoin d'aller plus loin. »


… mais si … mais si … et comment !
… car c’est précisément maintenant que le voyage commence …
… ou bien devrais-je plutôt écrire … « que le combat commence »

… … … …

Puisque vous avez choisi de mettre en scène des militaires …
… je vais m’autoriser une métaphore :

Un soldat qui se blottit au fond de sa tranchée finira par s’en faire déloger à la baïonnette par celui qu’il craint :
Qu’il le veuille ou non, la seule chose à faire est d’empoigner son flingue pour lui faire face – avant ! –

… … … …

Ainsi, je propose à votre histoire une suite vous permettant de sonder la profondeur de l’iceberg :


« Le soldat, avec une infinie tendresse, enlace au passage une jeune femme de sa connaissance et plonge son regard dans le vide des yeux de son premier amour, pour s’y noyer … »

… symbiose d’un mortel éclair …

Que voit-il ?

Contribution du : 04/07/2015 12:40
_________________
Vers la table d’Anthyme.
Rien ne presse ... On ne meurt que demain.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des précisions (ou pas) sur ma nouvelle "La rivière"
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 16141
Hors Ligne
Bonjour Anthyme,

Franz Kafka disait: "un livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous".

C'est dans ce sens là que j'écris et non pour sonder la profondeur de l'iceberg.

Merci d'avoir pris le temps de commenter ma petite nouvelle.

Donald

PS: Par contre, rien ne vous empêche de continuer l'histoire. Je vous sens bien parti sur une suite; ce serait d'ailleurs intéressant de voir ce que ça donnerait.

Contribution du : 04/07/2015 13:10
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des précisions (ou pas) sur ma nouvelle "La rivière"
Onirien Confirmé
Inscrit:
20/10/2013 00:51
De Est de la France
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 712
Hors Ligne
Vous dites :
« Rien ne vous empêche de continuer l'histoire. Je vous sens bien parti sur une suite; ce serait d'ailleurs intéressant de voir ce que ça donnerait. »

Euuuh non … Chacun sa guerre.

L’idée de ce thème, qui expose un héros (dont vous avez fait un soldat) à une situation incompréhensible à laquelle il se résigne, m’est bien trop étrangère pour que je puisse me l’approprier.

Je comprends également que ça vous intéresserait de trouver une issue cohérente à l’absurdité du « réel » que vous avez mis en scène, mais c’est à vous de vous sortir de la bouillasse de votre petit Verdun personnel !

Désolé.

Contribution du : 04/07/2015 19:52
_________________
Vers la table d’Anthyme.
Rien ne presse ... On ne meurt que demain.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des précisions (ou pas) sur ma nouvelle "La rivière"
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 16141
Hors Ligne
Tant pis ! J'aurai essayé.


Personnellement, trouver une issue cohérente à cette nouvelle, qui n'a rien d'absurde mais reflète seulement la perspective d'observateurs dépassés, en enlèverait la magie.


C'est un peu comme les explications de textes; c'est utile de comprendre le pourquoi du comment mais ça tue beaucoup l'histoire.



Allez, en bon soldat, je retourne surveiller ces cohortes d'inconnues aux yeux gris de cendre, au cas où elles se réveillent un jour et cessent de se jeter dans la Medlock.


Donald

Contribution du : 05/07/2015 11:39
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Des précisions (ou pas) sur ma nouvelle "La rivière"
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Post(s): 16141
Hors Ligne
Merci matcauth,

Tu écris, à juste titre:
"Le seul problème, finalement, c'est que, en tant que lecteur, on voudrait savoir. Il faudrait presque prévenir, dire Attention ! peu importe ce qui est arrivé à ces femmes et à ces enfants. Ce serait dommage, bien sûr."

Je suis entièrement d'accord avec toi; je n'ai de cesse de le répéter quand je poste des remerciements sur ce type de texte très très court.

Je suis ravi que mes écrits de science-fiction, mon genre de prédilection je l'avoue, te plaisent.

Merci encore,

Donaldo

Contribution du : 13/02/2017 12:15
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2019