Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Discussion sur " Abîmé "
Onirien Confirmé
Inscrit:
24/09/2019 14:35
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 495
Hors Ligne
Bonjour

C'est la première fois que je propose un écrit sur ce forum et je dois dire que j'apprécie énormément le format des services que vous proposez.

Le fonctionnement du site est très stimulant !

Merci aux acteurs de cet endroit !





Passons au poème



Tout d'abord, je tiens à dire qu'en écrivant ce poème, je n'avais en tête que de faire des alexandrins, avec mes maigres souvenirs incomplets du collège et lycée, en matière de règles qui régissent les différentes "catégories" de la poésie.
Je m'excuse donc auprès de ceux qui ont dû se creuser la tête pour savoir dans quelle catégorie la mettre .



Merci Lebarde pour votre commentaire. j'ai pris note de vos corrections et comme vous l'avez si bien dit, "on sent le travail d'un poète débutant qui doit persévérer mais en prenant quelques conseils utiles. "

- Je suis en train de revoir la règle du "e" muet.
J'aimerais savoir s'il existe des exceptions à cette règle, car c'est vrai que j'ai " mangé " plusieurs "e" suivi de consonne, en obligeant le lecteur à les passer sous silence, alors qu'à d'autres endroits je m'en sert selon la règle.
Je vais me mettre à lire plus de poèmes, pour me faire une idée sur la gêne que cette situation peut causer au rythme de la lecture.

- Pour ce qui est de la ponctuation, j'ai en effet des efforts à faire.
Je penses que je devrais rajouter des virgules à " ces trous noirs, insatiables, aspirant ... " pour répéter la même cadence que le premier vers, comme dans la deuxième strophe.

- Pour ce qui est de l'absence de " rimes correctes " je ne suis pas d'accord avec vous.
Peut-être selon les critères de la " Poésie contemporaine ", mais, comme dit plus haut, je ne savais pas où la classer.
Je trouve, peut-être à tort, que la rime au niveau de l'hémistiche et les allitérations en S ont assez de puissance pour nous faire oublier l'absence de rimes à la fin des deux premiers vers.

Merci pour votre commentaire.



Merci Anje : " Voraces, à l'appétit sans fin, insatiables sont des répétitions alourdissant la lecture ".
C'était bien l'effet escompté et je ne veux pas servir ma négligence avec cette excuse, mais plutôt rappeler cet effet d'insatisfaction récurrente, typique chez tout les addicts en général, tout en gardant cette métaphore filée des yeux qui ingèrent.
"Je ne parviens pas à comprendre de quoi, de qui l'on parle. Le texte aurait peut-être mérité un peu plus de longueur. " C'est vrai. je comprends votre point de vue et, contrairement à d'autres qui, plus loin, en ont compris le sens, je n'ai pas dû vous laisser assez d'indices pour comprendre qu'il s'agissait de ce thème grave de l'addiction aux écrans.
Je met la faute surtout sur le dernier vers, que je devrais peut-être remplacer.
J'ai voulu y insérer trop d'informations en même temps au lieu de prolonger un peu le poème. Je l'explique un peu plus loin si ça vous intéresse.

Merci pour votre commentaire.



Merci Gemini: vous avez tout à fait cerné le titre .
J'ai pris plaisir à concentrer beaucoup d'images et d'informations en laissant le minimum " acceptable " d'indices dans ces 8 vers pour que le lecteur puisse ressentir et comprendre de quoi il s'agit.
Comme dans le commentaire précédent, je ne suis pas satisfait du dernier vers non plus, je vous explique sa signification:
La " voûte " fait écho au thème du ciel et des étoiles où l'on trouve ces " trous noirs " ( récemment photographiés pour la première fois ) cité précédemment qui sont bien présent dans notre univers et qui aspirent tout ce qui passe à portée, même le vide de l'espace. Je pensais qu'avec " aspirant le néant " on comprendrait la métaphore.
Ces trous noirs qui, non content d'aspirer tout ce qui passe, empêchent aussi tout ce qu'ils ont aspirés de s'échapper.
Métaphore terrible de l'addiction.
Je remarque que cette image devrait avoir une place plus importante dans le poème, et plus explicite.
Le terme " binaire " est le langage binaire de la plupart des systèmes électriques et informatiques.
En combinant " voûte " et " binaire " je pensais décrire cet " univers virtuel ", comme de faux nuages, de fausses étoiles, composés seulement des chiffres 1 et 0 de ce langague primaire de programmation.
En ajoutant " de ses plus bas instincts" , je voulais, peut-être à tort, créer un opposition sans transition entre ce qui est haut, la " voûte ", qu'il idéalise, ces chimères qu'il traque, et la dure réalité, qu'en fait, il lui arrive de faire l'inverse. " Plus bas ", dans la boue infecte des vidéos les plus sales qu'il trouve et qui parfois le trouvent, sur cette toile qui est devenue toute sa vie. Et le fait qu'il en pleure juste avant, nous explique qu'il n'est pas non plus crédule et qu'il souffre de constater sans cesse son incapacité à atteindre ces chimères, qui, par définition sont des idéaux de plaisirs.

Merci pour votre commentaire.




Merci ANIMAL: vous avez bien cerné le personnage, j'espère que ce que j'ai écrit juste avant vous donnera un peu plus d'explications sur le pourquoi j'ai choisi de faire concis et, en effet, je réfléchis à faire des changements.

Merci pour votre commentaire.




Merci Corto : en effet les yeux jouent un grand rôle et j'espère que l'explication des images que je viens de faire précédemment vous éclaireront un peu plus.
" cela ne donne guère d'envolée lyrique ". C'est intéressant quand on considère que cette envolée lyrique est celle que le héro souhaite au final " traquer... de multiples chimères "... " sur la voûte... " avant que l'addiction ne le rattrape et qu'il s'écrase plus bas que terre.

Merci pour votre commentaire.




Merci Papipoete : Quand je lis votre commentaire, je pense avoir réussi à créer l'atmosphère oppressante de l'addiction. Cependant le superlatif " plus bas instinct " est peut-être trop fort en effet.

Je crois que ce qui serait plus grave pour le héros, c'est qu'il ne souffre pas de sa condition mais s'en délecte. Une aide lui ferait justement le plus grand bien.

Merci pour votre commentaire.




Merci Davide : Pour ce qui est du titre, je ne rajouterai rien à ce qu'à dit hersen dans son commentaire, je vous invite à aller le lire. Je rajouterai seulement qu'il en appelle aussi au champ lexical du vide qui habite le poème.
Pour ce qui est de " conduisent " j'aimais bien l'idée que ce soit les yeux qui " tiennent le volant " jusque dans cette impasse.

Merci pour votre commentaire.




Merci Troupi. Je dois avouer, en effet, que je cherchais à abuser du thème de l'irréel et du réel avec ce petit jeu de mot. Je voulais mettre l'accent sur le fait que ce qui m'a inspiré pour le poème, c'est la vie devenue très irréelle, coupée du monde réel, d'un addict aux écrans.

Je suis content que vous ayez saisis le fond, malgré le peu d'indice que j'ai laissé.

Merci pour votre commentaire.




Merci hersen: comme troupi, vous avez saisi l'essence du poème et son thème, j'espère que l'explication, plus haut, de certaines images compliquées qui demandent de connaître certains termes scientifiques où informatique, vous donneront encore plus de volume.

Merci pour votre commentaire.




Merci Vincente: pour l'explication de l'exergue, je vous invite à regarder un peu plus haut, ma réponse au commentaire de Troupi.
Vos commentaires sont à propos " quand à l'ampleur insoupçonnée " de " la pauvreté d'un état mental ", et j'espère que l'explication du dernier vers, que j'ai donné plus haut, vous donnera encore plus de détails.

Merci pour votre commentaire.




Merci BernardG: votre suggestion est intéressante, je penses plus développer la fin. j'aime bien cette transition brutale comme si l'on sortait de l'écran de son addiction pour le voir comme il est vraiment, dans ses moments de remords, à sangloter sur son lit.
Pour " la voûte binaire " je vous invite à lire plus haut l'explication de celle-ci.

Merci pour votre commentaire.





Je vous remercie tous, encore, pour le temps que vous avez pris à me donner votre ressenti et votre avis sur ce qui pourrait être amélioré.

Il apparaît que mon poème a des images compliquées à comprendre quand on est pas dans ma tête, et je dois me rappeler que vous n'y êtes pas forcément ( le premier qui me dit " pourtant il y a de la place " je le tape ! gentiment )

Contribution du : 13/10/2019 22:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Discussion sur " Abîmé "
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 33817
Hors Ligne
cher poète
l'addiction aux écrans peut avoir divers degrés " d'importance " ; aux sites coquins pornos pour grands, aux sites montrant l'horreur, aux jeux d'argent à la merci de bourses minces, ou simplement à des séries américaines sans prétentions...
Dans votre poème, j'ai vu la pire des dépendance ( à priori à tort ), mais dans mon esprit telle était mon interprétation ; il m'arrive parfois de m'écarter à des années-lumière, de l'idée de l'auteur...
Mais on apprécie ce qui est écrit, non pas celui qui écrit !
J'espère lire de Vous, un texte dont je cernerai facilement le thème, et qui ne me fera pas peur !

Contribution du : 13/10/2019 22:45
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Discussion sur " Abîmé "
Expert Onirien
Inscrit:
16/05/2013 09:00
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 7567
Hors Ligne
Désolé de n'avoir pas trouvé la clé de la voûte.
J'avais en tête deux arches (deux convenant au binaire) sur lesquels s'appuyaient alternativement de bas instincts.
Comprenez que ce n'était pas évident à mettre en forme mentalement. Et je me suis senti un peu déçu de ne pas avoir su traduire l'image.

Toutefois, votre explication, me rassure un peu. C'était bien compliqué. Je n'aurais jamais découvert le fil voûte=étoiles=trous noirs, binaire=informatique, bas-instincts= sales vidéos, et donc addiction à la Toile.
J'avoue que c'était au-delà de mes limites de pénétration.

Je ne sais pas si j’exprime un sentiment général, mais je pense qu' un vers de plus aurait permis de mieux résumer le texte et rendre votre métaphore accessible à plus de monde.

Contribution du : 14/10/2019 05:10
_________________
La Fontaine re-formé
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Discussion sur " Abîmé "
Onirien Confirmé
Inscrit:
12/10/2019 02:48
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Utilisateurs bannis
Post(s): 540
Hors Ligne
Le doute est une muraille qui bloque toute inspiration.
Le texte est clair, avec cet avantage de procurer au lecteur divers contextes. Un scénario que chacun lit avec les nuances de son vécu, de son ressenti. Pour ma part, j'y ai lu le renoncement à une vie sociale astreignante. Surtout ne changez rien à ce texte.

Contribution du : 14/10/2019 10:01
_________________
Carpe diem, quam minimum credula postero
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Discussion sur " Abîmé "
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 25134
Hors Ligne
+1 pour grandin.

Contribution du : 14/10/2019 10:06
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Discussion sur " Abîmé "
Expert Onirien
Inscrit:
15/12/2017 07:55
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 7225
Hors Ligne
Bonjour Robertus et merci pour ce retour sur commentaires.

Effectivement, éclairé de vos explications, votre poème semble plus compréhensible. Je serais donc enclin à mieux l'apprécié mais il reste, à mon avis, dommage qu'un écrit doive être suivi d'une notice pour être entendu par la plupart. Un petit quatrain de plus aurait certainement donné quelque indication. Ceci dit, je respecte parfaitement les choix de l'auteur et n'évoque que mon ressenti amateur.

En tout cas, merci pour le partage, pour ce fil et bienvenue sur Oniris qui, je suis d'accord avec vous, est un site très stimulant.
Anje

Contribution du : 14/10/2019 10:40
_________________
L'art ne fait que des vers, le cœur seul est poète (A. Chénier).
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Discussion sur " Abîmé "
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 8317
Hors Ligne
Bonjour Robertus,
Je ne vais jamais voir les explications de l'auteur avant de commenter.
Aussi, je viens ajouter ma pierre à cet édifice.
Anje vour conseille de "plus expliquer", je ne partage pas cet avis. J'adore être surprise par la découverte, sans forcément les clés d'emblée, alors, on peut laisser ses propres images venir à soi et savourer celles de l'auteur.

Il me semble que ce sont surtout les adeptes (je peux me tromper, je n'ai pas détaillé) les adeptes de la poésie plus classique qui ont été le plus déroutés par cette lecture. Tant, et c'est dommage, le style classique, ici sur Oniris, ne traite que de sujet classiques et sous une forme explicite.
Je rêve de lire des sonnets surréalistes conformes aux règles des sonnets. On en lit très peu, dommage.

Éclaircie

Contribution du : 24/05 01:47:45
_________________
Ecrivez ce que vous désirez écrire, c'est tout ce qui importe, et nul ne peut prévoir si cela importe pendant des siècles ou pendant des jours.
Virginia Woolf- Une chambre à soi- Publié en 1929
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020