Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 »


Espoir Satellite
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 14435
Hors Ligne
Bonjour à vous amis de l'Onirie!

Un remerciement particulier au CE et à l'équipe de correction toujours sur le pied de guerre, par tous les temps, vacances ou pas. Un grand merci!

Alors ce texte semble soulever quelques interrogations voire de l'incompréhension que je vais tenter de dissiper, même si je ne suis pas un champion de l'explication...

En premier lieu, j'ai eu envie de faire quelque chose de "visuel", de presque "cinématographique", de créer une "ambiance" et d'y ajouter un soupçon de réflexion.

J'ai envie de commencer par dire que ce texte pourrait se résumer en un seul concept, en deux mots, enfin trois: être et avoir.

Je vais essayer de développer un peu différents points au fil de mes remerciements individuels, c'est parti.

poldutor: ce texte vous a semblé abscons, je n'ai rien à dire pour ma défense. Comme je l'ai dit je vais m'expliquer un brin par la suite, on verra bien ce que je peux distiller.
Sinon, qu'entendez-vous exactement par "ce genre de poésie"?
Merci d'être passé en EL et de m'avoir commenté.

Corto: vous ne semblez pas plus traversé par le sens que le précédent commentateur en n'y voyant qu'une "suite d'images", ce que le texte n'est pas (pour moi), il a bien sa cohérence. Alors vous évoquez les mille et deux oiseaux et mille et trois oiseaux... Pour le mille et deux, c'est une simple coquetterie de ma part, j'ai voulu éviter le plus banal mille et un, expression consacrée. Pour le mille et trois, il s'agira bien du mendiant, ou de la part spirituelle du mendiant, qui rejoindra l'envol multicolore.
Merci à vous.

BlaiseSaintLuc: merci beaucoup pour vos éloges, je ne sais qu'ajouter pour le moment.

Robot: je suis touché que tu trouves à ce texte une spécificité, un imaginaire particulier. Concernant le passage que tu as trouvé laborieux, quelques pistes peut-être, je ne sais pas.
Dans ce passage il est question d'empathie (cœur écorché), d'équilibre au sens propre et au figuré (chancelant), le tabouret représentant quant à lui le "statique", le réel", l'ancré. Après ce n'est peut-être pas bien exprimé.
Merci à toi.

STEPHANIE90: j'ai illuminé votre journée, je n'en demandais pas tant! :) Concernant l'envers d'un jour gris, c'est un rappel du premier vers, de la grisaille du quotidien du mendiant qui, retourné comme une peu ou comme un ramage, trouvera peut-être quelque lumière.
Merci beaucoup.

Vincente: pour ramasser le son m'est venu assez naturellement eu égard au handicap du mendiant et pour le côté "vaporeux" de la chose. Pour m'expliquer un peu pour qui rejoint qui ou pas, il n'y aura que le mendiant, ou "l'esprit" ou l'âme" ou que sais-je du mendiant qui rejoindra les oiseaux ou plutôt qui se transformera en oiseau. D'où le passage du mille et deux au mille et trois. La pièce et le tabouret, quant à eux s'ils semblent bien les "rejoindre" ne se fondront pas en eux. Là est le fameux concept de l'être et de l'avoir". La "possession" restant clouée au sol finalement.
Merci.

Lulu: oui les répétitions sont bien évidemment voulues pour participer à l'ambiance que j'ai voulu créer. Les deux lunes blanches, métaphores pour les yeux de l'aveugle sont aussi un renvoi au premier vers ("globe oculaire") et effectivement aussi au côté "cosmique". On retrouvera donc dès le début, la Terre, la lune et le soleil. Sinon, dans mon esprit il y a plutôt scission que fusion entre le matériel et le spirituel. Au final votre analyse est très proche de ce que j'ai voulu évoquer.
Merci bien.

Lebarde: il me sembla avoir lu quelque part que vous n'étiez pas spécialement féru de poésie "libre", je suis d'autant plus heureux d'avoir pu vous charmer avec celle-ci.
Au plaisir, merci.

Eclaircie: les titres de mes poèmes, je les écris (presque) toujours après le poème. J'avoue que pour celui-ci j'ai pas mal galérer à en trouver un. Content d'avoir su te plaire avec ces mots.
Merci beaucoup.

Myndie: merci mille et quatre fois pour ce commentaire très sympathique.

hersen: il me semble que cela faisait un petit moment que je ne t'avais pas trop touché avec l'un de mes textes... Pour cette fois gagné donc!
Merci.

PIZZICATO: merci à vous d'avoir apprécié mon petit texte et de le qualifier de réussite.

senglar: oui, l'analyse que vous faites du texte est très très proche de mon idée initiale. Je salue donc votre perspicacité.
Merci à vous.

Davide: l'idée du "court-métrage" est effectivement une composante de ma démarche. Merci bien d'avoir relevé ceci.

Cristale: je ne sais trop que vous répondre. Peut-être trouverez-vous quelques pistes explicatives ici et là dans ce forum. Quoiqu'il en soit, merci pour votre passage.

troupi: content de te retrouver un peu par ici. Pour quand ton prochain texte?
Merci bien.

OiseauLyre: merci beaucoup à vous qui passez régulièrement commenter mes textes, cela me touche. Au plaisir.

papipoete: pour le tabouret, je ne sais pas, j'ai essayé de répondre un peu à robot, voyez si vous y trouvez votre compte. En tout cas merci de m'avoir livré votre ressenti.

Zeste: oui notre monde et visuel, mais pas que. Merci à vous et merci aussi pour votre commentaire sur mon poème "Et la nuit qui s'en va".

Annick: merci pour cette analyse très proche aussi de mon idée. Comme je l'ai précisé, si la pièce et le tabouret semblent bien rejoindre les oiseaux, seul le mendiant aveugle en deviendra un lui-même.


Au final donc, un texte portant sur la "mort" véritable ou métaphorique d'un mendiant aveugle avec des répétitions et des correspondances censées créer une ambiance cinématographique et une réflexion sur l'être et l'avoir, l'espoir et la liberté.

Voilà, je ne sais pas trop si mes "explications" auront pu en éclairer certains, n'hésitez pas à me poser d'autres questions si vous le souhaitez.

Je vais à présent laisser passer quelque temps avant de reproposer un texte en laissant certainement passer l'été.

Mais que mes fans en délire ne se désespèrent pas trop, Pouet vous reviendra!


Contribution du : 25/07 12:22:54
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Espoir Satellite
Expert Onirien
Inscrit:
03/02/2018 14:49
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 5113
Hors Ligne
Citation :
Pouet a dit :
je ne suis pas un champion de l'explication..


Euh, on peut douter, là tout de suite ?

Super les explications, je peux relire avec un regard nouveau, merci !

Contribution du : 25/07 12:48:44
_________________
Notre blog partagé, merci aux passants Poésie Fertile
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Espoir Satellite
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 14435
Hors Ligne
Ah ben tant mieux alors!

Contribution du : 25/07 12:57:56
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Espoir Satellite
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 14435
Hors Ligne
Ah oui, je crois avoir oublié le T majuscule de Terre.

Pour moi -mais peut-être que je fais erreur- avec une majuscule on parle de la planète, sans majuscule de la matière.

Je voulais parler de la planète, j'ai donc mis une majuscule, mais la "matière-sol" pourrait convenir aussi au final en fait.

J'aurais donc pu mettre une majuscule au premier Terre et laisser en minuscule le deuxième terre, pour encore plus de clarté... :)

Bref.

Contribution du : 25/07 14:44:25
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Espoir Satellite
Organiris
Inscrit:
01/07/2009 13:04
De Besançon
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 18351
Hors Ligne
Oui, Pouet, on met d'ordinaire une majuscule pour la planète… alors vous avez bien fait.

J'avais évoqué une fusion matière/spirituel… mais oui, vous dites que vous pensiez plutôt à une scission… et c'est ce que j'avais ressenti ou perçu avec mes petits yeux… Je ne sais pourquoi j'ai parlé de fusion... Peut-être parce les deux aspects étaient là dans le regard poétique ?

Je n'avais pas songé à l'idée d'une représentation cinématographique, et pourtant, c'est tellement dans le regard que oui, on imagine bien un film… Je ne sais pourquoi, mais dans mes lectures, j'ai vu les images de ce poème en noir et blanc et dans une très belle lumière… Mais bon, c'était un regard personnel.


Contribution du : 26/07 09:45:18
_________________
Inspiration ou poésie...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Espoir Satellite
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 14435
Hors Ligne
Bonjour Lulu,

merci pour votre retour sur mes remerciements, ça fait toujours plaisir.

Oui, en noir et blanc, en sépia, en couleur...

C'est l'avantage de la lecture, on peut y mettre toutes les teintes de notre imaginaire.

Au plaisir.


Contribution du : 26/07 10:00:20
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Espoir Satellite
Expert Onirien
Inscrit:
06/04 15:46:25
De vaucluse
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 3244
Hors Ligne
Bonjour Pouet,

Je suis désolé si l’expression « ce genre de poésie » vous a froissé, telle n’était pas mon intention.
Je parlais effectivement "du"  genre  de la poésie (sans aucun mépris) c’est à dire : « poésie libre » dans neuf cas sur dix, je ne comprends pas ce que l’auteur veut exprimer ; c’est un peu comme la peinture abstraite, je ne comprends que la «figurative », un défaut de culture très certainement.

Personnellement, je serais incapable de faire une telle poésie, c’est au dessus de mes capacités, j’essaie (cf. mes quelques poèmes publiés), d’écrire des choses que tout le monde comprend (des choses primaires en quelques sorte!).

Je me fais un devoir de lire tous les écrits par respect pour leurs auteurs.

D'autre part, j'ai lu votre poésie en E.L, avant d'éventuelles corrections

Cordialement,

poldutor

Contribution du : 26/07 10:23:24
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Espoir Satellite
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 14435
Hors Ligne
Bonjour poldutor,

merci pour votre retour.

Tout d'abord , je n'ai absolument pas été froissé, je me posais simplement la question.

Ensuite, je ne pense pas du tout que le fond soit forcément sous-tendu par la forme.

Une poésie "libre" peut parfaitement, je crois, être "claire comme de l'eau de roche". Et un poème plus "classique" demeurer dans le sibyllin.

Concernant l'art figuratif justement, voici une définition que m'a envoyé Cristale, comme quoi, cela revient fort à propos.

"L'art figuratif, tout particulièrement en peinture, est un style artistique qui prend pour modèle des objets du réel, les change ou les déforme pour transmettre un message.

Souvent, le terme "figuratif" est pris au sens "qui représente l'humain ou l'animal. Bien que cela soit souvent vrai, ce n'est pas une généralité. La peinture figurative représente non seulement l'être humain mais également des objets, des paysages, des animaux, des fleurs... Cette représentation renvoie au réel mais est née dans la seule imagination de l'artiste qui ne s'attache pas à reproduire scrupuleusement la réalité ni même à utiliser des bases académiques."


Et du coup, cela peut un peu correspondre à ma démarche.

Voilà, j'en termine en vous disant que mon texte est resté vierge de toute correction.

Merci encore.

Contribution du : 26/07 10:34:47
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Espoir Satellite
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 12991
Hors Ligne
Merci Pouet de revenir sur nos échanges.

Quand je ne comprends pas, dans un domaine que je ne pratique pas, plutôt que la fuite ou l'indifférence, je cherche jusqu'à trouver la lumière.
En effet, je vous ai demandé si votre poésie était de la poésie figurative en faisant référence au dit art figuratif dont la définition correspond, à mon avis perso, au scénario de votre poème que j'ai relu, comme je regarde attentivement une peinture, afin d'en comprendre les images et j'avoue que ça fonctionne bien.


Mais la poésie pouetive c'est bien aussi.


Contribution du : 26/07 11:36:03
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Espoir Satellite
Maître Onirien
Inscrit:
17/04/2013 18:11
De Monts du Jura -
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Responsables Edition
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 31076
Hors Ligne
Bonjour Pouet,

A propos du passage "laborieux"

Ce n'est pas à l'idée exprimée que je pensais en écrivant "laborieux", mais à la rédaction.

J'ai la "mauvaise" habitude de dire les textes et MON impression à la diction, c'est que ce passage "accroche" par rapport à l'oralisation des autres parties du texte. Laborieux est peut être excessif, j'aurais du écrire " plus difficile à dire"

Contribution du : 26/07 11:45:51
_________________
Vivre au paradis, quel enfer !
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 »





Oniris Copyright © 2007-2019