Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Et ce parfum de lavande... (remerciements)
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6826
Hors Ligne
Pour ma première tentative côté nouvelle (Et ce parfum de lavande…), je suis plutôt satisfait ! Peu de commentaires, mais le sujet n’était pas d’un abord évident. Pour être honnête, c’est la première fois que je m’essaye à la nouvelle ; c’est donc, officiellement, la première que j’ai écrite (la deuxième étant celle du défi nouvelle).

Merci beaucoup au CE d’avoir retenu ce texte (je n’y croyais pas vraiment), merci aux commentateurs/commentatrices d’avoir livré leurs ressentis avec beaucoup d’intérêt, d’acuité et de bienveillance !

Et un merci tout particulier aux correcteurs pour leurs judicieuses propositions de correction (propositions que je n’ai pas prises en compte en raison du manque de temps ; je n’ai vu le message que tard le soir, la veille de la publication !!!).


Sylvaine (passionément +) :
Comme vous le dites, j’ai voulu incruster des éclats d’onirisme dans le cadre fantastique, ce qui donne une étrange sensation d’irréalité à la lecture. Je suis autant flatté qu’étonné lorsque vous qualifiez mon écriture d’une "haute tenue littéraire", puisqu’étant la première nouvelle que j’ai écrite… Il est vrai que le mot "faramineux" fait un peu familier, je l’admets volontiers. Dans tous les cas, je suis heureux que l’ensemble vous fasse penser "aux plus belles évocations de Gérard de Nerval". Merci beaucoup, d'autant plus que votre haute appréciation avoue votre plaisir d'avoir lu cette nouvelle !

Vincente (passionément) :
Plusieurs univers s’y côtoient, tu as raison, et moi-même serais-je en peine de t’avouer avoir choisi l’un plutôt que l’autre, ou d’en avoir compacté plusieurs. Pour être le plus juste, peut-être, je dirai que cet écrit navigue entre journal intime et conte métaphysique, le tout embaumé de poésie.

"Le parcours que l'on découvre de concert avec lui nous emporte dans la douleur de l'égarement ontologique, un traumatisme inouï, et cette douleur va redessiner le décor."
Le terme "d’égarement ontologique" me plaît autant que celui proposé par eskisse : la déréliction. Et, en effet, le monde extérieur devient le reflet du traumatisme vécu par le narrateur, la douleur s’extériorise pour être traversée, comme on traverserait une forêt. Le monde extérieur devient le support de représentation du "néant", son lieu de matérialisation, de réflexion, la seule manière pour le narrateur d’en avoir conscience, d’oser le regarder en face, sans détourner les yeux, c’est-à-dire d’ "accepter l'inacceptable regard". Ce cheminement, qui s’apparente à un anéantissement consenti, se révèle en réalité être un parcours de reconstruction. La seule chose qui survit au néant, seule l’intention de vivre (malgré tout), semble être ""ce parfum de lavande", [qui], telle une veine originelle ineffaçable, relie les bouts de ce voyage aux extrémités de la pensée." Tout à fait !

"C'est terrible de comprendre qu'il faut envisager les advenues apocalyptiques au point d'en souffrir pour s'en prémunir in fine ; ce constat à l'échelle mentale de l'individu trouve toute correspondance dans celle d'une civilisation…"
C’est terrible, mais l’humain est ainsi fait ! En effet, ce message, si message il y a, peut s’entendre à l’échelle de l’individu comme à l’échelle d’une civilisation.

Merci beaucoup pour ta lecture attentive ; tes remarques positives sur mon écriture, je les déguste comme autant de cerises sur une délicieuse forêt noire.

Corto (passionément) :
Ce que tu appelles "Nouvelle-poétique" doit être une écriture où le registre lyrique prédomine, ce qui n’est pas habituel dans une nouvelle. Je suis très content que tu ressentes que "chaque ligne apporte ses images incertaines ou envoûtantes, ouvrant un horizon imaginaire imprécis et captivant", car j’ai voulu instiller l'étonnement à chaque endroit du récit pour poser des questions, mais ne pas donner de réponse, faire ressentir plutôt qu’expliquer. Lorsque tu parles d’une "ambiance instable, éphémère, subtilement douloureuse", je peux être sûr que tu as été sensible à cet univers et m’en réjouis. Un grand merci !

STEPHANIE90 (beaucoup) :
Pour résumer, nous pourrions dire qu’il s’agit d’une nouvelle poético-fantas(ti)que.

Quant à savoir la frontière entre le réel et l’irréel, c’est là un exercice périlleux, car il n’y en a pas vraiment. Toutefois, tu l’as bien vu, le dénouement signe, dans mon intention, un retour à la réalité. Un happy end, en somme ! Merci beaucoup d’avoir apprécié cette lecture.

ours (beaucoup) :
Je suis d’accord, c’est d’abord "une nouvelle à sentir et ressentir", difficile de comprendre l’incompréhensible et vouloir se saisir des images surréalistes de ce texte. Moi-même n’y suis pas vraiment arrivé ! J’aime bien votre terme "voyage onirique". Merci beaucoup !!!

eskisse (beaucoup) :
"L’idée du progressif rétrécissement du monde et de la conscience du personnage est très originale." Tout à fait ! Dans mon idée, il y a un lien étroit entre le monde extérieur et le monde intérieur, celui du narrateur, comme si les deux plans de conscience (immanent/personnel et transcendant/universel) avaient fusionné en une seule conscience, ou une seule réalité.

"Cette nouvelle, qui célèbre la force de l’amour par delà la déréliction, montre le pouvoir des souvenirs dans la survie d’un être."
Le mot "déréliction" me plaît énormément, il caractérise si bien cet abandon de soi-même, cette sensation de dénuement. Ce parfum de lavande est peut-être le seul souvenir du narrateur, la seule chose qui le ramène à la sensation de l’amour ; j’aime beaucoup ce que tu dis là ; à mon sens, ta phrase résume parfaitement la nouvelle.

En revanche, je comprends que la phrase "les yeux sanglants, le cœur sanglot, je poursuivais mon aventure" fasse un peu fabriquée, et même si j’aime les paronomases , celle-ci n’était peut-être pas la mieux trouvée ! Merci beaucoup pour ta lecture !

Cat (passionément +) :
J’ai beaucoup aimé cette "effroyable extase" dont tu qualifies ta lecture ; deux mots forts, oxymoriques, et dont l’association ébranle le cœur et l’âme. Cette nouvelle, je l’ai davantage appréhendée comme une expérience à partager – avec moi-même d’abord, puis avec les lecteurs – que comme une théorie à défendre. D’ailleurs, il n’y aucune théorie quelle qu’elle soit ni aucune croyance religieuse, mystique ou spirituelle sous-jacente, juste une volonté de restituer ce que tu appelles cette "effroyable extase", d’oser regarder en face la stupéfaction d’être vivant, et ce, jusque dans la mort. Et puis, ce parfum de lavande comme un fil d’Ariane, tu t’en es approprié l’image. Merci beaucoup de m’avoir livré ton expérience avoir la sincérité qui est la tienne.
J’ai noté : pour Cat, il faut un peu de néant et beaucoup de poésie… Un repas bien équilibré si l'on rajoute les chocolats…


Jocelyn (beaucoup) :
J’ai voulu que cet écrit soit bref parce qu’il ne fallait pas tergiverser, juste dire l’essentiel. Les phrases sont courtes, mais impactantes. Merci de le souligner. De plus, heureux que vous ayez "presque ressenti la fraîcheur de la nuit", que vous ayez apprécié mon style et la description des images. Merci beaucoup pour votre lecture !

Keinoz (beaucoup +) :
C’est vrai, je n’ai pas cherché à faire entrer cet écrit dans une case ; j’ai pensé que la catégorie Fantastique/Merveilleux côté nouvelle était plus adéquate que la catégorie Poésie en prose, mais en fin de compte, je n’en suis pas certain. Comme vous dites, le plus important se retient de la "quête du héros vers celle qu’il aime", son cheminement.
Merci beaucoup pour votre passage !

Merci à tous !!!

Contribution du : 14/01 16:47:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Et ce parfum de lavande... (remerciements)
Expert Onirien
Inscrit:
19/02/2018 20:30
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 3856
Hors Ligne
Bonjour Davide,

Le mot "déréliction", s'il se prête bien à la situation du personnage de ta nouvelle, n'est pas, par ses sonorités, un très joli mot ! Avouons que c'est même un mot moche...

Merci encore d'avoir mis de la poésie dans notre quotidien.

Contribution du : 14/01 17:50:36
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Et ce parfum de lavande... (remerciements)
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6826
Hors Ligne
Oui eskisse, c'est vrai que ce mot n'est pas très joli musicalement parlant !!!



Contribution du : 15/01 17:20:28
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Et ce parfum de lavande... (remerciements)
Expert Onirien
Inscrit:
10/03/2014 08:59
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Post(s): 6984
Hors Ligne
Citation :

Davide a écrit :
J’ai noté : pour Cat, il faut un peu de néant et beaucoup de poésie… Un repas bien équilibré si l'on rajoute les chocolats…


Rajoutes donc une louche de poésie et laisse tomber les chocolats, Davide ! Je commence à avoir un peu mal au cœur à force.

Merci pour ton retour sur com' ! L'effroyable extase a bien été le cri sorti tout droit du cœur en te lisant.

Et merci aussi pour ta poésie que je découvre chaque fois un peu mieux. Elle touche vraiment à tout ce que j'aime dans la poésie, expression et thèmes compris.


Cat

Contribution du : 18/01 09:54:02
_________________

Mon Blog
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Et ce parfum de lavande... (remerciements)
Expert Onirien
Inscrit:
27/12/2018 19:11
De au pied du col du coin
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3591
Hors Ligne
Bonjour Davide,

Tu réponds à mon commentaire :Citation :
Pour résumer, nous pourrions dire qu’il s’agit d’une nouvelle poético-fantas(ti)que. Quant à savoir la frontière entre le réel et l’irréel, c’est là un exercice périlleux, car il n’y en a pas vraiment. Toutefois, tu l’as bien vu, le dénouement signe, dans mon intention, un retour à la réalité. Un happy end, en somme ! Merci beaucoup d’avoir apprécié cette lecture.


Pour un premier essai, c'est vraiment réussi, bravo !
J'espère que cela n'est pas un happy end pour la catégorie nouvelle ?

Une autre, une autre, une autre !!!

Contribution du : 19/01 11:37:19
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Et ce parfum de lavande... (remerciements)
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6826
Hors Ligne
Citation :
Pour un premier essai, c'est vraiment réussi, bravo !
J'espère que cela n'est pas un happy end pour la catégorie nouvelle ?

Une autre, une autre, une autre !!!

Merci Stéphanie, c'est gentil !
Mais je n'en ai pas écrit d'autres pour l'instant… on verra ! Si tu es sage ! Non, je rigole !

Contribution du : 20/01 13:34:52
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020