Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


L'homme des bois vous remercie !
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
16/07/2019 14:25
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Comité Editorial
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1675
Hors Ligne
Je remercie toutes les personnes qui ont concouru à la publication de ma nouvelle ainsi que les commentateurs de l’espace lecture et post publication.

La genèse de cette nouvelle est née à la lecture d’un fait divers. Un cerf poursuivi lors d’une chasse à courre est rentré dans une propriété où des enfants étaient entrain de jouer. La meute de chiens à suivi, les chasseurs à leur suite et la mise à mort a eu lieu devant les enfants. Les parents ont porté plainte pour violation de propriété et mise en danger des enfants, ils n’ont pas eu gain de cause.


Je me suis interrogée sur les conséquences que cela a pu avoir sur les enfants d’assister à une telle scène. Les enfants vivent dans des mondes où les animaux sont personnalisés, il suffit de lire quelques contes pour le savoir. Souvent, ils aiment les animaux et en font leurs compagnons ne serait ce que sous la forme de peluches.
Et soudain dans leur monde enchanté loin des duretés de la vie des adultes, ils assistent brutalement à cette mise à mort qui est d’une grande violence. Cela peut faire effraction dans leur psyché qui n’est pas du tout préparer à ça, et créer un psycho traumatisme qui peut les poursuivre leur vie durant. D’où mon idée d’inventer le personnage de Guy, j’y ai rajouté la culpabilité, car un enfant peut se sentir responsable ou coupable de ne pas avoir trouver de solution face au regard suppliant de l’animal.



Autre point que je voulais mettre en avant, c’est celui de la souffrance animale et mon étonnement face à l’indifférence d’êtres humains face à cette souffrance.

Pour répondre à Harvester : Oui les chasseurs n’ont pas l’exclusivité de la souffrance animale. Mais au delà du phénomène de classe, la chasse à courre (parmi d'autres chasses) est particulièrement cruelle.

Beaucoup de commentateurs ont perçu mon intention concernant l’idée du traumatisme de l’enfance qui peut poursuivre une personne toute sa vie. Et comment des faits du quotidien réveillent ce traumatisme vieux de plus de 50 ans. Par exemple, la vue du sang et l’impossibilité de manger de la viande pour Guy, ce dégoût vient de cette scène originelle, ce qui explique sa préférence vis à vis de la chair blanche du poisson. Pour répondre à Plumette et Hersen qui remarquent ou s’étonnent que cela ne dérangeait pas Guy de tuer un poisson : Guy est aussi pétri de contradictions comme tout être humain.

Concernant le manichéisme soulevé par Dugenou, il trouve son explication dans le commentaire de Shepard, les archétypes aident à une histoire marquante, et un format court l’impose pratiquement. Nuancer parmi les chasseurs, et parmi les écolos, montrer qu’il y a de tout et j’en suis d’accord, aurait imposé un texte plus long, et je voulais rester dans un format court. Dans mon texte, les chasseurs et les écolos forment des groupes homogènes, les uns chassent, les autres défendent la nature, point. Comme mon sujet n’était pas la chasse ni l’écologie mais de cheminer avec Guy, je ne voyais pas l’intérêt de nuancer davantage parmi ces deux groupes. Ceci dit, je me rends compte que j'ai encore mis les pieds dans des sujets clivants, à mes risques périls !


Merci ANIMAL pour avoir qualifié mon texte de beau texte plein d’espoir.

Merci Plumette d’avoir apprécié mon bourru de Guy dans son univers.

Merci Dugenou d’avoir apprécié mon écriture.

Merci Harvester d’avoir apprécié la beauté et la fluidité de l’écriture, ainsi que la crédibilité des observations de la nature.

Merci Ours pour avoir bien perçu mon intention, c’est vraiment une histoire de réparation. Ce n’est pas un cerf pour un cerf, c’est changer le cours d’une histoire, en tout cas la fin. Comme tu l’as bien noté, Guy porte en lui la culpabilité de n’avoir rien fait pour le cerf de son enfance. Là, il a réécrit l’histoire, c’est vraiment une réparation profonde, à mon avis.

Merci Hersen, pour ta lecture très précise. Oui Guy et Edgar se ressemblent dans leur isolement, peut-être qu’ils pourraient faire une partie ensemble, non ? Le style de vie de Guy vient surtout de son amour des animaux et de la nature. Il est difficile de mesurer l’impact de son traumatisme sur son style vie, ça a renforcé sans doute sa misanthropie, et fait choisir son camp, les animaux plutôt que l’espèce humaine. Pour la remarque « brave homme », même si elle est mise dans la bouche d’un jeune, il ne fait que répéter les propos de son propre père, il aurait pu les traduire en langage « jeune », mais Damien est assez fin pour deviner qu’il séduira davantage Guy, en conservant un langage de « vieux » !


Merci Donaldo d’avoir apprécié le personnage de Guy et l'histoire de son enfance marquante.

Merci Sympa d’avoir aimé ma nouvelle, d’être rentré naturellement dans son univers comme si vous étiez chez vous, j’apprécie beaucoup.

Merci Shepard pour ta description de mon écriture, tu l’as bien caractérisée. C’est un retour utile pour moi. Les chasseurs ne sont pas décrits comme des abrutis, si ??? Aie !
C’est bien vu ta remarque sur l’aspect archétypal comme je l’ai précisé plus haut.

Merci Jaimme, après avoir démontré plus haut que je ne faisais pas un texte contre la chasse, j’avoue que je rejoins assez ton avis. Alors ceci dit, nous homo sapiens, nous sommes bien des chasseurs cueilleurs, on a sans doute dans nos gênes cet instinct de chasseur, même s’il s’agit aujourd’hui d’aller chez le boucher. Par rapport à la souffrance animale, l’élevage et les abattoirs n’ont souvent rien à envier aux chasseurs. Merci d’avoir remarqué la rencontre des âges, et la solidarité possible entre les générations. ET merci d’avoir aimé, surtout !


Merci à tous pour la richesse et la variété de vos commentaires ! Pour avancer dans mon écriture, c'est très précieux !


Contribution du : 26/06 17:32:23
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'homme des bois vous remercie !
Expert Onirien
Inscrit:
22/01/2018 08:31
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5153
Hors Ligne
Bonsoir Tiramisu,

Merci a vous, c'est une belle histoire et visiblement inpirée d'un fait réel : merci pour vos précisions qui apportent un plus .
Au plaisir de vous lire.

Contribution du : 26/06 17:57:26
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'homme des bois vous remercie !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 24585
Hors Ligne
Merci de ton retour, Tiramisu.

Et comme tu le dis, le sujet est un peu clivant.
Alors ce qui est un peu dommage, c'est qu'on se retient, pour ne pas cliver. Mais c'est vrai que parfois, ça finit mal en forum

Et ce que je trouve extraordinaire, c'est que je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui faisait l'apologie de la chasse à courre. Pourtant elle existe.

Un cercle maudit ? Huppé ?
Un maudit cercle huppé ?
Un huppé cercle maudit ?

Rhô;ô la belle idée pour une histoire

à te relire bientôt !

Contribution du : 26/06 18:55:20
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'homme des bois vous remercie !
Maître Onirien
Inscrit:
25/06/2009 19:48
De Les Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Primé concours
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 10703
Hors Ligne
@ hersen

L'apologie de la chasse à courre se fait entre "eux" car ils savent bien comment ils sont perçus par la plupart des gens.

D'autant que par leur acharnement à tuer à tout prix la bête prise en chasse, ils ne respectent même plus ce qui faisait la noblesse de leur "art" : faire grâce au gibier qui se réfugiait chez un particulier ou dans un village.

L'honneur est un mot qui n'est plus guère à l'honneur, justement.


Contribution du : 26/06 19:25:35
_________________
Auteur du roman de space-fantasy Les Elémentales "le maître-nécromant" paru aux Editions Nestiveqnen
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'homme des bois vous remercie !
Onirien Confirmé
Inscrit:
06/02 00:12:12
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 763
Hors Ligne
Edit : non, je n'ai rien dit.

Contribution du : 26/06 19:50:09
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'homme des bois vous remercie !
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
16/07/2019 14:25
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Comité Editorial
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1675
Hors Ligne
@Merci Sympa, au plaisir de vous recroiser !

@Hersen : Un maudit cercle huppé ! Titre interessant ! Je t'attends là !
Oui c'est compliqué de faire un vrai texte clivé, compliqué par rapport à la réaction en forum, pourtant parfois c'est pas l'envie qui m'en manque ...


@ANIMAL : c'est interessant ce que vous dites, en gros, ils ont gardé le principe de la chasse à courre, les beaux vêtements, sans le code d'honneur.

@ Dugenou : Tu n'a rien dit, mais tu n'en penses pas moins !

Tu ne veux pas nous faire un petit topo sur la tradition ?

Contribution du : 26/06 20:48:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'homme des bois vous remercie !
Onirien Confirmé
Inscrit:
06/02 00:12:12
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 763
Hors Ligne
Bon allez j'aurai au moins le courage de mes opinions...

Je disais que je trouvais concevable que, comme les animaux ne sont pas des êtres humains, n"ont ni la même sensiblité, ni la même résistance (plus forte), ni la même longévité (moins longue), ni le même semblant de réflexion, il existait des gens qui ne les traitaient pas en humains.

J'ai l'impression que les personnes ayant réagi à ce fil se laissent leurrer par le mimétisme animalier de leur animal de compagnie, et leur imputent des sentiments humains, bien que ceux ci soient conscients qu'ils n'appartiennent pas à la même espèce, pas comme leurs maîtres(ses). Les animaux ne sont pas des êtres humains, s'ils méritent le respect de ceux qui les aiment, ce n'est pas le cas de tout le monde, et je trouve ça injuste de stigmatiser un autre membre de son espèce juste parce qu'il chasse.

Reste la tradition de chasser pour se nourrir, qui a survécu, et les élevages industriels sont plus meurtriers et plus cruels qu'une simple chasse à courre.

Contribution du : 26/06 22:26:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'homme des bois vous remercie !
Maître Onirien
Inscrit:
25/06/2009 19:48
De Les Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Primé concours
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 10703
Hors Ligne
@ Dugenou

D'accord sur le fond du propos, les humains et les animaux sont différents, chaque espèce à sa sensibilité, sa perception de son environnement, etc...

C'est justement la responsabilité de l'être qui se dit "humain" de traiter avec humanité les autres créatures, puisqu'il se targue d'une conscience supérieure.

Le problème de la chasse à courre à notre époque est qu'elle ne se justifie plus en rien. Faire courir à crever un animal juste pour le "sport" ou la "tradition", cela n'a rien d'humain.

En filigrane de cette nouvelle, au delà de l'histoire de cet homme meurtri dans l'enfance, ce n'est pas tant la chasse qui est stigmatisée que la façon dont elle se déroule.

Contribution du : 27/06 09:39:54
_________________
Auteur du roman de space-fantasy Les Elémentales "le maître-nécromant" paru aux Editions Nestiveqnen
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'homme des bois vous remercie !
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
16/07/2019 14:25
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Comité Editorial
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1675
Hors Ligne
@ Dugenou, tu as raison de dire ce que tu penses.

Les animaux sont différents de nous, c’est un fait, cela n’empêche qu’ils soient aussi sensibles à la souffrance que nous. Peut être moins, peut être plus. En France, en 2015, il y a une loi qui reconnaît enfin la sensibilité des animaux.
Et sous prétexte que les animaux sont différents de nous, cela justifierait qu’on les maltraite ?

Il n’y a pas de stigmatisation pour moi, juste le constat que traquer un animal toute la journée au point de lui faire exploser le cœur, finir avec la meute de chien qui lui sautent dessus jusqu’à la mise à mort…c’est un acte de cruauté. Maintenant, je ne dis pas que la chasse à courre a le monopole de la cruauté vis à vis des animaux.

Pour revenir à ma nouvelle, comme le dit ANIMAL, ce qui est stigmatisé c’est effectivement la façon dont se déroule cette chasse, au même titre que le fait divers que je cite en exergue de mon post. Personnellement, j’ai été choquée quand j’ai lu cet article, ces chasseurs qui violent la propriété privée et ne se gênent pas pour tuer le cerf sous les yeux des enfants. Là pour le coup, ils auraient pu avoir une certaine sensibilité pour les petits de leur espèce, à ne pas les faire assister à ce spectacle violent, non ?

Contribution du : 27/06 14:12:32
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'homme des bois vous remercie !
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
16/07/2019 14:25
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Comité Editorial
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1675
Hors Ligne
Bonjour Malitorne,

Je ne sais pas si je dois vous remercier pour votre passage tellement je trouve votre commentaire dur et surtout injuste. Dans mon texte, il n'est cité que la chasse à courre et ce n'est pas un texte contre la chasse comme vous avez l'air de le penser ce qui pourtant représente la plus grande partie de votre commentaire. C'est juste l'histoire d'un bonhomme qui a été choqué lors de son enfance.

Vous pourrez lire la genèse de ce texte en haut de cette page.

Quand on lit un texte avec une opinion bien tranchée sur un auteur, on interprète le texte dans ce sens ce qui semble être votre cas.
Vous me reprochiez dans un commentaire précèdent de faire trop de textes sur la violence faite aux femmes. Ici ce n'est pas le même sujet. Et maintenant, vous m'accusez de naïveté, pourquoi pas, je préfère la naïveté à la cruauté. Le monde s'en porterait mieux si il y avait plus de naïveté et ... je rajouterai plus de lucidité et de justice aussi...

Contribution du : 28/06 10:13:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2020