Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





La précipitation : retours avant évaporation
Expert Onirien
Inscrit:
19/11/2016 10:51
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6125
Hors Ligne
Cent quarante neuf lectures, seize commentaires et trois plumes en deux jours de parution : cela bouscule un peu mes préjugés ; mais compte tenu de certains antécédents j'ai des excuses.
Comme il me reste un peu de temps entre deux escales, jeL vais donc commenter mes généreux commentaires (3 passionnément, 10 beaucoup, 2 bien et 1 partage gourmand).

Embellie : vous vous êtes emballé (e) et il serait inconvenant de vous en porter grief. Que répondre à vos éloges ? Je reste timide.
Anje : bien vu cette répétition de l'adjectif "brutale" dont le premier a délogé "rapide". Un problème de mémorisation que mon âge ne corrigera pas.
papipoete : bien sûr que la tâche était fort rude pour imbriquer cette tache dans une tête de poisson. Vitesse et précipitation !
Lhirondelle : Savez-vous que le lombric est un ver de surface ? Le mien vit un peu plus profondément mais il fait partie de la même famille.
Hananke : Que serait une fable sans transposition ? Une banale description sans doute ! Merci de l'avoir différencié.
INGOA : A qui le dites-vous ? Quelques bons coups de pieds au c.. n'ont jamais traumatisé et je fais partie de ceux leur trouvant une certaine valeur pédagogique. Mais chut ! Nous allons déborder du sujet.
senglar : je retiens votre suggestion sur les petits pois. Laissez-moi juste un peu de temps.
Vincente : et oui ! Une fable ; plus précisemment un fabliau animalier un peu satirique, dont l'expression anthropomorphique ne vous a pas échappée.
PIZZICATO : avoir du courage c'est bien, de la jugeote c'est mieux. Vous l'avez parfaitement défini.
Palrider : Sûr que cela ne sent pas la naphtaline. Avec 30 vers, aurions-nous atteint l'hystérie ? Je m'en veux terriblement si oui.
Lebarde : Cette poésie vous a inspiré plusieurs maximes ! Pour moi c'est un excellent signe et j'espère récidiver le plus souvent possible.
Corto : cette autre vision "immergée" d'un ver modifie vos habitudes ? C'est absolument jouissif et je m'en réjouis.
VictorO : ce "beaucoup" pour définir la perfection et l'impeccable honore votre modestie... et me rend modeste aussi...
jfmoods : comme à l'accoutumée vous scannez avec beaucoup de minutie les textes qui vous interpellent et votre étude "psychanalitique" du sujet principal m'époustoufle.
hersen : ne fantasmez pas sur mon ver qui n'est pas de surface et qu'aucun requin ne ne prendrait pour appât. Si je vous disais avec quoi j'appâte les requins vous contacteriez immédiatement la fondation de Brigitte Bardot.
Provençao : je ne peux pas vous chiffrer le nombre de vers que j'ais pu accrocher à mes hameçons sans aucun état d'âme, sinon vous douteriez de la véritable particularité aventureuse de ce fabliau. Grand merci pour votre implication.

Contribution du : 03/04 20:00:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019