Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 (2) 3 »


Re : Le discobole, merci
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 12963
Hors Ligne
Sertie de vieilles pierres chargées d'Histoire, la plage de Figueira a le teint ocre-rose de l'aurore que vient effleurer, d''un cillement d'écume, l'iris bleu de l'océan.


Merci Hersen pour ces belles images et ce moment d'Histoire où guerre et séisme ont laissé leurs empreintes.


Cristale

qui a utilisé le traducteur

Contribution du : 10/09 10:03:42
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le discobole, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 20062
Hors Ligne
@Vincente,

Deux points très importants dans ce que tu dis : le discobole "magnifique". Ce discobole, le modèle qu'elle a en tête, est magnifique. le sien, celui qu'elle a grossièrement travaillé, n'est beau qu'au travers de ses yeux, de son souvenir, de son obsession. (par dérision, je parle même de l'arête du nez).

Son discobole a elle est magnifique sur la plage, pour la simple raison qu'il "est" sur la plage. Elle le voit comme elle veut qu'il soit, même si elle est consciente de la grossièreté de son travail.

Le discobole n'oublie pas qu'il est de pierre et qu'il va couler. Il sait pertinemment que l'histoire s'arrête là. c'est la clé du texte. La requête faite par la narratrice dépasse les possibilités du discobole, ou plutôt, l'anéantit : sans disque, il ne sera plus discobole, donc ne sera plus non plus l'amour de la narratrice. Son dernier geste, en lançant la narratrice à la surface, est tout ce qu'il lui reste. Je ne sais pas ici si j'avais intérêt à développer puisque rien ne peut être changé. Il coule comme une pierre, car c'est ce qu'il est.

Plus de développement serait à mon avis possible sur le personnage de la narratrice, en expliquant, sous-entendant, suggérant pourquoi cette obsession du discobole. Que s'est-il passé pour u'elle s'embarque dans cette folie ? Et ce début plus explicatif, plus porteur peut-être, aurait pu trouver une réponse à la fin. car elle est le personnage qui fait l'histoire, le Discobole n'est que l'outil.

merci vincente de ton com élaboré qui me donne à réfléchir. Je ne suis pas une habitué du genre fantastique et tes remarques me sont précieuses !

@ Alcirion,

Merci de ta lecture et de t'être laissé porté; :)

Et je retiens ton avant-dernière phrase, elle est intéressante et nous rappelle que l'on entre quelquefois dans un certain état lors d'un indécision, et qu'il nous semble que pour finir, on décide en se disant, basta ! Et tu m'apprends que non non, pas du tout...

Cristale,

En fait, je ne voulais mettre que les quatre photos, mais va savoir pourquoi, ça n'a pas tourné à mon avantage...

Un peu d'histoire ne fait pas de mal, d'autant plus que tu t'empresses de décrire des couleurs soyeuses et d'y noyer la mer



@ Don,

Que vive la poésie

Contribution du : 11/09 18:46:10
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le discobole, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 20062
Hors Ligne
@ Louis,

tes passages sur Oniris sont toujours un grand plaisir.

Qu'ajouterais-je à ton commentaire ? pas grand-chose, sauf un point important que tu soulignes : le disque, symbole d'envol pour la narratrice.
Cela me donne l'impression d'être un peu passée à côté de mon texte
parce qu'il y a, certainement, cette notion d'envol quand ado j'ai découvert cette statue. Que je m'en sois rappelé si longtemps après, alors que je cherchais à baser la nouvelle sur ce que l'on peut offrir à l'autre sans n'être plus soi-même, cela prouve, Ô combien, que l'on écrit un jour une histoire en compilant une partie de soi-même et des idées de "tout-venant".

Un très grand merci pour ce commentaire, miroir de ta lecture.


Contribution du : 11/09 21:36:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le discobole, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 20062
Hors Ligne
@Sylvaine,

"Peut-on sculpter son rêve et lui donner vie"

c'est une très belle question.

merci pour ta lecture et la sensibilité que tu y as mis.

excès d'émotion : je ne sais pas si en dialogue interne cela fonctionnerait. La narratrice se dirait-elle vraiment ça, j'ai un excès d'émotion ? C'est un point d détail, mais merci de le soulever : tout ce qui incite à la réflexion sur nos textes est bon !

a se lire ?


Contribution du : 12/09 13:58:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le discobole, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 20062
Hors Ligne
@ Pepito,

Non, tu ne me l'avais pas dit. Mais tu me connais, je m'empresse de le prendre pour argent contant...merci

Par contre, un doute m'étreint : t'as un truc à me demander, ou alors t'es gentil, comme ça, pour rien, pour changer ?

Par contre , là où je vais être moins cool, c'est pour la plage et ton gusse à la SF : il a pas intérêt à venir me la saloper avec des petits bonhommes verts tout gluants qui viennent ramasser les algues pour se construire un vaisseau spétial tressé, mais les Zorglubs (ou entités approchantes) les en empêchent et ils se battent en se jetant sur les rochers de la si jolie petite plage. Et la narratrice, elle fait quoi ? Tu peux me le dire ? Ah non, monsieur Pepito ne peut pas me le dire. Parce qu'il n'a jamais sculpté un rocher gluant, je parie.

Alors ton essèpheux, il est prévenu, il va sur une autre plage, y en a des centaines.

Ceci dit, ta visite me fait bien plaisir.

Bon, tout ça c'était pour être agréable. maintenant, le sujet qui fâche.

"La filasse" : j'ai mis un moment avant de comprendre. Mais tu m'as enduit dans la graisse à filasse en même temps que dans l'erreur. Erreur qui portait sur cette fameuse graisse. Parce que tout me revient, maintenant, surtout ta mauvaise foi. (c'était en juin 2015, nous étions jeunes et beaux...)

Donc, juste pour toi, les autres vous serez déçus, voici un poème dont le titre est "Vedox".
j'attire ton attention sur la strophe 4, incroyablement poétique.

http://nevex.pt/wp-content/uploads/2014/09/FOLHETO-VEDOX.pdf

Si tu en veux un pot de 6000 grs (j'adore l'expression de la quantité :)) pour ta maison, demande-moi...


Contribution du : 14/09 00:18:30
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le discobole, merci
Expert Onirien
Inscrit:
17/04/2012 21:15
De Capens
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 6067
Hors Ligne
Fillassement, je ne me rappelle plus quelle était ton erreur... mais je suis sûr qu'il y en avait une. ;=)))

Pepito, ex apprenti plombier.

Je te cherche le bouquin de SF (si je le trouve dans les cartons de déménagement). Tu vas l'adorer, il est super poétique.

Contribution du : 14/09 11:32:52
_________________
Celui qui écrit dans mon dos ne voit que mon… (Adage du banni)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le discobole, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 20062
Hors Ligne
@Solo,

Merci de ta lecture et com !

émouvoir est sans doute le but premier d'un texte, car si le lecteur réagit émotionnellement, dans un sens ou dans l'autre, c'est que quelque chose l'a atteint.(je suis très en retard sur mes lectures nouvelles, mais la Réunion est en bonne place !)

Solo, à bientôt ?

Contribution du : 26/09 10:54:52
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le discobole, merci
Maître Onirien
Inscrit:
23/07/2017 04:41
De Saint-Denis de la Réunion
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Correcteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 12289
Hors Ligne
Chère hersen,
Merci pour ton retour !
Moi aussi, j'ai du retard...
À bientôt, je l'espère.
solo,

Contribution du : 26/09 13:35:23
_________________
"Je suis le capitaine de mon âme" (Nelson Mandela)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le discobole, merci
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 20062
Hors Ligne
@ cat,

Ah ah ah, mais tu sais très bien, depuis le temps, que je monte au créneau sans fatigue sur mes fils de remerciements !

Voui. la notion de perfection.

La recherche de la perfection en elle-même n'est pas négative puisqu'elle porte une exigence indispensable pour avancer (enfin je pense)
On s'arrête peut-être trop souvent à ce qu'on voudrait plutôt qu'à ce qu'on ne veut pas. Et en ce sens, la notion de perfection enferme, est réductrice puisqu'elle empêche de chercher une autre route.

la narratrice aime quelqu'un non pas pour ce qu'il est, intrinsèquement, mais pour ce qu'il pourra accomplir. Et pour renforcer l'idée, je le présente comme ne pouvant accomplir ce pourquoi il est aimé qu'une seule fois.

C'est une oeuvre de dramaturgie, un dilemme.

Le discobole sait mieux que la narratrice ce qu'ils ont à y perdre tous les deux. Il y a de la lucidité chez lui, une sagesse, que la narratrice n'est pas prête à recevoir. la preuve, elle passe ensuite une vie d'ennui à revoir et revoir ce lancement de disque.
Mais lui sait que la narratrice est arrivée au bout de son amour pour lui lorsqu'elle lui demande de lancer le disque. Ce geste ne peut être que la fin de leur amour puisqu'à peine lancé, ce disque fait redevenir le discobole ce qu'il n'a jamais cessé d'être, un rocher mal sculpté, mais sculpté avec acharnement pour la quête de l'amour de la narratrice.

Un gros merci pour ton passage.

Contribution du : 11/10 14:32:12
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le discobole, merci
Expert Onirien
Inscrit:
10/03/2014 08:59
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6472
Hors Ligne
Oups, hersen ! Je réalise que tu parles de perfection là où je n'ai vu que que la quête d'un idéal.
Et même si la frontière est floue entre les deux on ne peut pas vraiment parler de synonymes, si ?

Si je suis de ton avis, à savoir que la notion de perfection enferme et limite, il me semble que celle d'idéal ouvre plutôt l'imaginaire.

Suis-je claire ? J'ai des doutes...

Une chose est certaine, c'est bien le Discobole le plus sage des deux.


Cat
Qui va de ce pas revoir ses cours de philo sur la perfection et l'idéal

Contribution du : 12/10 09:56:09
_________________

Mon Blog
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 (2) 3 »





Oniris Copyright © 2007-2019