Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Le slam
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 8061
Hors Ligne
Bonjour à tou-te-s,

Le mot slam étant souvent employé mal à propos, ici sur Oniris ou ailleurs, je souhaite juste apporter mon petit éclairage sur le sujet.

En fait, le slam est un art oratoire consistant en la déclamation de poèmes a cappella (c’est-à-dire sans accompagnement instrumental) devant un public, souvent lors de joutes.

Un texte de slam – quoique cette expression ne veuille pas dire grand-chose –, est donc un poème, généralement écrit dans la forme libre ou contemporaine (si l'on prend comme référence la classification utilisée sur Oniris) et destiné à être interprété sur scène.

Ainsi, tout texte déclamé en dehors de ce cadre, qu’il soit accompagné ou non, n’est résolument pas du slam*. Si Grand Corps Malade vient de la scène slam, scène qu’il a découverte et investie étant plus jeune, les albums qui l’ont révélé par la suite au grand public ne sont pas des albums de slam. Une confusion malheureuse, donc.

D'ailleurs, à ce titre, la catégorie « Slams » apparaissant sur Oniris à côté de « Chansons » m’apparaît comme un non-sens ; les poèmes qui y sont publiés devraient plutôt figurer dans les catégories « Poésie libre » ou « Poésie contemporaine ».

*Par exemple, qui oserait qualifier de « slam » la superbe déclamation de Johnny Hallyday sur la Symphonie n°7 de Beethoven, apparue en 1970 sous le titre Poème sur la 7e ?

Allez, bises à tou-te-s !

Contribution du : 29/06 20:23:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le slam
Maître des vers sereins
Inscrit:
11/02/2008 03:55
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 33055
Hors Ligne
Soit le slam est une impro, soit il repose sur un texte écrit. Il me semble qu'il y a bien des textes de slam.

Il y a déjà eu un sujet où on en reste là : le slam se définit par l'oralité, donc on ne devrait pas en faire de catégorie, ni de concours.

La catégorie a été défini ainsi :

"Textes à déclamer (slam)

Le slam est une forme d'expression destinée à être déclamée oralement. Le support écrit a pour but premier d'apprendre et de mémoriser le contenu avant de le « performer » oralement.

Le slam est un moyen (outil) verbal servant à transmettre un message, de bouche à oreille. Il est considéré comme une « poésie orale ».

La reconnaissance d'un slam en lecture peut se faire par des jeux de sons en allitérations, consonances, résonances, assonances, homophonies, etc., et tout ce qui renvoie à des effets sonores clairement perceptibles à l'écoute, ainsi qu'à des intonations, des cadences, un ou plusieurs rythmes.

L'autre point important du slam est le message véhiculé. Sa force sera contenue dans le choix des mots. Ce message doit donc être cohérent, perceptible et compréhensible pour toucher au maximum, et/ou "éveiller les consciences".


Quelle est la différence entre poésie et Slam poésie ?

Ce n'est pas la bonne question à poser. Il n'y a rien de semblable à la Slam poésie, et même le terme « slameur » semble être rentré dans le vocabulaire. Ceux qui utilisent le terme « slameur » pensent certainement plus au hip-hop ou aux textes dits à voix haute. La question la plus utile est de demander « Quelle est la différence entre « textes dits à voix haute » et « poésie » ? » Les textes dits à voix haute sont des poésies écrites préalablement pour ensuite être entendues. Ainsi sur les scènes de Slam poésie, la plupart des travaux présentés peuvent être appelés « textes dits à voix haute »."


http://www.oniris.be/forum/reference-les-classifications-en-poesie-t12522s0.html#chant


Elle permet pour un auteur de publier un texte destiné à être lu, travaillé dans ce sens, et pour les lecteurs d'en trouver plus facilement.

Considérer le slam comme "apparaissant" lors de sa déclamation, c'est en faire une impro qu'il n'est pas spécialement, et aussi rendre impossible d'en faire une intention de lecture ou d'écriture sur Oniris.

ça serait comme d'interdire la publication d'une pièce de théâtre parce qu'elle n'est pas jouée sur scène et que tout texte pourrait en être potentiellement une.

Contribution du : 29/06 21:50:19
_________________
Un Fleuve
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le slam
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 8061
Hors Ligne
Merci beaucoup David pour cette réponse détaillée.

Citation :
David a écrit :

[La catégorie "Slams"] permet pour un auteur de publier un texte destiné à être lu, travaillé dans ce sens, et pour les lecteurs d'en trouver plus facilement.

Pourquoi pas ! Cependant, j’avoue douter sérieusement des apports réels d’une telle proposition*, c’est-à-dire de s’intéresser à un texte poétique en mettant de côté le travail de déclamation/théâtralisation qui, pourtant, en pratique, se fait conjointement, et en la présence de l’auteur(e)-slameur(se). Pour moi, ça reste un non-sens, mais sans doute ma formation musicale et ma petite pratique du théâtre influencent-elles un peu trop ma vision du sujet. Je ne sais pas…

D’ailleurs, cette problématique me rappelle la polémique sur les textes de chansons sans chansons qui avait enflammé Oniris il y a quelque temps. Paroles et musique formant un tout indissociable, il me paraît à moi aussi quelque peu saugrenu d’évaluer ou d'apprécier un texte de chanson sans se pencher, au moins un peu, sur sa mise en musique (sans pour autant nier qu'un texte de chanson puisse nous plaire ou nous émouvoir, bien sûr). Je veux dire par là que lorsqu'on ampute un texte de sa musique, on lui retire nécessairement tout ou partie de son sens !

Enfin, je ne suis pas d’accord pour ce qui est d’une pièce de théâtre, que l’on peut lire comme on lit un roman. Le texte étant déjà « complet » en lui-même, il n’est nullement besoin d’une représentation sur scène pour le faire exister. Notre imagination suffit, n'est-ce pas ?


*À ce sujet, il serait intéressant de compiler les retours d’appréciations d’auteur(e)s ayant proposé à la publication sur Oniris un poème destiné à être slamé.

Contribution du : 30/06 21:08:06
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le slam
Maître des vers sereins
Inscrit:
11/02/2008 03:55
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 33055
Hors Ligne
Citation :

Davide a écrit :

Enfin, je ne suis pas d’accord pour ce qui est d’une pièce de théâtre, que l’on peut lire comme on lit un roman. Le texte étant déjà « complet » en lui-même, il n’est nullement besoin d’une représentation sur scène pour le faire exister. Notre imagination suffit, n'est-ce pas ?


Les pièces de théâtre peuvent avoir des interprétations très diverses, au point que le metteur en scène est plus connu que l'auteur parfois.

Le slam comme le théâtre commence à l'écrit, avec une intention d''auteur vers l'oral.

Le comparaison me semble pertinente parce que la pièce de théâtre écrite a une ou des mises en scènes comme un slam écrit a une ou des déclamations.

Contribution du : 30/06 21:29:33
_________________
Un Fleuve
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le slam
Expert Onirien
Inscrit:
15/11/2018 14:19
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 8061
Hors Ligne
Tout à fait d’accord. Simplement, si la comparaison entre ces deux genres me semble pertinente à moi aussi, des différences notables sont à souligner : une pièce de théâtre existe en tant que telle – et ce sont ensuite les représentations scéniques qui la coloreront de leurs spécificités, de leurs inspirantes propositions – tandis qu’un « texte de slam » n’a réellement d’existence que lors de sa déclamation ; c’est ce que va faire le slameur/la slameuse sur scène – l’incarnation de son discours, les inflexions et le ton de sa voix, sa gestuelle etc. – qui vont faire (ou créer) l’œuvre. Ce que je veux dire par là, c’est que le slam n’est pas du tout pensé de la même manière qu’une pièce de théâtre ; mais ça peut se comprendre : d’un côté, nous avons un art urbain contemporain, de l’autre, un divertissement séculaire (voire millénaire, si l'on pense aux tragédies antiques) longtemps réservé à la bourgeoisie...

Contribution du : 30/06 22:19:06
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2022