Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





"Les absents" de toc vous remercient
Organiris
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Auteurs
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Primé concours
Correcteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 11224
Hors Ligne
Bonjour à toutes et à tous,

J'ai failli titrer ce fil "les absents n'ont pas toujours tort" mais ça m'a semblé quand même trop facile.



Je suis content du nombre de commentaires reçus pour ce texte, notamment en EL (et pour ces derniers, pas seulement parce qu’ils étaient globalement plus positifs que ceux émis en post-publi, mais parce que je trouve toujours cette démarche importante, et primordiale pour les textes qui ne seront pas publiés). Le texte est relativement long, sans action, et donc un grand merci à ceux qui ont fait l’effort de le lire jusqu’au bout et de le commenter, à savoir, dans l’ordre d’apparition : Plumette, Vb, Fantin, Corto, Mokhtar, Costic, Maguju, Hersen, GillesP, Sylvaine, Senglar, Malitorne, Eva-naissante.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas écrit un texte purement psychologique, ce qui a pourtant été longtemps le ressort de mes récits. J’ai profité d’un moment de calme plat en EL nouvelles pour m’y remettre et bien m’en a pris car ça m’a permis de bénéficier de 6 coms pré-publi ce qui n’est pas si fréquent. Je ne vais pas revenir sur chacun des coms, je suis content pour ceux que le texte a touchés, désolé pour ceux qui n’ont pas été convaincus, quelles qu’en soient la ou les raisons (même si pour certaines d’entre elles, je n’y peux pas grand-chose), je comprends tout à fait.

Je vais juste revenir sur la genèse de ce texte. En fait, je ne voulais pas écrire ça. Au départ, je voulais réécrire un texte datant de plusieurs années que j’avais perdu dans une manipulation informatique (comme souvent) mais dont le souvenir m’était resté. J’avais la scène de la cuisine en tête mais très vite, en commençant à écrire, les personnages ont pris une autre direction parce que je me suis rendu compte que ceux figés dans ma mémoire avaient depuis fait l’objet d’autres récits. Le père autoritaire, la femme soumise, le fils rebelle, la cause du suicide, tout ça, je l’avais déjà exploré donc ça ne rimait à rien de vouloir le réécrire. Les caractéristiques de chacun ont donc évolué, la raison du suicide ne m’est plus apparue si nécessaire et j’ai commencé à écrire par petits bouts, comme je le fais pour des textes plus longs. La scène de fin s’est imposée d’office, puis la narration par le fils des événements passés. La scène de la cuisine était déjà là, il ne restait plus ensuite qu’à développer le cheminement du dialogue entre la mère et le fils et à agencer le tout pour que ça ne fasse pas trop patch-work.

Je voulais d’abord les faire plus jeunes, autant le fils que la mère, pour rendre l’argument de la discussion moins faible en rapprochant temporellement le passé de la conversation actuelle, mais ça ne collait pas avec les caractéristiques que je leur avais attribuées et en les vieillissant, l’argument devenait de plus en plus artificiel. C’est une amie qui m’a suggéré de faire apparaître une troisième génération qui puisse légitimer les questions tardives du fils. C’était une très bonne idée, merci à elle, sinon je pense que je serais allé droit dans le mur. Après, en faire le sujet principal de la nouvelle, je comprends que ça puisse être plus intéressant pour certains lecteurs, mais ça n’était pas ce que je voulais écrire, tout simplement.

Au niveau de l’écriture, je crois l’avoir dit, mais j’écris avec une petite voix intérieure qui « dit » les mots et les phrases. C’est comme ça que je sais si je suis juste, en fonction de la musicalité que je ressens et de son adéquation avec l’ambiance que je veux rendre ou les personnages que j’ai imaginés. Je ne prétends pas que le système est infaillible ou meilleur qu’un autre ; en relisant d’anciens textes, j’ai parfois eu du mal à retrouver cette petite musique intérieure mais tout le temps de travail d’un texte, c’est ce qui guide mon écriture. C’est aussi ce qui me fait parfois opter pour des choix typographiques contestables et qui peuvent donner des sueurs froides à nos correctrices dont je loue une fois encore publiquement la patience et la bienveillance. Merci à elles ! Ainsi, bien sûr, qu’à mes collègues du CE pour avoir sélectionné ce texte qui n’entre pas forcément dans leurs goûts personnels de lecteurs.

Rendez-vous sur vos prochains textes !

Contribution du : 30/05 10:15:36

Edité par toc-art le 30/5/2019 11:18:18
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Les absents" de toc vous remercient
Organiris
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Auteurs
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Primé concours
Correcteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 11224
Hors Ligne
Salut Don,

Merci pour l'effort et le retour. Pour le prochain, promis, je me mets en danger !

Contribution du : 30/05 13:28:58
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Les absents" de toc vous remercient
Organiris
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Auteurs
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Primé concours
Correcteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 11224
Hors Ligne
Bonjour JasminKelzief,

merci pour avoir lu et pris le temps de commenter ce texte. Si je comprends bien, c'est le fait que les dialogues n'aient pas été identifiés par des guillemets ou des retours à la ligne qui vous a gêné ? Ou bien est-ce la longueur même des phrases ?

Et merci pour les bisous !

Contribution du : 31/05 18:14:13
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Les absents" de toc vous remercient
Organiris
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Auteurs
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Primé concours
Correcteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 11224
Hors Ligne
Merci Cairote et Solo pour le témoignage de votre lecture sous mon texte. 17 commentaires sur un texte long alors que mon implication sur le site est finalement peu visible, j'avoue que je suis vraiment étonné mais très content.

J'en profite pour remercier encore tout le monde. J'ai bien noté les réserves, qui rejoignent celles déjà exprimées, et les compliments qui font bien sûr toujours plaisir.

Bonne continuation à vous !

Contribution du : 05/06 16:58:58
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Les absents" de toc vous remercient
Organiris
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Auteurs
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Primé concours
Correcteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 11224
Hors Ligne
Bonjour Stony,


j'avoue que je ne pensais plus lire un commentaire de vous sous un de mes textes mais le temps passe, les choses changent (ou pas) et c'est très bien ainsi.

Je vous rejoins sur l'aspect très explicite du texte, je craignais que ça en rebute plus d'un mais finalement, la majorité n'en a pas été gênée, ce qui ne signifie pas pour autant que la remarque soit sans objet.

Merci encore et qui sait, peut-être rdv sous un de vos futurs textes. Je vous assure, l'âge venant, je suis beaucoup moins virulent que par le passé. Je ne sais pas s'il faut s'en réjouir, d'ailleurs, ça dénote peut-être tout simplement plus de résignation que de sagesse (à moins que les deux termes ne soient les deux faces d'une même pièce...).

Contribution du : 10/06 18:32:54
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Les absents" de toc vous remercient
Expert Onirien
Inscrit:
10/03/2012 01:54
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5166
Hors Ligne
Bonjour, Toc-art,

Vous ne m'appréciez pas beaucoup et je crains que ce soit réciproque, mais :
1. je suis un type honnête, je fais en tous cas tout ce que je peux pour l'être et je n'ai pas commenté un auteur, mais un texte. Depuis hier, je commente les nouvelles présentes en page d'accueil dans l'ordre croissant d'ancienneté. Il n'y avait aucune raison de faire l'impasse sur la vôtre. Il faut avoir un esprit vraiment très étroit pour être tenté d'introduire quoi que ce soit de personnel dans le jugement d'un texte et avoir très peu d'estime de soi-même pour succomber à cette tentation ;
2. je pense être capable de segmenter les choses et je ne pense pas qu'il me soit impossible, à l'occasion, de participer avec vous à une discussion sur un sujet qui ne nous diviserait pas, quelles que soient les choses qui peuvent par ailleurs nous diviser fortement. Après tout, nous ne nous voyons que par une fenêtre très étroite et le principal, à vous comme à moi, nous demeure invisible.

Pour ce qui concerne le texte et comme je l'écrivais dans mon commentaire, je ne sais pas en réalité très bien si j'aime ou non ce caractère très explicite.
Juste une anecdote amusante : je me souviens qu'un jour - il y a bien longtemps - vous m'aviez fait une remarque qui, en gros, consistait à dire que je faisais trop d'efforts pour tout vouloir expliquer, tout faire comprendre au lecteur au point d'en venir à produire des textes de plusieurs dizaines de milliers de caractères, et que ces efforts demeureraient vains. J'ai peut-être évolué dans le sens que vous m'indiquiez alors. Ce serait amusant que vous ayez évolué en sens inverse.

Quoi qu'il en soit, le terme d'hyperréalisme que j'ai utilisé pour qualifier votre texte n'est pas du tout péjoratif. Il n'est ni négatif, ni positif.

Bah, allez, je peux même vous faire un compliment, en espérant que personne d'autre que vous ne vienne lire ceci : ces deux derniers jours, je me suis farci quelques textes qui m'ont paru d'une longueur infinie bien qu'assez courts, et le vôtre m'a paru moins long bien que comportant bien plus de mots.

L'âge produit peut-être le même effet sur moi que sur vous, bien que je pense devoir encore épuiser une réserve d'insoumission. Et je ne sais pas plus que vous s'il s'agit de sagesse ou de résignation. Peut-être une réévaluation du rapport coût/bénéfice ?

Vous serez aussi bien venu que quiconque sous l'un de mes futurs textes, mais rien n'est prévu. Je ne me suis pas remis à commenter en pré-paiement d'un service à recevoir ;)

Contribution du : 10/06 22:16:30
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Les absents" de toc vous remercient
Organiris
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Auteurs
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Primé concours
Correcteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 11224
Hors Ligne
Merci, Solane pour votre passage sous mon texte et votre appréciation. Je ne sais jamais quoi dire dans ces cas-là, sinon que c'est toujours plaisant quand le texte a été apprécié.

Je vais encore radoter mais vraiment, 19 commentaires, je n'en reviens pas. Merci à tous !

Contribution du : 12/06 16:56:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Les absents" de toc vous remercient
Organiris
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Auteurs
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Primé concours
Correcteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 11224
Hors Ligne
Coucou Lulu,


Je ris parce qu'en fait, en découvrant ton com, je n'ai pas fait attention et j'ai cru dans un premier temps que tu me parlais du tout dernier texte "La nuit je mens" et donc je ne comprenais pas bien. Il m'a fallu quelques longues secondes pour réaliser ma méprise ! Mais décidément, c'est fou comme "les absents" fédère plus que "la nuit je mens" sans que je comprenne pourquoi.

Donc, pour en revenir à ton commentaire et la distinction que tu fais entre mon écriture roman vs nouvelles : dans ma première vie sur Oniris, je n'écrivais que des drames psychologiques avec de très longues phrases, j'adorais ça. Et puis, quelqu'un m'a dit que je me débrouillais plutôt bien dans les scènes d'action et je me suis donc autorisé à aborder le genre du polar. Et effectivement, je n'ai pas la même exigence dans l'écriture, pas forcément que j'y prête moins d'attention, mais le rythme est différent. Pour autant, certaines de mes nouvelles ici étaient en fait des extraits de roman, plus tournées sur la psychologie des personnages c'est vrai, mais dans les deux cas, j'ai tendance à écrire très vite la première mouture, c'est ensuite que je prends peut-être plus de temps pour enrichir le texte dans les parties plus psychologiques. Si un jour tu as le temps et bien sûr si tu en as envie, je te conseillerais de lire "L'ombre et la luciole". Je ne suis pas forcément très fan de la version proposée ici mais ce texte est sans doute celui qui lie le plus une étude psychologique assez poussée à une intrigue plus spécifiquement policière.

En tout cas, merci de ton témoignage et de ta bienveillance.

Contribution du : 06/07 23:23:13
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Les absents" de toc vous remercient
Organiris
Inscrit:
01/07/2009 13:04
De Besançon
Groupe :
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 17546
Hors Ligne
Toc,

Merci de ton retour. J'apprécie toujours ces retours sur nos remarques faites dans les commentaires.

Je suis juste un peu en retard dans la lecture de certains textes, et c'est pourquoi j'en étais encore aux "absents", mais je compte bien lire la suite !!!



Oui, sinon, pour le côté très psychologique des personnages, j'aime beaucoup ça. Je trouve toujours cela si riche en littérature, si je peux comparer avec le cinéma où l'on passe souvent plus rapidement, bien qu'il y ait nombre d'exceptions… L'idéal, sans doute, cela doit sûrement être de trouver un équilibre entre le développement des personnalités en jeu et les actions quand on aime développer ces dernières, mais là je te fais part de ce que j'aime, personnellement… Certains adorent le tout "actions" ou le tout "psychologique"... L'essentiel, c'est que tu te fasses plaisir, aussi, en écrivant, et j'ai ce sentiment quand je te lis. Car ce plaisir éprouvé par l'auteur, bien souvent, on le ressent en lecture et il participe pour beaucoup dans l'accueil qu'on fait d'une oeuvre.

Je lirais la nouvelle que tu évoques plus tard, mais je ne l'oublie pas.

Contribution du : 07/07 12:30:36
_________________
Inspiration ou poésie...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019