Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 4 »


Les textes longs en voie d'extinction ?
Onirien Confirmé
Inscrit:
16/01 11:42:04
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 742
Hors Ligne
Je constate une prédominance des textes courts sur Oniris et d'autres sites littéraires. Les textes longs n'ont pas la cote, victimes de l'impermanence d'internet. De petits formats, vite lus, vite expédiés, puis on passe à autre chose, tel est le mode de consommation privilégié de ce média. À l'arrêt, on préfère le mouvement ; à une lecture soutenue, on préfère le survol rapide. Un besoin d'instantané qui rend le cerveau paresseux, avide de sollicitations répétées au détriment d'une attention prolongée. Internet sécrète de l'impatience...

Les auteurs se plient bon gré mal gré à cette exigence implicite et produisent de petits textes espérant ainsi être davantage lus. Certains sites vont jusqu'à se spécialiser : « micro-nouvelles », « fulgurances » et « brèves » envahissent de manière exponentielle le champ numérique. Partout des écrits fugitifs, plus faciles à lire, plus faciles à rédiger aussi, remplacent les gros pavés si fastidieux !

Faut-il se renier et succomber à cette réduction de l'écriture ? Pour la satisfaction de recueillir un grand nombre de commentaires devons-nous abaisser notre effort intellectuel ? Je ne sais que répondre, partagé entre mon attachement à des histoires solidement bâties et le désir d'attirer les lecteurs.

Contribution du : 19/03 09:55:07
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les textes longs en voie d'extinction ?
Maître Onirien
Inscrit:
14/06/2013 14:24
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 16624
Hors Ligne
Bonjour Malitorne

Votre explication sur les longs textes est très intéressante.
Mais je ne pense pas que cela vienne uniquement d'internet.
Le lecteur se lasse très vite et les poèmes de l'époque romantique
ne seraient jamais lus complètement à notre époque.

Baudelaire fut l'un des premiers à l'avoir compris : Les fleurs du mal
ne sont pratiquement composées que de textes courts.

C'est pareil pour les nouvelles : fixer pendant une dizaine de minute
un écran d'ordinateur est rébarbatif.
J'avais un moment donné trouvé la parade en enregistrant les nouvelles
d'Oniris sur une tablette mais je me suis aperçu qu'en cas de nouvelles
un peu longues, je ne les avais jamais entièrement.

H

Contribution du : 19/03 10:09:19
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les textes longs en voie d'extinction ?
Expert Onirien
Inscrit:
16/05/2013 09:00
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6834
Hors Ligne
Il ne faut pas croire que la concision n'est qu'une facilté. Ce peut être aussi un gros travail. L'important est le sentiment d'avoir tout dit (personnellement, je ne suis pas un admirateur de l'effusion)
Mais dans l'ensemble vous avez raison, les pavés n'ont plus la côte.
C'est une histoire d'époque. On a baigné dans Jules Verne et Hugo et on vit maintenant avec Twitter !

Contribution du : 19/03 11:06:56
_________________
https://pich24.wordpress.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les textes longs en voie d'extinction ?
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 29309
Hors Ligne
à la lecture, ce peut être déjà fastidieux ! mais à l'écoute, impossible de ne pas lasser l'auditoire !
Le " Printemps des Poètes " ( auquel je participe dimanche ) se doit de ne pas raser les spectateurs ( il y eut, voici 2 ans, un auteur invité qui lut pendant 5 minutes ! c'était insupportable et l'on ne savait plus de quoi il parla ! )
" Faire court " est une gageure, surtout lorsque le sujet est épais ! Réussir est une vraie satisfaction !

Contribution du : 19/03 11:15:57
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les textes longs en voie d'extinction ?
Expert Onirien
Inscrit:
12/05/2016 20:15
De Vendée (85)
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 4816
Hors Ligne
Bonjour à tous,

Je crois aussi que dans l'utilisation des temps de vagabondage de nos cerveaux, la démarche a évolué avec l'imposition du monde numérique.
La facilité d'accès a eu l'effet pervers de banaliser l'information, mais surtout de rendre envisageable l'idée que l'on pouvait acquérir toute connaissance. C'est bien sûr une illusion, chacun le sait, mais chacun en joue ; comme si l'on pouvait croire un instant que l'accès à l'écriture d'une formulation mathématique allait, comme si elle n'était qu'un calcul type, permettre à tout un chacun de l'utiliser. Il faut l'effort d'intégration du savoir pour pouvoir l'utiliser.
Ceci pour dire que ce "raccourci" dans la réception du travail d'autrui a, en ce qui nous concerne l'effet pervers que veut signaler ce fil. Dans une sorte de course en avant, on va, tout excité par l'exaltation de la découverte, dans les endroits où l'on va "déguster" le savoir. On se retrouve ainsi un coureur de demi-fond qui jette un œil au paysage ; l'important pour lui reste d'abord la course (c'est bien elle qui produit les endorphines).

S'ajoute à cela, elle en dépend, une logique productiviste propre à l'époque. Les moments que l'on alloue aux sites doivent être efficients.
Les loisirs doivent être productifs, un maximum d'émotion en un minimum de temps dédiés à l'activité élue. Les activités littéraires doivent être "efficaces". Dans celles-ci, le court qui percute, qui saura trouver la force par sa concision, aura vite la préférence. Le poème en est une expression privilégiée.

Une solution ! ... écrire pour soi-même.... se rendre écrivant et lisant à la fois ; n'est-ce pas déjà un passage obligé dans l'acte d'écrire. Pour cela il faut faire plus que simplement se relire, il faut laisser du temps (encore lui !...) pour se lire en "s'oubliant" ; les lecteurs deviendront alors des invités incidents, induits ultérieurement.
Le formatage a beau être très tendance dans l'époque, pourquoi une telle mode devrait dicter ses lois chez les poètes, eux qui se nourrissent de leurs "dissidences" perceptives et émotionnelles ?

Vincente

Contribution du : 19/03 11:33:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les textes longs en voie d'extinction ?
Expert Onirien
Inscrit:
23/06/2011 17:15
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5694
Hors Ligne
Malitorne,

Ce qui fait la force d'un poème ce n'est ni sa longueur, ni sa brièveté, mais la parole qui le traverse. On peut dire beaucoup en peu de mots et être percutant, comme l'on peut à force de vouloir prolonger le thème finir par le fragiliser.

Le lecteur de poésie actuel privilégie les textes courts. C'est un fait. Y-a-t'il dans cette réalité une part de paresse intellectuelle ? Oui, je le pense, mais pas seulement. Être bref c'est aussi s'obliger à plus de concision, plus de réflexion, plus de recherche, autrement dit plus de travail.

L'expérience aidant, après 5 ans d'écriture de poésie et quelques 500 textes produits, j'ai remarqué qu'au delà de 30 vers suivis ou 6/7 quatrains (plus ou moins) l'attention du lecteur moyen s'étiole. Que faut-il en penser ? La longueur d'un texte n'est pas nécessairement synonyme de qualité et plus celui-ci grossit et plus on prend le risque de la disparition/dissémination de la force d'un propos.

Personnellement, je préférerai toujours un texte court et bien écrit à un texte long et poussif. En poésie, garder durant un long temps la puissance du verbe, son efficacité, sa pertinence est une gageure et plus on fragilise son propos, plus le lecteur s'éloigne. L'on peut s'y aventurer, mais à ses risques et périls.

Contribution du : 19/03 12:03:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les textes longs en voie d'extinction ?
Expert Onirien
Inscrit:
22/01/2018 08:31
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3800
Hors Ligne
Personnellement, je préfère les poésies courtes qui vont à l'essentiel.
Les poésies longues ne me dérangent pas si elles me captivent au fil de ma lecture.
Dans le cas contraire, j'abandonne...

Contribution du : 19/03 12:20:07
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les textes longs en voie d'extinction ?
Expert Onirien
Inscrit:
12/05/2016 20:15
De Vendée (85)
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 4816
Hors Ligne
Citation :

TheDreamer a écrit :


Personnellement, je préférerai toujours un texte court et bien écrit à un texte long et poussif. En poésie, garder durant un long temps la puissance du verbe, son efficacité, sa pertinence est une gageure et plus on fragilise son propos, plus le lecteur s'éloigne..


Peut-être pouvons-nous nuancer la notion de longueur, il peut y avoir des formes de longueurs de l'ordre de 1000 à 2000 caractères qui restent "efficaces", selon la pertinence obtenu. Et effectivement TheDreamer je te rejoindrais dans le principe que la concision est plus difficile.

Mais pourquoi penser que la densification de l'émotion que l'on cadre dans quelques vers est une fin en soi ? Pour moi dans cette approche, on recherche encore la performance. Il me semble qu'un étalement du propos peut instiller une autre dimension, offrir un champ émotionnel plus diffus certes mais avec des vertus émotionnelles (je ne voudrais pas aller convoquer à la rescousse un lyrisme proustien, mais pourquoi pas.?). En tous les cas, un prix Goncourt de Poésie comme William Cliff dans América propose par exemple une poésie qui diffuse de façon bien peu concise dans sa forme, mais fine et percutante dans son fond, une expression très intéressante.

Il me semble que la question doit aussi considérer la volonté du lecteur à se mettre en situation d'ouverture vis à vis de l'oeuvre, il doit d'une certaine façon la "mériter" avec un certain effort. Sinon le risque dans ce cas est pour lui de "rater" de belles choses ; ce n'est pas forcément l'écrivain qui prend le risque...

Contribution du : 19/03 13:16:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les textes longs en voie d'extinction ?
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 29309
Hors Ligne
l'intervention de TheDreamer ( 4941 ) est tout à fait juste, et j'y adhère entièrement !

Contribution du : 19/03 14:25:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Les textes longs en voie d'extinction ?
Onirien Confirmé
Inscrit:
16/01 11:42:04
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 742
Hors Ligne
Mon propos concerne surtout les nouvelles, je ne sais pas ce qu'il en est au niveau des poésies. Quand on regarde les dix dernières publiées sur Oniris, une seule dépasse les 10 000 caractères ! C'est frappant et révélateur d'un changement profond dans l'approche de l'écriture. Les gens n'osent plus se lancer dans la rédaction d'une longue histoire, soit parce qu'ils craignent de n'avoir aucun lecteur, soit parce qu'ils se sont formatés aux exigences d'internet. Dans un cas comme dans l'autre c'est un coup porté à la création.

Contribution du : 19/03 15:17:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 4 »





Oniris Copyright © 2007-2019