Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Merci pour vos deux minutes de silence
Apprenti Onirien
Inscrit:
26/11/2017 12:44
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 257
Hors Ligne
Oniriennes, Oniriens,


Je remercie tout d'abord les comités de lecture et éditorial pour la surprise, la validation et la touche de mise en page. Merci beaucoup!



Pour sympa dont j'ai beaucoup apprécié la franchise qui m'a faite rire, si jamais le texte était resté trop obscur à vos yeux, le narrateur rêve, juste avant le réveil, d'un passé amoureux aujourd'hui douloureux pour une raison que je laisserai à l'interprétation du lecteur. Si vous l'aviez déjà compris, alors ma foi, c'est comme ça, merci d'être passé sur ce texte. :)

A Marie-Ange, ce texte essaie de procéder par empathie, je crois. D'où, oui, l'emploi de la première personne. Merci d'être passé. :)

A tous les autres, je suis content de constater qu'à certains, le rêve plaît plus que la réalité, et que pour d'autres, la réalité marque plus que le rêve. De là à dire que j'essaie de taper à tous les râteliers... Vos commentaires à tous m'ont fait plaisir.

Merci à Fowltus ; je veux ajouter, par rapport à votre remarque sur les couleurs, que "dragée" est une nuance de rose qui vient renforcer les aurores... Et rajouter une dose de sucré pour les commentateurs et commentatrices suivants. Hé hé.

Merci Pouet pour le retour de ce mot-valise que j'ai décidé de supprimer des premières versions, haha. Je le dis aussi pour hersen et Donaldo75, oui, le rêve est saturé et intriqué comme ils le sont souvent, un peu paroxystiques. Il est en accord avec les souvenirs ; déformé, amplifié par les passages successifs des nombreuses remémorations.

Merci Donaldo75, et hersen, d'avoir adhéré à la fin. C'est pour moi la partie la plus importante de ce texte.

Luz, un compliment de votre part ("Et l'eau coule ainsi jusqu'aux ventres des mers"/"Au soir le tranchant de son cri écharde l'ovale du ciel") sur l'esthétique de ce texte m'honore. Merci à vous.

Mélusine, ouf ! Vous sauvez presque in extremis mes deux premières strophes et je vous en remercie. Comme dit précédemment, il est remarquable que certains préfèrent cette fin, et d'autres, comme vous, le début de ce texte. C'est chouette. Merci !

Eki, savourez tant que vous voulez, ce sucre-là est sans danger pour l'organisme. :D
Merci !

Wow, Louis, jfmoods, la rigueur de vos commentaires, qui se complètent assez l'un l'autre à mes yeux, m'a surpris, tout ça à dire sur ce si petit texte ? Merci à vous deux !

Papipoete, je laisserai l'interprétation du sort de l'autre au lecteur, je serais bien ennuyé de le déposséder de ses propres émois. Et en effet, l'ambiance de mon texte fait écho à votre "Nuit d'après". "Tout a été dit cent fois", disait l'autre.


Encore merci à tous, vous êtes adorables.


Az.

Contribution du : 15/03/2018 23:16
_________________
« Tout a été dit cent fois
Et beaucoup mieux que par moi
Alors si je fais des vers
C'est que ça m'amuse
C'est que ça m'amuse
C'est que ça m'amuse et je vous chie au nez. »

Boris Vian, « Je voudrais pas crever », 1953.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020