Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





On oublie la fête : elle est finie...
Expert Onirien
Inscrit:
04/06/2017 12:15
De Hautes-Pyrénées
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 3806
Hors Ligne
Merci, au comité d'avoir autorisé la publication de ma « poésie ». Et merci aux commentateurs et aux lecteurs. Avec la métaphore de la fête j'ai essayé d'évoquer notre - nous les Hommes Capitalistes - capacité à nous étourdir et à ne pas regarder ou à regarder sans voir, la fête à été de tout temps un rituel d'union et de lien dont le sens est un peu perdu aujourd'hui, la solitude me semble exacerbée par des communions factices. Effectivement l'ivresse nous permet de continuer la fête encore un peu, de consommer à tout va. Mais ça devient difficile et il nous faut nous enivrer de plus en plus, pour continuer à rester dans le déni. Et c'est en titubant que nous nous dirigeons vers notre fin... J'avais une alternative au dernier vers : « a perdu la tête ».

Davide : l'infini calcul désigne, ici, la croyance dans le rationnel et dans la maîtrise du réel, mauvais calcul d'après moi, il faudrait lâcher, changer de direction, ne plus croire en notre omnipotence. Merci.

papypoète : merci pour le lampion. J'ai toujours essayé d'éviter les lundis matins, pas toujours réussi(s).

Pronencao : « l'instant qui bouscule » fugacité de la promiscuité, moment de remise en question... merci pour votre lecture et votre commentaire.

Annick : ça me fait plaisir que mon texte vous semble difficile à cerner, l'émotion générale est évidemment la tristesse, l'infinie solitude que l'on ressent après avoir fait la fête. Et la perte de lien « ronde solitaire » Merci

Vincente : Merci, « mienne lassitude » exprime exactement ce que j'ai voulu, la forme, effectivement, en est moins convaincante...

hersen : Plus de cœur : non sans doute ; il n'en à déjà plus trop à mon avis, merci pour ta lecture et ton appréciation.

LilianR : j'aime bien le flou, ça donne de la place au lecteur, moi j'ai mis tout ce que je voulais : l'ordre m'a été imposé par la structure, je suis contente de la diversité des interprétations. Je n'aime pas trop les certitudes, la perfection et les « durs comme fer »... Merci.

Contribution du : 14/11 09:36:15
_________________
« Et dans la Ville Natale où tous sont tiens, je me sentis perdu. »
Raymond QUENEAU Saint Glinglin
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : On oublie la fête : elle est finie...
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 20180
Hors Ligne
Dans ma lecture, j'en étais davantage restée à l'individuel.
Ton retour me donne une autre dimension.
j'aime bien les deux;

merci de ce retour.

Contribution du : 14/11 11:21:44
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : On oublie la fête : elle est finie...
Expert Onirien
Inscrit:
04/06/2017 12:15
De Hautes-Pyrénées
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 3806
Hors Ligne
Correction:

papipoète : merci pour le lampion. J'ai toujours essayé d'éviter les lundis matins, pas toujours réussi(s).

Désolée...

Contribution du : 14/11 13:13:41
_________________
« Et dans la Ville Natale où tous sont tiens, je me sentis perdu. »
Raymond QUENEAU Saint Glinglin
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019