Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 4 ... 35 »


Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
Bon on a commencé un peu par hasard, un peu par amusement, un truc sur Oniris Ville ici.

Je me dis qu'on peut peut être en faire une sorte de saga, où les protagonistes seraient les oniriens? Bien sur, il est recommandé de ne pas flooder, et de ne surtout pas casser du sucre sur le dos des autres!

Mais écrire le quotidien de cette ville à l'Ouest de pas grand chose serait, je pense un truc sympa qui nous obligerait à nous creuser un peu les neurones.

Alors quelques régles, courtes: Oniris est situé quelque part, pas loin de rien. C'est une ville qui posséde un saloon. Saloon où il se passe un peu tout et rien. les habitants sont véhéments mais immortels! Il serait sympa que la fin de vos textes permettent à l'auteur suivant de continuer, et on pourrait garder (si vous le souhaitez), cette phrase: "Il y a ..............................à Oniris Ville

Je regroupe le reste et à vos plumes!

Citation :
Bah mince je vais pas te tuer non plus! Pose cetttetttte bièèèèèèèrrre!


Citation :
Sluuuurp ! Okay cowboy, okay... elle est vide, ne restent que les trace de mousse... Buuurp ! Pardon !

Citation :
Perle, dans son costume de danseuse de French Cancan, bas résille et choucroute blonde, entre dans le saloon après une nuit de débauche. Elle envoie valdinguer les deux portes battantes… Grand silence. Il est midi (moins vingt-cinq), l’heure du crime, l’endroit semble désert. Soudain, un ronflement bruyant vient contredire cette intense solitude : le menton avachi sur la table, de la bave formant une petite flaque sur le bois clair, Kaos grogne, le colt toujours à la main. Le nez enfonçé sur les touches du piano, Isfranco serait-il mort ? Perle s’avance, quand soudain un ronflement la rassure. Ivre mort, certes, mais c’est tout… La chope de bière d’Is a roulé par terre, et Perle remarque en se penchant un troisième corps affalé derrière le piano. Aux borborygmes émis, à la chevelure noire et aux santiags dorées elle reconnait Calamity Es . Une nouvelle journée commence à Oniris Ville. Banale.


Citation :
Kaos sursaute, il est toujours aux aguets. Il vient de voir Bonbon, la danseuse de French cancan du coin. Sacrément bien roulée pense t'il, entre deux burps. Il se lève, le pas chaloupé et dit: "Tu veux un lait de chèvre poupée?" Et il range son colt. Les nuits sont plus chaudes que les jours à Onris Ville...


Citation :
Hors Ligne Citation : Perle-Hingaud a écrit : Perle, dans son costume de danseuse de French Cancan, bas résille et choucroute blonde, entre dans le saloon après une nuit de débauche. Elle envoie valdinguer les deux portes battantes… Grand silence. Il est midi (moins vingt-cinq), l’heure du crime, l’endroit semble désert. Soudain, un ronflement bruyant vient contredire cette intense solitude : le menton avachi sur la table, de la bave formant une petite flaque sur le bois clair, Kaos grogne, le colt toujours à la main. Le nez enfonçé sur les touches du piano, Isfranco serait-il mort ? Perle s’avance, quand soudain un ronflement la rassure. Ivre mort, certes, mais c’est tout… La chope de bière d’Is a roulé par terre, et Perle remarque en se penchant un troisième corps affalé derrière le piano. Aux borborygmes émis, à la chevelure noire et aux santiags dorées elle reconnait Calamity Es . Une nouvelle journée commence à Oniris Ville. Banale. Oniris ville vive IS ... hic... hic...


Citation :
Jaimme entre aussi dans le saloon (bon, par-dessous les portes battantes, il est vrai...). Dans son magnif... (euh, dans sa robe de bure élimée), il fait une entrée fracassante. Oui, une latte dépassait, salaud de taulier, tu peux pas réparer ton bouge. Par un salto avant, digne de son état de Jedi, il atterrit avec grâce et puissance sur ses pieds splendides (si, si!!). Wancyrs est en train de reluquer une blonde qui me dit vaguement quelque chose. Son collier de perles peut-être... Mon abstinence légendaire me permet de m'arracher à cette vision décadente! M'enfin pourrait être ma descendante à la dix-huitième génération! Mon regard désabusé se porte ensuite sur Is qui cuve en rongeant un petit os, sur Es qui cherche ses fesses, sur Kaos qui canarde Wancyrs qui a osé prendre Bonbon par la taille, sur Jphil qui pousse un chariot en bois lequel est surmonté d'un échafaudage ordinateur/imprimante/ four à merguez. Tout en corrigeant, il harangue la foule tel un prédicateur imperturbable. Il dit des trucs comme: " un commentaire doit être le reflet d'un ressenti d'une objectivité amorale". Bref, il délire. Pfff! Qu'est-ce qu'on s'emm.... à Oniris ville!!!!



Citation :
riiiiik griiiiiik grrriiiiiiiik.... Grmmmmmphhhh... Le sommeil s'extirpe de mon corps par mon œil avachi et à peine entr'ouvert... Bon sang, c'est quoi ce raffut... y pourrait pas mettre de l'huile aux roulettes de sa machine à commenter l'autre ? Non ? M'enfin, je veux dormir moi... Mon bras se tend, mes doigts s'ouvrent et saisissent le second colt à Kaos, tombé de son holster. T'es un homme mort ! Je tire, en plein coeur, quatre balles rapides, en plein coeur et d'un oeil. Le charriot s'arrête pile. Sans roulettes, c'est plus dur de le faire avancer... Oniris ville naka bien se tenir...



Citation :
Les coups de feu mettent kaos en alerte! Il dégaine et canarde. 6 balles Blam la première transperce ce fut à bière d'Is au niveau de l'oreille! Blam la seconde se perd entre les pieds de Jaimme qui du coup lâche sa baguette magique Blam la troisième heurte un caribou empaillé qui n'a rien demandé Blam la quatrième dégrafe le corsage de Perle laissant apparaitre des attributs généreux Blam la cinquième passe à un cheveu de la corne d'Estelle qui se met à ruer et décoche un coup de pied à Jphil Blam la sixième érafle l'épaule de Wancyrs qui interloqué se demande ce qu'il fait là Kaos rengaine et retourne à son lait de chèvre Il y a toujours des coups de feu à Oniris


Citation :
Siebby a enfin découvert l'emplacement d'Oniris Ville. Elle s'attendait à quelque chose de plus clinquant au coeur de ce désert perdu aux confins de l'onirisme. Elle descend de monture, monture qu'elle parque dans le corral attenant à un lieu de débauche intellectuelle. Le SALOON. Siebby écarte les deux battants de l'entrée, elle est obligée de pencher la tête pour entrer et assister d'un air désabusé au spectacle. Des cowboys s'acharnent à se descendre avec des balles à blanc. Un autre cause à une danseuse déguisée en berlingot à queue de paon. Elle voit un prêcheur psalmodiait des paroles au sens sibyllin oublié. Siebby se cale sur la première chaise encore debout. Un inoffensif extra-terrestre observe la scène tout comme elle avec un détachement exemplaire. _ Je va r'prendre la route, mon gars. Ma mule me mènera bien aut'part, p't êt au pays de cocagne des libres penseurs. Oh mince, elle leur avait tourné le dos dans la dernière scène.


Citation :
ZAM ! Le ninja vert tomba de la lucarne (les ninjas ne se déplacent que sur les toits). De son sabre étincelant, il détourna les balles erratiques du chaos… « Ciel, mon héros » susurra la blonde Bonbon en s’évanouissant gracieusement. Jaimme, choqué par la vision de la belle, lui balança sa robe de bure en guise de paletot (un joli petit caraco pour les fraiches soirées de la plaine), et fila se jeter dans la bagarre quasi générale. Es se réveilla, balança quelques saucisses ramollies sur le chevalier noir qui tentait jusque là de rester neutre (bien que non suisse). Une des balles de Kaos se ficha dans le piano mécanique, lequel égrena ses notes joyeuses et donna à la scène une atmosphère bon enfant. De la mezzanine du premier étage survint alors un râle effrayant : C’EST QUOI CE RAFFUT ????!!!!! Tous se figèrent : Jphil, planqué sous son chariot, Jaimme, les dents plantés dans le mollet de Kaos qui serrait le cou d’Is, lui-même allongé sur Es qui empoignait la sombre chevelure de Wancrys qui tentait de virer la robe de bure de Bonbon qui ouvrait un œil. Ils avaient réveillé…


Citation :
Widjet! Dit...Le Rabbin des Bois. Oh, à première vue il ne payait pas de mine, le Widjet. Guère plus d'un mètre 75, un léger embonpoint lié à une absorption massive et quotidienne de makhrout, des cheveux entre noir et noir clair. Il portait en permanence des petites lunettes, cerclées de métal, destinées à lui donner un air intelligent. Mais tous savaient que réveiller le Rabbin des Bois en plein Shabbat relevait de la folie pure. Widj' craqua une allumette sur sa kippa, pour faire style, puis il la jetta parce qu'il était non fumeur. De son pas aérien il descendit les marches lentement. Tous étaient tétanisés. Jaimme lâcha le cuir de la botte qu'il mordillait vainement, Is compta 12 pieds, Jphil baissa les yeux en murmurant "Ce texte est trop condensé comme le lait", Estelle regarda derrière elle à la recherche de son postérieur, Wancyrs pâlit subitement ce qui n'était pas une mince affaire, Ninjavert fut prit d'une dhiarrée qui salit immédiatement son pyjama, et Bonbon et Siebby se rhabillèrent illico presto car elles savaient que le Rabbin des Bois était attiré par les appâts des dames comme les mouches par le miel. Il y a toujours des dangers à Oniris ville.

Contribution du : 27/01/2010 14:22

Edité par David le 7/4/2011 15:34:02
Edité par David le 7/4/2011 18:45:35
Edité par David le 7/4/2011 18:46:40
Edité par David le 7/4/2011 18:47:26
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Maître Onirien
Inscrit:
21/12/2008 20:51
De Belgique Province de Namur
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 18050
Hors Ligne
Vu le nombre de bagarres au salon d'Oniris ville, bagarres et autres échauffourées, abondamment relatées avec beaucoup de talents par ses habitants dans le canard "les mystères d'à l'Ouest de pas grand chose", canard que nous les pieds tendres dévoront avec assiduité, chaque mardi dans le Michelinegan. J'ai décidé moi, LéopoldPartisan opticien-ébéniste d'aller m'y installer comme croquemort. J'ai donc pris la dilligence et après 3 semaines éprouvantes, j'y ai débarqué. J'ai trouvé une petite boutique entre la prison et le salon. J'ai immédiatement inscrit sur ma vitrine: "Chez LéopoldPartisan, le cercueil vous va comme un gant". Il y a quand même quelques centaines d'oniriens prêts à en découdre à Oniris Ville

Contribution du : 27/01/2010 15:48
_________________
L'anarchie c'est l'ordre sans le pouvoir; l'humanité c'est de tenter de pouvoir arriver à ne se manifester que le positif qu'il y a en chacun de nous. Léopold...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
Où est censée se dérouler la suite de la saga, Amigo ?

Cour des Loustics ou ici ?

Contribution du : 27/01/2010 15:57
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 27844
Hors Ligne
Le croque-mort nouvellement installé en ville se planta dans l’encadrement de la porte en se frottant les mains :
« les affaires reprennent… ».
Siebby la belle enchanteresse souffla sur sa baguette magique et chassa un petit point de goudron collé sur sa lèvre : « Allez, croque-mort, le sieur Kaos n’est que collé… »
Pendant ce temps, à l’intérieur du saloon, les habitants d’Oniris ville avaient toujours les yeux levés vers la rambarde du premier étage… là, exactement sous le rayon de soleil de la lucarne, se tenait le rabbin des bois. Son apparition tenait du miracle : habituellement il ne sortait de son antre magique que les soirs de pleine lune, lorsqu’il partait, pieu au poing, chasser le coyotte et son bip bip magique. Ainsi, Widjet apparut-il dans toute sa fureur, son grand manteau de laine noire lui battant les mollets alors qu’il levait les bras pour prêcher :
« Bande de nœuds ! Mous du genou ! Anachorètes et bois de rose vermoulu ! J’avais enfin en ligne le grand Chef, notre Vénérable et Respecté, et vos vociférations ont coupé la ligne… »
Alors une voix céleste s’éleva sur la ville, celle du Vénérable Sioux créateur de l’Aigle à 7 plumes, du Totem branlant et de la caravane qui passe…
C’était bien sûr…

… to be continued…

Contribution du : 27/01/2010 16:03
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
Citation :
Cour des Loustics ou ici ?

Ici je crois c'est mieux non?

Contribution du : 27/01/2010 16:12
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
... Estelle, qui avait fait la fête avec des indiens de Wapitiniris Ville, le village indien voisin...

Sous son ombrelle, elle venait juste montrer, à tous ces cow-boys ses belles fesses retrouvées...

Y a toujours de la miche à Oniris Ville...

Contribution du : 27/01/2010 16:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
Platonange! Et Estelle!
Le sage branleur comme le nommaient ceux de sa tribu. Oh, c'était un grand échalas, maigre comme un bâton un jour de famine. Le cheveux en bataille te l'oeil torve d'avoir bu trop de "Smoutch", la gnôle locale, il tremblait comme une feuille morte au petit matin de Novembre.

Platonange avait hérité de son surnom un jour où ceus de sa tribu, l'avait surpris entrain de se livrer à des actes contre nature avec un petit roseau: il le fumait! Ce qui, chacun le sait, est contraire à leurs règles.

La femme Estelle, croisement improbable entre une licorne te un cyote se trimballait, elle, une paire de miche à faire se damner n'importe qui. Où avait elle trouvé un cul pareil?

Platonange donc tremblait, Léopold partisait , Estelle dandinait du croupion, et Kaos se demandait quand allait commencer, enfin, l'histoire. Parce que depuis ce matin il s'était tiré plus de balles que de baisers, plus de gnons que de mots d'amours, et au fond de son coeur Kaos savait que l'amour, le vrai bien dégoulinant et sirupeux comme un verre de Nutella tiède, pointerai bientôt son nez.

Il y a toujours de l'amour à Oniris Ville

Contribution du : 27/01/2010 16:30
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
_ Le cowboy goudronné réclame de l'affection, proclame Siebby, est-ce qu'une donzelle peu regardante est prête à le materner ?

L'enchanteresse n'usera nullement de ses dons pour lui procurer l'objet de ses désirs implicites. Siebby a trop à faire avec le bordel que les semeurs de balles ont mis dans le Saloon. Elle se glisse derrière le bar et offre une tournée aux pieds tendres qui oseront croiser son regard. Pendant ce temps, Bonbon a repris son numéro de french cancan sur la scène aussi large qu'un timbre éléphantesque. Voilà qu'à Oniris...

Contribution du : 27/01/2010 16:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Maître Onirien
Inscrit:
21/12/2008 20:51
De Belgique Province de Namur
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 18050
Hors Ligne
Léopold Partisan qui n'avait eut encore aucune commande, décida de faire un peu de publicité en déposant dans chaque maison et biensûr au Salon, un petit folder le représentant en tournée
http://www.oniris.be/modules/myalbum/photo.php?lid=621

Contribution du : 27/01/2010 16:51
_________________
L'anarchie c'est l'ordre sans le pouvoir; l'humanité c'est de tenter de pouvoir arriver à ne se manifester que le positif qu'il y a en chacun de nous. Léopold...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
Widjet le Rabbin des Bois enfourne son 8ème makrout. Il s'en moque, il noit dans ses pâtisseries un chagrin d'amour vieux de 15 ans.
Un jour d'été il s'était épris de la belle Siebby, pseudo magicienne à deux centimes, mais vrai femme à deux attributs. Or, elle avait refusé de lui céder sous prétexte qu'il écrivait des textes d'amour, parfois.
Pleurant de désespoir, il avait songé sauter du haut d'un prunier, quand il s'était vu offrir un plat de makrouts par Platonange, le sage branlant.
Bien sur, il trouva du réconfort, mais la dépendance devint vite très forte...
Léopold rabote une planche, conscient que son geste n'a aucun intérêt puisqu'on ne meurt pas ici. Mais il espère, il espère.
Kaos par l'odeur du goudron repoussé, se dhésabille. Ses muscles, saillants et fermes font pâlir Estelle et Bonbon.
On sent dans l'air des effluves de testostérone et d'Armani.
Isfranco, Jaimme et même Jphil se sentent des désirs homosexuels!
Seul le chevalier noir, Wancyrs, reste imperturbable et attend son heure.

Il y a toujours des beaux mes à Oniris ville

Contribution du : 27/01/2010 16:54
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 4 ... 35 »





Oniris Copyright © 2007-2020