Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 (2) 3 4 5 ... 35 »


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
21/12/2009 22:19
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 1054
Hors Ligne
Cortèse termine en soupirant sa traversée du désert en trottinette, et, par l'odeur de testostérone alléchée, décide de faire une halte à Oniris ville. Elle jette sa trottinette le long d'un mur et se glisse, de son pas léger, sous les portes battantes du saloon (oui, elle est de très petite taille... Bon, ça va aller ? Nan mais...). Elle a les dents serrées et l'humeur maussade parce qu'elle vient de se faire poser un nouvel AOA (Appareil d'Orthodontie Adulte) qui la fait abominablement souffrir et cracher quand elle parle. Sans un regard pour l'éphèbe musclé et dégarni qui roule des mécaniques sur le plancher crado, elle se précipite vers les danseuses de French Cancan et leur lance :"Les girls, vous chauriez pas ou ch'qu'on peut trouver un tutu, dans ch'bled ? Je me mettrais bien au French Cancan, moi auchi ! "
Bonbon, trop occupée à éponger la pluie de salive postillonnée par Cortèse quand elle a dit "French", ne répond pas tout de suite. Estelle, toujours dénudée, la fusille du regard...
Y'a de la meuf en colère à Oniris ville !

Contribution du : 27/01/2010 17:59
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
Citation :
Un jour d'été il s'était épris de la belle Siebby, pseudo magicienne à deux centimes, mais vrai femme à deux attributs.


Siebby, accoudé au comptoir du Saloon, regarda d'un oeil amusé le naturiste faire son exhibition superfétatoire à la basse-cour. D'un claquement de doigts, elle fit rappliquer fissa Estelle et Bonbon à la maison.

_ On ne confond pas les iridescentes femmes avec les poules, Kakao Rico, mit en garde Siebby, et ne t'avise pas de bourrer le chou à ma mule.

Il y a parfois des rabats-joie à Oniris Ville.

Contribution du : 27/01/2010 18:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Organiris
Inscrit:
18/07/2009 20:05
Groupe :
Évaluateurs
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onirateurs
Onimodérateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Équipe de publication
Organiris
Post(s): 17836
Hors Ligne
"Bourrer le chou à ma mule"?????
Jaimme qui revient d'un séminaire sur Tatouine ne saisit pas bien l'allusion...
Est-ce à dire que le chip que dalle a des vues sur le baudet des demoiselles???

Que la force soit avec moi!!!

Et toi, arrête de raboter on t'a dit qu'on en mourrait pas ici!! Regarde!
Et jaimme de se planter un opinel n°2 dans le ventre!
MAIS !!!!!!!!! ON PEUT SOUFFRIR, NOOOON!!!!!!!!!!!!!

Contribution du : 27/01/2010 18:13
_________________
"Un commencement est un moment d'une délicatesse extrême"
F. Herbert
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 27763
Hors Ligne
Or, en ce beau midi (car il était midi et des poussières au début de notre histoire, rappelons-le aux lecteurs inattentifs), un bruit sourd et régulier retentit du bout de la grand rue. « Cling ! Clang ! Clong ! »
Calamity Es (sœur jumelle et néanmoins fort opposée de caractère d’Estelle- à -l’ombrelle) fit cliqueter ses éperons dorés sur le perron du saloon :
« Quoi encore ? »
Les habitants d’Oniris sortirent sous le soleil exactement, levèrent le bras droit en visière et plissèrent les yeux (bleus pour Siebby et Cortese, verts pour Bonbon, noirs pour Kaos, marron pour Jphil, et orange pour Jaimme le jedi, pour les autres vous cherchez vous-même, moi je laisse tomber) :
Un nuage de poussière progressait à l’horizon.
« Bonzaï ! » s’écria Ninja vert en bondissant sur son canasson :
« Allons pourfendre l’ennemi ! »
« Moi pas ennemi… Moi ami venir soleil levant ».
Toutes les bouches béerent devant le nouveau visiteur : un être rondelet de la taille de Jaimme, jaune aux yeux bridés, une grande natte brune au sommet du crâne. Le petit homme s’inclina poliment :
« Moi venir construire chemin du cheval de fer… Moi être « Fils-de-Marogne ».
Les bruits métalliques se rapprochaient lentement mais sûrement. On distinguait à présent une multitude d’hommes qui posaient des rails (non, pas blancs) dans la verte prairie. Au fur et à mesure de l’avancée du travail de forçat, une grosse locomotive poussive fumait en franchissant la vaste plaine, mètre après mètre.
A Oniris-ville, on n’arrête pas le progrès.

Contribution du : 27/01/2010 18:13
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
(Jaimme steu plait évite les smyleys)

Kaos, furieux que les femelles ne daignent même pas lui jeter un regard, renfile son jeans, sa chasuble et son 3/4 cuir.
Il range ses colts et sort pour voir ce qui fait un bouzin pareil!

Il tombe nez à nez avec: Cortese et son AOA qui l'asperge abondamment, Jaimme ridiculement fiché sur un opinel plus grand que lui, Siebby Estelle et sa soeur jumelle, Bonbon en admiration devant un nain asiatique qui pousse une locomotive, Ninjavert entrain de se ridiculiser en triple salto manqués, Wancyrs entrain de dormir et Léopold qui rabotte quand même des fois que l'entropie soit trop forte.

Isfranco fume une clope, pensif et dit "Je vais boire une bière Fieu!" en s'addressant à Jphil qui commence le commentaitre de "A l'ombre des Coquelicots pourpres" un poème sur les méfaits du coca cola.

Kaos se dit que le train ne sifflera pas deux fois, et que c'est quand même un beau bazar ce truc qui fait du bruit!

Il dégaine, tire et explose la chaudière. No pasaran hurle t'il!

Et il lève bien haut le drapeau noir!

Enfin, mu par une impulsion aussi soudaine que grotesque, il embrasse Cortese et tire une balle dans le genou de Jaimme pour le fun.

Il y a toujours un anar à Oniris ville

Contribution du : 27/01/2010 18:25
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Maître Onirien
Inscrit:
08/06/2009 21:13
De Canada
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 18110
Hors Ligne
Le chevalier noir foule de la botte les sentiers d'onirisville, une paire de santiags à 5000$ sortie des entrailles de Boulet, la célèbre maison de fabrication.

Il flatte au passage la croupe de Cléopatra sa jument toujours en chaleur et elle hénnit de plaisir. un regard dans la rue, et il constate que la boutique du croque-mort fait face au saloon tenu par un certain Ninj.(la légende raconte qu'il détient un sabre magique qui le protège contre tous les colts du far oniris.)

Pas bête le Léopold ! il va se faire des affaires en or... Pour le moment, Le chevalier noir décroche sa Remington de son holster ; il a un contrat à respecter, un certain Kaosla à envoyer en enfer.

Il rentre dans le saloon et la première image lui fait monter l'adrénaline jusqu'au bout des neurones... des fesses dévoilées...

Une certaine miss G fait saillir ses lolos, aussi cintrée qu'une walkyrie... perlehingaud brillant comme un amas de galaxie dans la nuit fait de l'oeil à l'ombre qui avance, le chevalier noir, plus noir par le désir et qui fomente des plans érotiques.

Le Kaosla peut attendre ! Ya de la femelle à onirisville, et ça, faut être un con pour les faire attendre...

¨ca va chauffer à oniris ville...

Contribution du : 27/01/2010 18:29
_________________
Mon Blog
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
_ N'empêche que tout ce remue-ménage dehors fait entrer la poussière dans le Saloon, bougonne Siebby en retournant à ses occupations. Ah Cortèse, tu es la bienvenue dans la petite troupe de danseuses, mais faudra vous serrer sur la scène pour sûr !

Soudain, on perçoit du chambard provenant du corral. Siebby déboule par la porte arrière de l'établissement et surprend Jaimme avec un panier empli de choux en train de parlementer avec sa mule.

_ Ta maîtresse prétend qu'il ne faut pas te bourrer le chou, explique Jaimme, j'aimerais comprendre cette formulation particulière.

L'animal nonchalant lui donna un coup de museau.

_ Ca signifie qu'il ne pas lui prendre la tête, Jaimme, s'esclaffe Siebby.

Il y a un hermétique à Oniris Ville.

Contribution du : 27/01/2010 18:29
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 27763
Hors Ligne
Bonbon était penchée sur le petit homme jaune quand elle entendit le glapissement de Cortese. Elle se retourna et « Plaf ! » fila une grande torgnole dans la tronche du malotru… Dommage : les poils de nez de Kaos s’étaient coincés dans l’appareil orthodontique de Cortese…
L’amour fait parfois mal à Oniris ville

Contribution du : 27/01/2010 18:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
Kaos se dit que Wancyrs est un peu trop présomptueux de s'attaquer à MissGavroche. Elle possède deux talents: le coup de boule et le lancer de nain dont elle fait une chouette démonstration en jetant Jaimme à travers une vitre parce qu'il a osé lui caresser un mollet et ce sans hermétisme aucun!

Mais Kaos connait le grand Ouest et ses régles. Il laisse Wancyrs se manger un râteau avant de lui expliquer la vie.

Et il embrasse derechef la belle Cortese qu'il ne connait même pas, et se mange une baffe par Bonbon la danseuse!

Il y a toujours un jeune coq à Oniris ville

Contribution du : 27/01/2010 18:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Oniris ville, à l'Ouest de pas grand chose...
Visiteur 
_ Fous-moi la paix, le coquelet, intime Cortèse en enfilant une robe à froufrous et jabot blancs. C'est à mon tour de faire trembler les planches de la scène.

MissG se met au piano et lance le tempo.

Clap, clap, clap font les claquettes à la vaillante Cortèse.

Tous les hommes remballent leurs colts pour assister au spectacle de la demoiselle. Léopold entre accompagné de sa planche.

_ Pas de copeaux sur mon plancher ciré, le croque-mort ! menace Siebby.

Y a une maniaque à Oniris Ville.

Contribution du : 27/01/2010 18:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 (2) 3 4 5 ... 35 »





Oniris Copyright © 2007-2020