Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Pour l'amour de toutes les couleurs
Apprenti Onirien
Inscrit:
24/09/2019 14:35
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 197
Hors Ligne
Merci à tous ceux qui ont laissé un commentaire, c'est vraiment précieux , ça m'aide beaucoup !

Je tiens tout d'abord à m'excuser, en effet, j'ai envoyé le poème trop précipitamment sans prendre le temps de corriger des fautes de prosodie mais surtout de bien choisir un titre où une accroche qui auraient dû expliciter le texte.

Ce poème parle de ce passage de la crucifixion, quand Jésus s'écrire " mon père, mon père, pourquoi m'as-tu abandonné " phrase que j'aurais dû mettre comme titre à mon sens.

Ce vide vertical qui annonce la coupure de la communication ( prière ), puis on ressent ce que ce vide provoque en lui, c'est encore plus douloureux que ces clous qui transpercent sa chair, puis ce vide vertical sert de canal au mal qui s'empare de lui. ( d'ailleurs j'ai trouvé un meilleur vers pour le dernier vide vertical, " un vide vertical où s'engouffre le mal pour conclure l'affaire " ).

Je raconte, du point de vue des sentiments éprouvés, les terribles minutes qui précèdent la mort du fils, quand son père ferme le ciel.
Un même ciel se ferma au matin de la terre alors que les morceaux du fruit interdit sont encore dans la bouche d'Adam et Eve.
Je voulais relier ces deux passage, un peu comme un " début " et une " fin " qui se rejoignent. D'ailleurs Jésus est appelé " le deuxième Adam " par un de ses apôtres nommé Paul, plus tard. L' Adam qui vient réparer les dégâts de son homologue.

Trop de choses à concentrer dans aussi peu de syllabes, décidément, j'ai reproduit la même erreur que dans mon premier poème.

Ce passage est d'une intensité incroyable et tout à commencé par cette phrase " un vide vertical ". J'ai tout de suite pensé à cette coupure verticale dans la relation Père au ciel et Fils sur terre.




cependant, je vois deux avantages à ce que je n'aie pas été assez explicite.




-de un, vous pourrez le relire en découvrant un tout nouveau sens au poème ! ( bon j'avoue, c'est petit ! )

-de deux, vos commentaires ont été dépourvu d'à priori concernant le caractère religieux de la scène. Ne resta que le sentiment brut et terrible ressenti par le personnage principal.



Mes deux premiers écrits acceptés par le CE sont " rugueux " comme a dit un des commentateurs, mais je suis en train de finir une nouvelle SF qui, si elle est acceptée, inversera la tendance, je vous l'assure !

Contribution du : 12/01 00:56:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020