Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Pourquoi j'ai écrit "L'enfant qu'on m'a volé"
Maître Onirien
Inscrit:
15/12/2010 11:48
De Pézenas, France
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 17622
Hors Ligne
Merci aux nombreux lecteurs et commentateurs de ce texte. Je m'attendais à plus de polémique et je suis heureux d'en avoir si peu car je ne la recherchais pas. Je ne suis ni macho ni réac ; je pense juste à une catégorie de gens qui souffrent et qu'on oublie, qui sont tenus à l'écart de la grande tendance à l'empathie de notre temps.Tous les avis ont droit de cité. Je ne suis heureusement pas dans le cas de mon personnage. Ce poème m'a été inspiré par une femme, une amie, qui m'a déclaré avoir agi dans sa jeunesse comme la fille de mon poème, et pour les mêmes raisons, et repenser souvent aujourd'hui à la douleur du père de cet enfant, lui qui le désirait ardemment. Elle n'est pas personnellement dans le regret de l'enfant ; elle en a eu deux autres par la suite, d'un autre père. Elle pense seulement au jeune homme qu'elle a meurtri ; c'est tout à son honneur. Je m'étonne qu'hersen se dise effondrée : découvre-t-elle aujourd'hui que l'on peut être d'un autre avis que le sien ? Quant au fait, qui m'a été aussi bien reproché, que ce deuil soit celui d'un fils, la raison en est simple : j'ai un fils, et je me suis imaginé ce que je ressentirais si je ne l'avais pas. Ce fils n'est pas un "bâton de vieillesse", "un jouet" ; il est ce que j'ai de plus précieux. Pour le moment, c'est plutôt moi qui l'aide, que le contraire. Et puis, "elle" au lieu de "il", "ma fille au lieu de "mon fils", ça me faisait des alexandrins surnuméraires. Au reste, s'il s'était agi d'une fille, personne ne se serait ému qu'il ne s'agisse pas d'un fils ; conformisme, quand tu nous tiens ...
Pour le point de grammaire "se sont passés", le dictionnaire de l'Académie donne : "pour le temps : s'écouler ; exemple : Une heure s'était passée ..." J'avais employé cette tournure machinalement et, la remarque de bellini m'ayant jeté dans le doute, je suis allé vérifier.
J'ai une autre amie qui m'a dit combien son avortement avait été quelque chose de douloureux qui l'avait durablement blessée ; mais il n'y pas que les femmes pour qui l'avortement peut être un drame ; c'est ce que mon poème veut exprimer. Je ne vois pas ce qu'il y a là de scandaleux.
On a trouvé parfois le texte trop narratif ; j'y vois, moi, une vraie élégie, une déploration car, à travers la structure narrative, les éléments lyriques foisonnent. C'est tout un art d'intégrer ainsi le lyrisme dans de la narration. J'estime m'en être plutôt bien sorti.

Contribution du : 23/09/2020 14:50
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Pourquoi j'ai écrit "L'enfant qu'on m'a volé"
Maître Onirien
Inscrit:
17/04/2013 18:11
De Monts du Jura -
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Comité Editorial
Responsables Edition
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 35671
Hors Ligne
Bonjour Miguel,

Je n'ai pas commenté votre texte non pas en raison de son sujet.
En fait, c'est surtout que j'ai trouvé que la valeur poétique ne correspondait pas à ce que j'attends d'un texte proposé en classique.
Pour mon goût, la rédaction tient beaucoup trop du récit. Des alexandrins corrects et des rimes ne portent pas un récit classique systématiquement au summum de la catégorie que certains désignent comme surpassant toutes les autres.

j'estime que l'écriture a favorisé le thème au dépens de la poésie. Mais comme il s'agissait d'une question de goût personnel j'ai préféré ne pas commenté en lecture et en publication.

Ayant lu votre intervention en forum j'observe que vous êtes assez satisfait de votre texte en estimant vous en être plutôt bien sorti. C'est à mon avis le plus important.

Cordialement - Robot

Contribution du : 23/09/2020 15:13
_________________
Vivre au paradis, quel enfer !
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Pourquoi j'ai écrit "L'enfant qu'on m'a volé"
Maître Onirien
Inscrit:
27/04/2016 18:43
De Rhône
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Post(s): 14008
Hors Ligne
Bonjour Miguel

je n'ai pas commenté votre poème, mais , bien sûr, je l'ai lu et même relu.je crois que j'accepte le oint de vue que vous voulez développer mais la forme vous a contraint à des raccourcis qui n'ont pas permis d'exprimer toutes les nuances que vous abordez ici.

j'ai suivi avec intérêt les réactions des uns et des autres,

Merci, en tous cas, de nous éclairer sur vos intentions d'auteur !

je partage avec vous un lien qui apporte en chanson l'éclairage de la femme qui décide tout en étant meurtrie:

https://www.youtube.com/watch?v=e2cN4Us0GVk

Contribution du : 23/09/2020 18:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Pourquoi j'ai écrit "L'enfant qu'on m'a volé"
Expert Onirien
Inscrit:
18/03/2017 11:03
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 4577
Hors Ligne
Merci pour le lien plumette.
Très belle chanson.

Contribution du : 23/09/2020 20:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Pourquoi j'ai écrit "L'enfant qu'on m'a volé"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
06/02/2020 00:12
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2349
Hors Ligne
Bonjour Miguel,

Bien que je l'ai lu, je ne commenterai pas votre poème. Ma mère "n'en voulait qu'un", ce sont ses propres termes. Votre texte appelle en moi un regret tué dans l'oeuf, si l'éventuel petit frère ou petite soeur avait existé, mais je ne peux regretter une personne qui n'existe pas. Il me semble qu'on vous a fait remarquer ce point. Quant à ce qu'en pense mon père, je n'en sais rien. Je ne peux donc m'associer au discours de votre narrateur, ou porter un jugement sur ma mère... même si ça me démange... de toute façon, ce jugement n'aurait pas porté sur votre texte.

Contribution du : 23/09/2020 21:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Pourquoi j'ai écrit "L'enfant qu'on m'a volé"
Maître Onirien
Inscrit:
15/12/2010 11:48
De Pézenas, France
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 17622
Hors Ligne
Ma mère aussi n'en voulait qu'un ... et j'ai été le deuxième. Elle m'a avoué qu'elle avait bien "essayé" mais que je m'étais entêté à naître ; après quoi, elle n'a pas été fâchée que je sois là et je ne lui ai donné que des raisons de se féliciter de m'avoir mis au monde. Savoir qu'on aurait pu être victime d'un avortement ça donne aussi le droit de s'exprimer, n'en déplaise à certaines dames.

Contribution du : 24/09/2020 16:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Pourquoi j'ai écrit "L'enfant qu'on m'a volé"
Maître Onirien
Inscrit:
14/06/2013 14:24
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 20598
Hors Ligne
Bonjour Miguel

Sujet casse-gueule dont j'ai fortement apprécié le traitement.

H

Contribution du : 24/09/2020 18:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020