Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   2 Utilisateur(s) anonymes



« 1 ... 110 111 112 (113) 114 115 116 ... 282 »


Re : Que lisez-vous en ce moment ?
Apprenti Onirien
Inscrit:
31/03/2011 15:29
Groupe :
Membres Oniris
Post(s): 165
Hors Ligne
Je suis en train de finir "Dans la peau d'un autre" de Xavier Müller, une intrigue autour de l'hypnose et des phénomènes du cerveau. Assez fascinant.

Contribution du : 07/12/2012 09:33
_________________
Les égarements d'un stylo.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Que lisez-vous en ce moment ?
Visiteur 
Un livre emblèmatique du nouveau roman, écrit par nathalie Sarraute et publié en 1959 : "Le planétarium".
Radical et décisif.

Contribution du : 07/12/2012 10:06
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Que lisez-vous en ce moment ?
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
20/05/2012 15:33
De Calvados
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 1787
Hors Ligne
Un classique de la SF : "Tous à Zanzibar" de John Brunner (1968).

Vraiment très bien, très inventif.

Contribution du : 07/12/2012 13:16
_________________
Ecrire, c'est raconter des histoires. Le reste c'est de la littérature.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Que lisez-vous en ce moment ?
Visiteur 
Je ne sais pas si cela intéresse grand monde comme livre sur se site, mais moi en se moment je finis : "HOMO ECONOMICUS prophète ( égaré ) des temps nouveaux", un essai de Daniel Cohen sur le monde d'aujourd'hui vu par se que l’économie a comme influence sur nous même et notre société. Et je vais commencer un petit livre d'une centaine de page s'intitulant : "Aimer ( quand même ) le XXIe siecle" de Jean-louis Severan-Schreiber

Contribution du : 07/12/2012 13:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Que lisez-vous en ce moment ?
Expert Onirien
Inscrit:
22/06/2010 12:56
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6996
Hors Ligne
Un très beau texte poétique du plus que charmeur Juan Marsé ( c/o Bourgois 2012) 'Calligraphie des rêves'.
L'intrigue se situe à la période noire du francisme, comme d'habitude à Barcelone, mais y a t il une intrigue, rien n'est moins sûr, ça parle de littérature et plus généralement d'art à travers le regard d'un jeune garçon passionné: "La vie des autres, si les autres ne sont pas dans les romans ou dans les films, ne méritent à ses yeux qu'un regard par dessus l'épaule et une considération ennuyée". Sont évoqués bien sûr résistance et accommodement de circonstance au réel.

Contribution du : 07/12/2012 14:01
_________________
Citation :
Martyr est la seule manière de devenir célèbre quand on n'a pas de talent ( Desproges)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Que lisez-vous en ce moment ?
Maître Onirien
Inscrit:
11/02/2012 17:42
De Le Havre
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 11059
Hors Ligne
Je lis des nouvelles de Richard Brautigan que j'adore...en voici une si le coeur vous en dit:


Note sur la folie du camping qui déferle actuellement sur l'Amérique.

Autant qu'autre chose, la lanterne Coleman est le symbole de la folie du camping qui déferle actuellement sur l'Amérique, avec sa lueur blanche profane qui brûle dans les forêts de l'Amérique.
L'été dernier, un certain Monsieur Norris était en train de boire dans un bar de San Francisco. C'était un dimanche soir et il en était à son sixième ou septième. Se tournant vers le type qui était sur le tabouret voisin, il a dit : « Et vous, vous fichez quoi ici?
– Je vais boire un coup ou deux.
– C'est comme moi, a dit Monsieur Norris. Et j'aime bien ça.
– Je vois très bien ce que vous voulez dire, a dit le type. Il a fallu que j'arrête un an ou deux. Je viens juste de m'y remettre.
– Qu'est-ce qui n'allait pas ? A dit Mr Norris
– j'avais un trou dans le foie, a dit le titre.
– Dans le foie ?
– Ouais ; le docteur a dit qu'il était assez grand pour qu'on y agite un fanion sans toucher les bords. Mais ça va mieux maintenant. Je peux reboire de temps en temps. Je ne suis pas censé le faire, mais ça ne va pas me tuer.
– Eh! Bien! moi, j'ai 32 ans, a dit Monsieur Norris. J'ai été marié trois fois et je ne me rappelle plus le nom de mes enfants. »
Le type perché sur le tabouret voisin, comme un oiseau sur l'île voisine, a bu une petite gorgée de son scotch soda. Le type aimait bien le bruit que faisait l'alcool dans son verre. Il a reposé son verre sur le bar.
« C'est pas grave, a-t-il dit à Monsieur Norris. Le meilleur truc que je connaisse pour se rappeler le nom des enfants qu'on a eus de mariages précédents, c'est d'aller faire du camping, de tater un peu de pêche à la truite,. La pêche à la truite, c'est une des meilleures choses qui existent pour se rappeler le nom des enfants.
– Ah oui ? a fait Monsieur Norris.
– Ouais, ouais, a dit le type.
– Ça me paraît être une idée, a dit Monsieur Norris. Il faut que je fasse quelque chose. Des fois, je crois qu'il y en a un qui s'appelle Carl, mais c'est impossible. Ma troisième femme détestait Carl comme prénom.
– Essayez donc un peu de camping et la pêche à la truite, a dit le type sur le tabouret voisin. Et vous vous rappelerez le nom de vos enfants encore à naître.
– Carl ! Carl ! Ta maman t'appelle ! » a hurlé Monsieur Norris, pour rire, et puis il s'est rendu compte que ce n'était pas très drôle. Il commençait à avoir sa dose.
C'était tout le temps la même chose. Il en sifflait encore un ou deux, et puis sa tête basculait inéluctablement en avant et venait cogner contre le zinc comme un coup de fusil. Il ratait toujours son verre, comme ça il ne se tailladait pas la figure. À chaque fois, sa tête se redressait en sursaut et il jetait un coup d'œil éffaré dans le bar, en regardant les gens qui le dévisageaient. A ce moment-là, il se levait et il rentrait chez lui cuver sa cuite.
Le matin suivant, Monsieur Norris est descendu en ville dans un magasin d'articles de sport et il a acheté du matériel qu'il a fait mettre sur son compte.Il a d'abord fait mettre sur son compte une tente de deux mètres soixante dix sur deux mètres soixabnte dix imperméabilisée avec un mât central en aluminium. Ensuite il a fait mettre sur son compte un sac de couchage Arctic rempli de duvet, et un matelas pneumatique et un oreiller pneumatique pour aller avec le sac de couchage. Il a également fait mettre sur son compte un réveille-matin gonflable pour aller avec l'idée de nuit et l'idée de se réveiller le matin.
Il a fait mettre sur son compte un réchaud Coleman à deux feux, une lanterne Coleman et une table pliante en aluminium et toute une série de casseroles en aluminium qui s'emboîtent les unes dans les autres et une glacière portative.
Les dernières choses qu'il a fait mettre sur son compte, ça a été son attirail de pêche et une bouteille de lotion contre les insectes.
Il est parti le lendemain pour les montagnes.
Plusieurs heures plus tard, quand il est arrivé dans les montagnes, les seize premiers terrains de camping étaient pleins de gens.ça l'a un peu surpris. Il ne s'attendait vraiment pas à trouver une foule pareille dans les montagnes.
Au dix septième terrain de camping, un homme venait de mourir d'une crise cardiaque et les ambulanciers étaient en train de démonter sa tente. Ils ont retiré le mât central et arraché des petits piquets . Ils ont plié la tente bien proprement et ils l'ont mis à l'arrière de l'ambulance, juste à côté du cadavre de cet homme.
Ils sont partis sur la route, en laissant derrière eux un nuage de poussière blanche étincelante. La poussière ressemblait à la lumière d'une lanterne Coleman.
Monsieur Norris a planté sa tente à cet endroit précis, il a installé son matériel et bientôt tout s'est mis à fonctionner. Quand il a eu fini de manger son boeuf Stroganoff déshydraté, il a éteint tout son matériel en actionnant l'interrupteur pneumatique principal et puis il s'est endormi vu qu'il faisait nuit noire.
Il était environ minuit quand ils ont apporté le corps et l'ont déposé à côté de la tente, à moins de trente centimètres de l'endroit où Monsieur Norris dormait dans son sac de couchage Arctic.
Quand ils ont apporté le corps, ça l'a réveillé. Ils n'étaient pas précisément les apporteurs de corps les plus discrets du monde. Monsieur Norris voyait la bosse que faisait le corps contre la paroi de la tente. Il n'était séparé du cadavre que par une fine épaisseur de popeline Amériflex imperméabilisée et imputrescible finition mate de couleur verte.
Monsieur Norris a ouvert la fermeture à glissière de son sac de couchage et il est sorti avec une énorme torche électrique pareille à un chien de garde. Il a vu les apporteurs de corps qui s'éloignaient sur le chemin, en direction de la rivière.
« Eh! Vous la-bas! les gars ! A crié Monsieur Norris. Revenez ici. Vous avez oublié quelque chose.
– Comment ça ? »a dit l'un. Ils avaient tous les deux l'air tout à fait penaud, comme des moutons prisonniers des crocs de la torche.
« Vous savez très bien ce que je veux dire, a dit Monsieur Norris. Et en vitesse ! »
Les apporteurs de corps ont haussé les épaules, ils se sont regardés et sont enfin revenus à contre cœur, en traînant les pieds tout le long du chemin comme des enfants. Ils ont ramassé le corps. Il était lourd et l'un d'entre eux a eu du mal à empoigner les pieds.
C'est lui qui a dit à Monsieur Norris, d'un ton un peu désespéré : « Vous êtes sûr que vous n'allez pas changer d'avis? »
– Bonsoir et bonne nuit », a dit Monsieur Norris.
Ils ont redescendu le chemin qui menait vers la rivière, emportant leur cadavre. Monsieur Norris avait éteint sa torche et il les a entendus trébucher sur des cailloux le long de la rive. Il les entendait s'injurier. Il en a entendu un dire à l'autre : « tu veux tenir ton bout, oui ? » Et puis il n'a plus rien entendu.
À peu près dix minutes plus tard, il a vu toutes sortes de lumières s'allumer dans un autre terrain de camping plus bas le long de la rivière. Il a entendu une voix lointaine qui criait : « Je vous dis que ma réponse est non ! Déjà que vous avez réveillé les gosses . Ils ont besoin de leur sommeil, figurez-vous. Demain ils vont à pied jusqu'à Fisk Konk Lake, ça fait sept kilomètres. Allez mettre votre truc ailleurs. »

Richard Brautigan

Excusez moi si il y a qqs fautes de frappes!!!
Pimpette

Contribution du : 08/12/2012 15:37
_________________
"""Soyez réglé dans votre vie ordinaire
comme un bourgeois, afi n d’être violent et original
dans vos oeuvres. »

Gustave Flaubert
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Que lisez-vous en ce moment ?
Maître Onirien
Inscrit:
11/02/2012 17:42
De Le Havre
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 11059
Hors Ligne
J'ai oublié de dire le titre de ce volume de nouvelles:
"La Pêche à la Truite en Amérique"
Richard Brautigan
Collection10/18

Contribution du : 08/12/2012 16:23
_________________
"""Soyez réglé dans votre vie ordinaire
comme un bourgeois, afi n d’être violent et original
dans vos oeuvres. »

Gustave Flaubert
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Que lisez-vous en ce moment ?
Maître Onirien
Inscrit:
22/02/2010 10:47
De Luxembourg
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 11812
Hors Ligne
Merci pour cette nouvelle, Pimpette :) Je suppose qu'il ne faut pas chercher à tout comprendre, l'idée d'appariteurs de corps est sympathique en tout cas.

Je viens de commencer Le meilleur des mondes d'Aldous Huxley. Ça fait longtemps que j'ai envie de le lire et ça ne ressemble pas trop à ce que j'imaginais (je crois que je voyais ça comme un mélange de "Utopia" et de "Léviathan").
Le style est délicieusement daté, les idées et la construction aussi pour ce que j'en ai vu. En tout cas, ça promet une lecture intéressante.

Contribution du : 17/12/2012 21:28
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Que lisez-vous en ce moment ?
Maître Onirien
Inscrit:
11/02/2012 17:42
De Le Havre
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 11059
Hors Ligne
Placebo

C'est un grand livre qui avait un succès terrible à l'époque de ma jeunesse...tu nous diras si il tient ses promesses?

UN autre du même auteur: "Contrepoint" dont voici l'extrait d'une bonne petite critique pour te donner envie:

"Le texte date de1926 et a été publié sous le titre original Point Counter Point. Il coupe une grosse tranche de gâteau dans une époque et un milieu, nous montre l'imbrication des nombreux personnages et des non moins nombreuses idées qu'ils portent et qui régissent leur comportement.
Mais attention, c'est un milieu bien précis ! La classe dirigeante anglaise, au temps où l'Empire Britannique existait encore.
On a donc là, disons, trois choses. Comment vivaient quotidiennement ces gens. Les débats d'idées politiques ou culturelles qui les animaient. Et une galerie de personnages précis, si précis qu'on ne manque pas de se dire qu'Huxley a dû piquer certains originaux parmi ceux qu'il connaissait.

Pimpette
Proverbe:
"Qui a lu lira"
Ahahahahaha!!!

Contribution du : 18/12/2012 14:58
_________________
"""Soyez réglé dans votre vie ordinaire
comme un bourgeois, afi n d’être violent et original
dans vos oeuvres. »

Gustave Flaubert
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Que lisez-vous en ce moment ?
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
15/11/2012 02:30
De rnier au cross
Groupe :
Primé concours
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Évaluateurs
Auteurs
Post(s): 1179
Hors Ligne
Placebo, ah !

Les mots, et leurs harmoniques ! Je n'ai rien lu de plus de ce livre... Honte à moi ! En plus il a dit la chose avec beaucoup de clarté.

Contribution du : 18/12/2012 15:10
_________________
"Dans le silence et la solitude, on n'entend plus que l'essentiel" Camille Belguise
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 ... 110 111 112 (113) 114 115 116 ... 282 »





Oniris Copyright © 2007-2020