Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Quidonc et Lucrèce
Maître Onirien
Inscrit:
15/12/2010 11:48
De Pézenas, France
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 19847
Hors Ligne
Le beau poème de Quidonc, "Amour coquelicot", m'a rappelé ces vers magnifiques de Lucrèce que nous avions étudiés, en Terminale, non avec le professeur de latin, mais avec le professeur de philosophie (cette chère madame Libouban, à qui je rends hommage). Il me semble qu'il y a la même démarche, avec, osons le dire, le même résultat.

"Je parcours des régions non frayées du domaine des Piérides, que nul encore n’a foulées du pied. J’aime aller puiser aux sources vierges. J’aime à cueillir des fleurs inconnues, afin d’en tresser pour ma tête une couronne merveilleuse, dont jamais jusqu’ici les Muses n’aient ombragé le front d’un mortel.
C’est d‘abord que je donne de grandes leçons, et tâche à libérer l’esprit des liens étroits de la superstition. C’est aussi que sur un sujet obscur je compose des vers lumineux, le parant tout entier des grâces de la muse.
Cette méthode même n’apparaît point comme absurde. Quand les médecins veulent donner aux enfants la répugnante absinthe, ils parent auparavant les bords de la coupe d’une couche de miel blond et sucré. De la sorte, cet âge imprévoyant, les lèvres séduites par la douceur, avale en même temps l’amère infusion et, dupe mais non victime, en retrouve au contraire force et santé.
Ainsi fais-je aujourd’hui, et comme notre doctrine paraît trop amère à qui ne l’a point pratiquée, comme la foule recule avec horreur devant elle, j’ai voulu te l’exposer dans l’harmonieuse langue des Muses, et, pour ainsi dire, la parer du doux miel poétique, essayant de tenir ton esprit sous le charme de mes vers, afin de lui faire percer tous les secrets de la nature, et de le pénétrer de leur utilité."

Lucrèce, De Natura rerum (traduction d'Alfred Ernoult, collection Guillaume Budé).

Contribution du : 17/06 16:15:28
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Quidonc et Lucrèce
Expert Onirien
Inscrit:
24/08/2018 12:05
De Près de ceux que j'aime
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6397
Hors Ligne
Ah ecette collection Guillaume Budé !

Avec ses couvertures sobres, légèrement granuleuses,
rouge orangé pour le Latin , la louve en son tiers inférieur ,
et d’un ocre beige, avec en place de la louve ... la chouette chevêche - corps de profil et tête de face- pour le Grec...

Autre curiosité et plaisir: les cahiers non découpés avec leurs pages à fendre au coupe papier !
Si j’en avais le talent j’écrirais bien un poème à son propos !


Castelmore

Contribution du : 17/06 19:17:52
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Quidonc et Lucrèce
Maître Onirien
Inscrit:
15/12/2010 11:48
De Pézenas, France
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 19847
Hors Ligne
C'est vrai. L'étudiant désargenté que j'étais en trouvait bien d'occasion, mais pour rien au monde je n'aurais voulu me priver du plaisir de découper les feuilles d'un ouvrage neuf; mais, quelquefois, même dans les librairies d'occasions, on en trouvait de non découpés.
Enfin ce passage de Lucrèce est une pure merveille ; l'art pour l'art n'avait pas encore été inventé, et il assigne une noble tâche à la poésie, celle-là même des classiques : instruire en distrayant.

Contribution du : 17/06 20:23:45
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Quidonc et Lucrèce
Maître Onirien
Inscrit:
15/12/2010 11:48
De Pézenas, France
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 19847
Hors Ligne
Les amis, trop peu de gens sont venus lire ce beau texte de Lucrèce. Je l'avais mis avec l'espoir de le partager avec vous.

Contribution du : 19/06 10:57:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Quidonc et Lucrèce
Expert Onirien
Inscrit:
06/02/2020 00:12
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3435
Hors Ligne
Je suis stoïcien. Moi, l'épicurisme...

Contribution du : 20/06 19:37:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Quidonc et Lucrèce
Maître Onirien
Inscrit:
15/12/2010 11:48
De Pézenas, France
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 19847
Hors Ligne
Moi aussi je me veux plutôt stoïcien (sans en avoir toujours la force morale ; disons que je me sens plus proche des stoïciens que des épicuriens). Mais ici je suis sensible à la beauté du texte, à ce classicisme antique, à cette métaphore, très pédagogique, de la coupe emmiellée, et je m'amuse de cette petite autosatisfaction de l'auteur, justifiée, à mon sens, quoiqu'un peu immodeste. Mais les grands poètes ont tous eu ce penchant et on le leur pardonne ; je pense à Ronsard ("... Bénissant votre nom de louange immortelle"), à Malherbe ("... Et trois ou quatre seulement, au nombre desquels on me range, Peuvent donner une louange Qui demeure éternellement"), à Vigny ("Si l'orgueil prend ton coeur quand le peuple me nomme, Que de mes livres seuls te vienne ta fierté"), à Aragon ("... Répétant après moi ces mots que j'ai tressés...") etc. Tel que je me connais, si j'avais du génie, je ne me priverais pas de m'en vanter !

Contribution du : 23/06 19:48:56
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020