Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Remerciements et explications pour "Écrit Vains"
Apprenti Onirien
Inscrit:
24/07 02:02:59
Groupe :
Membres Oniris
Auteurs
Évaluateurs
Post(s): 118
Hors Ligne
Je tiens à remercier les lecteurs et les commentateurs de mon histoire.
(Mais très très très particulièrement Poldutor, Corto et Cherbiacuespe sans qui je doute fort que la nouvelle aurait passée la sélection GL....^^')

Cette nouvelle avait pour objectif d'explorer la psychologie d'un assassin et ce qui pouvait le pousser à tomber dans la folie. C'est pourquoi on suit sa vie, dans laquel on peut entre apercevoir quelques subtiles signes précurseurs.
Je suis conscient que ce n'est pas une nouvelle vraiment "policière", et que contrairement aux attentes de beaucoup, le meurtre n'est jamais explicité, ni détaillé (ça aurai été un peu long sinon).
Mais s'il vous plaît, jugez le texte pour ce qu'il est, et non pas pour les ambitions qu'on peut lui projeter ;-)


Je vais essayer de répondre à tous les commentaires dans l'ordre:
-> Poldutor: Oui merci, tu as raison, je vais essayer de (faire) changer ça :-)


-> Corto: Merci beaucoup d'avoir su trouver les justes mots pour décrire l'histoire: "Une FICTION qui frôle le réel sans pour autant y prétendre." :-)


-> Cherbiacuespe: Je confesse que pour le détail du crime je n'avais pas trop d'idée (n'est pas Conan Doyle qui veut^^).... donc je me suis caché derrière la phrase: "Un crime n'est parfait que s'il n'est jamais raconté."

"Son revolver louchait entre ses deux yeux", je voulais dire que le policier braque son revolver juste entre les deux yeux du personnage principale...
Je voulais essayer de faire une figure de style,... Même si je ne sais pas laquelle,.... ni même si elle existe...^^' (quelqu'un sait ?)
(Peut-être pas très heureux en effet, je vais réfléchir à autre chose...)

Par contre, je suis entièrement d'accord avec les 2 autres idées, je vais essayer de (faire) changer ça :-)


---> Sylvaine, hersen, toc-art, Dugenou: Je pense que vous n'avez pas jugé l'histoire avec le bon étalon de valeurs. La nouvelle n'avait vraiment pas pour vocation/prétention d'être très crédible, mais d'être noir et cynique, voire parfois un peu théatrale(les tirades).
Par exemple: l'acquisition de la voiture sans permis, n'est pas crédible, mais elle sert au cynisme de la nouvelle, montrant le personnage échouer encore une fois lamentablement. L'histoire n'est pas faite pour être jugée sur son réalisme, tout comme ne le sont pas les histoires d'horreur ou de détente.... C'est annoncé dès le début, revoir ça vie juste avant de mourir est peu crédible...
(Il se pourrait très probablement qu'en relisant le texte à la lumière noire de l'humour et de la psychologie, votre évaluation en change ;-)

Malheureusement, il n'y a pas de catégorie humour noir... Peut-on alors installer un petit panneau de prévention au tout début ?
(Panneau de prévention: "Attention: vous avez là une fiction qui frôle le réel sans pour autant y prétendre.")
Et je précise qu'en effet, je n'y connais rien au domaine de l'édition, en conséquence de quoi je l'ai purement et simplement imaginé.


-> Sylvaine: Pour le manque d'originalité, cela dépend en effet des lectures personnelles de chacun, j'en conviens.
Par contre, pour haïr(vraiment pas aimer) à ce point le texte, j'aurais aimé lire une meilleure justification, argumentée avec des exemples. Quelles maladresses me reprochez-vous ? Où ? Qu'est-ce qui vous fait juger l'écriture plate, et qu'auriez vous écrit pour à ma place ? (un exemple)
(J'ai l'impression que ma description enfantine et simpliste des éditeurs vous a vraiment fâché...^^)

Pour le titre: "Écrit Vains", cela signifie qu'autant que le personnage écrive, tout ses textes seront oubliés - de plus le titre est un jeu de mot, préfigurant l'humour noir et cynique de la nouvelle.
J'ai du mal à voir laquelle de ces promesses, le titre ne tiendrait-il pas ?

-> Hersen: Merci pour les perles^^
Effectivement, je suis d'accord, ce n'est pas ma meilleure idée, je vais (faire) enlever ce passage.
(Ce sont bien ses parents, même s'il n'est pas impossible que sont éditeur soit aussi dans le lot^^)


-> thierry: Je ne fais pas durer le suspense, dès les premières lignes on connaît la triste fin ;-)
Il va vers le bain de sang, car il cherche par tous les moyens à laisser son nom dans l'histoire. Malheureusement, le moyen le plus simple est souvent le plus atroce.
C'est la démence de l'hubris ; chacun fait à sa mesure: certains font brûler Rome (Néron), lui il tue...^^'

Effectivement, c'est une erreur logique assez vilaine: je vais (faire) changer ça :-)

...bah justement, normalement l'événement déclencheur devrait être son trop grand désir de reconnaissance, exacerbé par ses échecs répétés....^^'


-> toc-art: Vous ne notez pas ? (Remarquez, ça m'arrange bien^^)

Pour le "mélange des narrations", le "je" représenterai le narrateur, regardant un film tout en glissant des commentaires et le "il" serait son soi plus jeune qu'il voit dans le flash-back, mais dont il se dissocie parce qu'il ne s'aime pas...

Pour les temps, je ne connais pas les "règles", je fais plutôt ça au ressenti, donc vous devez très certainement avoir raison, il faut que je change ça :-)

Les différentes anecdotes de la vie du héros sont insignifiantes. Selon moi, elles permettent de voir le cheminement de son esprit, jusqu'à ce qu'il bascule. La plupart d'entre elles montrent ses échecs et frustrations :-)

"Je ne vois pas trop en quoi le fait d'être mauvais en maths et en physique empêcherait de faire du droit", je crois que c'est malheureusement l'une des choses crédibles que j'ai écrite... (en pus d'accentuer le coté cynique de la nouvelle)
Je sais par exemple (pour y être passé) que les concours post-prépa scientifiques (pour intégrer une école d'ingénieurs) mettent un énorme coefficient (parfois égale aux math, si ce n'est supérieur) pour la philosophie. Et non ce n'est pas une blague, mais oui, c'est idiot !


-> Dugenou: Comme vous l'avez dit, ses parents ne sont pas dignes de leurs noms... C'est donc très probable que se soit le sang de ses parents (et peut-etre de son éditeur) qui coule sur ses mains :-)

C'est vrai qu'il manque un peu de femme et d'alcool... Je vais tenter d'en ajouter :-)

Et c'est aussi vrai qu'un seul meurtre ça fait léger,... mais un peu plus, ça renvoie trop à l'actualité... ça ne serait pas bien vu ... ... donc j'en suis resté là, pour ne pas être fiché...


-> maria: Je ne suis pas sur d'avoir tout bien compris...^^'
"Lui", le narrateur est, en effet, non-enthousiaste et plat. La plupart de ses choix sont, en effet, très influencés par ses parents :-)
(Attention à bien juger l'histoire et non le personnage...)
"Elle" (l'histoire ?) est un peu trop quoi ?^^


-> Malitorne: Je suis d'accord, ça fonctionne mieux au cinéma (surtout quand on a des lunette 3D ;-)
Mais pour le "scénario", peut-être êtes-vous en train de chercher quelque chose qui n'a pas vocation a y être...
Certes le papier donne un rendu bien terne de la balle comparé au cinéma, je vous l'accorde ; mais pour autant, il est de très loin supérieur à l'image pour explorer la psychologie du personnage :-) (ce qui était le but ici)

Contribution du : 24/08 18:53:15
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements et explications pour "Écrit Vains"
Organiris
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Auteurs
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Primé concours
Correcteurs
Membres Oniris
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 11416
Hors Ligne
Bonjour Barondysnomia,

merci d'avoir fait l'effort d'ouvrir un fil d'explications.

Citation :
---> Sylvaine, hersen, toc-art, Dugenou: Je pense que vous n'avez pas jugé l'histoire avec le bon étalon de valeurs. La nouvelle n'avait vraiment pas pour vocation/prétention d'être très crédible, mais d'être noir et cynique, voire parfois un peu théatrale(les tirades).
Par exemple: l'acquisition de la voiture sans permis, n'est pas crédible, mais elle sert au cynisme de la nouvelle, montrant le personnage échouer encore une fois lamentablement. L'histoire n'est pas faite pour être jugée sur son réalisme, tout comme ne le sont pas les histoires d'horreur ou de détente.... C'est annoncé dès le début, revoir ça vie juste avant de mourir est peu crédible...
(Il se pourrait très probablement qu'en relisant le texte à la lumière noire de l'humour et de la psychologie, votre évaluation en change


A vrai dire, je ne crois pas. Vous dites un peu plus loin que vous auriez voulu une rubrique humour noir mais, même ne vous relisant sous cet angle, ça ne colle pas, désolé. Dans ce cas-là, il faudrait vraiment changer le style de narration, ajouter quelques éléments qui permettent de voir qu'on est sur du second, voire du 3e ou 4e degré, mais là, pas du tout, vous alignez les anecdotes sans la moindre distance ironique qui montrerait à quel point vous n'avez pas le souci du réalisme. Là, tout reste au 1er degré et question psychologie, je ne vois pas bien où elle se situe en fait.

Je n'essaie pas du tout d'invalider votre argumentation mais juste de vous faire comprendre pourquoi, à mon sens, votre proposition ne peut pas fonctionner telle quelle. Mais bien sûr, je le précise encore, ce n'est que mon avis.

Contribution du : 24/08 19:23:58
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements et explications pour "Écrit Vains"
Expert Onirien
Inscrit:
02/10/2013 12:55
De La Thébaïde
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Auteurs
Post(s): 5346
Hors Ligne
Vous êtes trop rapide BaronDysnomia, Vous dégainez plus vite que Lucky Luke !

OK mais pour sûr je n'irai lire votre fil qu'après vous avoir commenté or je vois déjà un filet de lumière ambrée, impact de poudre d'or, illuminer une noire silhouette, par où s'écoule la vie de mon pote John Barleycorn... Maudite Winchester !...

Aaaargh....

Laissez-moi le temps de commenter avant que de réitérer...

lol

M'en vais tenter de déblatérer, reprends ta clope Lucky, rends ta brindille de chanvre aux Amerlocks !

Contribution du : 24/08 19:42:36
_________________
"Je suis le Ténébreux,- le Veuf,- l'Inconsolé,/ Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :/ Ma seule Etoile est morte,- et mon luth constellé/ Porte le Soleil noir de la Mélancolie." "El Desdichado" G. de Nerval
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements et explications pour "Écrit Vains"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
07/06 16:07:25
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1370
Hors Ligne
"N'est pas Conan Doyle qui veut". Mais BaronDysnomia, nous sommes tous otages de nos expériences passées et à venir. Trouver son style propre, sa propre manière de raconter demande du temps et de la patience, d'autant que ceux qui écrivent reproduisent inconsciemment ce qu'ils ont déjà lu (moi y compris, je te rassure). Il suffit parfois d'une seule relecture pour découvrir le délicat parfum de la reproduction. Et on se dit "zut, moi qui pensais que...".

Pour le reste, ma foi, j'ai passé un moment agréable, à part les deux ou trois bidules signalés.

Pour le révolver qui louche, j'avais bien saisi l'image, c'est juste que, effectivement et je vois qu'on est d'accord, cela sonne bizarre quand on le lit.

A mon tour de te remercier pour cette inquiétante lecture.

Contribution du : 25/08 12:36:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements et explications pour "Écrit Vains"
Expert Onirien
Inscrit:
17/07/2012 20:09
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3935
Hors Ligne
Bonjour,
Vous me demandez quelles maladresses je vous reproche. Je reprends ma lecture au fil du texte.
"Mon envie de vengeance se dispersait" Choix discutable du verbe. Comment une envie peut-elle se disperser ?
"La flèche qui avait guidé" idem. C'est le verbe "orienter" qui conviendrait.
"lui glaça le sang" cliché indigne d'un texte littéraire.
"Son revolver louchait" j'avoue n'avoir pas compris la métaphore.
"une froideur empoisonnée d'admiration malsaine" L'admiration de qui? Envers qui?
"Le couloir de la mort me pressait le pas." Métaphore incohérente.
"N'étant pas suffisamment bon en maths et en physique", les gourous de l'enseignement." faute de syntaxe. Ce ne sont pas les gourous qui ne sont pqas assez bons.
"la première phrase à sortir toute chaude de la bouche de sa nouvelle machine" Là aussi, la métaphore me paraît biscornue.
"Se rapprochant du fond, un choix simple" Là aussi, faute de syntaxe.
Je pourrais poursuivre. Tout cela vous apparaît peut-être comme des broutilles. Mais ce sont ces broutilles-là qui définissent un style.
Pour le reste, j'avoue que votre peinture du monde de l'édition m'a effectivement agacée. )Quand on envoie un manuscrit, on reçoit en général vingt réponses négatives pour une positive, et encore, avec de la chance. Il faut souvent des années pour attirer l'attention d'un éditeur, et si le livre ne "marche pas" le suivant ne sera pas forcément publié.

Contribution du : 25/08 19:38:31
_________________
littérature, cinéma, nature, animaux
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019