Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Remerciements et précisions sur la nouvelle « Du rouge et du gris »
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Responsables Edition
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 30645
Hors Ligne
Bonjour,

Je tiens tout d’abord à remercier les membres du comité éditorial d’avoir permis la publication de cette nouvelle. Ensuite, je remercie Corto qui en Espace Lecture a pris le temps de la lire et de la commenter. Ensuite, je remercie socque, plumette et hersen d’avoir elles aussi pris le temps de lire et de commenter cette nouvelle une fois publiée. Enfin, je remercie l’équipe de correction d’avoir débarrassé cet écrit de ses scories.

Comment expliquer mon intention dans cette nouvelle ? Eh bien, une fois n’est pas coutume, un commentaire explique mieux que je le ferai quelle était mon intention et comment je souhaitais orienter ma nouvelle. Il s’agit du commentaire de Corto. J’aime beaucoup l’image qu’il évoque, celle du puzzle inversé. Et il a même inclus dans son analyse l’exergue avec la phrase de Che Guevarra. Parce que cet exergue donne le ton, indique l’idée mais n’en dit pas trop. Le reste n’est qu’un Mac Guffin (https://www.lexpress.fr/culture/cinema/5-connaissez-vous-macguffin_495131.html) soit un procédé scénaristique pour exposer une idée. J’emploie souvent ce procédé.

Merci encore.

Donaldo

Contribution du : 08/10 08:37:46
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements et précisions sur la nouvelle « Du rouge et du gris »
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Responsables Edition
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 30645
Hors Ligne
Merci Quieto d'avoir laissé un commentaire. Je ne suis pas certain qu'Elon Musk soit le premier à arriver sur Mars, ceci étant dit. Jeff Bezos pourrait lui damer le pion. Et rien ne dit que d'autres milliardaires, en particulier russes, chinois ou des pays du Golfe, attendent en embuscade.



Ciao

Donaldo

Contribution du : 18/10 13:28:39
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements et précisions sur la nouvelle « Du rouge et du gris »
Apprenti Onirien
Inscrit:
16/10 00:03:40
Groupe :
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 224
Hors Ligne
Bonjour Donaldo75,

Moi-même, j’ai déjà construit un bouton de mise à feu et récolte des fonds pour poursuivre le projet. Je ne voulais pas en parler, mais puisque la concurrence semble avoir un peu d’avance…

Merci pour votre lien sur le MacGuffin. Toujours très intéressant de soulever le capot pour inspecter la mécanique. Peut-être existe-t-il sur le site un endroit où seraient rassemblés de tels liens ou informations ?

Concernant la technique du MacGuffin, j’espère l’avoir comprise en suivant votre lien.

Je m’attarde sur un passage :

Il y a au cinéma une loi dramatique simple comme bonjour: dès que les personnages principaux d'un film sont en danger, leur survie acquiert une importance telle que le MacGuffin, on s'en contrefiche. Mieux: on l'oublie. Ce qui est, presque toujours, le mieux qu'il lui puisse arriver. Car lorsqu'il faut l'expliquer à l'épilogue, le spectateur bâille, rouspète, ricane, siffle et sort.

J’ai pensé immédiatement à ce qui me semble être un exemple typique de films à MacGuffin ; la série des James Bond. On se moque du MacGuffin en lui-même, c’est entendu, et je ne suis d’ailleurs jamais parvenu à me rappeler de quoi il s’agissait. Je pense qu’on s’en débarrasse dès les premières minutes. Pourtant, je n’ai jamais été passionné par la survie du héros et j’ai toujours bâillé bien avant la fin, Guffin ou pas MacGuffin. Peut-être parce que tout le monde sait très bien qu’il s’en sortira quoi qu’il arrive et que l’intérêt, à supposer qu’il y en ait un, est ailleurs ? Bien sûr, peut-être aussi parce que tout le monde n’est pas Alfred. J’ignore si Ian Fleming était plus subtil dans ses romans.
Toujours est-il qu'en bâillant devant les aventures de James, je revenais au MacGuffin parce que, me substituant à ce héros, je me demandais ce que j'étais en train de faire.
Selon mes souvenirs, Skyfall est moins mauvais que les autres et il m‘intéresserait de savoir pourquoi.

Quoi qu'il en soit, le MacGuffin, dans votre texte, ne m'a du tout tracassé parce que j'avais d'autres à me mettre sous la dent et pour mobiliser mon esprit. Je pense que c'est un compliment.

Contribution du : 18/10 15:54:57
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements et précisions sur la nouvelle « Du rouge et du gris »
Expert Onirien
Inscrit:
10/03/2014 08:59
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Post(s): 6984
Hors Ligne
Oups ! Erreur...
Je pensais répondre aux remerciements pour votre poème ''Psaume''


Cat

Contribution du : 19/10 09:16:01
_________________

Mon Blog
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements et précisions sur la nouvelle « Du rouge et du gris »
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Responsables Edition
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 30645
Hors Ligne
Ce n'est pas grave, Cat.

Contribution du : 19/10 18:20:14
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements et précisions sur la nouvelle « Du rouge et du gris »
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Responsables Edition
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 30645
Hors Ligne
Bonjour Quieto,

Concernant le MacGuffin, je crois qu'Alfred Hitchcock est celui qui l'a le mieux utilisé dans le cinéma. La saga des James Bond ne l'utilise pas réellement à bon escient car il n'est nul besoin de ce procédé pour montrer des combats à mains nues, des scènes de sexe et des explosions. Quant aux livres de Ian Fleming, je les ai lus dans ma jeunesse et ils ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable, juste du vite lu vite oublié. Concernant Skyfall, je suis d'accord avec toi et je ne sais pourquoi j'ai préféré ce film aux autres de la série alors que l'acteur principal est toujours aussi mièvre - on est loin de Pierce Brosnan - et que ça sent la fin de règne. Peut-être son côté gothique.

Au plaisir de discuter sur d'autres récits, les tiens par exemple.

Donaldo

Contribution du : 21/10 09:25:00
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020