Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Remerciements - Le vent disait : "Je souffle"...
Expert Onirien
Inscrit:
23/06/2011 17:15
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 5612
Hors Ligne
Bonjour,

Merci à toutes et tous pour ce temps passé à me lire et vos commentaires.

Provencao,

L’ultime vers de ce poème célèbre la vie et la création. Il n’y a pas de questionnements dans ce poème en rimes suivies, mais une succession d’affirmations. Je ne saisis pas à mon tour votre vision de mon poème qui n’est rien d’autre qu’une scène de la nature comme vous le supputé à la fin de votre commentaire.

Gabrielle,

Oui ! L’essence de chaque être… la vie questionnée. Merci d’avoir tout au long de votre propos perçu l’essence même de mon poème qui m’apparaît d’une telle limpidité que je ne peux concevoir qu’on ne la perçoive pas.

Fantin,

« Hugolien » peut-être dans l’utilisation du vocabulaire. Oui, pour la « célébration tranquille de l’existence ». C’est bien de cela dont il s’agissait.

Poldutor,

Sur les fautes que vous relevez, il n’y en a pas. Ces vers sont parfaitement valables.

Pour imager ce que vous prenez pour une faute, voici Baudelaire, dans l’un des vers de son sonnet « À une dame créole » :

« Son sourire est tranquille et ses yeux assurés ».

« Tranquille » semble déborder sur la césure mais l’alexandrin classique est parfaitement valide.

Miguel,

Merci. Oui pour le « message spirituel » et « l’invitation à aimer la vie ». Régulièrement, il faut aller chercher dans mes poèmes bien plus qu’ils ne semblent dire.

Lebarde,

Je serai tenté de vous dire pour vous répondre que trop de poésie tue la poésie. Il ne faut pas que chaque vers soit trop appuyé poétiquement, que son image soit trop travaillée. Il faut laisser respirer le poème et ne pas vouloir à toute force se montrer démonstratif. Non, je ne trouve pas ces vers « un peu lourds », mais comprends qu’ils ne vous agréent pas.
Quant au « vers de 13 syllabes et plusieurs césures inacceptables » vous faites erreur !

Corto,

Merci d’avoir apprécié les deux vers d’ouverture de ce poème (vers que j’estime les plus réussis).

Anje,

Comme vous le voyez le titre n’est que le début du poème (procédé que j’utilise parfois).

Sympa,

« Je ne vois rien qui empêche le classique » et vous avez raison. Souvent j’écris sans me soucier de la forme et lorsque j’achève mon poème, je sais dans quelle catégorie il entrera, sauf lorsque je décide d’écrire en classique, là je m’emploie à être attentif pour que celui-ci respecte scrupuleusement la prosodie (sauf faute involontaire).

Hananke,

Merci pour l’inspiration hugolienne. S’améliorer me semble être le propre de tout artiste. Tendre vers le mieux est le mien.

Natile,

Il y a dans ce poème de la fantaisie, encore faut-il la percevoir. Quant à évoquer la liberté et reprocher auparavant à l’auteur d’utiliser la forme qu’il s’est choisie (classique) voilà qui me semble parfaitement contradictoire. Je ne sanctionnerai jamais et n’ai jamais sanctionné un auteur pour la forme poétique qu’il avait choisi. C’est pour moi la première des libertés.

Manuelent,

Merci !

Davide,

Le mot « abrité » renvoie au terrier. Il est difficile de plaire à chacun. Certains des vers que plusieurs trouvent « alambiqués » sont aimés par d’autres et relevés. Il y a bien quelque chose de la fable dans ce poème. Merci de l’avoir pressenti.

Papipoète,

On ne peut aimer tout d’un auteur et je comprends fort bien votre désappointement.

Donaldo75,

La versification est impeccable et je ne vois pas ce qui peut dans la forme classique y être reproché.

Troupi,

« Tout suivi son devoir ainsi qu’il faut le suivre » merci d’apprécier ce vers. Oui, se laisser porter par la vie simplement. Merci d’avoir saisi le message porté par ce poème. « Une invitation à la sagesse » oui !

Je reconnais volontiers que « ventripotent » est un peu lourd dans le champ lexical choisi ici.

Hiraeth,

« Chaque être a sa propre notion du temps » oui ! Et plus loin j’écris : « … et le sage poète en faisant tout autant… » plaçant tout dans le même monde et sur le même plan hommes et bêtes.

Queribus,

Merci !

Hersen,

Oui, « rester dans la simplicité ». Je retiens comme signalé par plusieurs commentateurs emmène plutôt qu’amène.

Contribution du : 25/09 09:52:28
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019