Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 »


Réponse aux commentaires A un ancien ami.
Maître Onirien
Inscrit:
14/06/2013 14:24
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 22702
Hors Ligne
Bonjour à tous

Et, comme de coutumes, tout d'abord un grand merci au C.E. Du site pour avoir accepté
la parution de ce poème.

Texte né, comme je l'ai dit dans l'incipit, d'un article paru dans le journal local où j'ai vu
reparaître un ancien copain de sortie et de jeunesse en bien mauvaise santé.

Je m'expliquerai du choix du dernier vers en réponse aux commentateurs.

STEPHTASK : non le choix du néo ne vient pas de l'absence de rimes féminines du premier
quatrain, elles sont bien présentes : années/minées mais selon le Sorgel
le second quatrain aurait dû commencé par une rime féminine. Ne voulant
plus entrer dans ces débats souvent stériles du classique ou pas, je propose,
dorénavant en néo, c'est plus simple.

POLDUTOR : merci de votre commentaire où l'on voit que vous avez bien compris le sens
de mon abnégation du dernier vers.

GIL : merci de votre commentaire, voir mes explications à Stephtask pour le classique.

PAPIPOETE : Oui, nous fûmes très proches à une époque très lointaine, hélas.

DONALDO75 : Merci de votre commentaire, je n'ai fais que retransmettre les sensations
que l'article du journal m'avait inspirées mais avec un grand décalage de temps.

ESKISSE : Merci de votre commentaire mais il faut tenir compte de la longueur de temps
qui s'est écoulée (50 ans) entre notre jeunesse commune et l'apparition de l'article.

ANNAPANIZZI : Merci de votre commentaire non destructeur pour une fois. Vous me rappelez
quelqu'un que j'ai bien connu sur le site à une époque et ça m'a bien fait rire
quand un auteur à parler de jeunesse à votre encontre.Mais, peut-être,
me trompai-je ?

VERO : merci de votre commentaire mais je ne vois pas pourquoi vous avez rajouté l'édit :
Témoignage inadapté dans un commentaire de texte.

MIGUEL : merci de votre commentaire et tant que nous ne parlons pas de religion, ça va.
Plus sérieusement, désolé pour votre ami, c'est très dur de voir en face la déchéance
souvent inéluctable de quelqu'un qu'on a connu bien fringant, je n'ai pas eu
ce courage mais 50 années séparent, ici, la fringance de la déchéance.

LARIVIERE, HERSEN et ANANAS : J'espère que vous ne m'en voudrez pas de vous avoir
réunis dans cette réponse mais comme vos commentaires se rejoignent, je fais
d'une pierre trois coups :
Il me semble qu'une dimension temporelle du poème vous ait échappée.
Nous étions un groupe de copains qui sortaient ensemble dans notre jeunesse,
c'est-à-dire dans les années 70 (69à72 environ) et puis la vie nous a séparés.
Inexorablement comme elle le fait souvent pour tout le monde.
Mais la parution de cet article dans le journal de ce copain (avec lequel j'avais
le plus d'infinité) en 2021 a fait remonté en moi toute une partie de cette jeunesse bien
lointaine. C'est la source de ce texte. Mais de là à aller le voir dans cet chambre
d'hôpital alors que je ne l'avais peut-être rencontré qu'une fois pendant ces 50 ans
passés, il y avait un pas que je n'ai pu franchir malgré beaucoup de questionnements.
Le souhaitait-il ? Et puis il y avait cet épisode covid qui rendait ce genre de visites
encore plus délicates.
J'ai décidé de m'abstenir.

SENGLAR : merci de votre commentaire mais ce n'est pas obligatoirement de la lâcheté.
Voire mes réponses ci-dessus.

VIREVOLTE : merci de votre commentaire qui exprime parfaitement tous mes questionnements.
C'est un peu comme de revoir un amour ancien, est-ce vraiment souhaitable ?

ATOM : merci de votre commentaire d'une très grande véracité. Que reste-t-il d'une amitié
de jeunesse après 50 années écoulées  sans pratiquement s'être revus ?

Voilà, j'espère avoir répondu à toutes vos attentes et vous remercie de tous vos commentaires.

En attendant de vous lire.

Bonne journée.

H

Contribution du : 01/08 09:29:22
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Réponse aux commentaires A un ancien ami.
Expert Onirien
Inscrit:
11/02 05:39:19
De Paris Rive Gauche
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 7512
Hors Ligne
Merci pour votre retour Hananke

Contribution du : 01/08 10:00:38
_________________
Scribouillarde et commentatrice
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Réponse aux commentaires A un ancien ami.
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 45662
Hors Ligne
bonjour Hananke
Je connais " trop " bien le sujet :
- je rendis l'an passé visite à ma vieille amie Eglantine ( poétesse de son état ) dans un EPAD 5 étoiles... mais lorsque je la vis recroquevillée sur son lit d'agonie, je parvins à lui parler, lui murmurer un de mes plus doux poèmes... mais...
- quelques mois plus tard, je sonnai à la porte d'une autre amie ( sur laquelle la maladie de " Charcot " s'est abattue ; pas facile de trouver les mots, mais abordant l'époque de ma jeunesse, où j'amusais la galerie au collège ( au lieu de bosser ! ) je vis son visage sourire, puis rigoler !
- je pourrais évoquer ma mère ( 67 ans ) que je veillai 11 nuits et, décidant d'abandonner arriver chez moi... et l'hôpital appeler pour annoncer que Maman venait de mourir...
Je n'ai jamais renoncé face à cette épreuve, de voir un être cher au bout du rouleau, mais ne serais pas revenu une seconde fois !
Mais ainsi va la vie, avec son bleu son rose et son noir...
papipoète

Contribution du : 01/08 10:21:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Réponse aux commentaires A un ancien ami.
Expert Onirien
Inscrit:
02/10/2013 12:55
De La Thébaïde
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Auteurs
Post(s): 6602
Hors Ligne
La lâcheté est mienne Hananke, le courage est vôtre.

Mas je crois que vous l'aviez bien compris :)

Contribution du : 01/08 10:55:05
_________________
"Je suis le Ténébreux,- le Veuf,- l'Inconsolé,/ Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :/ Ma seule Etoile est morte,- et mon luth constellé/ Porte le Soleil noir de la Mélancolie." "El Desdichado" G. de Nerval
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Réponse aux commentaires A un ancien ami.
Maître Onirien
Inscrit:
14/06/2013 14:24
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 22702
Hors Ligne
Papipoete

Oui, aucuns problèmes lorsque l'on a gardé des liens plus ou moins
étroits avec les personnes concernées.

Senglar :

Ne vous autoflagellez point, le courage ou la lâcheté est souvent
affaire de circonstances.

Combien de fois ai-je entendu : je ne me serai jamais cru de faire ça !

H

Contribution du : 01/08 11:44:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Réponse aux commentaires A un ancien ami.
Expert Onirien
Inscrit:
06/04/2019 15:46
De vaucluse
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 8223
Hors Ligne
Bonjour Hananke
Je reviens sur mon commentaire en E.L et je persiste, vous avez fait preuve de respect en évitant la visite à un ami qui sans doute ne souhaite pas qu'on le voit en très mauvais état.
Comme dans certains témoignages précédents, j'ai refusé de voir l'une de mes belles sœurs décédée après "une longue maladie" et mon frère l'a très bien compris.
A propos du titre, j'aurai plutôt mis : à un ami ancien
Cordialement.
poldutor

Contribution du : 01/08 12:17:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Réponse aux commentaires A un ancien ami.
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
14/08/2021 13:00
De Quelque part
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 2416
Hors Ligne
Citation :

poldutor a écrit :
Je reviens sur mon commentaire en E.L et je persiste, vous avez fait preuve de respect en évitant la visite à un ami qui sans doute ne souhaite pas qu'on le voit en très mauvais état.
Comme dans certains témoignages précédents, j'ai refusé de voir l'une de mes belles soeurs décédée après "une longue maladie" et mon frère l'a très bien compris.
Cordialement.
poldutor


Ce que j'ai surtout mal vécu lors de ma visite d'un membre de ma famille, c'est mon impuissance face à la maladie qui l'avait fortement handicapé.
Aussi, les mots que je n'ai pas su dire pour le réconforter, pour le rassurer.
J'ai refusé d'y aller seule et j'étais toujours accompagnée.

On peut ne pas aller voir un(e) ami(e) ou bien un membre de sa famille gravement malade, parcequ'on 'on ne sent pas capable moralement, mais l'amitié, le soutien, peuvent s'exprimer autrement, par un écrit notamment, entre autre, que l'intéressé(e) peut lire ou qu'un proche peut lire pour lui/elle.
Chacun a sa façon de réagir et elle se doit d'être respectée.

Contribution du : 01/08 12:31:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Réponse aux commentaires A un ancien ami.
Maître Onirien
Inscrit:
14/06/2013 14:24
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 22702
Hors Ligne
Merci Poldutor et Véro

de vos expériences personnelles qui montrent bien la singularité
de chaque cas.

H

Contribution du : 01/08 16:26:06
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Réponse aux commentaires A un ancien ami.
Expert Onirien
Inscrit:
27/01/2016 21:52
De Salade de fruits
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 7485
Hors Ligne
Merci Hananke pour les explications.
Elles ne changent rien à ma lecture mais clarifient l'intention derrière la poésie.
C'est pour ça que j'ai finalement décidé de ne pas mettre d'appréciation, totalement consciente de mon manque de recul sur le sujet.
Merci de l'échange.

Contribution du : 01/08 19:17:21
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Réponse aux commentaires A un ancien ami.
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
09/01 23:27:37
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1470
Hors Ligne
Mes culpa pour les rimes qui sont bien féminines dans la première strophe.
Je maintiens aussi que je préfère une symétrie entre les deux premières strophes pour les rimes 2-3 et 6-7
En revanche, j’ai une question technique pour les puristes / spécialistes : vous estimez que vous n’avez pas respecté l’alternance des rimes masculines/féminines au début de la deuxième strophe. Il me semble pourtant que sur un sonnet (qui contient des rimes embrassées), la règle ne s’applique pas en raison de la nécessaire symétrie ABBA ABBA et que l’alternance s’applique donc au premier tercet après les deux quatrains. Par exemple, si A est féminine, le tercet suivant commencera par une rime masculine. Merci d’éclairer ma lanterne pour m’aider à atteindre le sacré graal de publier en classique sans être déclassé lol

Contribution du : 01/08 21:36:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 »





Oniris Copyright © 2007-2022