Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Rythme de vie et création
Onirien Confirmé
Inscrit:
12/01/2016 12:24
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 306
Hors Ligne
Salut la communauté,

Un sujet me taraude et j'aimerais partager mon tourment pour avoir vos différentes visions et manières d'envisager la chose.

Dans une vie - ou plutôt une société - qui nous oblige à travailler pour manger, boire, consommer, cotiser, épargner et j'en passe, il arrive trop souvent que la journée de labeur, ayant drainer une bonne partie de notre énergie, nous force au repos. Qui dit forcer au repos sous entend l'empêchement par la fatigue de se consacrer à une tâche épanouissante : dans notre cas, l'écriture.

Quand vous êtes dans mon cas, où le métier est administratif et correspond à de longues heures devant un ordinateur, il n'est pas envisageable, certaines soirées, d'en demander plus aux yeux.

Alors voici ma question : comment vous, vous trouvez le juste équilibre dans vos vies pour allier vie professionnelle et activité créatrice et intellectuelle ? Je lis par ci par là des conseils, des méthodes : chacun son truc, me direz-vous. Suivez vous une discipline ? Consacrez vous vos week end à l'écriture ? Prenez vous des vacances pour écrire ? Ecoutez-vous ce bon vieux King qui nous dis d'écrire minimum 3 à 4h par jour ?

Mon défi, vous l'aurez peut-être compris, est de lutter contre la frustration de ne pas réussir à me consacrer pleinement à une passion. Ce poste vise à me sortir de ma solitude - ou de m'y enfoncer... à vrai dire ce n'est pas important.

Cette question, bien entendu, se pose pour ceux qui ne vivent pas de leur plume et qui doive travailler pour s'alimenter... paix à nos âmes torturées...

Au plaisir de vous lire !

Contribution du : 03/05/2017 18:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rythme de vie et création
Maître des vers sereins
Inscrit:
11/02/2008 03:55
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 32892
Hors Ligne
Salut,

"Suivez vous une discipline ?"

J''avais pris l'habitude d'écrire des sonnets de mois en mois, ce qui était un peu ric rac avec le travail post publi : y'avait plus d'alphabet à dialoguer qu'à œuvrer proprement dit, mais bon, c'est le propre du genre. Et ça n'impliquait pas les commentaires de mes propres lectures, mais ils faisaient partis d'une discipline d'écriture également.

"Consacrez vous vos week end à l'écriture ?"

non

"Prenez vous des vacances pour écrire ?"

non

"Ecoutez-vous ce bon vieux King qui nous dis d'écrire minimum 3 à 4h par jour ?"

Je pensais la lecture et l'écriture comme l'inspiration et l'expiration, mais la pratique de l'expression écrite renforce sa souplesse assurément. Je pense qu'il y a une part du travail qui ne vient pas de la main ou des doigts en tout les cas, qu'on conte, qu'on rime ou qu'on témoigne, il faut un genre de nourriture en plus que simplement l'exercice du geste.

Contribution du : 03/05/2017 23:50
_________________
Un Fleuve
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rythme de vie et création
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 18380
Hors Ligne
Citation :

David a écrit :
Je pense qu'il y a une part du travail qui ne vient pas de la main ou des doigts en tout les cas, qu'on conte, qu'on rime ou qu'on témoigne, il faut un genre de nourriture en plus que simplement l'exercice du geste.


Je suis totalement d'accord avec ça. Je crois que lorsqu'on écrit pas, on accumule, on "se remplit" inconsciemment...

Je suis comme vous, Novi, je n'ai pas le temps, ni de recette miracle. Entre vie familiale et vie professionnelle, l'espace consacré à l'écriture est très menu me concernant.

J'ai un "petit carnet" où je note quelques trucs parfois, principalement dans le train que je prends quotidiennement. Quand j'ai un sujet en tête et que je suis motivé, j'écris mes poèmes assez (trop) rapidement.

Voilà pour ma part c'est à peu près tout.

J'attends la retraite, plus que 30 ans... (au mieux)

Contribution du : 04/05/2017 06:53
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rythme de vie et création
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 30749
Hors Ligne
Bonjour,

Pour répondre à une de tes réflexions, Novi, je pense que l'écriture est de toute façon un acte solitaire. Très solitaire, même.

Ce qui l'est moins, c'est la phase dont parle David, à savoir tout ce qui nous nourrit et dont nos garderons des bribes pour échafauder une histoire, un poème. Car c'est ici, sans doute, une question d'échange, de renouvellement, des voies différentes à explorer.

Je n'ai pas l'ombre d'une discipline pour me mettre à écrire, ça me tombe comme un coup de bâton et alors je m'y mets frénétiquement.
Et ressort à ce moment tout ce qui me trottait dans la tête au fil des jours, des semaines, ou au fil de rien; je me mets de côté quelquefois des expressions, des trouvailles que je trouve géniales, et...que je suis finalement incapable de caser dans mon texte car ça ne correspond finalement pas au ton du texte, ou alors cela ne sert absolument pas le propos.

Pour tout dire, il ne me viendrait pas à l'idée de me dire : c'est l'heure, je me mets à mon clavier. Car alors je suppose que je n'en sortirais rien qui corresponde à ce que peut-être on pourrait appeler un élan. Et prendre des vacances pour écrire ? surtout pas ! car je ne peux pas, je pense, me mettre en " marge" de ma vie pour écrire.

Mais de ma vie, je n'écrirai sans doute jamais de roman, ou en tout cas quelque chose qui me demande un travail de longue haleine. Je ne voudrais surtout pas "travailler" à écrire.

Nous sommes bien d'accord que nous parlons ici de l'écriture des amateurs et non pas des professionnels, qui en vivent et qui ont des délais, des contraintes, des contrats.

Donc, pour te répondre, j'accepte l'aspect aléatoire de mon envie d'écrire et c'est toujours pour moi un immense bonheur quand "c'est le moment". Car je compte beaucoup plus sur mon inspiration que sur mes facultés techniques d'écriture. Et la quantité m'est égal, je ne cherche pas à écrire "beaucoup", ou "suffisamment".

Un des aspects intéressants d'Oniris est justement que l'on peut échanger sur un travail solitaire. Et c'est à mon sens une phase très importante de l'écriture : le partage.

Je ne donne ici bien sûr que mon propre mode de fonctionnement. Il n'a aucune valeur en soi.

hersen

Contribution du : 04/05/2017 10:30
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rythme de vie et création
Expert Onirien
Inscrit:
21/12/2015 15:48
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 5858
Hors Ligne
Bonjour à tous !
Avant j'étais musicien et mon groupe commençait à bien marcher. Comme je travaillais pas mal (chantiers, stands... Du fatigant quoi...), j'ai décidé à l'époque de cesser le boulot pou me consacrer à la musique. Et ben croyez-moi ou non mais je n'ai pas plus crée, joué au RMI que quand je bossais.
Pareil maintenant que j'écris. Je ne travaille pas mais je n'écris pas plus que quand je travaille. J'ai remplacé mon temps de travail salarié par un temps de travail quotidien (ménage, couper du bois, jardin, courses, enfant etc...)
Pour ma part je crois que c'est dû à l'urgence de la création, quand il faut que j'écrive ou compose il faut le faire, qu'importe si je travaille, si j'ai le temps ou non.

Contribution du : 04/05/2017 10:31
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rythme de vie et création
Onirien Confirmé
Inscrit:
09/12/2016 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 895
Hors Ligne
Bonjour Novi pour ce fil, qui est aussi pour moi le coeur du problème actuellement.
Quand j'étais seul, j'ai eu une production assez conséquente, en marge de mes études. Elle ne se limitait pas à l'écriture de poésies ou de nouvelles. J'écrivais aussi des scénarios, des critiques de spectacles, des textes pour des émissions de télé et radio associatives...
Il y a une dizaine d'année j'ai commencé à travailler à plein temps et j'ai eu la chance de pouvoir dégager un peu de temps sur mes heures de travail pour des projets perso. Mais ce temps n'était pas maîtrisable, aussi je ne me suis jamais lancé dans l'élaboration d'un roman car pour moi cela nécessite des plages de temps dont je peux prévoir la durée.
En revanche, j'ai expérimenté à cette période l'écriture contributive via le site Wikipen, et cet espace me permettait de travailler de manière plus souple sur des projets littéraires conséquents. L'aventure a duré à peu près 2 ans, et aujourd'hui j'aimerai beaucoup la reproduire (le site de l'époque n'est plus disponible qu'en lecture seule sur archive.org), car depuis que j'ai une vie de famille et que mon boulot est plus à responsabilité je n'ai plus la possibilité d'avancer seul correctement sur des textes longs...

Contribution du : 04/05/2017 19:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rythme de vie et création
Onirien Confirmé
Inscrit:
12/01/2016 12:24
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 306
Hors Ligne
Merci pour vos retours, qui sont pour le moins intéressants. Je note pour ma part un paradoxe des plus frustrants :
D'une part, il semble nécessaire, si ce n'est indispensable, de vivre une vie chronophage mais inspirante par tous ses aspects (vie sentimentale, professionnelle, où l'on est percuté par des situations qui peuvent devenir des paragraphes.) pour justement appeler l'élan créatif. Mais ce temps qui, comme le suggère David, nous nourris différemment que le pur travail d'écriture, occupe une place si grande qu'il nous empêche parfois de répondre à l'élan que induit Hersen.

S'infliger une discipline quand la pratique de l'écriture doit être un plaisir semble plutôt être l'objectif d'un carriériste, ou du moins un ambitieux (Martin Eden, si tu m'entends...). Celui qui veut se consacrer à l'écriture d'un roman, s'il n'est pas un surhomme, ou un individu capable d'enchainer deux journées, me semble alors condamné à un statut : celui de la précarité. Moins s'impliquer dans sa carrière "normal" pour créer...

Travailler moins pour écriture plus, quel beau slogan ce serait.

Contribution du : 04/05/2017 19:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rythme de vie et création
Maître Onirien
Inscrit:
22/02/2010 10:47
De Luxembourg
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 11812
Hors Ligne
Depuis longtemps, je n'écris plus que très peu - juste pour donner un contexte. Je pense que j'ai de plus en plus de mal à écrire quand j'ai des bons livres en cours, et je préfère lire qu'écrire.

Je pense que si je le voulais vraiment, je pourrais trouver du temps un peu partout pour écrire - le matin pour être frais, le midi en prenant une pause négociée avec ma chef, le soir, la nuit...

Donc je pense que je ne le veux pas vraiment.

Novi, vous avez parlé de King. Il a une approche intéressante de l'imagination : ce n'est pas une muse qui va nous délivrer des bonnes idées au petit bonheur, c'est un gars dans la cave qui va nous regarder suer suer suer au travail avant de nous lacher quelques miettes.

Contribution du : 04/05/2017 22:31
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020