Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





"Sehnsucht" de Gil
Expert Onirien
Inscrit:
07/08/2014 15:38
De À même l'écorce des peupliers
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 6825
Hors Ligne
"Sehnsucht" de Gil

http://www.oniris.be/poesie/gil-sehnsucht-12654.html

La forme sonnet et, surtout, la thématique de l'utopie sont incontestablement baudelairiennes.

Vers 1

La place de l'adverbe de fréquence à l'entame l’est aussi ("Souvent, pour s'amuser..."/"L'Albatros"). Les "longs soirs" semblent aussi interminables que les "longs corbillards" de "Spleen IV". Quant à cette "arrière-saison" que l'on pointe du doigt, est-ce celle de l'année en cours ou bien celle de l'âge ? Ou bien les deux se confondent-elles dans le crépuscule intime du locuteur ?
Faut-il tenir compte du jeu allitératif de ce premier vers ? J'ai tendance à m'y intéresser à partir de quatre occurrences. Or les s et les r apparaissent justement quatre fois. L'interprétation des allitérations et des assonances relève-t-elle d'une gigantesque fumisterie ? Je me le demande parfois. C'est la dernière chose que l'on devrait étudier, je crois, et seulement pour appuyer le reste de l'analyse. Ici, j'ai vaguement l'impression que les s suggèrent le ton de la confidence et que les r traduisent la rudesse du quotidien.

Vers 2 et 3

De manière assez naturelle, la proximité de la mort (métaphorique ou réelle) appelle à une renaissance future de la vie. Cette renaissance prend, dès le second vers, les couleurs de l'utopie. D'abord par l'anaphore qui assure le décollage de l'imaginaire ("Je rêve" x 2), puis par les qualificatifs attribués au printemps (vers 2 : "éternel et sauvage"). L’utilisation conjointe de ces deux adjectifs fixe les contours d’un monde préservé, conforme à l’état de nature, d’un monde qui n’a pas subi l’action de l’homme. Nous voici transportés vers un ailleurs fantasmé où s’ébauchent déjà les contours d'une île paradisiaque ("l'idéal rivage").

Vers 4

Désirant ardemment se joindre à eux pour rallier ce lieu enchanteur, le locuteur accompagne alors du regard jusqu’à leur disparition définitive des oiseaux en partance dans un ciel crépusculaire. Le recours à la synecdoque ("vols noirs" au lieu de "oiseaux noirs") met en avant la fonction motrice et l’adjectif qualificatif "grands" la puissance de ces volatiles capables d'affronter de longues distances. À la fin de ce premier quatrain, l’utopie semble bien à portée de main.

À suivre...

Contribution du : 29/03 11:13:26
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Sehnsucht" de Gil
Expert Onirien
Inscrit:
07/08/2014 15:38
De À même l'écorce des peupliers
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 6825
Hors Ligne
Vers 5 et 6

À l’entame du second quatrain, le formidable élan s’écroule soudainement avec cette allégorie à laquelle les r impriment toute leur rudesse ("Mais l’esprit se résigne aux murs de la raison"). Le retour au sol - au prosaïsme du quotidien - est violent avec la vision douloureuse d’une vie intime soumise à l’abyssale solitude du cœur ("la chair promise à l’effrayant veuvage").

Vers 7 et 8

Renvoyé à son existence misérable, le locuteur ignore quel parti prendre pour y échapper : s’infliger la mort ou bien boire un hypothétique philtre salvateur qui lui ferait oublier sa condition (alternative insoluble : "Ciguë ou népenthès, quel indulgent breuvage/Saurait me libérer de ma double prison ?").

Vers 9-10-11

Rien à faire donc, sinon se plonger à nouveau dans l’imaginaire (troisième pan de l’anaphore : "Je rêve"). La construction de cette longue phrase à rythme ternaire ne manque pas de charme, notamment par son jeu allitératif (t au vers 9, m aux vers 9-10-11) et assonantique (an aux vers 9-10). Les sens sont doucement bercés par un climat toujours égal, par des couleurs apaisantes et par la promesse de tendres voluptés. Sans pudeur, avenante, la femme est une fleur au milieu des autres fleurs d’un paradis végétal. On pourrait faire un lien avec l’adjectif "sauvage" du vers 2 et considérer que nous sommes ici dans un monde d’avant la chute, d’avant l’image du péché originel.

Vers 12

Dans ce vers, la place de l’adjectif qualificatif intrigue. En effet, il devrait s’appliquer à la nuit elle-même, non aux ailes. "La nuit clémente couvre ma peur de ses ailes." Ce déplacement inattendu met en exergue l’aspect protecteur de cette nuit majuscule, de cette figure maternelle, bienveillante, qui accueille l’univers fantasmé du locuteur, lui permet d’oublier son malheur et sa destinée.

Vers 13

Le vers 13 se présente d’abord comme une périphrase désignant le crépuscule, moment clé de la fantasmagorie. Il met parallèlement en perspective un monde utopique qui consacre l’ouverture (évoqué aux vers 9-10-11) et le monde du civilisé - où le bonheur se conçoit à l’aune du foyer, dans un mouvement de fermeture ("le feu danse aux volets des maisons").

Vers 14

Le locuteur se tient à présent debout sur une rive – étang ou lac – cherchant peut-être inconsciemment, dans son propre reflet, un signe de son accession prochaine à ce paradis désiré (vers 14 : "Que fais-je solitaire au bord des eaux dormantes ?"). Il attend encore, vainement, que l’ailleurs le saisisse, l’emporte pour toujours. "N’importe où ! n’importe où ! pourvu que ce soit hors de ce monde !", écrivait Baudelaire.

Merci pour ce partage !

Contribution du : 31/03 21:52:36
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Sehnsucht" de Gil
Maître des vers sereins
Inscrit:
11/02/2008 03:55
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 33263
Hors Ligne
C'est un commentaire très intéressant, La richesse des détails est captivante, et je tombais là-dessus sans même le texte sous les yeux. Le poème en question est une découverte, une très belle lecture, alors ce chemin pour y arriver prends toute sa valeur.

Contribution du : 02/04 16:51:43
_________________
Un Fleuve
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Sehnsucht" de Gil
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 51698
Hors Ligne
très heureux de revoir jfmoods dans ces colonnes, dont il s'était écarté depuis quelque temps !
ses analyses raviront ceux qui n'eurent jamais le plaisir de l'y trouver !
à vous relire cher poète
papipoète

Contribution du : 02/04 20:02:57
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : "Sehnsucht" de Gil
Expert Onirien
Inscrit:
27/01/2021 14:24
De Paris/Pézenas
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3852
Hors Ligne
Un grand merci, jfmoods, pour cette analyse impressionnante.
En lire plus ici : http://www.oniris.be/forum/remerciements-pour-sehnsucht-t31731s0.html

Contribution du : 05/04 10:39:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2023