Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


Sérotonine et autres houellebecquitudes...
Expert Onirien
Inscrit:
21/01/2013 14:36
De Toulouse
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 4080
Hors Ligne
Bonjour à tou.te.s,

J'ai en main le dernier roman de Michel Houellebecq, Sérotonine, et j'avoue avoir du mal à dépasser les 20 premières pages... j'avais réussi à terminer Soumission (sans grand enthousiasme cependant) et je n'avais pas pu finir la carte et le territoire.

Dans Sérotonine, je retrouve le même ton qui m'a dérangé dans ses autres textes et notamment la vulgarité que je trouve gratuite. Il me semble que Céline a montré qu'on pouvait faire du franc parler sans être vulgaire.

Bref, j'écris ici pour savoir s'il y a parmis l'assemblée des Oniriens un ou plusieurs fans de l'auteur qui pourrait m'éclairer sur les raisons de son immense succès et pourquoi ses textes valent la peine d'être lus.

Je sais bien que tout dépend des goûts, ce n'est peut-être juste pas mon style... mais de là à ne pas arriver à lire ses livres... j'ai le sentiment de passer à côté de quelque chose.

Très belle journée à tout le monde!

Contribution du : 29/01 09:37:58
_________________
Citation :
"Pour écrire sur la vie, tu dois d'abord la vivre!" H.E
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Sérotonine et autres houellebecquitudes...
Maître Onirien
Inscrit:
01/07/2009 13:04
De Besançon
Groupe :
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Organiris
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 16442
Hors Ligne
Bonjour Neojamin,

Vous avouez n'avoir pu lire plus de vingt pages du dernier livre de Michel Houellebecq… Je vous avouerai que je n'ai jamais pu entamer aucun de ses livres, ayant toujours été sensible à la critique portant sur ses ouvrages et qui peut lui être tant favorable que plus négative.

Je préfère généralement me faire une idée par moi-même, certes, mais je n'ai jamais pu franchir le seuil d'aller prendre un de ses livres, et je crois que cela tient beaucoup à l'impression que vous exprimez ici.

De plus, j'ai été fort étonnée par la publicité qui a été faite au moment de la parution de "Sérotonine". J'avais l'impression de voir l'auteur partout, ou à tout le moins des articles sur lui dans nombre de médias, et je me disais qu'on en faisait peut-être un peu beaucoup. Les libraires ont d'ailleurs préparé pas mal de place sur leurs étagères pour accueillir et faire vendre l'ouvrage...

Je le lirai peut-être un jour, mais à vous lire, je ne sais. La vulgarité me déplaît, alors si c'est pour la retrouver dans un livre, même si elle n'est pas l'essentiel d'un auteur, j'ai bien peur de procrastiner longtemps...

Cela dit, les goûts sont variés, et l'auteur a ses lecteurs.

Contribution du : 29/01 10:22:39
_________________
Inspiration ou poésie...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Sérotonine et autres houellebecquitudes...
Expert Onirien
Inscrit:
21/12/2015 15:48
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 4962
Hors Ligne
Bonjour, je ne suis pas un grand fan de l'auteur mais il me semble que vous confondez vulgarité et crudité. Cela peut gêner en effet, moi c'est ce que j'aime chez lui. Ce qui me dérange en revanche c'est qu'il rumine quand même le même thème de livre en livre de la perte de contrôle du mâle blanc occidentale de plus de 50 ans, ou de la déliquescence de la société occidentale, ce qui est lassant mais qui fait œuvre.

Contribution du : 29/01 11:16:35
_________________
Lénine Bosquet
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Sérotonine et autres houellebecquitudes...
Expert Onirien
Inscrit:
21/01/2013 14:36
De Toulouse
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 4080
Hors Ligne
Petite précision donc sur ce qui est vulgarité pour moi. Dans Sérotonine il y a dès le début plusieurs mots qui me choquent, ce sont carrément des insultes: (ai-je le droit de les écrire en entier sur un forum... rien que ça, ça me choque)
- Péd..
- Grosses Sal....
- Sale P...

J'aime la crudité dans un texte, mais ce genre de vocabulaire va un peu loin à mon avis et je ne vois d'ailleurs pas l'intérêt de mettre ce genre de mots qui n'expriment à mon sens pas grand chose.

Comme vous le dites Lénine, il est clair que c'est un peu toujours la même chose quand même... le regard (pour ne pas dire le jugement pédant) d'un quinquagénaire sur le monde... mais du coup, pourquoi autant de succès ?

Contribution du : 29/01 12:41:00
_________________
Citation :
"Pour écrire sur la vie, tu dois d'abord la vivre!" H.E
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Sérotonine et autres houellebecquitudes...
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 15022
Hors Ligne
Pourquoi autant de succès ?

parce que peut-être que
- Péd..
- Grosses Sal....
- Sale P...

même si c'est gratuit, accroche !

J'ai lu de lui "Particules élémentaires" et "la carte et le territoire".

Je ne crois pas que j'en lirai d'autres, car il me semble qu'il se répète, qu'il a un thème qu'il ressasse ( comme dit dans un post précédent) et que, si la crudité, tout comme la vulgarité, ne sont pas pour moi un frein, elles doivent avoir leur raison d'être dans l'oeuvre.
Dans le cas Houellebecq, je m'interroge car il me semble que c'est plus pour vomir que pour faire de la littérature.
Pour choquer peut-être, je ne sais pas. mais qui est vraiment choqué aujourd'hui par ces mots ? Sans démarche réelle, ils n'ont tout simplement pas d'intérêt.

maintenant, la bonne question de Néojamin est : pourquoi ça marche ?

Soit on laisse tomber, soit on en fait cinquante pages.
Peut-être qu'il instille un malaise et que les lecteurs se contentent de ce malaise lu, sans s'impliquer davantage sur l'origine de ce malaise ?
De la conso, en somme.

mais je ne sais pas...

Contribution du : 29/01 14:37:02
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Sérotonine et autres houellebecquitudes...
Maître Onirien
Inscrit:
01/07/2009 13:04
De Besançon
Groupe :
Groupe de Lecture
Onimodérateurs
Organiris
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 16442
Hors Ligne
Pour ces mots crus ou vulgaires - vulgaires pour moi… je pense que vous m'avez convaincue sur le fait de ne pas le lire a priori… Il y a tant de livres à découvrir…

Quant au succès, je crois que cela tient aussi à l'accueil qui est réservé à l'auteur par les libraires qui savent le mettre en avant.

Sans doute est-ce un tout… ?

Son langage peut toucher, interpeller ; ses sujets interesser.

A ma connaissance, et sur la seule base des critiques, il me semble que ses ouvrages sont assez sombres, alors si l'on ajoute, à lire ceux qui l'ont parcouru, le fait qu'il relate toujours le même thème, cela ne m'invite guère à le découvrir.

Cela dit, je me pose une question relativement aux thèmes qu'on peut développer dans des productions littérraires... ? Renouveler les thèmes, aborder de nouvelles choses est le fait, sans doute, de ceux qui puisent abondamment dans l'imaginaire, mais lorsqu'il s'agit de relater des choses proches de soi et du regard qu'on porte sur le monde ou un aspect de ce dernier, est-t-on seulement capable de se renouveler… ? Je m'interroge tant au niveau des auteurs connus, comme Houellebecq ou d'autres, que de celui, plus amateur, d'auteurs comme nous écrivons souvent régulièrement… Mine de rien, partir de soi pour raconter et être à même de sortir de son cheminement propre ne doit pas être aisé pour toucher via une nouveauté...

Peut-être que Michel Houellebecq ne sort pas de ses repères, mais est-ce un tort ? C'est la question sous-jacente que je me pose... ? Car cela ne doit pas être évident quand on évoque un regard qui se veut singulier... et pas forcément littéraire au sens d'imaginatif et renouvelé, mais simplement intime, personnel... ?

Contribution du : 29/01 16:20:35
_________________
Inspiration ou poésie...
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Sérotonine et autres houellebecquitudes...
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
17/07/2012 20:09
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2878
Hors Ligne
Pour ma part, j'ai une relation complexe avec Houellebecq. Quand j'ai lu, il y a bien des années, "Extension du domaine de la lutte", je n'ai trouvé aucun intérêt au livre, qui m'a paru mal écrit et ennuyeux. Sur quoi j'ai classé l'auteur dans la catégorie des fausses gloires fabriquées par les media. Et puis, beaucoup plus tard, faisant partie d'un club de lecture, j'ai été amenée à me plonger dans La carte et le territoire. Et, cette fois, j'ai trouvé le livre intéressant. Depuis, j'ai lu aussi Soumission et Sérotonine, et j'ai complètement changé d'avis.
Pour ce qui concerne la grossièreté du langage et la crudité des scènes sexuelles, je n'apprécie pas beaucoup non plus, mais il y a bien autre chose. Il y a dans ces livres un regard dépourvu de toute complaisance, d'une lucidité acérée, sur la condition de l'homme contemporain ( et aussi bien de la femme) qui engendre un désespoir absolu, une mort totale de toutes les illusions. Le style, que j'ai mis longtemps à apprécier, reflète cette absence totale d'espoir. Je crois que c'est elle qui prend beaucoup de lecteurs à rebrousse-poil. Quant à écrire toujours le même livre… les auteurs qui ont un univers propre, et c'est le cas de Houellebecq, en sont presque tous là. Dernière chose : ce n'est pas un hasard si un des livres porte le titre de Sérotonine : l'anti-héros houellebecquien est un grand dépressif - je pense même qu'on ne peut pas comprendre ses romans si on n'a pas soi-même une petite expérience de la dépression. Sur ce plan-la Sérotonine offre une description clinique remarquable. Quant à son succès, il faudrait savoir si tous ceux qui l'achètent le lisent, et si tous ceux qui le lisent le comprennent vraiment.

Bref, je crois qu'on a affaire à un authentique écrivain, qui a son propre univers. De là à parler du plus grand romancier français vivant, comme le fond certains, il y a une marge énorme que je ne franchirai pas.

Contribution du : 29/01 18:02:24
_________________
littérature, cinéma, nature, animaux
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Sérotonine et autres houellebecquitudes...
Expert Onirien
Inscrit:
21/12/2015 15:48
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 4962
Hors Ligne
Je suis bien d'accord avec vous Sylvaine, il est un authentique écrivain qui fait son œuvre et c'est bien la désespérante lucidité de son style qui m'attire et me ferait lire "Sérotonine". J'avais lu vers mes 20 ans " Les particules élémentaires " et ce regard clair et désabusé sur le monde m'avait paradoxalement enchanté. J'avoue être moins touché avec le temps.

Contribution du : 29/01 18:41:28
_________________
Lénine Bosquet
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Sérotonine et autres houellebecquitudes...
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
17/07/2012 20:09
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2878
Hors Ligne
Autre chose : Houellebecq peut être très drôle. Il cultive une forme d'humour sinistre qui n'est pas à négliger.

Contribution du : 29/01 19:01:00
_________________
littérature, cinéma, nature, animaux
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Sérotonine et autres houellebecquitudes...
Expert Onirien
Inscrit:
21/01/2013 14:36
De Toulouse
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 4080
Hors Ligne
Merci Sylvaine pour votre partage (et les autres aussi, hein), ça me permet effectivement de comprendre un peu mieux son univers et ce qu'il cherche à transmettre. Dans ce sens, j'imagine que sa vulgarité sert un propos particulier... je doute encore de la nécessité de forcer autant le trait, mais au moins, ça s'explique. Je vais m'efforcer de finir le livre...

Et effectivement, mon manque d'expérience de la dépression peut expliquer mon manque d'intérêt... sans faire de clin d'oeil au fait que je n'ai pas de chien ;).

En passant, j'avais aimé les particules élémentaires.

bonne soirée!

Contribution du : 29/01 19:38:50
_________________
Citation :
"Pour écrire sur la vie, tu dois d'abord la vivre!" H.E
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2019