Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes


 Bas   Précédent   Suivant  Le sujet est verrouillé



Textes du défi poésie : « Halloween »
Organiris
Inscrit:
27/11/2008 15:05
Groupe :
Editeur FAQ
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 85008
Hors Ligne
https://pixnio.com/fr/vacances-fr/halloween-fr/silhouette-coucher-de-soleil-aube-crepuscule-photomontage-lune-halloween


Sous la peau d'orange


Sur le pourtour du monde,
notre bâtisse folle et gourmande rétrécit.

Nos regards portés vers la voie lactée s'enhardissent,
comme s'il était possible de toucher les étoiles creuses
à la clarté de nos pas dans l'ombre,
et par la grâce de ce goût du sang de rouille
disputé par les songes des vautours gisants.

Du cimetière au silence des nuits,
un règne de tornades porte à nos fenêtres
une vie de végétaux hurlants,
à nous,
si intimes des temps de sèves gelées,
et si alertes en nos habitudes de papier gras.

Dans nos poches,
toujours ces guirlandes de soleils aux sourires de lune,
avec cette même attente de rejoindre les barbelés de la terre,
et ce marbre de poussière que le désir prête au sens du vent.

Sur la tombe de la chambre des cygnes,
un lac devient aurore au ciel de nos rêves d'Octobre
pour y noyer nos sucres et nos mers disparues.

Que reste-t-il de nos plis à la peau d'orange ;
cette écorce duveteuse d'un régime de saveurs souterraines
qui ressuscite sur le seuil de nos portes closes,
le jus d'un nid de vers enchantés ?

Une âme, peut-être ?


Lien pour les commentaires

Contribution du : 18/10 04:54:00

Edité par marimay le 18/10/2019 5:45:17
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Textes du défi poésie : « Halloween »
Organiris
Inscrit:
27/11/2008 15:05
Groupe :
Editeur FAQ
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 85008
Hors Ligne
https://pixabay.com/fr/photos/terrifiant-sombre-%C3%A9trange-effrayant-1867707/

Skull : Crâne en anglais


Skull éthique


je vis dans les ténèbres
les vraies
celles qui font peur aux enfants
et attirent les chiens affamés

j'ai pourtant toujours cultivé l'élégance
de l'esprit
du corps
et aujourd'hui des os

dans le noir je blanchis doucement

de siècle en siècle
au cinabre des octobres mourant
passent des feux follets
ils éclairent de leur lanterne
de grasses citrouilles
volantes

moi qui n'ai plus de chair
à cette danse céleste
dans mes orbites creuses
s'allument des vers luisants

plein d'espoir mais tout en retenue
à ces créatures de commerce agréable
venues d'un monde charnu biologique
j'offre un jus de lune et un biscuit d'étoile
– j'aime à dire que c'est mon secret de séduction –

en ces nuits magiques
il arrive que l'une d'entre elles
pleine de charme
dans la splendeur de sa carnation
se glisse contre mes os
pour un bref instant sidéral


Lien pour les commentaires

Contribution du : 18/10 04:58:19

Edité par marimay le 18/10/2019 5:45:52
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Textes du défi poésie : « Halloween »
Organiris
Inscrit:
27/11/2008 15:05
Groupe :
Editeur FAQ
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 85008
Hors Ligne
https://sd-g1.archive-host.com/membres/up/8916d5e179beb22d820ea799722ed1619ea88694/Citrouille_horreur.jpg

(Pastiche)


La citrouille et la courgette



La citrouille ayant grossi,
Elle aussi,
Se trouva fort dépitée
Quand la chaleur l’eut quittée :

Pas un seul petit câlin
Du soleil ce vieux malin.
Elle alla, l’allure fière,
Chez la courgette en prière,
La pressant de l’éventrer ;
Fouir sa chair pour entrer
Creuse au salon des orgies.
« Je vous offrirai bougies
Et khôl, foi de pâtisson,
Aussi trouille et grand frisson. »

La courge n’est pas peureuse :
C’est là son moindre remords.
Que faisiez-vous aux temps morts ?
Dit-elle à cette bâfreuse.
– Jour et nuit, malgré mon spleen,
Je gonflais, pour mieux leur plaire.
– Vous gonfliez ? Quelle affaire !
Eh bien! Fuyez Halloween !


Lien pour les commentaires

Contribution du : 18/10 05:00:53

Edité par marimay le 18/10/2019 5:46:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Textes du défi poésie : « Halloween »
Organiris
Inscrit:
27/11/2008 15:05
Groupe :
Editeur FAQ
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 85008
Hors Ligne
Grand-mère Kal contre Halloween


Les enfants dès leur plus jeune âge
Avant même de porter un calbar
Ont peur des vilains bavardages
Et préfèrent encore les épinards !

Les adultes pour leur faire peur
Agitent le chiffon de la sorcière
Grand-mère Kal… et ses horreurs :
« Elle va venir et vous serez moins fiers ! »

Son fantôme légendaire,
Son rire macabre, son air de démence :
En voilà une allure ! Pas débonnaire
Ce monstre croquant l’innocence…

Alors, quand arrive la date fatidique,
Les mômes crient au secours :
« Des bonbons ou un sort ? » Panique !
On les voit horrifiés, sans recours.

https://data.pixiz.com/output/user/frame/preview/400x400/7/4/7/9/3469747_78d35.jpg

Leurs parents, eux, se frottent les mains :
Halloween… c’est pour bientôt !
Et tant pis si l’évêque saint
Leur rappelle leurs devoirs de cathos…

Ils se réjouissent à l’avance
Et de leurs peurs anciennes font fi.
Seuls leur plaisent le diable, la danse,
Qui les enflamment et les poussent au défi.

« Grand-mère Kal ,tu nous foutais la frousse
Enfants que nous étions, terrifiés.
Tu voulais nous emmener en brousse,
Toi la sorcière échevelée !

Eh bien, sacrée diablesse,
On va d’abord boire un litron
Puis allumer un brasier d’allégresse
Pour oublier nos frayeurs à la con ! »


Ces dernières décennies, Grand-mère Kal a resurgi de la mémoire collective grâce aux conteurs. On y fête le réveil de l'esprit de Kalla et de sa cohorte d'esprits damnés en se costumant et en dansant. Grand-mère Kal est une fête qui concurrence Halloween.


Lien pour les commentaires

Contribution du : 18/10 05:09:22

Edité par marimay le 18/10/2019 5:47:00
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Textes du défi poésie : « Halloween »
Organiris
Inscrit:
27/11/2008 15:05
Groupe :
Editeur FAQ
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 85008
Hors Ligne
https://x.cloudsdata.net/n/images/products/large/catenenew-000-7563-.jpg

Maison d’Arrêt de Limoux… 1er novembre* 2009...


Lettre à vous…


En fin d’année, suis déguisé,
Ma mère m’a dit, mon cher petit,
Mets ton habit, il est minuit,
Va leur faire peur, mets-y du cœur.

Et nouveauté, en killer-né,
Bien maquillé, bien amoché,
Avec ma lame, je me pavane,
Les gens sont fous, lorsque je joue.

Mais à vrai dire, il y a pire,
Quand j’ai frappé, j’ai rigolé,
J’y ai pris goût et voilà tout,
D’abord les chiens, je tue si bien.

Et les humains, qui crient pour rien,
J’y ai pris goût et voilà tout,
Je les égorge, je les embroche
Je les martèle, je les épelle.

Et de leurs pans, coule du sang,
J’y ai pris goût et voilà tout,
Quel que soit l’âge, je suis en rage,
Il faut que j’tue, c’est ma vertu.

Va leur faire peur, mets-y du cœur,
Comme Dracula, je suis fou d'ça,
J’y ai pris goût et voilà tout,
J’écrase ces gens, qui sont contents.

J’y ai pris goût et voilà tout,
C’est grâce à vous, je suis au trou,
À la T.V, je suis sacré,
Et d’une série, tueur, j’en suis.

Merci pour tout, j’y ai pris goût,
Et sans rancœur, Sérial Killers.


* Fête d'Halloween


Lien pour les commentaires

Contribution du : 18/10 05:12:05

Edité par marimay le 18/10/2019 5:47:35
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Textes du défi poésie : « Halloween »
Organiris
Inscrit:
27/11/2008 15:05
Groupe :
Editeur FAQ
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 85008
Hors Ligne
Chanson balladée (forme poétique ancienne codifiée par Eustache Deschamps et Guillaume de Machaut).
Image qui a inspiré ce poème, extraite du film « L’étrange Noël de monsieur Jack » :


https://www.cineserie.com/wp-content/uploads/1994/12/289896.jpg

Halloween ? C’est un peu de Noël en automne, un peu de la Saint-Valentin déguisée, une petite éclaircie sur le seuil de novembre…


Vœu de joie

Octobre en écorce brune,
Éclats de rire aigue-prune,
Flammes et bougeoirs ;
Marshmallows dans les tiroirs,
Vingt citrouilles sur la dune.

Les paniers remplis d’avoirs,
Doux espoirs :
Noël offre sa fortune ;

Les zombis des promenoirs,
Deux chats noirs,
Batifolent vers la brune.

Jack est sur sa trente-et-une* :
Il entonne pour sa brune
L’hymne des grands soirs ;
Non loin, l’ombre des manoirs
Se dérobe au clair de lune.

Octobre en écorce brune,
Éclats de rire aigue-prune,
Flammes et bougeoirs ;
Marshmallows dans les tiroirs,
Vingt citrouilles sur la dune.

__________________________

* Trente-et-unième chanson du mois d'octobre, à raison d'une par soir. Détournement de l’expression « être sur son trente-et-un ».


Lien pour les commentaires

Contribution du : 18/10 05:16:04

Edité par marimay le 18/10/2019 5:48:10
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Textes du défi poésie : « Halloween »
Organiris
Inscrit:
27/11/2008 15:05
Groupe :
Editeur FAQ
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 85008
Hors Ligne
http://ekladata.com/kQEopkRfQJoSljWQGf9Slyk36dE@500x375.jpg


De l’ombre à la lumière


Potion de sorciers ou breuvages thérapeutiques ?
Depuis l’aurore des temps premiers,
Les auras du mystère régissent le cosmos.
Au clan, le pouvoir des cérémonies païennes :
Quelques amulettes, des rituels ésotériques,
Où des guérisseurs offrent la magie blanche
Pour quelques onguents sous le clair de lune ;
Dans le bouillon d’un gros chaudron frémissent
Des philtres de chance en de troubles décoctions.

Au cœur de l’hérésie, une canopée de fumée opaque.
Les fantômes du passé et quelques divinités
Sont honorés au berceau de l’humilité,
Sous la baguette du grand cycle intemporel,
Par des groupes en transes méditatives.
La Terre-mère couve dans son monde souterrain
Et l’astre solaire décline au pied des premières gelées.
Dans quelques lunes, par l’oracle de la roue de la fortune
Ils enfanteront sur l’autel d’un dolmen de poussière.

Divagations en équations sur les pages d’un grimoire.
Au feu de la vie qui disparaît dans l’onyx
Puis qui renaît au firmament de la mémoire,
L’âme égarée cherche son intime foyer
Dans l’arborescence de quelques phases symboliques.
Sur l’échelle de la vie aux demains infimes,
Pour le plus commun des mortels,
Toutes ces croyances et ces formules magiques
Scindent les cœurs voués au grand passage.

À chacun son arbre de vie et son parchemin,
À chacun les figures envoûtantes de son tabernacle,
À chacun son sacre et ses connexions aux mondes.
Car la vision de quelques poudres de Mandragore
Au cœur des éléments de notre forêt de Brocéliande
S’agitent dans notre livre des ombres ;
Ouvrant le voile obscur de notre conscience
Sur le flambeau invisible de notre existence,
Où notre destin terrestre reste toujours à redéfinir...


Lien pour les commentaires

Contribution du : 18/10 05:18:52

Edité par marimay le 18/10/2019 5:48:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Textes du défi poésie : « Halloween »
Organiris
Inscrit:
27/11/2008 15:05
Groupe :
Editeur FAQ
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Évaluateurs
Correcteurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 85008
Hors Ligne
https://www.breizh-info.com/wp-content/uploads/2018/10/samhain.jpg


Samain


Au cœur des forêts profondes
Mugit l’ancestral soufflement
Samain
Des ténèbres s’absente le hibou

Jadis ici passèrent les Premiers-Nés
Impatients de découvrir
Le chemin de la Lumière de l’Ouest
Et le souvenir de leurs langueurs
Survit dans les larmes des fougères

Des épines des landes désolées
Gémit l’ancienne mémoire
Samain
Et le vagabond de presser le pas

En ce jour souvenir de la jeunesse du monde
Les esprits des mortels agitent
Leurs lueurs désolées
Quand la flamme de Ceux qui demeurent
À la mémoire s’impose
Insultant le solstice et l’hiver prochains

Samain
Et dans la nuit
Le rêve anxieux des âges anciens
Samain
Et dans le jour
La grâce qui fut
Et jamais plus ne sera


Lien pour les commentaires

Contribution du : 18/10 05:20:39

Edité par marimay le 18/10/2019 5:49:22
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant

 Le sujet est verrouillé




Oniris Copyright © 2007-2019