Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Un mot sur Rupture
Apprenti Onirien
Inscrit:
22/01/2019 17:43
Groupe :
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 137
Hors Ligne
Queribus : merci. Le poème a justement été déplacé dans la catégorie poésie contemporaine.

Domi : merci. Le jeu se prolonge tout au long du poème. Les rimes (ou assonances) ne font que se déplacer des césures fixes vers les césures mobiles :
“Que j'étais deux / Maître (è) // sse alors / que je suis seul
Quand dans ton oeil / curieux
Clos un peu / par l'amour // que nous venons de faire (je ne sais pas si c'est correct mais je ne prononce pas de césure au deuxième hémistiche)
Je repo / se mon être.

Maître (è) / sse je repo…”.
Je reviendrai plus tard sur la métrique.

Papipoete : merci. Je ne parlerai pas trop du fond mais évoquerai le chaperon.

Vincente : merci. “Fragilité virile”... C'est tout à fait ça, et si bien dit.

Davide : merci beaucoup. Je suis enchanté que la diérèse vous déplaise. On ne force pas le lecteur à faire un hiatus aussi désagréable à l'oreille pour le mettre à l'aise.
Je comprends ce qui vous gêne dans la quatrième strophe.
La majuscule : très bonne question. Dès que j'aurai une réponse satisfaisante je vous la donnerai.

PIZZICATO : merci. Ne rien promettre quand on n'a rien à offrir.

Senglar : merci.

Yol : mille mercis. Vous ne vous sentez aucune compétence au sujet de la technique.
La forme est censée illustrer le fond et vice versa, donc l'un ne va pas sans l'autre. Votre commentaire m'a particulièrement touché car vous avez compris ce que je voulais faire comprendre, ni plus ni moins.
Torturé est un mot clé. Dans le fond comme dans la forme, ce texte l'est.
Il vous donne envie de vous impliquer, de m'inciter à inventer des amours improbables… Quel beau cadeau que cette implication (que j'ai également lue, dans une moindre mesure, dans la supposition de PIZZICATO).

Votre commentaire m'offre une transition tout à fait acceptable vers mon propos libre (je n'aime pas le terme explication de texte ; rien ne me permet de croire que, parce que c'est mon oeuvre, je la comprend forcément mieux que tout le monde ; je peux par contre expliquer ce que j'ai cherché à faire).
Il convient, à mon avis, de lire les dodécasyllabes comme des alexandrins classiques (bien que le texte ne le soit pas), avec césures fixes et mobiles, et de faire des césures, si possible, sur les hexadécimales, comme s'ils étaient des hémistiches isolés.
En lisant ainsi, le texte est profondément torturé.

La rime la plus riche (en mensonge) est détruite par le e du songe (cette lettre est assassine envers les mots et les rimes, qu'elle soit ou non prononcée) :
“Même en son / ge Maîtresse
À ses mensonges.”

Le mot “Maîtresse” n'est prononcé qu'une fois d'un seul trait, dans la strophe 3. Il est coupé par la césure fixe, et devant voyelle (e muet) en strophe 2 et 4. Et coupé par une césure mobile, devant consonne (e prononcé) en strophe 1 et 5.

Au sujet du fond, il n'appartient pas à l'auteur de dévoiler la vie privée de l'homme.
Un mot néanmoins au sujet du chaperon, si on a lu Perrault, on comprend que le ventre qui risque de s’arrondir n est pas celui du loup.
Grammaticalement, dans mon texte, c'est assez clair :
Mime le ventre rond du petit chaperon que…

Ce qui est tu est ici plus important que ce qui est exprimé. Il y a en effet trois personnes :
La première personne : je
La deuxième personne : Maîtresse, tu
La troisième personne : elle
La troisième personne est cachée ; je ne suis pas étonné que ça ait pu causer une certaine confusion ; et ravi que la situation soit apparemment bien clarifiée en quatrième strophe.

Veuillez m'excuser s'il reste des coquilles (je suis sûr mon smartphone).

Encore merci à tous.

Contribution du : 19/04/2019 15:44
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Un mot sur Rupture
Apprenti Onirien
Inscrit:
22/01/2019 17:43
Groupe :
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 137
Hors Ligne
chVulu : merci (veuillez me pardonner pour l'oubli). J'ai répondu plus haut que ce texte a bien été déplacé.

Contribution du : 19/04/2019 15:56
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020