Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Une aubade, un Chant avant tout
Expert Onirien
Inscrit:
24/01/2010 18:26
De Sur un petit croissant de lune qui chavire mes landes imaginaires...
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 8634
Hors Ligne
Bonjour à tous,


Je voudrais revenir sur mon dernier poème publié en poésie classique, dont la forme laisse certains perplexes. Ce n'est ni une ballade (qu'elle soit grande ou petite), ni une forme inconnue qui sort du néant ^^. Il s'agit d'un Chant Royal, forme extrêmement exigeante malgré les apparences.


Son principe est le suivant: il se constitue de cinq onzains suivi d'un envoi (qui lui est en cinq vers). Voilà pourquoi, Mona79, mon poème vous a paru si long. Ensuite, le schéma des rimes est comme suit, du moins dans mon Chant:

ABABCCDDEDE (cinq fois) + DDEDE (envoi). Le dernier vers de chaque strophe est le même, c'est le refrain.

Il existe des variantes. En tout cas, j'ai suivi ce schéma-là.


Pour répondre à une question d'Alexandre, l'absence d'alternance entre rimes féminines et masculines est simple à expliquer: elle est présente à l'intérieur des strophes même, mais pas sur tout le poème. Cette règle d'alternance, de plus, n'est apparue qu'après que l'on ait envisagé de codifier la forme du Chant Royal (ainsi que la ballade). Je ne dis pas qu'il n'est pas possible de faire cette alternance rimes f/ rimes m sur tout le poème, mais ce n'est pas considéré comme une « faute classique ». Tant que les strophes en elle-même respectent en leur sein cette alternance, il n'y a pas de problème. Mon entorse est donc admise.


C'est une forme que j'apprécie énormément parce qu'elle combine le poème et la chanson, enfin l'ode. Écrire un Chant Royal est un exercice assez hard mais, pardonnez-moi l'expression, jouissive. Il y a pas mal de choses à s'assurer avant d'en commencer un: ne pas choisir n'importe quelles rimes (il faut qu'il y en ait assez), construire un refrain qui tient la route sur les onzains et l'envoi, raconter une histoire qui ne se coupe pas, qui reste crédible.


David, pour répondre à ta remarque sur la ponctuation, je ne mets pas de points à l'intérieur des strophes, ni à la fin des vers. Le Chant Royal ne doit pas subir « d'interruption », le point se situe à la fin de la strophe, s'il doit exister. C'est un « couplet » qui peut avoir des pauses, mais pas de rupture. Moi, j'ai choisi le point exclamatif, mais cela vaut pour lui aussi, de même que le point d'interrogation ou les points de suspension.


Quel est le fond de ce poème? J'ai pris le contre-pied de l'histoire d'une princesse. La mienne, dans mon Chant, connaît un destin « sombre », elle finit même par « mourir », en quelque sorte. C'est une sorte d'anti-héros aussi, d'où le « conte défait ». Son histoire est chantée, écrite, dessinée par un ménestrel sans âge (là, j'avoue, j'ai laissé parler mon imagination. Mon Chant a donc un peu un côté héroïc-fantasy.)
Malheureusement, je ne peux en dire plus parce que c'est assez personnel. J'explique un peu l'idée générale, c'est tout. Les thèmes couverts par le Chant Royal, en général, touchent à la religion, à la noblesse ou la royauté, etc. D'où ma « princesse », sauf que chez moi, elle est « contemporaine ».


D'ailleurs, qu'est-ce que l'arômance? Ah ah, petit mélange de deux mots: la romance et l'arôme. Oui, j'ai tenu à ce que ce poème ne soit pas que visuel et auditif, j'ai voulu que d'autres sens entrent en jeu. Le ménestrel, quant à lui, est un artiste complet qui touche à tout. Par les différents arts qu'il invoque en racontant l'histoire de cette princesse, il appelle tous les sens (j'en dénombre 6, personnellement.)
J'espère qu'avec tout ceci, j'ai pu éclairer un peu votre lanterne Lunar-K, vous qui avez planché sur le côté ressenti et qui n'êtes pas passé loin au niveau de certaines interprétations ^^.


Je vous remercie tous les quatre pour votre lecture attentive. Je suis contente que vous vous soyez pris au jeu, même si le fond est un peu flou et insaisissable!

Contribution du : 03/10/2011 18:39
_________________
Un pour tous, et tous contraints... Sauf si contre un tout, il y a le "je" pour un chant!
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Une aubade, un Chant avant tout
Maître Onirien
Inscrit:
22/02/2010 10:47
De Luxembourg
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 11312
Hors Ligne
Merci pour la découverte de cette forme qui m'était totalement inconnue.
Je vais retenter une lecture, j'avoue que la longueur m'avait un peu découragé ;)

Contribution du : 03/10/2011 20:21
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Une aubade, un Chant avant tout
Expert Onirien
Inscrit:
07/02/2011 18:53
Groupe :
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 8679
Hors Ligne
Merci pour ces quelques indications qui, effectivement, éclaire un peu ma lanterne ^^.

Notamment quant à cette dimension presque "synesthétique" qui m'avait totalement échappée. Je crois avoir un peu trop vite réduit votre ménestrel au poète, mais je me rends compte maintenant qu'il est bien plus complexe que cela. Par contre, vous m'intriguez, quel est ce sixième sens que vous nous dites dénombrer ?

Aussi par rapport à ce fameux mot-valise : "arômance". J'avais déjà eu l'occasion de remarquer, dans certains de vos précédents textes, votre affection toute particulière pour ce procédé (notamment dans votre "Volver"). Je crois que vous en tenez là un vraiment très réussi.

Tant que je suis là, j'en profite pour faire une remarque un peu plus générale par rapport à vos écrits (un compliment, ne vous en faites pas ). Juste que j'aime beaucoup, dans la plupart de vos textes jusqu'ici, cette espèce de voile opaque (ni trop, ni trop peu, juste ce qu'il faut) qui semble les recouvrir. Une ambiance souvent à la frontière du fantastique (je veux parler du fantastique à la Poe ou Gautier, notamment) avec ce brouillard qui semble recouvrir chaque scène, leur prodiguant cette dimension onirique qui leur est propre (phénomène tout à fait flagrant et explicite dans votre nouvelle). Bref, j'aime beaucoup cette dimension dans votre poésie, dimension qui me semble être un peu comme votre "marque de fabrique". Peut-être cela vient précisément de ce caractère "personnel" que vous évoquez, lequel nous est nécessairement inaccessible sans être, pour autant, rédhibitoire ?

Enfin voila... J'arrête avec les compliments !

Une dernière chose cependant. Ça fait quelques temps que je me demande d'où vient votre image (c'est-à-dire celle sous votre pseudo...). Pourriez-vous m'éclairer pour cela aussi ^^ ?

Contribution du : 03/10/2011 22:05
_________________
Sans puissance d'expansion, sans une certaine domination sur les choses, la vie est indéfendable. Une seule chose est exaltante : le contact avec les puissances de l'esprit.
A. ARTAUD
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Une aubade, un Chant avant tout
Expert Onirien
Inscrit:
24/01/2010 18:26
De Sur un petit croissant de lune qui chavire mes landes imaginaires...
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 8634
Hors Ligne
Cebo: oh ben alors ? ;)
De rien pour la découverte, ça t'inspirera peut-être à essayer, qui sait?


Lunar-K: (au fait, vous, tu? Par défaut, je dis "vous", au moins je ne me ferai pas remonter les bretelles ^^.)
Le sixième sens dont je parle est l’empathie, je le classe comme tel.
Que de compliments, du coup je ne sais pas comment y répondre!
Ma "marque de fabrique" a pour origine mes lectures et ma curiosité toujours insatisfaite du monde qui m'entoure. Je suis avant tout une énorme lectrice qui adore associer les différentes choses entre elles, les mettre en relation. Je suis plus "pensée complexe" que "cartésienne" du coup (pardon, c'est un des sujets de mon dernier cours d'aujourd'hui, voilà pourquoi j'en parle ici.)
Donc, oui, ça vient bien de ce caractère "personnel" que j'évoque, par ce biais mais aussi par le vécu, le regard porté, la manière dont je ressens, etc. J'ai toujours pensé que n'importe qui met du "lui-même" dans ses créations.

Mon avatar? C'est une aquarelle que j'ai peinte. Si vous le souhaitez, je peux vous envoyer un lien où vous pouvez la voir dans un plus grand format. Quant à sa signification, ce serait un peu compliqué à expliquer, étant donné que j'ai fait le dessin et que je l'ai peint en ayant l'image d'une femme dans l'eau, reliée par ses racines à la terre et à la surface/le ciel ^^.

Contribution du : 04/10/2011 18:01
_________________
Un pour tous, et tous contraints... Sauf si contre un tout, il y a le "je" pour un chant!
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Une aubade, un Chant avant tout
Expert Onirien
Inscrit:
07/02/2011 18:53
Groupe :
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 8679
Hors Ligne
Citation :
(au fait, vous, tu? Par défaut, je dis "vous", au moins je ne me ferai pas remonter les bretelles ^^.)


Ah non, "tu" c'est très bien. J'ai moi aussi cette "mauvaise" habitude de toujours vouvoyer en forum, à part sur les forums de la centrale où je tutoie systématiquement... Plus cartésien que complexe, je suppose...


Citation :
Le sixième sens dont je parle est l’empathie, je le classe comme tel.


Ça se discute... Je ne doute pas que l'empathie soit à "classer" du côté de la sensibilité, mais j'aurais plutôt tendance à la considérer comme une "qualité émergente" et non pas constituante de celle-ci. Plus supérieure que parallèle aux cinq autres sens donc. Une sorte de jugement porté sur la synthèse des informations sensibles, l'interprétation et la décision pratique (pas nécessairement mise en oeuvre) qui en découle. M'enfin, la sensibilité n'a jamais vraiment été mon sujet de prédilection, alors... je ne pourrais pas vraiment développer davantage que cela.


Citation :
J'ai toujours pensé que n'importe qui met du "lui-même" dans ses créations.


Naturellement, et cela vaut tout autant dans l'autre sens. Les lecteurs projettent toujours plus ou moins leurs symbolismes propres ainsi que leurs convictions dans les oeuvres qu'ils lisent (cela ne vaut pas que pour la littérature, je suppose).

Mais ce que je voulais dire par "marque de fabrique", c'est qu'il y a une véritable cohérence entre chacun de tes textes. Et même si je suis d'accord pour dire que tout auteur met de lui-même dans sa création, cela ne se traduit pas toujours par un "style" reconnaissable de texte en texte. Nous avons, je crois, un très bel exemple sur Oniris avec Framato qui, il me semble, change de style pour chacun de ses textes (ou presque) et innove parfois radicalement d'un à l'autre sans qu'on puisse (en tout cas, moi, j'en suis incapable) décerner une continuité entre eux.

Je ne veux évidemment pas dire que tous tes textes se ressemblent. Au contraire, je trouve que tu fais partie de ces auteurs qui cherchent continuellement à se renouveler. Néanmoins, je crois qu'il y a, avec ce "voile" dont je parlais dans mon post précédent, une certaine constance persistant en-deçà de ces évolutions.

Enfin voila... je pourrais peut-être préciser ou infirmer cette idée d'ici quelques textes (au boulot, donc !).


Citation :
Si vous le souhaitez, je peux vous envoyer un lien où vous pouvez la voir dans un plus grand format.


Je veux bien, oui. C'est vrai qu'avec ce petit format on ne distingue pas grand-chose. Pour être honnête, j'avais l'impression d'y voir une sorte de corps tordu à la Bacon (lorsque je dis qu'on projette toujours ses propres symbolismes et références... ^^).

Contribution du : 04/10/2011 20:03
_________________
Sans puissance d'expansion, sans une certaine domination sur les choses, la vie est indéfendable. Une seule chose est exaltante : le contact avec les puissances de l'esprit.
A. ARTAUD
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Une aubade, un Chant avant tout
Expert Onirien
Inscrit:
24/01/2010 18:26
De Sur un petit croissant de lune qui chavire mes landes imaginaires...
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 8634
Hors Ligne
Ok, alors "tu" ^^.


Citation :
Ça se discute... Je ne doute pas que l'empathie soit à "classer" du côté de la sensibilité, mais j'aurais plutôt tendance à la considérer comme une "qualité émergente" et non pas constituante de celle-ci. Plus supérieure que parallèle aux cinq autres sens donc.


Ça dépend en fait. Il y a plusieurs types d'empathie. Il y a celle que l'on ressent "naturellement", qui ne s'explique pas, qui s'oppose à "l'empathie intellectuelle". Après, je ne m'y connais pas trop, mais c'est globalement ce que je comprends de l'empathie. La première est plus un sixième sens qui permet de "comprendre" l'autre, de "ressentir" ce qu'il ressent sans que l'on raisonne forcément avec son esprit. La sensibilité est légèrement différente. Sans entrer dans les détails, elle a plusieurs sens, je prendrai celui philosophique: celui de capter par les sens. Une personne perçoit quelque chose de l'autre, sa sensibilité lui permet de le faire par la voie de l'empathie.
Après, ce que je dis peut se discuter ^^.

Citation :
Les lecteurs projettent toujours plus ou moins leurs symbolismes propres ainsi que leurs convictions dans les oeuvres qu'ils lisent (cela ne vaut pas que pour la littérature, je suppose).


Oui, je suis d'accord avec ça. Les autres formes d'art le permettent aussi.

Citation :
Nous avons, je crois, un très bel exemple sur Oniris avec Framato qui, il me semble, change de style pour chacun de ses textes (ou presque) et innove parfois radicalement d'un à l'autre sans qu'on puisse (en tout cas, moi, j'en suis incapable) décerner une continuité entre eux.


Vrai, mais il a sa "marque de fabrique", lui aussi. Elle se traduit autrement, c'est tout ^^.

Citation :
Je ne veux évidemment pas dire que tous tes textes se ressemblent. Au contraire, je trouve que tu fais partie de ces auteurs qui cherchent continuellement à se renouveler.


J'essaye, du moins. On a tous nos thèmes de prédilection. Et si parfois j'échoue à aborder un thème qui ne m'est pas familier, je tente de faire des expériences sur la forme de mes textes. Rien n'est figé, j'aime jouer avec tout ce que je peux avoir sous la main.

Contribution du : 05/10/2011 16:25
_________________
Un pour tous, et tous contraints... Sauf si contre un tout, il y a le "je" pour un chant!
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Une aubade, un Chant avant tout
Expert Onirien
Inscrit:
23/03/2011 21:54
De France
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 7589
Hors Ligne
Vraiment je ne connaissais pas ce chant royal, comme quoi on apprend à tout âge et c'est très bien ainsi. Bravo, donc, pour cette oeuvre que j'ai aimé malgré ses quelques obscurités. C'est avant tout un chant et non une ballade, malgré la ressemblance que j'y décelais.

Merci pour ces explications, appréciées comme il se doit. Compliments.

Contribution du : 07/10/2011 11:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Une aubade, un Chant avant tout
Expert Onirien
Inscrit:
24/01/2010 18:26
De Sur un petit croissant de lune qui chavire mes landes imaginaires...
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Post(s): 8634
Hors Ligne
Merci beaucoup, ravie que mes explications aient permis de mettre en lumière quelques éléments du poème ^^.
Il existe beaucoup plus de formes poétiques qu'on ne le croit, il en reste tant à inventer aussi!

Contribution du : 09/10/2011 10:44
_________________
Un pour tous, et tous contraints... Sauf si contre un tout, il y a le "je" pour un chant!
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020