Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Une vie dépeuplée pour dire merci
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
09/11/2019 08:54
De Chaumont Gistoux Belgique
Groupe :
Comité Editorial
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Évaluateurs
Post(s): 1732
Hors Ligne
Bonjour à tous.

Je remercie d’abord le comité éditorial d’avoir sélectionné ma nouvelle et je remercie aussi les correcteurs d’avoir effacé mes lacunes orthographiques. Ces remerciements semblent automatiques, car répétés à chaque publication, mais ce n’est pas le cas, c’est une implication intense de leur part et je les en remercie donc sincèrement.

Merci également aux lecteurs et commentateurs d’avoir pris le temps de vous pencher sur mon texte.

Enfin merci à tous ceux qui ont voté pour "une vie dépeuplée", cela me donne beaucoup d’énergie pour affiner mon travail.

J’ai écrit cette nouvelle juste après avoir lu 5 pages de "Demande à la poussière". Il n’était pas question de m’inspirer du livre, mais bien de l’ambiance, merci beaucoup à Hersen de l’avoir ressenti.
Les sujets qui me touchent particulièrement sont ceux de la place que l'on a par rapport aux autres. Et aussi de la façon dont chacun réagit face à ses difficultés. Mon but étant d'exprimer les sentiments induits par ces expériences et surtout la différence entre ces sentiments et ce qu’on laisse paraitre de soi tous les jours. Cette différence évolue en fonction de la culture, de l’inconscient collectif, des restrictions morales et de l’image que l’on veut donner de soi.

Demande à la poussière… il ne reste plus rien. C’est l’impression qui subsiste lorsque tout ce pour quoi l’on aime, construit, transmet… disparaît. Cette nouvelle, je l’ai écrite presque en une traite. La fin, annoncée tout au début de l’histoire, est forcément prévisible. Le plus important était de donner vie aux personnages, de faire passer leurs émotions et pensées cachées.

Le décor américain est pratique, car il permet de se retrouver au bord d’un désert et de laisser la poussière voler au grès du vent.
Donc, oui Plumette, j’admets le rapport artificiel au thème et oui Hersen, vous avez raison, comme vous je ne voulais pas laisser de la poussière sur les plaies de Jezebel. Mais comme j’avais peur que le moteur central ne soit pas suffisant aux yeux de certains pour être dans le thème, j’ai un peu forcé le trait et ça, je le regrette.

Poldutor : Merci pour votre commentaire et je suis très heureux que vous ayez apprécié la lecture.

Plumette : ravi que dans l’ensemble ma nouvelle vous ait fait plaisir, je sais que vous êtes friande d'histoires ou l’on fait l’économie des personnages. Si dans mes nouvelles précédentes certains personnages étaient dispensables, ici je trouve que la narration demande la présence des personnages secondaires pour la vraisemblance.

Pour ce qui est des incises dans les activités de Jonas, j’ai cherché à faire un parallèle discret entre ces activités professionnelles et sentimentales. Si l’un est bloqué l’autre aussi et inversement.

Corto : Merci pour ce commentaire élogieux, j’ai tenté d’intégrer les propositions d’améliorations qui m’ont été faites lors des dernières publications, je pense y être parvenu pour certains points dans ce texte.

Hersen : votre commentaire est celui qui m’a le plus touché, car vous avez souligné les points que je voulais mettre en exergue.

Jaimme : Merci beaucoup pour votre commentaire même si pour l’anthologie il faudra encore beaucoup de travail

SaulBerenson : Merci d’avoir pris le temps de lire ma nouvelle même si elle se passe aux USA, ceci dit, pourquoi pas… J’espère vous séduire dans une autre nouvelle.

La nouvelle est ici

Contribution du : 28/10 20:48:32
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Une vie dépeuplée pour dire merci
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Responsables Edition
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 30603
Hors Ligne
Salut Alfin, je viens de me rendre compte que je n'ai pas commenté ta nouvelle alors que je l'ai lue. J'y vais de ce pas.

Contribution du : 30/10 08:30:50
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Une vie dépeuplée pour dire merci
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
09/11/2019 08:54
De Chaumont Gistoux Belgique
Groupe :
Comité Editorial
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Évaluateurs
Post(s): 1732
Hors Ligne
Bonjour Don,
Merci pour ton commentaire, je suis heureux que tu aies apprécié ma nouvelle.

Ce que Plumette et toi appelez digression est pour moi un moment d'ancrage de la personnalité du narrateur. Certes, ce n'est pas la voie commune, mais j'aime pouvoir sortir du contexte pour lui donner du poids, donner un éclairage sur la portée de ce qui se passe. C'est sans doute maladroit et c'est mon inexpérience qui veut ça.

Petite digression en forme d'excuse, ce n'est que la troisième nouvelle que j'écris. Je me suis inscrit sur Oniris il y a un an pour me mettre le pied à l'étrier.

Quoi qu'il en soit, je te félicite pour ta première place, je la trouve tout à fait méritée.

Au plaisir de te lire !

Alfin

Contribution du : 30/10 09:52:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Une vie dépeuplée pour dire merci
Maître Onirien
Inscrit:
24/01/2014 08:35
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Responsables Edition
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 30603
Hors Ligne
Hello Alfin,

Comme disait Iznogoud dans la bande dessinée scénarisée par René Goscinny: "La pythie vient en mangeant".



Je sais, c'est naze mais j'ai mis des années avant de la comprendre alors je la ressers telle quelle.



Bye

Don

Contribution du : 30/10 11:36:45
_________________
Planet Earth is blue and there's nothing I can do (1969, David Bowie)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020