Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Vos regards sur "Regards de saisons"
Expert Onirien
Inscrit:
08/02/2019 21:41
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 4883
Hors Ligne
Mes remerciements habituels au comité d'édition, aux lecteurs et nombreux commentateurs: vous: poldudor, sympa, Hananke, Cristale, Quéribus, Anje, papipoete, Castelmore, Provencao, Annick, Michel64, apierre, emilia, Marité, dream, qui avez, tous ou presque, réservé un très bon accueil au poème "Regards de saison".

Vous m'en voyez heureux et comblé.

D'une forme essentiellement descriptive (totalement assumée que certains ont regrettée) cette poésie bucolique et naturaliste n'a pas besoin d'explications particulières.

Présentée en classique elle a été logiquement déclassée pour des fautes d'inattention que je n'arriverai jamais à éviter ( j'enrage), que vous n'avez pas manqué de signaler et je vous en remercie.

N'aimant pas rester sur un échec je me suis empressé d'y remédier et
Je me permets de joindre une version corrigée qui aurait pu satisfaire aux difficiles règles du classique pour moi tellement inaccessibles!


Version corrigée (le 20/03/2020)

Sur les arbres l’hiver accroche des guirlandes
Que le pâle soleil effleurant l’horizon
S’efforce d’allumer bien plus que de raison.
Il livre au jour naissant ses frimas en offrandes.

Près de l’étang gelé grelotte le colvert
Oubliant les lapins qui piétinent la neige
Où les premiers crocus sont encor pris au piège
Attendant de sortir leurs écus du couvert.

Mais voilà le printemps, la nature s’excite,
Jonquilles et lilas explosent leur couleur,
Le saule enchatonné s’offre au merle siffleur,
Dans le ruisseau chuintant, étincelle une truite.

Les amours des poissons troublent le fond des eaux,
La foulque sagement sur son nid flottant couve.
En reflet le héron est figé sur la douve
Attentif aux goujons fouillant dans les roseaux.

Les roses du matin transpirent leurs fragrances,
C’est maintenant l’été qui fournit ses faveurs
Avec ses fruits sucrés, rouges, pleins de saveurs
Qui préparent déjà les prochaines vacances.

Un orage soudain, sur le vallon doré,
Pose un voile ondulant. Ces gouttes passagères
Ravissent l’escargot sous les sombres fougères
Et redonnent fraicheur au feuillage essoré.

L’automne généreux remplit greniers et caves
De pommes et de grains, de cidres et de vins
Et ramène au bercail les troupeaux de bovins
Qui pour le long parcours sont dispensés d’entraves.

Le ciel couleur fusain anticipe le soir.
Sous l’effet des vents froids qui rident la rivière,
Les feuilles sur le sol attrapent la lumière
Incitant à rentrer, devant l’âtre, s’asseoir.



Vos remarques me sont précieuses, il ne me reste qu'à travailler toujours plus!!

Bon confinement et prenez soin de vous.

Lebarde

Contribution du : 29/03 17:53:21
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020