Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Menvussa

(1) 2 3 4 ... 38 »
Passionnément Lariviere : Chat noir chat blanc
Les points négatifs: - 1- Sauf erreur de ma part bien entendu. A propos de la mini galaxie située dans le dé à coudre(J'ai le même à la maison), il s'agirait plutôt d'un taux d'hygrométrie. - 2 - J'ai déchiré mes cravates. - 3 - J'ai manqué mon rendez-vous avec le patron qui voulait m'embaucher ce qui n'est pas grave vu qu'il ne l'aurait ce... (10/10/2008)
Passionnément Azurelle : Cœur de papier
Quelle dextérité dans le maniement de l'absurde, car quoi de plus absurde que ce monologue entre le personnage et son auteur. Effet miroir. J'ai vraiment beaucoup aimé. Et puis, il y a de la musique dans ce texte écrit d'une manière théâtrale. "Je ne suis qu’un pantin, que le vent chavire, un jouet que je voudrais maudire." C'est une scène qui s... (21/10/2008)
Passionnément Tchollos : Le serment de Chronos
Le sujet n'est pas original ! Peut-être... mais il est admirablement bien traité. L'écriture est agréable, le style est vivant, le lecteur ne s'ennuie pas un instant. Et puis le récit suit une logique irréprochable, c'est tellement facile de se planter en parlant de voyager dans le temps de devenir incohérent. Comble du luxe tu donnes à ton r... (27/10/2008)
Passionnément Flupke : Métamorphose du loup des steppes
Bonjour, Flupke. La photo me semble réussie, ce soleil qui fend le ciel en deux, ce reflet qui tranche le fleuve. Mais il n'y aurait pas ces deux barques qui se croisent, séparées dans le temps par ce rayon de lumière, la photo serait belle, mais banale. Figer cet instant, ce symbole... Bravo ! Même si, comme tu l'avoues, il y a du Merli... (25/4/2009)
Passionnément violoncelle : Noces de diamant
C'est un texte superbe d'une grande poésie. Léger comme un dernier souffle, riche de souvenirs, profond. Il déborde de tendresse, il se veut apaisant, il cache sa tristesse, il se veut espoir. (16/3/2009)
Passionnément calouet : La chignole
C'est noir et la neige n'est pas suffisamment blanche pour laver tout ça. Mais qu'est-ce que c'est beau, désespérément émouvant. Pourtant j'y vois une petite, toute petite lueur d'espoir, cette trace d'humanité qui perdure. (11/4/2009)
Passionnément Cyberalx : Son jardin [concours]
Putain Cyber t'as fait fort, tu m'as tout émotionné. On entre lentement dans ce récit, on découvre. Le texte est un peu éparpillé pour nous empêcher d'aller trop vite. Et puis une horreur s'installe, une horreur emballée de quotidien malsain et anodin, la routine quoi. Il ya ce flic, un type bien, qui veut bien faire mais qui se goure un p... (14/4/2009)
Passionnément alvinabec : Le bénéfice de Rose
Un texte superbe qui me laisse coi. Quoi que, si je ne veux être censuré il me faut être plus disert. Le ton est juste, rien n'est laissé au hasard, le vocabulaire est riche et si l'auteur me dit qu'il a écrit ceci en deux coups de cuillère à pot... ou c'est un sacré menteur ou une super pointure. J'ai relevé, histoire d'étoffer quelques... (17/7/2011)
Beaucoup ↑ citoyen : Je savais que tu viendrais
Bonjour et bienvenue. Très beau texte, poétique, plein de sensibilité, une douce musique en accompagne la lecture. Une allégorie ambigüe, qu'elle est celle ou celui qu'il attend, un amour impossible, improbable ou tout simplement la mort. Il m'a vraiment plu ce texte, la seule petite chose qui m'a un peu heurté, si peu, pour une question d... (7/11/2008)
Beaucoup ↑ violoncelle : Caïn et Albert
Un tout petit truc m'a gêné : "Et puis il y a la lettre d'Églantine Radier." Quand on lit cette phrase, la lettre est dans la boite, or, il n'en est rien. Le "Et puis" est-il approprié ? À part ce détail, je trouve ce texte superbe, cette façon de décrire l'horreur sous-jacente d'une vie somme toute banale. Le comportement de la mère, ... (30/10/2008)
(1) 2 3 4 ... 38 »

Oniris Copyright © 2007-2018