Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Marite

(1) 2 3 4 ... 67 »
Beaucoup ↑ Aconcagua : Captive
Littéralement époustouflée par ces mots offerts à nous, je suis tentée de dire "en confidence". Si peu de mots pour traduire une quelconque violence, mis à part "la tache de sang" et " l'enfer". Et pourtant nous la percevons de plus en plus avec ces "... après ... après, après ..." distillés en fin de strophe. Je n'ai pu qu'imaginer l'emprise su... (8/5/2019)
Bien ↓ arigo : Je vois
Grand plaisir à lire à haute voix ces alexandrins, leur rythme apaise et stabilise le bouillonnement de nos pensées. Ce "Je vois" en titre et le premier quatrain ont attisé ma curiosité et j'avoue avoir été déçue par le fond du dernier tercet ... je m'attendais à quelque chose de plus vaste comme "vision", en prolongement de " ... ce vaste unive... (8/5/2019)
Bien ↑ Octavie : Cris
Des mots surgis des profondeurs d'une âme en souffrance ... Pas besoin d'explication, tout est transmis et ressenti. J'aime ce genre de poème qui exprime une douleur qui ne pourra s'apaiser qu'avec les larmes et le temps. (10/3/2019)
Passionnément pieralun : Le presbytère
Il m' a suffi de lire les premiers vers pour me retrouver face à cette demeure qui, au travers d'une écriture poétique admirable (si rare de nos jours) nous enveloppe dans une atmosphère presque hors du temps. Rien n'est oublié dans la description, pas à pas, elle nous entraîne à la découverte des mille et un trésors qui s'y trouvent. Merci pour... (31/1/2019)
Beaucoup ristretto : Tu dis
Une poésie toute en sensibilité, je suis presque tentée de dire en communion avec l'âme du Monde. Les mots ne peuvent tout décrire et il faut se laisser porter au-delà des apparences pour saisir ce qui n'est pas exprimé mais simplement suggéré. Merci Ristretto ! (31/1/2019)
Beaucoup Robot : Méditation au crépuscule
Aucun problème pour partager cette " Méditation au crépuscule ". Dès le premier quatrain l'atmosphère est si justement évoquée qu'il suffit ensuite de se laisser porter par les vers suivants. L'ensemble est si fluide dans les sonorités que le rythme régulier des alexandrins nous conduit sans heurt à cet état privilégié de quiétude. J'ai beaucou... (22/1/2019)
Beaucoup Vincendix : Je suis un homme heureux
Quel plaisir de lire un poème faisant état du bien-être de vivre ! Les choses sont évoquées si simplement et si naturellement que l'on oublie même qu'il s'agit d'une écriture poétique bien exigeante au niveau de la forme. Tout est dit dans le premier vers : " Un rien me satisfait, d’un peu je me régale, " Les détails du quotidien de cet "état ... (13/1/2019)
Beaucoup Vasistas : Absence
C'est ainsi que, parfois, après une longue "Absence", les mots forcent le silence et ressurgissent. Le flot n'était pas tari, seulement interrompu par l'intensité d'une douleur qui, en s'atténuant, permet de reprendre le contrôle de soi-même et de ses émotions. Les vers, très courts et présentés en quatrains bien rimés me font l'effet de la rep... (31/12/2018)
Beaucoup wancyrs : Tu es heureuse, ça me réjouit
Bonjour Wancyrs. Très surprise par ce poème qui ne contient pas une once de cette révolte qui sourdait souvent de tes précédents écrits. Ici, je n'ai perçu qu'une expression vraie, humaine, toute en pudeur masculine et je trouve cela très poétique. Les images qui nous sont offertes dans ce poème sont les images de deux coeurs ... de deux âmes ..... (10/12/2018)
Beaucoup ↑ Eki : À la lisière de mes silences
Voilà, à mon sens, ce qu'est une vraie poésie libre ... Pas de mots mystérieux, pas de rupture de rythme, pas de rime mais un fil conducteur que le lecteur peut saisir dès la première strophe.Ce qui me plaît tout particulièrement ce sont ces vers : " Au train où va le temps J’emprunte les contre-allées En écoutant le silence qui déferle ...... (7/11/2018)
(1) 2 3 4 ... 67 »

Oniris Copyright © 2007-2019