Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Annick

(1) 2 3 4 ... 14 »
Passionnément papipoete : Point de non-retour [Sélection GL]
On m’a repris mon passeport Que j’ingurgitai d’une traite, Un aller simple pour la mort Où je voulais battre en retraite. Sans passe-port, on va nulle part. Il me semble qu'en filigrane, il y a une l'idée d'un suicide manqué. "On m'a repris" est un passé composé et "j'ingurgitai" est un passé simple. Ces deux temps sont équivalents et n... (17/7/2018)
Beaucoup Palrider : Plumes en couleurs
J'ai supposé une critique d'une société décadente : Le faux art , les inégalités sociales, la société de consommation effrénée, le dérèglement climatique... La dernière strophe est, en demi teinte, portée par "la douceur d'un drame". Faut-il une guerre pour se libérer ? J'ai relevé une habile homophonie approximative : "des chapelles Fistine ... (15/7/2018)
Beaucoup ↑ LenineBosquet : Prédateur
Après "Thé glaçant", voici le portrait d'un prédateur d'une autre espèce. J'ai apprécié les allitérations tout au long du poème, surtout en p et en t comme : "Bien tapi je t'épie à l'abri dans ton lit," qui donne un ton ludique et bon enfant au poème. La périphrase "sur poil qui frise" est dans le même ton. L'expression "un Popaul des papas"... (12/7/2018)
Bien BlaseSaintLuc : Salammbô
C'était à Mégara, au temps jadis de Carthage, Dure comme ses soldats, la terre, déjà, sentait l'orage. J'aurais écrit : "...la terre, déjà, sentait venir l'orage" que je comprends mieux et afin de filer la personnification : "dure" comme ses soldats. J'ai apprécié la mise en parallèle de : Son cœur pur comme un diamant, ses seins durs ... (7/7/2018)
Bien ↑ fried : Je te dirai
Le narrateur évoque certains vers du poème de Victor Hugo "Demain dès l'aube" : Sûrement pas demain sûrement pas dès l'aube, mais oui, un jour sur le chemin qui va par la montagne et la forêt. Ou encore le verbe au futur "j'irai", jusqu'à l'ultime strophe qui évoque l'arrivée du poète sur la tombe de sa fille. Il établit un parallèle ave... (6/7/2018)
Bien ↑ madawaza : Je t'aimeras
Le texte ressemble à un fil long et fin que l'on déroule de son fuseau. Le rythme est martelé et rapide, presque martial. D'ailleurs, le narrateur qui semble être au mieux un guerrier, au pire un baroudeur ou un bad boy, exige : "Tu m'aimeras." Il y a comme un ordre dans ce futur, en tout cas une certitude absolue. Le ton est passionné, voire ... (4/7/2018)
Bien ↑ sympa : Plume endormie
Ce poème est gouleyant et roule bien en bouche quand on le déclame, même si l'arrière goût est un peu amer tout de même : il s'agit d'un poète qui a perdu sa muse. "Le moteur" ronronne et le texte suit son petit bonhomme de chemin, sans chaos, en trottinant de manière harmonieuse. J'ai remarqué un emploi fréquent du verbe "être" et qui me... (3/7/2018)
Beaucoup ↑ Carmiquel : L'océan
Un habile calligramme représente le liseré de l'océan sur la côte. Un jeu de consonances, de ruptures de rythme, d'accumulation de verbes de mouvements fait de ce poème suggestif l'écho de l'océan. Tout est dissonance, cassure. On sent la proximité de celui-ci faisant son travail de sape inlassablement. Très peu de ponctuation si ce n'est des... (2/7/2018)
Beaucoup Robot : Gamin, t’es pas un homme !
Votre chanson est un peu comme faire la guerre aux idées reçues, au parti pris : « Gamin, t’es pas un homme, t’as jamais fait la guerre ! » Il disait ça l’pépé : « Moi, j’ai fait la première ! » ou encore : Tous, ils me reprochaient : « T’as pas fait l’Algérie ! – Ton frère y est allé, c’est un vrai héros, lui ! – T’as manqué l’occas... (25/6/2018)
Beaucoup ↑ Donaldo75 : Noël tralala
Le narrateur prend le contre-pied de ce que peut être la période de Noël : magique, aux images d'Epinal. Celui ci, désillusionné, en dresse un tableau effrayant jusqu'à l'écoeurement. C'est une joie artificielle qui ne génère qu'amertume, tristesse. Le ton est parfois ironique. C'est un tableau de la société de consommation, où le bonheur dégo... (23/6/2018)
(1) 2 3 4 ... 14 »

Oniris Copyright © 2007-2018