Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de lucilius

(1) 2 3 4 ... 25 »
Passionnément Hananke : Souvenir olfactif
Le choix octosyllabique de ce poème (à part "ta brigantine bruissante") le fluidifie et en facilite l'imprégnation "les senteurs fortes des cyprès..." Hormis ce couac qui rompt la mesure, la fin est absolument superbe. C'est simple, compréhensible et élégant. (7/1/2017)
Passionnément Francis : Jours d'après
Bonsoir Francis, N'en écrivant jamais parce que je les trouvais trop souvent courts et simplistes, je ne m'intéressais donc pas aux sonnets. Mais là, vous avez radicalement viré du cap de mes préjugés. Je ne connais pas un homme de mer qui serait insensible aux chuchotis de cette complainte exhalée de votre texte. Votre "pinceau" ne colorie pa... (14/1/2017)
Passionnément papipoete : Amnésie
Bonsoir Papipoète, Ces absences impromptues n'empêchent pas une ciselure et un sertissage à la précision micrométrique. Voilà ce que j'appelle du bel ouvrage avec une toile de fond finement tissée. J'envie l'aisance et la fluidité de.... voyons où en suis-je ?... Laissez-moi réfléchir un peu !... J'ai un trou de mémoire... Oh et puis zut ! Ca m... (1/2/2017)
Passionnément luciole : Voyages en ballons
Mémoire outrageusement triturée, je suis convaincu de n'avoir jamais attardé mon regard contemplatif sur des bouteilles vides alignées sur le zinc (fillettes sur l'air de décollage), et voilà que vous me le faites regretter et rêver de cette ascension en apesanteur au "jouissif" délestage quand l'immersion me pèse. Pas d'autres commentaires. (16/3/2017)
Passionnément Anje : L'étang s'éteint
Bonjour, simplement beau. En rajouter serait superfétatoire. (7/10/2018)
Passionnément papipoete : Au bas de Fourvière
Bonjour, Votre poésie (chanson) me rappelle à 100 pour 100 une carte postale datée de 1958 figeant un vieil homme et son limonaire, dans un coin renfoncé de la place des Lices à Rennes, et son maigre attroupement sur le pavé mouillé ; L'ensemble transpirant la misère et l'indifférence. Voici ce que j'appelle un texte "fort", égrenant ses émot... (20/10/2018)
Beaucoup INGOA : Le cowboy et les Indiens
Des mots juvéniles et tendres sur un jeu d'enfant pas tout à fait ordinaire, avec des expressions gaies et colorées. La dernière strophe conclut très malicieusement et sans sentimentalisme exacerbé ce regard un peu plus innocent que les autres. Lecture très plaisante, à valeur pédagogique. (9/12/2018)
Beaucoup FabDo : Paris
Paris sera toujours Paris, avec son histoire, ses blessures, ses plaies et sa renaissance. Mais le Paris d'antan reste inoubliable et une ombre nostalgique se glisse sur les toits de la capitale. J'ai juste un petit problème de ponctuation et de conjugaison avec la phrase suivante : "Ni le froid ni l'asphalte qui me sert de couche ne durcira te... (14/2/2017)
Beaucoup Curwwod : Brève rencontre
C'est ainsi que j'aime vous lire, avec des mots aux sonorités esthétiques ; et puis il y a un superbe paradoxe entre le premier et le dernier strophe. Un libertinage très sentimental finalement. (20/12/2016)
Beaucoup Arielle : Tes doigts
On oublie la forme de ce texte pour suivre la musicalité douce-amère de ces doigts accrochés au rythme du temps et c'est joliment interprété. Je reviendrai vous lire. (22/12/2016)
(1) 2 3 4 ... 25 »

Oniris Copyright © 2007-2019