Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de lucilius

« 1 2 3 (4) 5 6 7 ... 23 »
Beaucoup Raoul : La nuit se tient en sentinelle [concours]
Concis et puissant. Des images fortes et, pour reprendre un slogan invariable de Paris Match : "Le poids des mots, le choc des photos". (1/12/2018)
Beaucoup wancyrs : Tu es heureuse, ça me réjouit
Jolie interprétation que ces mains de pianiste qui ne s'expriment pas seulement sur un clavier. "Tu es heureuse, ça me réjouit" qui transpire un "ton bonheur me chagrine" en égrenant des notes d'amertume. Une mélodie concise et bien interprétée. (20/11/2018)
Beaucoup Cristale : La petite mort en fleur
Un très bel érotisme floral dont on aimerait bien partager la petite mort. Cette poésie est une pépinière chatoyante dont j'aime partager la greffe. (29/12/2018)
Beaucoup Oligue : La dualité du temps
Cette dualité intergénérationnelle est terriblement indécente parce que provocante. Sauf que le vainqueur n'est pas forcément celui que l'on attend. Regard intelligemment posé sur la cadence temporelle du métronome de la vie. (23/1/2019)
Beaucoup Marc-Antoine : Chien de quai
Il ne faut pas traverser beaucoup d'aléas pour devenir rapidement un "chien de quai", arpenter le bitume, raser les murs, traîner sa peine. Ces errances portuaires pleines d'amertume sont bien décrites, dans un univers de couleurs délavées… de circonstance. J'y suis sensible. (14/1/2019)
Beaucoup Hananke : Le temps
Ah ce fameux temps qui ne peut s'épuiser à faire couler beaucoup d'encre sans jamais pouvoir s'ancrer. De belles fresques élégiaques dans cette écriture à la mélancolie symptomatique. (27/1/2019)
Beaucoup INGOA : La case
Cette case ancestrale, bientôt promise à la démolition pour des projets d'urbanisme rentables, a un cœur et une âme qui émeuvent. Avec sa disparition meurt la créolité. C'est écrit simplement et avec beaucoup de bon sens. (27/1/2019)
Beaucoup STEPHANIE90 : Les nuits vagues
Ces déambulations nocturnes sont intemporelles et encore plus "vagues" que la vague qui les porte (ou les emporte). "Mais, mon amie, tu divagues, Ne vois-tu pas que la vague, Houleuse et fière, te nargue ?". Etant dans mon domaine, j'y suis donc sensible. (3/3/2019)
Beaucoup INGOA : L'égard
Il y a une mélopée dans ce texte qui ramène à l'épopée esclavagiste, avec les contrastes bien marqués de l'héritage africain. Les quatre derniers vers sont puissants et peuvent déconcerter, mais le contexte s'y prête. Mis en chanson, une musique appropriée sublimerait sans doute l'ensemble. (3/3/2019)
Bien Robot : Un naturel grognon
Sujet grincheux mais texte harmonieux ! On se gargarise de ces saisons presque humanisées" en voisinage indélicat. Un bémol : est-ce bien la nature qui est en décalage par rapport aux saisons et non l'inverse ? "Au diable la nature jamais au diapason, en avance, en retard au mépris des besoins, sans respect des saisons". Par ailleurs, le ter... (3/1/2017)
« 1 2 3 (4) 5 6 7 ... 23 »

Oniris Copyright © 2007-2019