Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Malitorne

(1) 2 »
Beaucoup PierreM : Les draps ont tenu
Beaucoup aimé. C'est très original, caustique à souhait, avec une écriture qui ne s'encombre pas d'académisme tout en restant relevée. L'humour sous-jacent donne à croire que cette poésie ne se prend pas au sérieux, ce qui est appréciable dans ce milieu parfois si austère où les auteurs ont tendance à s'écharper pour des peccadilles. Vous m'avez... (13/5/2019)
Beaucoup socque : De ces gens
Je suis de ces gens qui apprécient quand la poésie sur un ton badin délivre des messages essentiels, qu'elle ne s'épuise pas le cortex alors que des mots simples suffisent. Oui, nous allons tous trépasser et ça nous fait flipper. Plus de chances que Trump et Xi Jinping se foutent sur la gueule que de recevoir un morceau d'univers sur la tête mai... (23/5/2019)
Bien dom1 : Rencontre tempérée en milieu hostile…
Je me garderai bien de donner un sens à ce poème tant les interprétations sont possibles. Ce que j'éprouve à sa lecture c'est une fuite du temps, un temps insaisissable, qui détruit les corps et ruine les espoirs d'amour. Sans doute suis-je à côté de la plaque mais ça me plait d'y voir ceci. Le propre des poèmes obscurs c'est que chaque subjecti... (27/1/2019)
Bien Marc-Antoine : Chien de quai
Je n'ai pas capté grand chose mais j'ai quand même bien aimé ; l'ambiance, une espèce de spleen sous-jacent et quelques formules bien assénées (« Peine la traîne, traîne la peine, au chien de quai »). Dans les défauts on frise parfois la préciosité («  Le ciel de sépia étire ses longs cotons »), un vocabulaire trop sophistiqué, qui n'enlèvent ce... (4/2/2019)
Bien brunototi : Enfance indienne
C'est sûr que ce n'est pas de la grande poésie que l'on déclamerait avec délectation chez les initiés mais c'est tout de même bien agréable à lire. La nostalgie des jeux passés est justement rendue ainsi que le regret de leur disparition. Les répétitions de fin de strophes sont une bonne trouvaille qui confère un aspect musical à l'ensemble. Vou... (8/2/2019)
Bien TheDreamer : Rien ne se trouve ici…
Dommage que cette poésie ne s'étende pas comme un champ de dunes car je me serais bien laissé emporter davantage. L'ambiance est là, les images sont belles et l'ensemble invite à la contemplation. Le parallèle entre le sable et l'espace est plutôt judicieux car ces deux éléments évoquent l'infini ; milliards de grains, milliards d'étoiles. Une... (20/3/2019)
Un peu Stephane : Mort en Seine
J'aurais voulu apprécié ce poème mais ce serait vous faire injure que de vous mentir. La complaisance ne doit pas masquer la sincérité. Je dois vous avouer qu'après plusieurs lectures le propos m'apparait obscur, l'agencement des vers laborieux. Je loue votre tentative de rendre un hommage original mais pour ma part ça ne prend pas. Le peu de cl... (9/5/2019)
Pas Diogene : Larmes sur la colline
Plusieurs choses me déplaisent dans cette poésie en premier lieu l'introduction incongrue d'un mot anglais. Je n'aime pas le mélange des genres au niveau de la langue, comme une modernité qu'on veut se donner, ça en devient parfois grotesque. Ensuite le reste m'apparait fade et peu original, peuplé de formules usées jusqu'à la corde avec un fin... (25/1/2019)
Pas Sansberro : Lourdes
C'est quand même un peu fort d'évoquer Lourdes sans la moindre allusion à la Vierge Marie ! Je vous rappelle que le point de départ de la sacralisation de cette ville est son apparition à Bernadette Soubirou, jeune bergère. J'ai donc l'impression que vous ne connaissez pas ce dont vous parlez, pire, vous faites un contresens avec l'incongru "tom... (13/2/2019)
Pas MichelPierron : Vos mains
Avec tout mon respect j'ai rarement lu une poésie aussi mièvre, je ne pouvais m'empêcher en la parcourant de revoir Les Précieuses ridicules. On dirait une déclamation d'un autre temps où l'on se pâmait devant de petites choses insignifiantes. J'ai du mal à croire qu'on puisse encore s'exprimer ainsi de nos jours mais bon, il en faut pour tous l... (23/2/2019)
(1) 2 »

Oniris Copyright © 2007-2019