Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Lapsus

(1) 2 3 4 ... 8 »
Beaucoup Arielle : En marge
C'est entre beaucoup de hasards et un peu de liberté que toute vie chemine, ce poème bref nous le rappelle joliment. Quelle marge reste-t-il à l'originalité "tenter la ligne qui s'écarte" ou à la subversion bien intentionnée "Avec ce désir insolent de fleurir le béton des cours" ? Cette vie est éphémère et illusion, rien n'est durable : "N... (15/11/2009)
Beaucoup bulle : Café-chrême
Atemporelle, intemporelle cette vision ? Certainement, car elle soumet les vestiges du passé aux tourments des grains et des boissons : fouler, distiller, infuser, "percolater", fumer. Il y en a pour tous les flux et toutes les mémoires, au point de célébrer une ambiance déchue comme la messe dans une église délabrée. (10/12/2010)
Beaucoup Coline-Dé : Chant de marin
Comme il est désespéré ce chant de marin qui pleure après sa bien-aimée. Au-delà du travail exténuant et sale, il la porte en lui mêlée aux souvenirs des tâches rassurantes d'une maison bien tenue. Des expressions qui font mouche : "Te lire, c'est descendre dans la soute et à l'instant d'aveuglement, regarder le ciel par un interstice, les ... (13/11/2009)
Beaucoup Garance : L'enfant musicien
Ce poème est à la fois profond et intriguant, voire cosmogonique car il a trait à la création. Il faut dire qu'il s'en passe des choses entre les mains de cet enfant, héritier manifeste d'un passé sinistre en mal d'inventaire. Mais l'exorcisme réussit, tout devient léger au souffle de l'enfant thaumaturge et musicien. Je suis persuadé que la ... (28/9/2009)
Beaucoup kobane : Fin de vie
Il n'y a pas de concessions, mais de la tendresse qui finit aux limites de l'impuissance dans ce poème. Les alexandrins sont bien construits et la structure du texte bien travaillée, l'alternance des rimes masculines/féminines est respectée. Du rythme, il y en a, pour preuve la séquence répétée des alexandrins/deux hexasyllabes/alexandrins. ... (12/11/2009)
Beaucoup colibam : Il y a des jours où l'on pourrait presque...
Il se dégage de ce texte une jolie mélodie sur un fond d'éphémère. Certaines images sont superbes : "Je vois son ventre rond tendu comme une voile" Voilà une sensualité charnelle qui invite au voyage. En toute rêverie. (23/9/2009)
Beaucoup Arielle : Les montres molles
La référence à l'œuvre de Dali "coule" de source. Les courbes, les droites se déforment, tout comme se disloquent les alexandrins dont ce poème est tout entier composé. Le texte livre une belle critique de l'ennui, la routine, l'oubli de la langueur enfantine. Je relève d'excellents passages : "Le temps rêve parfois de compter à rebours... (8/12/2009)
Beaucoup irisdenuit : C'était l'été
C'est tout le charme des images paradoxales provoquant des pertes de repère : froid ou chaud, été ou hiver, envers ou endroit - les flocons soulevaient nos pieds. La perte de contact avec la réalité, avec l'échelle des sensations - une jument galopait au loin martelant l'intérieur de mon ventre - est savamment suggérée. Y a pas à... (26/9/2009)
Beaucoup Lhirondelle : Aujourd'hui, je sais
Des alexandrins de belle facture et des rimes riches, l'amateur de poésie classique en a pour sa lecture. Des images lumineuses au service d'un verbe optimiste, la vie est belle, Lhirondelle. (4/10/2009)
Beaucoup Mr-Barnabooth : J'ai cru cicatriser
Une pincée d'herboriste aventureux, deux pincées de peintre tourmenté ne suffisent pas à faire se cicatriser les blessures (ta blessure, sa blessure ?). Mais comment cela se pourrait-il avec de tels yeux ? Il ne reste de place que pour le renoncement. Des associations sont pleines de charme et de mystère : le pommeau de ma fougue, les fala... (13/10/2009)
(1) 2 3 4 ... 8 »

Oniris Copyright © 2007-2018