Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Perle-Hingaud

« 1 ... 9 10 11 (12) 13 14 15 ... 28 »
Bien ↑ audreydom : Ventre vide
Cette écriture, ce sujet, ce traitement, je crois que l’on y entre ou pas. On s’y plonge ou pas. Au-delà des mots, du rythme, il y a le bouleversement, ce qu’on tait. Pour moi, l’émotion est passée. Je n’ai pas « vu » les maladresses notées par certains, elles sont corrigeables, j’ai vu une promesse de belles lectures. Merci à l’auteur. (23/10/2010)
Bien ↑ audreydom : Définitions
Une nouvelle qui trace son chemin, sensible, discrète. J’ai aimé l’idée des mots pour ne pas sombrer, les mots magiques, leur incantation dérisoire qui fait tenir debout, comme une réalité terrienne dans un monde flou. J’ai aimé les rapports humains esquissés, l’épaisseur des personnages, cette tranche de vie, grise. Les phrases courtes, sans su... (31/10/2010)
Bien ↑ Dumas : Chasse à la wyrm
J'ai bien aimé cette nouvelle, bien que non familière du genre. L'auteur nous entraîne dans un monde très construit, élaboré. Les descriptions sont vivantes, presques cinématographiques. Le rythme est bon, lent dans la foret, plus rapide dans les scènes d'action. Pas bien compris pourquoi le monstre est assimilé à un "ver", pour moi il s'agissai... (13/11/2010)
Bien ↑ FilledeJoie : Dans mes bras
Un texte attirant, je remercie Lohengrin pour cette découverte. De bien belles choses, mais trop de dramatique pour mon goût. Un peu emphatique, outragé. Et la fin... non, pas ça ! Sinon, la sensibilité affleure, évidemment. Et ça, c'est fort. (24/11/2010)
Bien ↑ M-arjolaine : Amande
Waouh ! Un texte qu'on ne lache pas. L'outrance en parti pris, une écriture lisse qui met en relief le propos ! Etonnant, délicieusement pervers. Je suis cependant déçue par la chute, un peu courte. Mais enfin, que de trouvailles ! Merci ! (16/1/2011)
Bien ↑ karimu : Sarah Salamanovitch
J’ai lu ce texte avec plaisir. Je trouve que l’auteur arrive à brosser une atmosphère avec quelques détails bien choisis, qui nous montrent une épaisseur, une existence des personnages en dehors du tableau. On est accroché dès le début par un suspens (le revolver), qui, pourtant n’est pas expliqué. L’écriture est très visuelle, le rythme agréa... (3/12/2011)
Bien ↑ leon : Tangentes et parallèles
Alors, j'assume: ça m'a bien fait sourire. Surtout le début. Pas du tout la fin, bien trop peu travaillée à mon goût. Resserré (des longueurs, tout de même), en enlevant le dernier chapitre, et c'est tout bon. J'aime bien cette écriture "foutraque" et j'ai aimé me perdre dans les dialogues (bon sang, c'est lequel le jeff qui parle, là ?) parce q... (21/3/2011)
Bien ↑ vendularge : Là-haut
Bonjour, Je trouve qu'il y a une atmosphère tenace et très "réelle" qui se dégage de ce texte. La mention de Silvia Avallone, dont j'ai également adoré "D'acier", le premier roman, donne de l'épaisseur et de l'étrangeté au narrateur. Quelques points qui "gratouillent: - les hommes préhistoriques cannibales : c'est le genre de détail qui,... (1/1/2016)
Bien ↑ audreydom : Dans les marges
Une approche des thèmes toujours aussi sensible. J'aime beaucoup l'effleurement du drame, ce qui est laissé deviner. La complexité des sentiments, amour, rancune, tendresse, dégoût, lassitude. Je trouve ce texte profondément humain, et les mots pour raconter bien choisis dans leur sobriété. Un seul bémol: un peu court pour mon goût, j'aimerais v... (24/5/2011)
Bien ↑ lettti : Le huitième
Je pense que c'est un bon texte et que le mode de narration choisi est le plus efficace dans ce cas. C'est ce qui peut déranger à la lecture: on est mal à l'aise parce qu'on y croit: bravo, donc. Je ne serai jamais dans la tête de personne ayant commis de tels actes, mais si j'essaie de m'y projeter, de voir le monde par leurs yeux, de ressent... (8/3/2015)
« 1 ... 9 10 11 (12) 13 14 15 ... 28 »

Oniris Copyright © 2007-2019