Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les évaluations de Louis

(1) 2 3 4 »
Passionnément alvinabec : Cours Mirabeau
Ce texte trace, me semble-t-il, un itinéraire qui va de l’image à l’écrit, en passant par la lecture. Le texte commence par ce qui se voit : « Elle transpire, ça se voit ». Il commence par une image perceptive. L’image renvoie à l’écrit. Ce qui se voit, c’est une femme qui écrit, mais l’écrit lui-même n’est pas de l’ordre de la vision et d... (24/11/2015)
Passionnément SQUEEN : Éternité (Chloé 7,5) +7,5
De l’angoisse de la mort au désir d’éternité. De l’enfance à l’adolescence. D’un septennat à l’autre de la vie. Et demi. Ce texte superbe nous emmène de l’un à l’autre de ces deux âges d’une jeune vie, nous les fait vivre de l’intérieur, avec leur langage propre. Les voix se font écho à travers les âges. La voix de la jeune fille de sept ... (1/3/2018)
Beaucoup ↑ Mauron : La neige avant qu'elle tombe, à Rémuzat
Dans une première partie, préambule du texte, le narrateur expose son sujet. Il se présente dans une difficulté à dire son identité : « je ne sais pas trop qui je suis » ; son identité, donc son histoire personnelle. En quête de soi, le narrateur privilégie un rapport à soi médiatisé par le langage. Un rapport à la lecture et à l’écriture... (30/12/2015)
Beaucoup ↑ socque : Ardo Melkin
Selon la croyance en des univers parallèles, ou « multivers », tout ce qui est possible est aussi réel, dans diverses « dimensions » spatiales et temporelles. La parution sur Oniris d’une nouvelle intitulée « Ardo Melkin », qui illustre cette croyance, doit donc engendrer deux possibilités : être lue, ne pas être lue. La logique voudrait que ... (26/10/2017)
Beaucoup ↑ Coline-Dé : C'est pas signé Giacometti
C'est pas signé Giacometti, ou l' « insoutenable légèreté de l'être ». Le personnage féminin est en quête de «  réel  », et cette réalité est pour lui synonyme de «  poids  », de gravité ( aux deux sens du terme), et d'épaisseur. Une quête de réel, autrement dit de : « quelque chose qui résistât ». La réalité recherchée est dans une rési... (6/3/2015)
Beaucoup ↑ Coline-Dé : Un trèfle de lumière sur un mur fissuré
Le narrateur n’offre pas à celle qu’il aime une maison « clefs en mains ». Non, il lui offre un avenir, il lui offre une demeure à bâtir selon ses rêves. Son présent est un futur. Son présent est gros de lendemains heureux à engendrer. Il lui offre des murs. Il lui offre une masure. Pas une ruine, pas une fin, mais un point de départ pour... (30/11/2015)
Beaucoup ↑ Alice : Pitchoune
La jeune narratrice de ce beau texte est fascinée par un vieux jardinier. Elle se sent captée par lui, possédée par lui, au sens où elle se sent irrésistiblement attirée. «  Il m'a eue  » répète-t-elle. Un seul «  coup d’œil  » a suffi. Comme une sorte de coup de foudre. Mais on sait que ce qui attire dès le premier regard, c'est avant tout du... (23/1/2015)
Beaucoup ↑ Pepito : Tranches de brie
Trois moments "forts" dans le vécu du narrateur. Trois moments marquants qui ont pour point commun de se trouver confronté à la force brutale et violente. Le premier se situe dans une caserne : une confrontation avec un grand type, costaud, résistant, surnommé « La Bête ». Le narrateur craint une agression. À côté du colosse, il ne fait pas... (11/3/2015)
Beaucoup ↑ MissNode : Les soirs violets
« Ces cassures du chemin que je suis » : belle et significative ambiguïté du « je suis ». Les verbes « suivre » et « être » ici se confondent et ne font qu'un. « Je » suis le chemin, « je » suis ce cheminement, avec ses « cassures », ses discontinuités. « Je suis » un chemin brisé. Le chemin suivi est une chemin intérieur, l'itinéraire d'un... (12/4/2015)
Beaucoup ↑ Alice : Dédoublée
Ce matin-là, « Gaëlle n'était plus tout à fait Gaëlle ». Quelque chose a changé chez la jeune fille. Elle ne se sent plus singulière, mais double, mais plurielle. Un « ajout » à sa vie s'est produit, non souhaité, non désiré. Non seulement le corps est éprouvé dédoublé, mais aussi l'âme, « elle fixe le ciel par la fenêtre, le regard encore pl... (1/5/2015)
(1) 2 3 4 »

Oniris Copyright © 2007-2018